Statue de Faidherbe à Saint-Louis: Le Maire Mansour Faye a bien reçu nos messages.

Imprimer

 
Une statue dans une ville, n'est pas qu'un décor inanimé, elle parle, elle exprime des imaginaires, elle constitue un pan du patrimoine. Elle donne à voir et à entendre.
 
statue, faidherbe, saint louis, senghor, racisme, georges floyd, humanisme, universalismeLaissons lui le soin d'écrire avec le Conseil municipal actuel l'Histoire. Il a tenu récemment un discours ancré dans le passé le présent et l'avenir. Je suis d'accord avec lui que Ndar est une ville historique, une ville aux confluents de nombreuses cultures. Il ne s'agit donc pas d'effacer l'Histoire mais de l'assumer en pleine conscience. J'ajouterai une ville définitivement métisse et ouverte au monde.
C'est pourquoi, dis-je, Saint-Louis ne devrait pas laisser cette statue balafrer son visage, laisser cette horrible statue la diviser ! 
 
Nos concitoyens héritiers de la pensée prospective du grand philosophe Senegalo-Français Gaston Berger père de l'excellent chorégraphe Maurice Béjart avait mis sur la table le déboulonnement de la statue de Faidherbe avant même la question Noire revenue ces derniers jours aux Etats-Unis d'Amérique et dans le monde entier avec la mort atroce de notre regretté frère GeorgesFloyd. La danse qu'ils dansent, ces jours, n'est pas le fruit d'un mimétisme et ou d'un suivisme pour occuper la place publique et ou pour se dégourdir les jambes à cause du confinement imposé par la situation sanitaire mondiale liée à la Covid19.
 
C'est dire que les Sénégalais ne sont pas dans l'émotion passagère mais dans la vraie émotion, qui n'est pas manque de raison mais raison supérieure de l'âme et du cerveau. L'émotion n'est pas négative ou manque de raison, elle est, je dis, la raison première et dernière qui fait de l'empathie, c'est à dire cette capacité à devenir autrui en le regardant en le touchant en le sentant, la sublime aune sur laquelle se meut toute raison qui reste et se veut humaine ! 
 
Je voudrais donc encourager M. Mansour Faye, Maire de Saint-Louis, à prendre en charge ce qui peut paraître dérisoire car oui osons le dire déboulonner une statue ne nous donnera pas à manger à notre faim... ne nous donnera pas notre pain quotidien ! Et c'est pour soutenir, hic et nunc, que ce n'est point qu'on a soif que l'on  s'enfonce dans une bassine savonneuse. La glissade, l'étouffement, l'empoisonnement ! 
 
Une statue dans une ville, n'est pas qu'un décor inanimé, elle parle, elle exprime des imaginaires, elle constitue un pan du patrimoine. Elle donne à voir et à entendre. La place de Faidherbe, serait bien dans un musée avec une plaque explicative, pas dans nos rues. Louis Faidherbe représente, ce viol intact qui ne saurait être éternel de nos imaginaires. Le Sénégal, mon cher pays, n'a -t-il rien de plus disant à offrir à sa jeunesse?  
 
Dépolitiser la vision "déboulonniste"
 
Autant les partisans que les non partisans du maintien de la statue de Faidherbe et de certains noms de rues, ont le droit de s'exprimer librement. Notre grande démocratie sénégalaise le permet. Etant le premier magistrat de la ville, il est aussi normal que les satisfactions et complaintes convergent au bureau du Maire. A lui de prendre de la hauteur, d'écouter, d'entendre et de comprendre afin d'agir avec assurance et clairvoyance.
 
Question de présent, d'avenir et de solidarité panhumaine.
 
Il s'agit donc d'avoir le courage de nous dire nous mêmes, de réinventer dans un rapport d'égalité, de respect absolument mutuel, notre avenir commun avec notamment nos parents français. Croire que les Africains ont une haine envers la France est une hérésie décrétée par un conglomérat de fanatiques nostalgiques de l'esclavage et de la colonisation. Autant de crimes contre notre commune Humanité! Les Africains sont très lucides, comment peut-on être les fils aînés de la Terre et manquer de tant de sagesse pour détester autrui même ceux qui ont fait du racisme leur pain béni pour soumettre dans l'indignité pendant des siècles leurs soeurs et frères! La stratégie de l'insulte, qui fait rage en France quand on écoute une grande partie de la presse et une certaine petite élite cathodique, qui semblent symboliser, dans une amnésie traumatique, et loin de cette France des Idées, a pour objectif de nous mettre dans la honte en ignorant sciemment les souffrances des peuples Noirs et leur apport inestimable à la liberté du monde.
 
L'Etat de France a donc un rôle à jouer pour faciliter l'érection de nouveaux rapports de civilités dans la responsabilité et dans la douceur. Continuer, cependant, à s'emmurer dans un voile d'arrogance, de mensonges d'Etat, de déni, au détriment des vérités historiques et de la trajectoire historique de nos peuples,  repris par de médiocres journalistes et autres chroniqueurs occidentaux au service de l'arrière garde mais aussi, chez nous, par de quêteurs de médailles, n'augure rien de bon. 
 
Les yeux dans les yeux ! 
Se dire les vérités et aller ensemble pour la vraie conquête solidaire de notre Humanité ! Et Ndar Guendj  (Saint Louis du Sénégal) doit être présente au nouveau et juste rendez-vous du donner et du recevoir, jouer sa partition, comme elle l'a toujours fait. 
 
Evitons cependant de tomber dans le mysticisme d'un universalisme qui efface les particularismes notamment quand c'est uniquement une partie qui doit s'effacer au profit de l'autre. Je ne crois à aucune supériorité de l'homme sur l'homme, d'un sang sur un autre. L'universalisme doit être alors la somme consentie des différents apports des peuples ! Cela doit être à l'image d'un jardin beau de la diversité de toutes les fleurs qui le composent. Celui qui m'aime et déteste ma couleur me condamne ontologiquement, me nie. Comment lui faire confiance? Tout est là, créer une confiance basée sur le principe éternel de la dignité humaine. Partir du particulier, nous apprend Leopold Sedar Senghor, pour aller vers l'Universel.
 
-El Hadji Gorgui Wade Ndoye-  Journaliste accrédité auprès de l'ONU à Genève. 
Diplômé de l'Université Gaston Berger de Saint Louis du Senegal. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com
g.ndoye@continentpremier.com
 

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • Nangadef Gorgui. Et le pont du même nom, qu'en fait-on ? On le rebaptise «Cheikh Anta Diop» ?

  • Sans la complicité de tous les peuples d'Afrique les blancs n'auraient jamais pu faire de trafic d'êtres humains, il faut commencer par balayer devant vos portes partout en Afrique, parce que l'esclavage existe encore partout dans ce continent. Les petites filles de 13 ans que l'on prostitue librement en Europe partout aujourd'hui, nous le montre bien! Les mafias africaines ont remplacés les esclavagistes blancs mais ces mafias sont africaines! Aujourd'hui à Genève un dealer africain est mieux traité par la police et la justice que moi qui suis blanc et suisse!

  • Il est interdit dans l'islam d'utiliser la forme humaine sous toutes ses formes, ce serait un grand pas en avant pour l’islamisation du monde chrétien que de détruire toute forme d'illustration humaine, par exemple, interdire les photos dans les passeport serait une victoire pour un monde sans frontière.

  • Mais c'est néanmoins la civilisation occidentale qui a éradiqué l'esclavage pour la première fois dans l'histoire de l'humanité.

    Comme personne n'est parfait, que choisir dans le cas où il faille choisir :

    Statues ou esclavage ?

    Encore beaucoup de pays autorisent l'esclavage humain, ces mêmes pays interdisent les statues et les représentations humaines, je suis d'accord de détruire les statues si ces pays abolissent réellement l'esclavage, redonne à la condition féminine ses droits légitimes et partagent également les progrès sociaux pratiqués dans les pays ou des statues, quitte à déshonorer son histoire acceptent la critique et la contradiction.

  • 1) Béhanzin, roi du Dahomey, était un furieux esclavagiste :

    Béhanzin était d’abord un chef esclavagiste de première importance.

    Il razziait furieusement les tribus voisines pour se fournir en esclaves.

    Le grand-père de Béhanzin, Ghézo, déclarait déjà en 1840:

    « La traite a constitué le principe directeur de mon peuple.

    C’est la source de sa gloire et de sa richesse.

    Ses chants célèbrent nos victoires et la mère endort son enfant avec des accents de triomphe en parlant de l’ennemi réduit en esclavage. »

    Et d’ailleurs si les Français on vaincu Béhanzin, c’est parce qu’ils ont trouvé des alliés dans les peuples asservis par Béhanzin.

    Alors voir le leader de la LDNA venir dénoncer, chez nous l’esclavage au nom de Béhanzin, alors que c’est la France qui y a mis fin au Dahomey, en éliminant Béhanzin : quelle imposture !

    Mais il y autre chose de plus abominable encore …



    2) Béhanzin, roi du Dahomey, pratiquait les sacrifices humains à grande échelle :

    Il semble d’ailleurs que, contrairement à l’esclavage, c’était une pratique récente des rois du Dahomey.

    En avril 1879, devant la délégation française, Béhanzin, encore simple prince, met à mort, en sacrifice, 200 Africains.

    Béhanzin, le jour de son couronnement, en janvier 1890, met à mort, à nouveau des centaines de Noirs.

    Source LDNA

  • Bravo Marina, absolument d'accord !
    A quoi sert-il de déboulonner des statues (à part faire de la publicité à des personnages que tout le monde avait oubliés) si l'esclavage perdure sur le continent africain - ou alors en Europe, mais du fait de la traite d'humains qu'on appelle pudiquement "migration". D'ici quelques années, on va de nouveau nous reprocher, à nous les blancs, d'avoir permis l'asservissement de millions d'Africains qui sont venus travailler dans les champs et/ou pour les mafias installées en Europe.

    Si seulement il y avait des statues d'exciseuses à déboulonner !!!

  • Arnica, c'est la culture occidentale qui pour la première fois dans l'histoire de l'humanité a aboli l'esclavage, dans la tradition juive il y a des lois qui interdisent de prolonger le statuts d'esclave au delà de 7 années, c'était déjà une avancée, mais l'abolissement de cette sauvagerie, ce sont les blancs occidentaux qui l'ont abolie il y a déjà deux siècle pour une grande partie de l'Europe !

  • Auriez-vous l'amabilité et l'honnêteté de consacrer un article à tous ces Africains qui ont été réduits en esclavage par les arabo-musulmans ?
    https://www.nzz.ch/meinung/die-araber-im-minenfeld-der-rassismusdiskussion-ld.1563706
    C'est en allemand, mais google vous aidera volontiers
    L'esclavage y a perduré tout à fait ouvertement jusque dans les années -60 et il perdure encore aujourd'hui, simplement sous un autre nom, p.ex. Kafala

  • Debleu! Quelle ingratitude! Après tout ce qu'il a fait pour l'émancipation et le développement du Sénégal!?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Faidherbe

  • À propos d'émancipation, l'Hôtel de la Poste et le Gite de la Taouey sont plus révélateurs de réminiscence rabbitienne que tout autre endroit de la région.

  • Pour parler de l'ingratitude des africains et des bienfaits des anciens colonisateurs, il faut être soit inculte soit un ancien colon. Ou les deux à la fois.
    Et toutes mes félicitations à Monsieur Ndoye qui publie ces commentaires "éclairés" sans rien censurer. Vous êtes bien plus courageux que la plupart des blogueurs de cette plateforme.

Les commentaires sont fermés.