05/01/2012

Gaétan Vannay, responsable de la rubrique internationale de la radio suisse romande : ‘La communauté internationale n’est pas assez forte dans son opposition face à Bachar Al Assad’

gaetanvannay.JPG

Grand reporter, le journaliste suisse était l'un des rares journalistes occidentaux présents en Libye aux durs moments des combats entre les forces de Kadhafi et les rebelles.Il s'est aussi rendu en Syrie, en prenant énormément de risques pour faire son travail de journaliste.Gaetan Vannay a séjourné à Zentan, en Libye les deux dernières semaines de mars et en Syrie, il est resté à Hama du 19 juillet au 3 août 2011.Le lauréat du Prix Jean Dumur 2011 nous raconte ses différentes expériences qui lui ont valu cette auguste reconnaissance.

GENEVE - Entre les feux de l'Otan, les bombardements des troupes de Kadhafi, les attaques des soldats d'Assad, notre confrère suisse raconte les souffrances des populations. Son travail lui a valu la reconnaissance internationale. Il aurait pu également y laisser sa vie, comme tant d'autres avant lui. Dans son Rapport annuel, rendu public cette semaine, la Presse emblème campagne (Pec) qui avait demandé au Conseil des droits de l'Homme d'assurer la sécurité des journalistes au cours des violences dans la République arabe syrienne, informe au niveau mondial qu'au moins 106 journalistes ont été tués en 2011.


Massacres en Syrie


Le journaliste suisse n'atteste pas, durant sa présence en Syrie, des nombreux massacres dont seraient victimes les populations excédées par le pouvoir autocratique du président syrien qui a hérité le pouvoir de son père. Le journaliste n'invente pas des faits. Il raconte ce qu'il a vécu, ce qu'il a vu, en toute objectivité : 'Moi, ce à quoi, j'ai assisté s'est passé en deux temps. D'abord, ce sont dix jours de manifestations pacifiques et extrêmement bien organisées tous les jours et surtout les vendredis après la prière qui rassemblaient quelques dizaines de personnes. Les manifestations étaient pacifiques, bien structurées et les gens n'étaient pas armés.'
Quid des bandes armées ? Gaetan Vannay assure qu'il n'a pas vu des bandes armées qui terrorisaient le gouvernement syrien, comme le prétendent les autorités syriennes pour justifier leur violence à l'égard des populations en révolte. Notre interlocuteur poursuit : 'Un matin, j'ai vu arriver des chars et des forces de sécurité à Hama pour commencer la répression. Je les ai vus tirer sur les populations qui essayaient de se protéger comme elles pouvaient.' Gorge nouée, notre interlocuteur se retient, et poursuit comme s'il était investi d'une mission de témoigner, afin que personne ne dise 'je ne savais pas' : 'J'ai vu aussi six ou sept personnes armées du côté des opposants'.

Lire la suite ici/

http://www.walf.sn/international/suite.php?rub=6&id_art=77953


Article publié ce 4 janvier 2012 par Walfadjri-Sénégal, quotidien privé imprimé à Dakar, en page Internationale



Auteur El Hadji Gorgui Wade NDOYE, journaliste accrédité à l'ONU directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

02:29 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gaetan vannay, radio suisse romande, rts, presse, syrie, libye, nations unies, suisse, walfadjri, continent premier | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye