• Statue de Faidherbe à Saint-Louis: Le Maire Mansour Faye a bien reçu nos messages.

    Imprimer

     
    Une statue dans une ville, n'est pas qu'un décor inanimé, elle parle, elle exprime des imaginaires, elle constitue un pan du patrimoine. Elle donne à voir et à entendre.
     
    statue, faidherbe, saint louis, senghor, racisme, georges floyd, humanisme, universalismeLaissons lui le soin d'écrire avec le Conseil municipal actuel l'Histoire. Il a tenu récemment un discours ancré dans le passé le présent et l'avenir. Je suis d'accord avec lui que Ndar est une ville historique, une ville aux confluents de nombreuses cultures. Il ne s'agit donc pas d'effacer l'Histoire mais de l'assumer en pleine conscience. J'ajouterai une ville définitivement métisse et ouverte au monde.
    C'est pourquoi, dis-je, Saint-Louis ne devrait pas laisser cette statue balafrer son visage, laisser cette horrible statue la diviser ! 
     
    Nos concitoyens héritiers de la pensée prospective du grand philosophe Senegalo-Français Gaston Berger père de l'excellent chorégraphe Maurice Béjart avait mis sur la table le déboulonnement de la statue de Faidherbe avant même la question Noire revenue ces derniers jours aux Etats-Unis d'Amérique et dans le monde entier avec la mort atroce de notre regretté frère GeorgesFloyd. La danse qu'ils dansent, ces jours, n'est pas le fruit d'un mimétisme et ou d'un suivisme pour occuper la place publique et ou pour se dégourdir les jambes à cause du confinement imposé par la situation sanitaire mondiale liée à la Covid19.
     
    C'est dire que les Sénégalais ne sont pas dans l'émotion passagère mais dans la vraie émotion, qui n'est pas manque de raison mais raison supérieure de l'âme et du cerveau. L'émotion n'est pas négative ou manque de raison, elle est, je dis, la raison première et dernière qui fait de l'empathie, c'est à dire cette capacité à devenir autrui en le regardant en le touchant en le sentant, la sublime aune sur laquelle se meut toute raison qui reste et se veut humaine ! 
     
    Je voudrais donc encourager M. Mansour Faye, Maire de Saint-Louis, à prendre en charge ce qui peut paraître dérisoire car oui osons le dire déboulonner une statue ne nous donnera pas à manger à notre faim... ne nous donnera pas notre pain quotidien ! Et c'est pour soutenir, hic et nunc, que ce n'est point qu'on a soif que l'on  s'enfonce dans une bassine savonneuse. La glissade, l'étouffement, l'empoisonnement ! 
     
    Une statue dans une ville, n'est pas qu'un décor inanimé, elle parle, elle exprime des imaginaires, elle constitue un pan du patrimoine. Elle donne à voir et à entendre. La place de Faidherbe, serait bien dans un musée avec une plaque explicative, pas dans nos rues. Louis Faidherbe représente, ce viol intact qui ne saurait être éternel de nos imaginaires. Le Sénégal, mon cher pays, n'a -t-il rien de plus disant à offrir à sa jeunesse?  
     
    Dépolitiser la vision "déboulonniste"
     
    Autant les partisans que les non partisans du maintien de la statue de Faidherbe et de certains noms de rues, ont le droit de s'exprimer librement. Notre grande démocratie sénégalaise le permet. Etant le premier magistrat de la ville, il est aussi normal que les satisfactions et complaintes convergent au bureau du Maire. A lui de prendre de la hauteur, d'écouter, d'entendre et de comprendre afin d'agir avec assurance et clairvoyance.
     
    Question de présent, d'avenir et de solidarité panhumaine.
     
    Il s'agit donc d'avoir le courage de nous dire nous mêmes, de réinventer dans un rapport d'égalité, de respect absolument mutuel, notre avenir commun avec notamment nos parents français. Croire que les Africains ont une haine envers la France est une hérésie décrétée par un conglomérat de fanatiques nostalgiques de l'esclavage et de la colonisation. Autant de crimes contre notre commune Humanité! Les Africains sont très lucides, comment peut-on être les fils aînés de la Terre et manquer de tant de sagesse pour détester autrui même ceux qui ont fait du racisme leur pain béni pour soumettre dans l'indignité pendant des siècles leurs soeurs et frères! La stratégie de l'insulte, qui fait rage en France quand on écoute une grande partie de la presse et une certaine petite élite cathodique, qui semblent symboliser, dans une amnésie traumatique, et loin de cette France des Idées, a pour objectif de nous mettre dans la honte en ignorant sciemment les souffrances des peuples Noirs et leur apport inestimable à la liberté du monde.
     
    L'Etat de France a donc un rôle à jouer pour faciliter l'érection de nouveaux rapports de civilités dans la responsabilité et dans la douceur. Continuer, cependant, à s'emmurer dans un voile d'arrogance, de mensonges d'Etat, de déni, au détriment des vérités historiques et de la trajectoire historique de nos peuples,  repris par de médiocres journalistes et autres chroniqueurs occidentaux au service de l'arrière garde mais aussi, chez nous, par de quêteurs de médailles, n'augure rien de bon. 
     
    Les yeux dans les yeux ! 
    Se dire les vérités et aller ensemble pour la vraie conquête solidaire de notre Humanité ! Et Ndar Guendj  (Saint Louis du Sénégal) doit être présente au nouveau et juste rendez-vous du donner et du recevoir, jouer sa partition, comme elle l'a toujours fait. 
     
    Evitons cependant de tomber dans le mysticisme d'un universalisme qui efface les particularismes notamment quand c'est uniquement une partie qui doit s'effacer au profit de l'autre. Je ne crois à aucune supériorité de l'homme sur l'homme, d'un sang sur un autre. L'universalisme doit être alors la somme consentie des différents apports des peuples ! Cela doit être à l'image d'un jardin beau de la diversité de toutes les fleurs qui le composent. Celui qui m'aime et déteste ma couleur me condamne ontologiquement, me nie. Comment lui faire confiance? Tout est là, créer une confiance basée sur le principe éternel de la dignité humaine. Partir du particulier, nous apprend Leopold Sedar Senghor, pour aller vers l'Universel.
     
    -El Hadji Gorgui Wade Ndoye-  Journaliste accrédité auprès de l'ONU à Genève. 
    Diplômé de l'Université Gaston Berger de Saint Louis du Senegal. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com
    g.ndoye@continentpremier.com
     

    Lien permanent 11 commentaires
  • Voici, El Hadji Daouda Wane, le père de ma mère, envoyé en France pour sauver son pays !

    Imprimer

     
    Tirailleurs Sénégalais, France, Afrique, Racisme, Mémoire, Justice, Egalité, PaixLui, comme tant d'autres, né Français, est allé en #France pour libérer ce pays ! Que les chroniqueurs et autres journalistes qui insultent les Africains, les Noirs, nous montrent leur papa ou grand papa et ce qu'ils ont fait pour la France.
     
    Leur idéologie du mensonge, leur banalisation du racisme est à la hauteur de la trahison de l'Etat français envers l'Afrique, cet Etat qui n'a fait qu'exploiter le sang des Africains, jusqu'à aujourd'hui, mais aussi et surtout du fait que ces personnalités dont certains sont issus d'une émigration européenne ou leurs parents accueillis en réfugiés, ont un problème avec leur propre histoire familiale. C'est facile de perpétuer ce qui se ruminait dans le huis clos confortable et dans une posture raciste décomplexée de dire aux Noirs, aux Arabes d'Afrique du Nord leurs faits, de les déterminer en sauvages insolubles dans la République, celle là même qu'ils ont sauvée de la décadence !
     
    La réconciliation des mémoires passe par la vérité historique, par l'engagement d'un Etat profondément égalitaire, libre, fraternel (si besoin) mais et surtout JUSTE !
     
    Je ne peux accepter qu'on humilie nos soeurs et frères !
     
    Je ne peux accepter la falsification de l'Histoire pour de petits ingrats qui parlent au nom de toute la France et qui sont les vrais vecteurs de la dislocation de son tissu social.
     
    Méfiez vous de vos petits théoriciens cathodiques. Je disais que dans un pays où le grand Edgar Morin est devenu un pestiféré et le criminel Zemmour un saint, c'est qu'il y a un problème de fond.
     
    Oui, un peu d'humilité pour permettre à la jeunesse française Blanche, Black, Beure etc, de profiter de toutes ses possibilités de vivre dans une République libérée de son traumatisme et d'une arrière garde sans âme qui veut faire de la domination de l'homme par l'homme un projet de société et le mensonge une idéologie !
     
    La France est un pays métissé, l'un des plus métissés d'Europe. et au monde. C'est une chance de bâtir avec cette diversité merveilleuse une belle société arc en ciel, une société prospère et surtout digne, qui n'oublie pas, qui n'oublie rien mais qui prend avec courage son présent pour un futur beau et durable. Ce futur là, passera aussi par l'Afrique à qui il faut rendre justice !
     
    -El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com /
     

    Lien permanent Catégories : Racsime 0 commentaire
  • La Suisse soutient les Noirs victimes du racisme et des violences policières.

    Imprimer

    suisse, racisme, police, onu, berne, noirs, Les mots ont été clairement prononcés, devant la communauté internationale réunie, hier, à la grande salle des Assemblées des Nations-Unies, à Genève.

    Prenant la parole à l'occasion du débat urgent du Conseil des droits de l'Homme sur le "#racismesystémique", la confédération suisse représentée par la Mission permanente à Genève a délivré un message fort de condamnation du racisme mais en même temps de solidarité à l'endroit des Noirs et des Afro-descendants.

    Extrait: " La Suisse appelle tous les Etats, dont les Etats-Unis, à garantir une protection équitable et effective contre les violences policières et discriminations, notamment en raison de l’origine, de la couleur, du sexe, de la langue, de la religion, des opinions politiques ou autres opinions, et de l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Dans ce contexte, la Suisse rappelle l’importance de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, ratifiée par un grand nombre d’Etats. La Suisse rappelle également l’obligation de tous les Etats à garantir les droits aux libertés de réunion pacifique et d’expression lors des manifestations".

    -El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Journaliste accrédité auprès de l'ONU. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : RACISME 5 commentaires
  • Oublier la sauvagerie occidentale?

    Imprimer

     
    Vous nous prenez pour qui ! Montrez vos pères et grands pères et dites nous où est ce qu'ils étaient quand Hitler soumettait vos pays. Le mien, lui, a versé son sang, sacrifié sa jeunesse pour sauver ce que vous appelez la "civilisation" et "le monde libre"!

    Quand on écoute et ou lit la plupart de cette pauvre presse française, et la maigre élite pourrie de ce pays, le plus souvent ce sont des enfants, fils et ou petits enfants que le sang des Nègres a sauvés qui viennent à travers leur media si démocratique et libre nous narguer! En face, il n y aura personne Blanc ou Noir pour, ne serait ce, nuancer leurs propos.

    Vous pouvez être racistes et arrogants mais de grâce, ne nous dites pas ce que nous devons faire si vous êtes incapables de reconnaitre votre trahison, votre fuite devant votre diable et frère Adolphe Hitler.

    Vous pensez que nous n'avons pas le récit de ce qui s'est passé dans les tranchées . Vous pensez que que les tonnes de mil pilé par nos grands mères pour nourrir ces honorables soldats nous ne le savons pas.

    Les Africains ne sont pas en colère.

    Ils sont ahuris par tant de mauvaise foi, d'ingratitude de personnes qui profitent de privilèges depuis des siècles et qui osent nous dire ce que nous devons penser ! Basta !

    Et si l'on remontait plus haut: la beauté de la littérature noire confisquée, la musique volée, la pharmacopée spoliée, et ses découvertes scientifiques qui ont permis à l'Humanité d'entrer dans ses lumières éditées au nom de piètres esclavagistes !

    Non, tout ceci n'est pas vieux. C'était hier !

    A Thiaroye, quand les magnifiques et fidèles Tirailleurs ont demandé qu'on leur donne leurs pensions, la grande civilisation française a répondu par la flamme. Oui, mes soeurs et frères en Humanité, comme ils ne vous le disent pas- par arrogance et mépris- ils ont assassiné nos grands parents, nos parents désarmés qui croyaient simplement au mot DROIT !

    La honte, l'indignité, ce ne sont pas les Africains.

    Ce ne sont pas les Noirs sur qui on peut encore mettre un genou de la mort!

    Ailleurs, les Maghrébins ont cru à la fraternité: ils ont été assassinés au napalm, au Cameroun, en Namibie etc. Tout ceci, ce n'était pas il y a 500 ans ! Ces sombres moments de la traite industrielle des Noirs ayant créé la richesse de l'Occident et certains ne se gênent pas à nous dire: notre pays qui vous a accueillis! Et pourtant, eux oublient, ils le peuvent car ils se croient encore supérieurs et si puissants !

    C'était hier !

    Les Algériens, même si peu le savent ou le disent ne demandaient pas l'indépendance à la France contrairement à ce que l'on peut entendre ici et là. Oui, les Fellaghas d'Algérie qui ont pris les armes ont été acculés à se jeter sur leurs quelques mitrailleuses rouillées de la deuxième guerre mondiale, celles qu'ils avaient eu pour libérer la France, pour dire non à de Gaulle !

    Ah, oui, qu'est ce qu'ils demandaient au juste, je vais vous le dire: L'#EGALITE !

    La France, l'élite française si arrogante et vicieuse était incapable d'entendre cela: EGALITE ! Pourtant la devise de cette république est : liberté, fraternité, égalité! Une devise pour laquelle des milliers d'Africains ont répondu présents à l'appel de la France ! Vous avez bien lu !

    Bref, pendant ce temps, on négocie, ici, pas loin de Genève, les Accords d'Evian! L'indépendance algérienne a pris du retard à cause du statut de la ville d'ORAN que la France voulait faire un département Juif pour y regrouper cette population !

    C'est honteux de voir des personnalités, des intellectuels, des journalistes pérorer en vendant de l'arrogance à leur public, ignorant tout de leur propre histoire ou tout simplement se faisant l'écho fétide de mensonges servant l'idéologie de la domination de l'homme par l'homme.

    Non, les Africains, vous leur devez du respect à défaut de les aimer !

    Au début des indépendances, au nom du maintien de leurs privilèges, la France, la Belgique, l'Angleterre, les Etats-Unis et leurs complices, ont assassiné nos valeureux fils qui voulaient une Afrique digne, prospère et riche mais aussi une Afrique ouverte au reste du monde traitant sur le pied d'égalité.

    Patrice Lumumba, Félix Moumié sont ainsi exécutés !

    Le premier avec le larbin de Mobutu prétentieux et ambitieux qui a suivi les instructions de ses patrons! Le deuxième empoisonné à Genève par un espion français qui s'est présenté à lui comme journaliste ! Je ne parle pas des autres !

    La Guinée de Sekou Toure dit Non au maintien dans le giron français, Charles de Gaulle ne pouvant l'exécuter, prévoit pire, le tuer à long feu: Inonder le pays de faux billets de banque pour tuer son économie ! Il fallait étouffer depuis le berceau ce cri de l'enfant noir qui demanda le premier la coupure du cordon ombilical colonial.

    Au Sénégal, Senghor qui a mis en bon français la Constitution de la 4ème République de France et qui connaissait mieux que quiconque ce que ses amis et frères qui disent la voie droite et qui cheminent sur des sentiers obliques, étaient capables, devra pourtant se séparer de son acolyte Mamadou Dia en 1962. Sur ce sujet, beaucoup de gens au Sénégal disent du n'importe quoi mais l'une des vérités historiques est que cette crise de 1962 est liée à l'éclatement de la Fédération du Mali ! Cette fédération dont de Gaulle ne voulait pas entendre parler ! Il n y avait donc aucune forme de mésentente entre Senghor et Dia sur la question algérienne. Ils étaient tous les deux pour la libération de l'Algérie.

    En 1956, la Loi Defferre ou Cadre instituant l'autodétermination dans les colonies françaises a été mise en place grâce à cette guerre d'Algérie. Même date, la France libère le Maroc et la Tunisie! Les deux ailes, pour mieux s'occuper de "son" Algérie qui ne restera pas, malgré ses bombes, française!

    On connait la suite jusqu'à l'avènement du FIS et les horreurs qui en ont suivi. Une relation faite de sang, de tortures, d'espionnages, d'exécutions !

    Comment comprendre dès lors, comme pour meubler nos esprits de pièces dignes du meilleur cabotin qu'un certain médiocre avocat devenu dans cette grande France, le chef de l'Etat, nous pria d'accepter les " bienfaits de la colonisation". En d'autres mots : " taisez-vous!". Il n'est pas le seul. L'arrière garde est une belle nébuleuse.

    C'est vrai quand l'esprit s'envole, il ne reste que le ventre !

    Mais, je me refuse de désespérer des humains. La jeunesse occidentale avide de savoirs, non soumise à la hideuse idéologie de la supériorité de même que sa consoeur africaine totalement consciente, débarrassée d'un certain sentiment d'infériorité que pouvaient nourrir certains de nos aînés acculturés, sont là, la main dans la main, pour dessiner un autre monde plus à l'écoute, plus juste, plus solidaire.

    Ce monde d'une belle égalité en dignité, je l'ai vu défiler, le 9 juin 2020, à Genève, pour dire "NON AU RACISME" et à ses corollaires.

    - El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies - Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Droits humains 5 commentaires
  • Débat urgent sur le "racisme systématique" au Conseil des droits de l'Homme

    Imprimer

    Racisme, georges floyd, nations unies, usa, durban, geneveCe mercredi, à la demande des pays africains, le Conseil des droits de l'Homme des Nations-Unies, qui a repris lundi sa 43ème session interrompue à cause de la covid19, débattra du "racisme systémique" aux USA et dans d'autres pays. Les manifestations internationales réunissant Blancs et Noirs, à la suite du meurtre public et atroce de Georges Floyd par un policier blanc, ont reçu un écho favorable ! 

    GENEVE- (Correspondant permanent) -  La mort atroce de Georges Floyd à Minneapolis aux Etats-Unis d'Amérique, le 25 mai dernier, a ouvert les yeux du monde sur le caractère extrême du racisme, ce crime odieux contre l'Humanité que subit depuis des siècles des Noirs sur toutes les latitudes.  A l’appel du public mondial et au puissant discours de l’Ambassadeur du Burkina Faso au nom du groupe Afrique, le Conseil des droits de l’Homme a accepté d’ouvrir cet après midi, à 15 heures, une session dédiée au racisme dont souffre les Noirs d’Afrique et leurs descendants. 

    En réponse, hier, mardi, aux questions du " Soleil" de Dakar, lors du briefing régulier avec la presse internationale, Mme Alessandra Vellucci de l'Italie, Directrice du Service de l'Information des Nations unies à Genève, a confirmé la tenue d'une session spéciale à la demande des Etats africains et la préparation d'une résolution condamnant le "racisme systémique" soumise aux 47 membres du Conseil des droits de l'Homme.  

    On apprend que le projet de résolution, condamne, entre autres, fermement « les pratiques raciales discriminatoires et violentes des forces de l'ordre contre les Africains et les personnes d'origine africaine et le racisme endémique structurel du système pénal, aux Etats-Unis et dans d'autres parties du monde». 

    La présidente du Conseil des droits de l'Homme, l'Ambassadrice d'Autriche Mme Elisabeth Tichy-Fisslberger, informait que la discussion demandée par le Burkina Faso au nom des pays africains ira au delà du cas de Georges Floyd : " Comme vous avez pu le voir avec les manifestations partout en Europe, y compris à Genève la question du racisme ne se limitera pas uniquement à un seul pays". Notons qu’à Genève, plus de 10.000 personnes, Blancs et Noirs, de tout âge, malgré les restrictions liées à la situation sanitaire mondiale, ont convergé main dans la main, dans une marche historique pour dire Non au racisme ! A Dakar, des patrons de presse ont manifesté devant la place du Souvenir, des éditoriaux ont été consacrés au racisme etc.

    Au delà des Etats-Unis d'Amérique qui avaient claqué la porte du Conseil des droits de l'Homme, la Résolution qui circule actuellement auprès des diplomates et qui sera discuté, ce jour, vise plus large.

    Signalons par ailleurs que d'une manière inédite, de hauts fonctionnaires africains et autres descendants du continent premier ont publié un éditorial collectif, à leurs noms propres, demandant les Nations Unies de " passer des paroles aux actes" dans sa lutte contre le racisme. Ces hauts responsables onusiens, pas moins de 22 secrétaires généraux adjoints du système mondial, ont rappelé que « le fondement des Nations Unies est la conviction que tous les êtres humains sont égaux et ont le droit de vivre sans crainte de persécution ». M. Antonio Guterress, Secrétaire général de l’ONU comme son conseiller Alexandra Dujaric ont réaffirmé les principes des Nations Unies et s’engagent à combattre le racisme à tous les niveaux et notamment au sein même des Nations-Unies. 

    Avec cette résolution et la belle solidarité mondiale à laquelle nous avons assisté ces derniers jours, il s’agira, peut-on l’espérer, de combattre une balafre hideuse qui a longtemps accompagné le visage de l’Humanité qui a besoin aujourd’hui plus que jamais d’une retouche pour être définitivement une humanité justement humaine.

    Photo: AFP

    -El Hadji Gorgui Wade NDOYE- 
    Lien permanent Catégories : Racsime 2 commentaires
  • Massacre d'enfants Noirs par l'apartheid: Il y a 44 ans, déjà, SOWETO !

    Imprimer

    Apartheid, Madiba, Soweto, massacre, enfant, ONU, DROITS, Ce 16juin; c'est aussi la Journée internationale des enfants africains. En effet; la journée de l’enfant africain est organisée chaque année depuis le 16 juin 1991, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l’apartheid le 16 juin 1976.
    Vibrante pensée également au Père Madiba; Nelson Mandela qui fut l'incarnation vivante de l'universalité de l'Homme.


    - El Hadji Gorgui Wade NdoyeContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Droits humains 0 commentaire