Le blog de Continent premier

  • Valentin Zellweger, Ambassadeur suisse: «L’Onu restera le forum où nous forgeons notre futur »

    Imprimer

    Valentin Zellweger, suisse, afrique, kenya, diplomatie, onu, cpiDocteur en Droit international public, ancien chef de cabinet du premier Président en exercice de la nouvelle Cour pénale internationale (Cpi) à Genève, négociateur de la Suisse pour le retour de l’argent des potentats, l’ambassadeur Valentin Zellweger était, jusque-là, la voix de son pays auprès de l’Onu et des autres organisations internationales. Alors que le multilatéralisme est attaqué et que les Nations unies ont 75 ans, le représentant permanent de la Suisse a bien voulu recevoir « Le Soleil », pour éclairer le monde, avant de rejoindre son nouveau poste d’ambassadeur au Kenya, en Afrique, le «continent de l’espoir», dit-il.

    L’Organisation des Nations unies et la Suisse célèbrent, cette année, les 75 ans de la Charte de l’Onu. Cette dernière qui fait parfois l’objet de critiques est-elle encore nécessaire au 21ème siècle ?

    Que ferait-on sans elle ? Nous avons besoin de nous parler, de coopérer, de résoudre ensemble les défis mondiaux. L’Onu permet d’éviter les conflits ; elle fait la promotion du développement et des droits humains. Sans les Nations unies, nous ne serions pas là où nous en sommes aujourd’hui. L’Onu mène un travail difficile et complexe qui implique de la coopération non seulement au niveau des États mais aussi de la société civile qui joue un rôle important, du monde académique, du secteur privé, etc. L’Organisation des Nations unies restera le forum où nous allons forger notre futur.

    Votre pays, la Suisse, qui est un pays neutre, veut aller au Conseil de sécurité. Qu’est-ce que cela pourrait apporter pour le développement de la paix et des droits humains ?

    Cela fait 18 ans que la Suisse a adhéré aux Nations unies (en 2002), c’est donc relativement récent. Il est logique, aujourd’hui, qu’elle fasse partie du Conseil de sécurité qui est un des organes les plus importants de l’Onu pour parler de paix, de sécurité et de droit humanitaire. C’est une volonté que la Suisse avait annoncée dès le début de son adhésion. Le rôle de la Suisse serait de contribuer à mieux se faire comprendre, de forger des solutions et des consensus, d’éviter des conflits. La neutralité, c’est un message de paix, nous avons une armée, mais elle nous sert à nous protéger, pas à attaquer.

    Pensez-vous que la Suisse, avec ses bons offices, pourrait faire comprendre aux autres membres du Conseil de sécurité que le veto ne sert pas à faire avancer l’Humanité ?

    Je ne vous cache pas que la Suisse n’aime pas le veto. Je pense que le veto est antidémocratique. La Suisse adhère au principe d’une voix par État. Elle pourrait rendre le Conseil de sécurité plus transparent, plus inclusif et l’ouvrir aux autres membres. La Suisse essayera de jouer un rôle constructif dans la mesure du possible surtout pour des questions humanitaires. Elle pourrait faire la différence, car parfois on oublie qu’on parle d’êtres humains.

    Quelle différence faites-vous entre la diplomatie bilatérale et celle multilatérale ?

    C’est comme la différence entre une équipe de football et un match de tennis. Quand on travaille en multilatéral, il y a différents intérêts, différentes positions. Les deux sont complémentaires, mais beaucoup de problèmes ne peuvent pas se résoudre en bilatéral.

    Dans quelques mois, vous allez servir votre pays au Kenya. Concrètement, qu’est-ce qui changera par rapport à votre position actuelle à Genève ?

    Je ne passerai plus mes journées dans les salles de conférences, mais en discutant avec mes partenaires au Kenya et également en voyageant, en faisant la connaissance des Kenyans. C’est un choix délibéré de ma part d’aller au Kenya, car j’avais commencé ma carrière dans ce pays et j’ai toujours gardé une affection et un intérêt pour le développement en Afrique.  Avant Genève, je suis allé trois mois au Congo pour me préparer. À Genève, le travail est abstrait parce que nous sommes comme dans une bulle. Je veux voir le concret, les résultats de ce qu’on fait ici.

    Il y a plusieurs organisations internationales dans cette cité. Que fait-on à Genève exactement ?

    À Genève, on trouve des solutions, on travaille sur des normes, des standards. Par exemple, nous avons la même définition de la grippe à Genève et au Sénégal. Ce n’est pas un hasard, c’est le travail de l’Organisation mondiale de la santé (Oms). Le travail d’harmonisation sur les normes est fait aussi par l’Organisation internationale du travail (Oit), etc., quand les conséquences de la pandémie se feront sentir. Genève est la plaque tournante pour les Objectifs de développement durable (Odd).

    Quel a été le travail de la Suisse sur le retour de l’argent volé aux Africains ?

    Cela ne concerne pas seulement l’Afrique. La Suisse a tourné une page, elle ne veut plus avoir cet argent ici. Elle a voté une loi pionnière qui permet aux autorités de restituer cet argent. C’est un partenariat ; on travaille étroitement avec les pays concernés pour que la population puisse en bénéficier. Ainsi, on développe une durabilité des mécanismes qui va renforcer une amitié entre ces pays et la Suisse. La conséquence est de renforcer les relations bilatérales avec les pays concernés.

    Que représente l’Afrique pour vous personnellement ?

    Si je devais donner un mot, ce serait l’espoir. J’ai un grand intérêt intellectuel pour ce qui se passe en Afrique. Elle a un potentiel économique avec une population jeune. Et il y a aussi le côté affectif : j’adore l’humour africain, la capacité à prendre du temps, se mettre à l’aise et à se connaître avant de discuter sur les questions d’intérêts. Je me réjouis de poursuivre cette expérience au Kenya.

    Propos recueillis, à Genève, par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

    Source: http://lesoleil.sn/valentin-zellweger-representant-de-la-suisse-aux-nations-unies-lonu-restera-le-forum-ou-nous-forgeons-notre-futur/

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • 75 ans des Nations-Unies, Relations Afrique Suisse sous le regard d'un diplomate suisse.

    Imprimer


    Valentin Zellweger, Suisse, Afrique, ONU, charte, Conseil de sécuritéLe "Gingembre de ContinentPremier" a l'honneur de recevoir, ce vendredi 10 juillet 2020, à 11H30, le représentant suisse auprès des Nations Unies à Genève. L'Ambassadeur Zellweger est notre premier invité dans le volet consacré à la célébration des 75 ans de la Charte des Nations Unies. Certes l'ONU a permis des avancées notables sur le plan des droits humains mais l'organisation mondiale est elle encore nécessaire au 21ème siècle? Quel rôle la Suisse joue ou pourra davantage accomplir si elle accède au Conseil de sécurité un voeu récemment exprimé par le Conseil fédéral? Comment définir l'importance de la diplomatie multilatérale eu égard à son expérience d'Ambassadeur de la Suisse auprès de l'ONU? Quels sont les grands moments de négociations qui l'ont marqué à Genève? Ayant pratiqué de nombreux diplomates africains, quel est son regard sur la diplomatie africaine? Comment voit il sa nouvelle mission au Kenya, en terre africaine? Autant de questions sur lesquelles M. Valentin Zellweger nous donnera son éclairage de fin diplomate et de connaisseur de la géopolitique internationale.

    Entretien à voir en direct sur la page facebook : https://www.facebook.com/gorguiwadendoye

    - El Hadji Gorgui Wade NDOYE - PDG - ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Statue de Faidherbe à Saint-Louis: Le Maire Mansour Faye a bien reçu nos messages.

    Imprimer

     
    Une statue dans une ville, n'est pas qu'un décor inanimé, elle parle, elle exprime des imaginaires, elle constitue un pan du patrimoine. Elle donne à voir et à entendre.
     
    statue, faidherbe, saint louis, senghor, racisme, georges floyd, humanisme, universalismeLaissons lui le soin d'écrire avec le Conseil municipal actuel l'Histoire. Il a tenu récemment un discours ancré dans le passé le présent et l'avenir. Je suis d'accord avec lui que Ndar est une ville historique, une ville aux confluents de nombreuses cultures. Il ne s'agit donc pas d'effacer l'Histoire mais de l'assumer en pleine conscience. J'ajouterai une ville définitivement métisse et ouverte au monde.
    C'est pourquoi, dis-je, Saint-Louis ne devrait pas laisser cette statue balafrer son visage, laisser cette horrible statue la diviser ! 
     
    Nos concitoyens héritiers de la pensée prospective du grand philosophe Senegalo-Français Gaston Berger père de l'excellent chorégraphe Maurice Béjart avait mis sur la table le déboulonnement de la statue de Faidherbe avant même la question Noire revenue ces derniers jours aux Etats-Unis d'Amérique et dans le monde entier avec la mort atroce de notre regretté frère GeorgesFloyd. La danse qu'ils dansent, ces jours, n'est pas le fruit d'un mimétisme et ou d'un suivisme pour occuper la place publique et ou pour se dégourdir les jambes à cause du confinement imposé par la situation sanitaire mondiale liée à la Covid19.
     
    C'est dire que les Sénégalais ne sont pas dans l'émotion passagère mais dans la vraie émotion, qui n'est pas manque de raison mais raison supérieure de l'âme et du cerveau. L'émotion n'est pas négative ou manque de raison, elle est, je dis, la raison première et dernière qui fait de l'empathie, c'est à dire cette capacité à devenir autrui en le regardant en le touchant en le sentant, la sublime aune sur laquelle se meut toute raison qui reste et se veut humaine ! 
     
    Je voudrais donc encourager M. Mansour Faye, Maire de Saint-Louis, à prendre en charge ce qui peut paraître dérisoire car oui osons le dire déboulonner une statue ne nous donnera pas à manger à notre faim... ne nous donnera pas notre pain quotidien ! Et c'est pour soutenir, hic et nunc, que ce n'est point qu'on a soif que l'on  s'enfonce dans une bassine savonneuse. La glissade, l'étouffement, l'empoisonnement ! 
     
    Une statue dans une ville, n'est pas qu'un décor inanimé, elle parle, elle exprime des imaginaires, elle constitue un pan du patrimoine. Elle donne à voir et à entendre. La place de Faidherbe, serait bien dans un musée avec une plaque explicative, pas dans nos rues. Louis Faidherbe représente, ce viol intact qui ne saurait être éternel de nos imaginaires. Le Sénégal, mon cher pays, n'a -t-il rien de plus disant à offrir à sa jeunesse?  
     
    Dépolitiser la vision "déboulonniste"
     
    Autant les partisans que les non partisans du maintien de la statue de Faidherbe et de certains noms de rues, ont le droit de s'exprimer librement. Notre grande démocratie sénégalaise le permet. Etant le premier magistrat de la ville, il est aussi normal que les satisfactions et complaintes convergent au bureau du Maire. A lui de prendre de la hauteur, d'écouter, d'entendre et de comprendre afin d'agir avec assurance et clairvoyance.
     
    Question de présent, d'avenir et de solidarité panhumaine.
     
    Il s'agit donc d'avoir le courage de nous dire nous mêmes, de réinventer dans un rapport d'égalité, de respect absolument mutuel, notre avenir commun avec notamment nos parents français. Croire que les Africains ont une haine envers la France est une hérésie décrétée par un conglomérat de fanatiques nostalgiques de l'esclavage et de la colonisation. Autant de crimes contre notre commune Humanité! Les Africains sont très lucides, comment peut-on être les fils aînés de la Terre et manquer de tant de sagesse pour détester autrui même ceux qui ont fait du racisme leur pain béni pour soumettre dans l'indignité pendant des siècles leurs soeurs et frères! La stratégie de l'insulte, qui fait rage en France quand on écoute une grande partie de la presse et une certaine petite élite cathodique, qui semblent symboliser, dans une amnésie traumatique, et loin de cette France des Idées, a pour objectif de nous mettre dans la honte en ignorant sciemment les souffrances des peuples Noirs et leur apport inestimable à la liberté du monde.
     
    L'Etat de France a donc un rôle à jouer pour faciliter l'érection de nouveaux rapports de civilités dans la responsabilité et dans la douceur. Continuer, cependant, à s'emmurer dans un voile d'arrogance, de mensonges d'Etat, de déni, au détriment des vérités historiques et de la trajectoire historique de nos peuples,  repris par de médiocres journalistes et autres chroniqueurs occidentaux au service de l'arrière garde mais aussi, chez nous, par de quêteurs de médailles, n'augure rien de bon. 
     
    Les yeux dans les yeux ! 
    Se dire les vérités et aller ensemble pour la vraie conquête solidaire de notre Humanité ! Et Ndar Guendj  (Saint Louis du Sénégal) doit être présente au nouveau et juste rendez-vous du donner et du recevoir, jouer sa partition, comme elle l'a toujours fait. 
     
    Evitons cependant de tomber dans le mysticisme d'un universalisme qui efface les particularismes notamment quand c'est uniquement une partie qui doit s'effacer au profit de l'autre. Je ne crois à aucune supériorité de l'homme sur l'homme, d'un sang sur un autre. L'universalisme doit être alors la somme consentie des différents apports des peuples ! Cela doit être à l'image d'un jardin beau de la diversité de toutes les fleurs qui le composent. Celui qui m'aime et déteste ma couleur me condamne ontologiquement, me nie. Comment lui faire confiance? Tout est là, créer une confiance basée sur le principe éternel de la dignité humaine. Partir du particulier, nous apprend Leopold Sedar Senghor, pour aller vers l'Universel.
     
    -El Hadji Gorgui Wade Ndoye-  Journaliste accrédité auprès de l'ONU à Genève. 
    Diplômé de l'Université Gaston Berger de Saint Louis du Senegal. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com
    g.ndoye@continentpremier.com
     

    Lien permanent 11 commentaires
  • Voici, El Hadji Daouda Wane, le père de ma mère, envoyé en France pour sauver son pays !

    Imprimer

     
    Tirailleurs Sénégalais, France, Afrique, Racisme, Mémoire, Justice, Egalité, PaixLui, comme tant d'autres, né Français, est allé en #France pour libérer ce pays ! Que les chroniqueurs et autres journalistes qui insultent les Africains, les Noirs, nous montrent leur papa ou grand papa et ce qu'ils ont fait pour la France.
     
    Leur idéologie du mensonge, leur banalisation du racisme est à la hauteur de la trahison de l'Etat français envers l'Afrique, cet Etat qui n'a fait qu'exploiter le sang des Africains, jusqu'à aujourd'hui, mais aussi et surtout du fait que ces personnalités dont certains sont issus d'une émigration européenne ou leurs parents accueillis en réfugiés, ont un problème avec leur propre histoire familiale. C'est facile de perpétuer ce qui se ruminait dans le huis clos confortable et dans une posture raciste décomplexée de dire aux Noirs, aux Arabes d'Afrique du Nord leurs faits, de les déterminer en sauvages insolubles dans la République, celle là même qu'ils ont sauvée de la décadence !
     
    La réconciliation des mémoires passe par la vérité historique, par l'engagement d'un Etat profondément égalitaire, libre, fraternel (si besoin) mais et surtout JUSTE !
     
    Je ne peux accepter qu'on humilie nos soeurs et frères !
     
    Je ne peux accepter la falsification de l'Histoire pour de petits ingrats qui parlent au nom de toute la France et qui sont les vrais vecteurs de la dislocation de son tissu social.
     
    Méfiez vous de vos petits théoriciens cathodiques. Je disais que dans un pays où le grand Edgar Morin est devenu un pestiféré et le criminel Zemmour un saint, c'est qu'il y a un problème de fond.
     
    Oui, un peu d'humilité pour permettre à la jeunesse française Blanche, Black, Beure etc, de profiter de toutes ses possibilités de vivre dans une République libérée de son traumatisme et d'une arrière garde sans âme qui veut faire de la domination de l'homme par l'homme un projet de société et le mensonge une idéologie !
     
    La France est un pays métissé, l'un des plus métissés d'Europe. et au monde. C'est une chance de bâtir avec cette diversité merveilleuse une belle société arc en ciel, une société prospère et surtout digne, qui n'oublie pas, qui n'oublie rien mais qui prend avec courage son présent pour un futur beau et durable. Ce futur là, passera aussi par l'Afrique à qui il faut rendre justice !
     
    -El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com /
     

    Lien permanent Catégories : Racsime 0 commentaire
  • La Suisse soutient les Noirs victimes du racisme et des violences policières.

    Imprimer

    suisse, racisme, police, onu, berne, noirs, Les mots ont été clairement prononcés, devant la communauté internationale réunie, hier, à la grande salle des Assemblées des Nations-Unies, à Genève.

    Prenant la parole à l'occasion du débat urgent du Conseil des droits de l'Homme sur le "#racismesystémique", la confédération suisse représentée par la Mission permanente à Genève a délivré un message fort de condamnation du racisme mais en même temps de solidarité à l'endroit des Noirs et des Afro-descendants.

    Extrait: " La Suisse appelle tous les Etats, dont les Etats-Unis, à garantir une protection équitable et effective contre les violences policières et discriminations, notamment en raison de l’origine, de la couleur, du sexe, de la langue, de la religion, des opinions politiques ou autres opinions, et de l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Dans ce contexte, la Suisse rappelle l’importance de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, ratifiée par un grand nombre d’Etats. La Suisse rappelle également l’obligation de tous les Etats à garantir les droits aux libertés de réunion pacifique et d’expression lors des manifestations".

    -El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Journaliste accrédité auprès de l'ONU. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : RACISME 5 commentaires
  • Oublier la sauvagerie occidentale?

    Imprimer

     
    Vous nous prenez pour qui ! Montrez vos pères et grands pères et dites nous où est ce qu'ils étaient quand Hitler soumettait vos pays. Le mien, lui, a versé son sang, sacrifié sa jeunesse pour sauver ce que vous appelez la "civilisation" et "le monde libre"!

    Quand on écoute et ou lit la plupart de cette pauvre presse française, et la maigre élite pourrie de ce pays, le plus souvent ce sont des enfants, fils et ou petits enfants que le sang des Nègres a sauvés qui viennent à travers leur media si démocratique et libre nous narguer! En face, il n y aura personne Blanc ou Noir pour, ne serait ce, nuancer leurs propos.

    Vous pouvez être racistes et arrogants mais de grâce, ne nous dites pas ce que nous devons faire si vous êtes incapables de reconnaitre votre trahison, votre fuite devant votre diable et frère Adolphe Hitler.

    Vous pensez que nous n'avons pas le récit de ce qui s'est passé dans les tranchées . Vous pensez que que les tonnes de mil pilé par nos grands mères pour nourrir ces honorables soldats nous ne le savons pas.

    Les Africains ne sont pas en colère.

    Ils sont ahuris par tant de mauvaise foi, d'ingratitude de personnes qui profitent de privilèges depuis des siècles et qui osent nous dire ce que nous devons penser ! Basta !

    Et si l'on remontait plus haut: la beauté de la littérature noire confisquée, la musique volée, la pharmacopée spoliée, et ses découvertes scientifiques qui ont permis à l'Humanité d'entrer dans ses lumières éditées au nom de piètres esclavagistes !

    Non, tout ceci n'est pas vieux. C'était hier !

    A Thiaroye, quand les magnifiques et fidèles Tirailleurs ont demandé qu'on leur donne leurs pensions, la grande civilisation française a répondu par la flamme. Oui, mes soeurs et frères en Humanité, comme ils ne vous le disent pas- par arrogance et mépris- ils ont assassiné nos grands parents, nos parents désarmés qui croyaient simplement au mot DROIT !

    La honte, l'indignité, ce ne sont pas les Africains.

    Ce ne sont pas les Noirs sur qui on peut encore mettre un genou de la mort!

    Ailleurs, les Maghrébins ont cru à la fraternité: ils ont été assassinés au napalm, au Cameroun, en Namibie etc. Tout ceci, ce n'était pas il y a 500 ans ! Ces sombres moments de la traite industrielle des Noirs ayant créé la richesse de l'Occident et certains ne se gênent pas à nous dire: notre pays qui vous a accueillis! Et pourtant, eux oublient, ils le peuvent car ils se croient encore supérieurs et si puissants !

    C'était hier !

    Les Algériens, même si peu le savent ou le disent ne demandaient pas l'indépendance à la France contrairement à ce que l'on peut entendre ici et là. Oui, les Fellaghas d'Algérie qui ont pris les armes ont été acculés à se jeter sur leurs quelques mitrailleuses rouillées de la deuxième guerre mondiale, celles qu'ils avaient eu pour libérer la France, pour dire non à de Gaulle !

    Ah, oui, qu'est ce qu'ils demandaient au juste, je vais vous le dire: L'#EGALITE !

    La France, l'élite française si arrogante et vicieuse était incapable d'entendre cela: EGALITE ! Pourtant la devise de cette république est : liberté, fraternité, égalité! Une devise pour laquelle des milliers d'Africains ont répondu présents à l'appel de la France ! Vous avez bien lu !

    Bref, pendant ce temps, on négocie, ici, pas loin de Genève, les Accords d'Evian! L'indépendance algérienne a pris du retard à cause du statut de la ville d'ORAN que la France voulait faire un département Juif pour y regrouper cette population !

    C'est honteux de voir des personnalités, des intellectuels, des journalistes pérorer en vendant de l'arrogance à leur public, ignorant tout de leur propre histoire ou tout simplement se faisant l'écho fétide de mensonges servant l'idéologie de la domination de l'homme par l'homme.

    Non, les Africains, vous leur devez du respect à défaut de les aimer !

    Au début des indépendances, au nom du maintien de leurs privilèges, la France, la Belgique, l'Angleterre, les Etats-Unis et leurs complices, ont assassiné nos valeureux fils qui voulaient une Afrique digne, prospère et riche mais aussi une Afrique ouverte au reste du monde traitant sur le pied d'égalité.

    Patrice Lumumba, Félix Moumié sont ainsi exécutés !

    Le premier avec le larbin de Mobutu prétentieux et ambitieux qui a suivi les instructions de ses patrons! Le deuxième empoisonné à Genève par un espion français qui s'est présenté à lui comme journaliste ! Je ne parle pas des autres !

    La Guinée de Sekou Toure dit Non au maintien dans le giron français, Charles de Gaulle ne pouvant l'exécuter, prévoit pire, le tuer à long feu: Inonder le pays de faux billets de banque pour tuer son économie ! Il fallait étouffer depuis le berceau ce cri de l'enfant noir qui demanda le premier la coupure du cordon ombilical colonial.

    Au Sénégal, Senghor qui a mis en bon français la Constitution de la 4ème République de France et qui connaissait mieux que quiconque ce que ses amis et frères qui disent la voie droite et qui cheminent sur des sentiers obliques, étaient capables, devra pourtant se séparer de son acolyte Mamadou Dia en 1962. Sur ce sujet, beaucoup de gens au Sénégal disent du n'importe quoi mais l'une des vérités historiques est que cette crise de 1962 est liée à l'éclatement de la Fédération du Mali ! Cette fédération dont de Gaulle ne voulait pas entendre parler ! Il n y avait donc aucune forme de mésentente entre Senghor et Dia sur la question algérienne. Ils étaient tous les deux pour la libération de l'Algérie.

    En 1956, la Loi Defferre ou Cadre instituant l'autodétermination dans les colonies françaises a été mise en place grâce à cette guerre d'Algérie. Même date, la France libère le Maroc et la Tunisie! Les deux ailes, pour mieux s'occuper de "son" Algérie qui ne restera pas, malgré ses bombes, française!

    On connait la suite jusqu'à l'avènement du FIS et les horreurs qui en ont suivi. Une relation faite de sang, de tortures, d'espionnages, d'exécutions !

    Comment comprendre dès lors, comme pour meubler nos esprits de pièces dignes du meilleur cabotin qu'un certain médiocre avocat devenu dans cette grande France, le chef de l'Etat, nous pria d'accepter les " bienfaits de la colonisation". En d'autres mots : " taisez-vous!". Il n'est pas le seul. L'arrière garde est une belle nébuleuse.

    C'est vrai quand l'esprit s'envole, il ne reste que le ventre !

    Mais, je me refuse de désespérer des humains. La jeunesse occidentale avide de savoirs, non soumise à la hideuse idéologie de la supériorité de même que sa consoeur africaine totalement consciente, débarrassée d'un certain sentiment d'infériorité que pouvaient nourrir certains de nos aînés acculturés, sont là, la main dans la main, pour dessiner un autre monde plus à l'écoute, plus juste, plus solidaire.

    Ce monde d'une belle égalité en dignité, je l'ai vu défiler, le 9 juin 2020, à Genève, pour dire "NON AU RACISME" et à ses corollaires.

    - El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies - Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Droits humains 5 commentaires
  • Débat urgent sur le "racisme systématique" au Conseil des droits de l'Homme

    Imprimer

    Racisme, georges floyd, nations unies, usa, durban, geneveCe mercredi, à la demande des pays africains, le Conseil des droits de l'Homme des Nations-Unies, qui a repris lundi sa 43ème session interrompue à cause de la covid19, débattra du "racisme systémique" aux USA et dans d'autres pays. Les manifestations internationales réunissant Blancs et Noirs, à la suite du meurtre public et atroce de Georges Floyd par un policier blanc, ont reçu un écho favorable ! 

    GENEVE- (Correspondant permanent) -  La mort atroce de Georges Floyd à Minneapolis aux Etats-Unis d'Amérique, le 25 mai dernier, a ouvert les yeux du monde sur le caractère extrême du racisme, ce crime odieux contre l'Humanité que subit depuis des siècles des Noirs sur toutes les latitudes.  A l’appel du public mondial et au puissant discours de l’Ambassadeur du Burkina Faso au nom du groupe Afrique, le Conseil des droits de l’Homme a accepté d’ouvrir cet après midi, à 15 heures, une session dédiée au racisme dont souffre les Noirs d’Afrique et leurs descendants. 

    En réponse, hier, mardi, aux questions du " Soleil" de Dakar, lors du briefing régulier avec la presse internationale, Mme Alessandra Vellucci de l'Italie, Directrice du Service de l'Information des Nations unies à Genève, a confirmé la tenue d'une session spéciale à la demande des Etats africains et la préparation d'une résolution condamnant le "racisme systémique" soumise aux 47 membres du Conseil des droits de l'Homme.  

    On apprend que le projet de résolution, condamne, entre autres, fermement « les pratiques raciales discriminatoires et violentes des forces de l'ordre contre les Africains et les personnes d'origine africaine et le racisme endémique structurel du système pénal, aux Etats-Unis et dans d'autres parties du monde». 

    La présidente du Conseil des droits de l'Homme, l'Ambassadrice d'Autriche Mme Elisabeth Tichy-Fisslberger, informait que la discussion demandée par le Burkina Faso au nom des pays africains ira au delà du cas de Georges Floyd : " Comme vous avez pu le voir avec les manifestations partout en Europe, y compris à Genève la question du racisme ne se limitera pas uniquement à un seul pays". Notons qu’à Genève, plus de 10.000 personnes, Blancs et Noirs, de tout âge, malgré les restrictions liées à la situation sanitaire mondiale, ont convergé main dans la main, dans une marche historique pour dire Non au racisme ! A Dakar, des patrons de presse ont manifesté devant la place du Souvenir, des éditoriaux ont été consacrés au racisme etc.

    Au delà des Etats-Unis d'Amérique qui avaient claqué la porte du Conseil des droits de l'Homme, la Résolution qui circule actuellement auprès des diplomates et qui sera discuté, ce jour, vise plus large.

    Signalons par ailleurs que d'une manière inédite, de hauts fonctionnaires africains et autres descendants du continent premier ont publié un éditorial collectif, à leurs noms propres, demandant les Nations Unies de " passer des paroles aux actes" dans sa lutte contre le racisme. Ces hauts responsables onusiens, pas moins de 22 secrétaires généraux adjoints du système mondial, ont rappelé que « le fondement des Nations Unies est la conviction que tous les êtres humains sont égaux et ont le droit de vivre sans crainte de persécution ». M. Antonio Guterress, Secrétaire général de l’ONU comme son conseiller Alexandra Dujaric ont réaffirmé les principes des Nations Unies et s’engagent à combattre le racisme à tous les niveaux et notamment au sein même des Nations-Unies. 

    Avec cette résolution et la belle solidarité mondiale à laquelle nous avons assisté ces derniers jours, il s’agira, peut-on l’espérer, de combattre une balafre hideuse qui a longtemps accompagné le visage de l’Humanité qui a besoin aujourd’hui plus que jamais d’une retouche pour être définitivement une humanité justement humaine.

    Photo: AFP

    -El Hadji Gorgui Wade NDOYE- 
    Lien permanent Catégories : Racsime 2 commentaires
  • Massacre d'enfants Noirs par l'apartheid: Il y a 44 ans, déjà, SOWETO !

    Imprimer

    Apartheid, Madiba, Soweto, massacre, enfant, ONU, DROITS, Ce 16juin; c'est aussi la Journée internationale des enfants africains. En effet; la journée de l’enfant africain est organisée chaque année depuis le 16 juin 1991, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l’apartheid le 16 juin 1976.
    Vibrante pensée également au Père Madiba; Nelson Mandela qui fut l'incarnation vivante de l'universalité de l'Homme.


    - El Hadji Gorgui Wade NdoyeContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Droits humains 0 commentaire
  • CORONAVIRUS NOUVEAU: Consignes de la Confédération suisse et des autorités cantonales genevoises au niveau individuel et notamment pour des manifestations publiques

    Imprimer

    coronavirus, Covid-19, hygiène, protection,suisse, geneve, oms, monde Ces mesures respectées au niveau individuel et notamment par les organisateurs de manifestations publiques autorisées dans le territoire suisse, pourraient mieux nous protéger.

    Au niveau des mesures individuelles:

    1- Se laver les mains régulièrement
    2- Tousser dans son coude
    3- Ne pas se serrer la main
    4- Jeter ses mouchoirs dans des poubelles fermées

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : CORONAVIRUS 0 commentaire
  • Etrangers, 8 ans, à Genève: Faites la différence le 15 mars en votant !

    Imprimer

    Votation, Etrangers, charmilles, rencontre, Gorgui NdoyeGenève, j'ai le plaisir de vous inviter à cette rencontre que j'ai l'honneur d'animer ! L'association #EuropeCharmilles, l'initiatrice est l'une des plus respectées de notre Canton-monde pour ses magnifiques réalisations notamment au profit de la jeunesse genevoise. Le 15 Mars, en dehors des Electrices et Electeurs Suisses, les Etrangers qui ont vécu 8 ans à Genève pourront aussi participer au choix des dirigeants de cette grande ville suisse et internationale. Ce n'est pas toujours le CAS. C'est un Droit acquis difficilement, il faudrait donc l'exercer fidèlement. Venez poursuivre la réflexion avec nous. Les candidates et candidats des différents partis en lice y seront, venez discuter aussi avec elles et eux. Vive Genève ! Vive la Suisse !
     
    El Hadji Gorgui Wade Ndoye - ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : 15 Mars votations 0 commentaire
  • Demain 18h30-20h30: Le Château d'Aire ouvert au public pour une conférence sur l'Afrique !

    Imprimer

    Swiss UMEF University, Gingembre littéraire, Afrique, Geneve, Industrialisation, leadershipCe mercredi 29 janvier, le public est cordialement invité à une conférence sur " Quel leadership pour l'industrialisation de l'Afrique?". D'éminents experts, africains comme européens partageront leurs réflexions sur ce sujet. Il s'agit 10ème Gingembre de ContinentPremier et le 1er du nouvel an ! ( cf- affiche) 


    Lancé à Genève le 1er mai dernier, le cycle des " Gingembre" du magazine panafricain Continentpremier séduit un grand public. La Tribune de Genève relaie notamment grâce au blog du chevronné journaliste M.Jean François Mabut les fortes idées partagées par les conférenciers et le public.

    Le succès est tellement grand qu'une caravane sur trois villes a été organisée en novembre au Sénégal autour de trois grandes villes Rufisque, St Louis et Dakar. Voici un concept développé par un Africain à Genève et adopté en Afrique.

    La circulation des humains permet la circulation des idées et favorise un meilleur vivre ensemble. Nous l'avons réussi et remercions toutes celles et ceux qui nous font confiance ! 

    - El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Initiateur du " Gingembre Littéraire" de ContinentPremier.

    Lien permanent Catégories : GINGEMBRE LITTERAIRE 0 commentaire
  • Davos: Abdoulaye Wade à Bruno: " Mais qu'est ce qui se passe ici?". " M. le Président, c'est ce journaliste qui veut vous interviewer"

    Imprimer
    Abdoulaye Wade, davos, Senegal, Bruno Diatta, Suisse, Jounaliste, correspondant presse, ONUAlors que la 50ème Edition du Forum de Davos, démarre, ce 21 janvier 2020, je me rappelle de Davos 2001, avec le Président de la République du Sénégal, le Professeur Wade, le regretté Bruno Diatta, chargé du protocole de la Présidence de la République du Sénégal, M. Babacar Diagne du CNRA, alors Conseiller en Communication du chef de l'Etat. 
     
    --- Ceey Aduna --- Ndeysaan ! 
     
    J'ai réalisé, finalement, mon interview, pour "BBC Afrique" et pour "Le Soleil" de Dakar, dans la chambre du Chef de l'Etat, assis côte à côte, sur le lit, en présence de son épouse Mme Viviane Wade ! 
     
    Je vous raconterai un jour cet épisode. Une dame sénégalaise, bien connue, aujourd'hui, à l'Union africaine, attendait dehors ! Il y a quelque chose de grand chez Abdoulaye Wade, il savait se saisir de la vérité quand la démonstration était nette ! A son retour au Sénégal, le Président Wade m'avait adressé une lettre pour me féliciter de mon attitude patriotique ! L'ancien aide de camp, le Général Cissokho, l'équipe de la presse présidentielle avec Belly Sy, le photographe Faye, s'en souviennent ... sans aucun doute !
     
    Je suis trop vieux pour écrire "Mes Mémoires d'un correspondant de presse africain en Suisse". Quand je serai jeune (lol), je m'y mettrai. In cha Allah !
     
    Je pense que parfois, il faut parler ... surtout quand cela peut être utile et surtout quand beaucoup parlent mais ignorent trop de choses. Surtout quand certains par manque d'intelligence et ou de générosité adoptent certains comportements qui finalement font plus rire qu'autre chose.
     
    Aduna yaagul ! 
     
    Qu'Allahou nous Garde.
     
    - El Hadji Gorgui Wade Ndoye- Seul journaliste ouest africain accrédité auprès des Nations-Unies, à Genève. 
    PDG du magazine panafricain ContinentPremier.Com - Initiateur des " Gingembre Littéraire" de Genève- Suisse. 

     

    Lien permanent Catégories : Hommages 0 commentaire
  • Et si les Milliards " captés" ou " grillés" servaient à industrialiser l'Afrique pour réduire la migration clandestine?

    Imprimer

    J'attends vos commentaires. La "Une" de La Tribune de Genève d'hier m'avait bien fait sourire ! Mais allons au fond des choses.

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye - ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Actualités 0 commentaire
  • "Quel leadership pour l'industrialisation de l'Afrique?" au Swiss UMEF University, 29 janvier,18H 

    Imprimer

    AFRIQUE, LEADERSHIP, INDUSTRIALISATION, UMEF University, ONG 3 D, ONU, UNCTAD, UNIDO, CONTINENTPREMIERPas d'industrialisation, pas de développement? Le mercredi 29 janvier, 18H30-20H30, sur lieu, à Genève, au Swiss UMEF University, une grande conférence publique et gratuite sur "Quel leadership pour l'industrialisation de l'Afrique". Des personnalités reconnues dans leur domaine nous feront ainsi le plaisir d'animer le 10ème Gingembre de ContinentPremier qui rentre en Suisse après une belle caravane très bien réussie au Sénégal entre les villes historiques de Rufisque, Saint Louis et Dakar. 

    Le 10ème Gingembre de ContinentPremier sera économique ! L'accent sera mis sur l'industrialisation du continent africain en s'interrogeant sur sa nécessité et comment la rendre réelle quand on sait que sans industrialisation il n y a pas de développement. Il s'agit donc de voir les défis même de cette industrialisation parmi lesquels une.condition qui semble sine qua non le leadership ! Des personnalités respectées dans leur domaine nous font l'honneur de nous en dire plus dans un très beau cadre au château de l'Umef Université, 185 rue d'Aire ( Bus 7. L'arrêt est en face du Campus).


    Swiss UMEF University et ContinentPremier.Com vous souhaitent la bienvenue. Conférence publique suivie d'un apéritif.

    S'inscrire:
    Courriel: info@continentpremier.com
    ou par sms: 0041 76 446 86 04

    Lien permanent Catégories : GINGEMBRE LITTERAIRE 0 commentaire
  • Présidence du Conseil des droits de l’Homme: L’Autriche remplace le Sénégal.

    Imprimer

    CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME, SENEGAL, AUTRICHE, SUISSE, DROITS DES FEMMES, SDN, ONULe Conseil des droits de l’Homme qui s’est réuni, le vendredi 6 décembre 2019, aux Nations-Unies, à Genève, a élu son nouveau president pour l’année 2020.   Il s’agit de l’Autriche, présenté par l’Union européenne, qui va assumer cette importante responsabilité confiée l’année dernière au Sénégal dont la présidence a été saluée. 

    Palais des Nations-Unies–(Genève)- Madame l’Ambassadeure Elisabeth Tichy-Fisslberger de l’Autriche va, désormais, et pour une année, diriger le Conseil des droits de l’Homme en remplacement de son homologue Coly Seck qui a assumé, avec brio, cette responsabilité au nom de la République du Sénégal. 

    A l’endroit du Sénégal, l’Ambassadrice autrichienne dira : « Vous avez dirigé les activités du Conseil avec une combinaison unique entre un engagement imperturbable pour la cause des droits de l’homme et une habilité diplomatique remarquable visant à assurer que tous soient à bord de ce véhicule commun qu’est le Conseil ».  

    Elisabeth Tichy-Fisslberger compte poursuivrele travail accompli par le Sénégal et, très éprise des symboles, elle rappelle que 2020 est le 25ème anniversaire de la Conférence de Beijing sur les Femmes, le centenaire de la créationde la Société des Nations (SDN), ancêtre des Nations Unies qui aura 75 ans !   La nouvelle Présidente compte veiller sur l’application des droits humains et notamment sur ceux des femmes sur toutes les latitudes en collaboration avec les Etats, la société civile.

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE, journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com
    Lien permanent Catégories : Actualités 0 commentaire
  • Handicapés de Rufisque: Une Sénégalaise, avec ses amis Français, a remis des fauteuils roulants.

    Imprimer

    Seynabou Ndiour, Handicap, Nations Unies, Antonio Guterres, RufisqueQuelques jours, avant la célébration, ce jour, 3 décembre, de la journée mondiale des handicapés, Madame Seynabou Ndiour, ancienne du lycée Abdoulaye Sadji, remettait un lot de fauteuils roulants à des femmes handicapées, de la la ville de Rufisque. Un geste hautement salué par les bénéficiaires. 

    RUFISQUE-(Sénégal)- Vivant à Paris, depuis près de 25 ans, Mme Seynabou Ndiour a, toujours, à cœur de participer au développement de son pays notamment en ayant un impact direct sur les populations nécessiteuses. Le 15 novembre dernier, elle a procédé, ainsi, à l’occasion d’une cérémonie sobre, à la remise d’un don de matériel aux sociétaires de la Maison des handicapés de Keury Kao, Rufisque, qui en a tant besoin !

     Une action allant dans le sens des efforts du Gouvernement du Sénégal et des Nations-Unies: "Garantir les droits des personnes handicapées, c'est être fidèle à la promesse qui est au coeur du programme 2030: ne laisser personne de côté", a martelé Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations-Unies, en cette Journée dédiée aux Handicapés. 

    Mme Ndiour justifie son action par solidarité et par humanisme : « Il m’a paru essentiel de mener une action pour participer à une petite échelle à la prise en charge des personnes en situation de handicap dans notre société sénégalaise où beaucoup de familles, dans une situation économique difficile, ont d’autres priorités quotidiennes ».

    Il y a quelques années, quand j’ai su que du matériel en très bon état pouvait être récupéré, en France, j’avais envisagé une collecte pour en faire bénéficier des populations de ma ville qui n’ont pas les moyens de se payer un équipement pour leur mobilité, a expliqué la donatrice. Cette dernière qui a apporté un sourire à des handicapés à Rufisque, anciennement une des quatre communes (Rufisque, Dakar, Saint- Louis et Gorée) de plein exercice au temps de la colonisation et dont les habitants jouissaient de la nationalité française contrairement au reste du pays soumis au code de l’indigénat, remercie M. Samir Sakho pour le transport du matériel et les donateurs français. Il s’agit de l’association PEP CBFC (délégation de Dijon) plus précisément l’Institut d’Éducation Motrice (IEM) qui accompagne des jeunes handicapés moteurs de 3 à 20 ans et qui a mobilisé leurs jeunes usagers dans ce projet solidaire en offrant ce matériel à l’association départementale des personnes handicapées de Rufisque. Au delà de ce lot de matériel constitué de 11 fauteuils roulants, Mme Ndiour n’a pas oublié l’hôpital de Rufisque qui va bénéficier d’un premier lot de matériels composé de verticaliseurs, de 2 sièges orthopédiques, d’une poussette canne et de deux cartons de calle pieds pour fauteuils : 1 fauteuil roulant électrique tout terrain et 3 fauteuils roulants manuels.

    Monter en échelle 

     La bienfaitrice ne compte pas s’arrêter à ce qu’elle appelle « un premier essai » et souhaite nouer un vrai partenariat avec l’association départementale des personnes handicapées de Rufisque dont le siège, situé non loin de la mer, est en mauvais état et est souvent victime de vol de matériels. Mme Arame Diakhaté, présidente de la Maison des handicapés et sa collègue Ndèye Seyni Ngom qui travaillent, bénévolement, « ont salué le geste de leur compatriote qui apporte une bouffée d’oxygène à la Maison tout en ouvrant de belles perspectives pour l’avenir. » 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE – (ContinentPremier.Com)- Journaliste accrédité auprès de l’ONU, Genève- Suisse.   

    ENCADRE :  Sénégal : La Loi d’orientation sociale aura bientôt 10 ans !

    Rappelons que le Sénégal compte près de 800.000 handicapés pour une population de 15 millions d’habitants. Par personnes handicapées, on entend toutes les personnes qui présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut porter atteinte à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité. La Loi d’orientation sociale n° 2010-15 du 6 juillet 2010 relative à la promotion et à la protection des droits des personnes handicapées est le résultat d’une demande sociale ayant abouti à la mise à disposition de 50.000 cartes dites de l’égalité à des handicapés. Un geste remarquable qui est cependant loin de répondre aux besoins de tous les handicapés. Les politiques de promotion et de protection sociale des personnes handicapées ont été pour l’essentiel, guidées et sous-tendues par des dispositions internationales qui se sont révélées sans impact réel sur les cibles, note le Gouvernement du Sénégal. Ce constat avait amené le Conseil interministériel tenu par le Gouvernement, le 30 octobre 2001 sur la prise en charge et l’intégration des handicapés, à recommander l’élaboration de cette loi d’Orientation Sociale devant servir de cadre à une politique publique en faveur de cette couche de la population particulièrement vulnérable, reconnaît le gouvernement.  Il s’y ajoute que l’élaboration d’une telle loi est également une très forte revendication des associations regroupant des personnes handicapées et des institutions qui s’investissent dans la défense et la promotion de leurs droits.

    E.G.W.N.

    Lien permanent Catégories : Solidarité 0 commentaire
  • La Monnaie Africaine FCFA héritée de la France en débats demain Mercredi à la Maison des Associations

    Imprimer

    Entrée gratuite et invitation à vous toutes et tous ! Demain, mercredi 9 octobre 2019, à 18H30, à la Salle Chico Mendès de la Maison Internationale des Associations, 15, rue des Savoises, près du Moulin rouge, à la place du cirque ! 

     

    FCFA, ZLECA, CNUCED, ONU, AFRIQUE, FRANCE, AOF, COLONIES, DECOLONISATION, CHERIF SALIF SY

    Lien permanent Catégories : Débats 0 commentaire
  • ERIC ZEMMOUR: Condamné par la justice française pour propagation de " LA HAINE RELIGIEUSE".

    Imprimer

    Zemmour, racisme, france, haine, religion, islam, colonialisme, esclavage"Définitivement condamné à 3.000 euros d'amende pour provocation à la haine religieuse après des propos anti-musulmans tenus en 2016, après le rejet de son pourvoi en cassation", informe l'AFP. La Cour de cassation a rejeté ainsi le pourvoi contre sa condamnation par la cour d'appel de Paris le 3 mai 2018.

    Eric Zemmour: le petit guignol de #France vient d'être condamné définitivement par la justice française pour des propos racistes anti-musulmans !


    Ce petit type qui est devenu un espoir "intellectuel" en France pour certains démontre à souhait la décadence de la pensée en #Hexagone. Comment le pays de #Sartre en est arrivé là ? Son autre acolyte Finkielkraut vient pour sa part de donner une interview où il essaie de mettre un peu d'eau dans son moulin en regrettant ses sales propos d'une " France Black Black Black" ! Mais tant que la France, je parle de l'Etat continuera à mentir sur ses relations avec l'#Afrique, continuera à couvrir ses crimes contre l'Humanité en Afrique, de pauvres idiots comme Eric Zemmour représenteront ses Lumières !


    Il est temps que la FRANCE demande #PARDON à l'#AFRIQUE. Tout ce vacarme qu'on pense poser en contre feu pour masquer la partie hideuse de l'Histoire de ce grand pays ne fera faire qu'émerger des extrêmes.
    Les souteneurs de la nouvelle idéologie actée par un journal raciste comme #ValeursActuelles travaillent en réalité pour élire en France #Marine Lepen.


    Je voudrais leur dire du côté des Noirs d'Afrique: Tant pis pour vous! Ce n'est point l'Afrique qui souffrirait que la France élise la fille de Jean-Marie.
    Je l'avais déjà dit ici il y a des années... et à ce rythme la pauvre Marine a toutes ses chances pour être la nouvelle patronne de l'#Elysée.


    Il est bon de vouloir donner des leçons au monde entier mais qu'il est sain et cathartique de balayer devant sa porte et surtout de reconnaître ses crimes !


    Quoiqu'il en soit au moment où on espère amadouer des leaders africains pour dit-on " passer à autre chose", émerge en Afrique comme ailleurs une nouvelle élite qui ne compte rendre compte qu'à sa Conscience: rendre à l'Afrique sa DIGNITE honteusement confisquée !

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Racsime 8 commentaires
  • 40 ans de l’Olivier – Fête de l’Olivier 2019 – 4ème festival des musiques arabes et méditerranéennes

    Imprimer
    WHEN: 20 September 2019 @ 18 h 00 – 22 September 2019 @ 23 h 55
    WHERE: Alhambra-Genève
    Rue de la Rôtisserie 10
    1204 Genève
    Switzerland
    COST: une soirée 45.- / AVS enfants -12ans 35.- trois soirées 100.-
    CONTACT: ICAM-L'Olivier: 0041 22 731 84 40
    Lien permanent Catégories : Où sortir à Genève 0 commentaire
  • Invitation:Grand Débat sur le RACISME au Club de la presse. C'est ce soir suivi d'un apéritif !

    Imprimer

    RAPPEL à toutes celles et à ceux qui disent #NON au #RACISME, à vous qui voulez savoir comment est née et se développe la bête immonde, ses conséquences, comment y faire face?, je vous donne rendez-vous ce soir au club suisse de la presse au 3ème #GingembreLittéraire de ContinentPremier. C'est à 19 Hs. Fin 20H30. Entrée gratuite ! Apéritif offert. Venez nombreux ! 

    Grand Débat sur le Racisme !

    Le troisième Gingembre Littéraire de ContinentPremier, ce lundi 9 à 19h, organisé en collaboration avec le Club suisse de la Presse dans ses locaux, 106 rue de Ferney, nous invite autour d'un Grand Débat sur " La Résurgence du Racisme et de sa Banalisation: Que faire?". Le principal intervenant est Docteur Doudou Diène, expert des Nations Unies et ancien Rapporteur de l'ONU sur le Racisme. Le débat verra la participation d'autres acteurs de la lutte contre le racisme. C'est ainsi que Maître Fofana et Mme Zeller, psychologue au Bureau genevois d'Ecoute et de lutte contre le racisme sont conviés à ce panel pour expliquer leurs expériences dans ce domaine. Le débat sera modéré par M. Alpha Mamadou Diallo, chargé de production multi médias aux Nations Unies.

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - PDG- ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : GINGEMBRE LITTERAIRE 0 commentaire