• Présidence du Conseil des droits de l’Homme: L’Autriche remplace le Sénégal.

    Imprimer

    CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME, SENEGAL, AUTRICHE, SUISSE, DROITS DES FEMMES, SDN, ONULe Conseil des droits de l’Homme qui s’est réuni, le vendredi 6 décembre 2019, aux Nations-Unies, à Genève, a élu son nouveau president pour l’année 2020.   Il s’agit de l’Autriche, présenté par l’Union européenne, qui va assumer cette importante responsabilité confiée l’année dernière au Sénégal dont la présidence a été saluée. 

    Palais des Nations-Unies–(Genève)- Madame l’Ambassadeure Elisabeth Tichy-Fisslberger de l’Autriche va, désormais, et pour une année, diriger le Conseil des droits de l’Homme en remplacement de son homologue Coly Seck qui a assumé, avec brio, cette responsabilité au nom de la République du Sénégal. 

    A l’endroit du Sénégal, l’Ambassadrice autrichienne dira : « Vous avez dirigé les activités du Conseil avec une combinaison unique entre un engagement imperturbable pour la cause des droits de l’homme et une habilité diplomatique remarquable visant à assurer que tous soient à bord de ce véhicule commun qu’est le Conseil ».  

    Elisabeth Tichy-Fisslberger compte poursuivrele travail accompli par le Sénégal et, très éprise des symboles, elle rappelle que 2020 est le 25ème anniversaire de la Conférence de Beijing sur les Femmes, le centenaire de la créationde la Société des Nations (SDN), ancêtre des Nations Unies qui aura 75 ans !   La nouvelle Présidente compte veiller sur l’application des droits humains et notamment sur ceux des femmes sur toutes les latitudes en collaboration avec les Etats, la société civile.

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE, journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com
    Lien permanent Catégories : Actualités 0 commentaire
  • Handicapés de Rufisque: Une Sénégalaise, avec ses amis Français, a remis des fauteuils roulants.

    Imprimer

    Seynabou Ndiour, Handicap, Nations Unies, Antonio Guterres, RufisqueQuelques jours, avant la célébration, ce jour, 3 décembre, de la journée mondiale des handicapés, Madame Seynabou Ndiour, ancienne du lycée Abdoulaye Sadji, remettait un lot de fauteuils roulants à des femmes handicapées, de la la ville de Rufisque. Un geste hautement salué par les bénéficiaires. 

    RUFISQUE-(Sénégal)- Vivant à Paris, depuis près de 25 ans, Mme Seynabou Ndiour a, toujours, à cœur de participer au développement de son pays notamment en ayant un impact direct sur les populations nécessiteuses. Le 15 novembre dernier, elle a procédé, ainsi, à l’occasion d’une cérémonie sobre, à la remise d’un don de matériel aux sociétaires de la Maison des handicapés de Keury Kao, Rufisque, qui en a tant besoin !

     Une action allant dans le sens des efforts du Gouvernement du Sénégal et des Nations-Unies: "Garantir les droits des personnes handicapées, c'est être fidèle à la promesse qui est au coeur du programme 2030: ne laisser personne de côté", a martelé Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations-Unies, en cette Journée dédiée aux Handicapés. 

    Mme Ndiour justifie son action par solidarité et par humanisme : « Il m’a paru essentiel de mener une action pour participer à une petite échelle à la prise en charge des personnes en situation de handicap dans notre société sénégalaise où beaucoup de familles, dans une situation économique difficile, ont d’autres priorités quotidiennes ».

    Il y a quelques années, quand j’ai su que du matériel en très bon état pouvait être récupéré, en France, j’avais envisagé une collecte pour en faire bénéficier des populations de ma ville qui n’ont pas les moyens de se payer un équipement pour leur mobilité, a expliqué la donatrice. Cette dernière qui a apporté un sourire à des handicapés à Rufisque, anciennement une des quatre communes (Rufisque, Dakar, Saint- Louis et Gorée) de plein exercice au temps de la colonisation et dont les habitants jouissaient de la nationalité française contrairement au reste du pays soumis au code de l’indigénat, remercie M. Samir Sakho pour le transport du matériel et les donateurs français. Il s’agit de l’association PEP CBFC (délégation de Dijon) plus précisément l’Institut d’Éducation Motrice (IEM) qui accompagne des jeunes handicapés moteurs de 3 à 20 ans et qui a mobilisé leurs jeunes usagers dans ce projet solidaire en offrant ce matériel à l’association départementale des personnes handicapées de Rufisque. Au delà de ce lot de matériel constitué de 11 fauteuils roulants, Mme Ndiour n’a pas oublié l’hôpital de Rufisque qui va bénéficier d’un premier lot de matériels composé de verticaliseurs, de 2 sièges orthopédiques, d’une poussette canne et de deux cartons de calle pieds pour fauteuils : 1 fauteuil roulant électrique tout terrain et 3 fauteuils roulants manuels.

    Monter en échelle 

     La bienfaitrice ne compte pas s’arrêter à ce qu’elle appelle « un premier essai » et souhaite nouer un vrai partenariat avec l’association départementale des personnes handicapées de Rufisque dont le siège, situé non loin de la mer, est en mauvais état et est souvent victime de vol de matériels. Mme Arame Diakhaté, présidente de la Maison des handicapés et sa collègue Ndèye Seyni Ngom qui travaillent, bénévolement, « ont salué le geste de leur compatriote qui apporte une bouffée d’oxygène à la Maison tout en ouvrant de belles perspectives pour l’avenir. » 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE – (ContinentPremier.Com)- Journaliste accrédité auprès de l’ONU, Genève- Suisse.   

    ENCADRE :  Sénégal : La Loi d’orientation sociale aura bientôt 10 ans !

    Rappelons que le Sénégal compte près de 800.000 handicapés pour une population de 15 millions d’habitants. Par personnes handicapées, on entend toutes les personnes qui présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut porter atteinte à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité. La Loi d’orientation sociale n° 2010-15 du 6 juillet 2010 relative à la promotion et à la protection des droits des personnes handicapées est le résultat d’une demande sociale ayant abouti à la mise à disposition de 50.000 cartes dites de l’égalité à des handicapés. Un geste remarquable qui est cependant loin de répondre aux besoins de tous les handicapés. Les politiques de promotion et de protection sociale des personnes handicapées ont été pour l’essentiel, guidées et sous-tendues par des dispositions internationales qui se sont révélées sans impact réel sur les cibles, note le Gouvernement du Sénégal. Ce constat avait amené le Conseil interministériel tenu par le Gouvernement, le 30 octobre 2001 sur la prise en charge et l’intégration des handicapés, à recommander l’élaboration de cette loi d’Orientation Sociale devant servir de cadre à une politique publique en faveur de cette couche de la population particulièrement vulnérable, reconnaît le gouvernement.  Il s’y ajoute que l’élaboration d’une telle loi est également une très forte revendication des associations regroupant des personnes handicapées et des institutions qui s’investissent dans la défense et la promotion de leurs droits.

    E.G.W.N.

    Lien permanent Catégories : Solidarité 0 commentaire