10/06/2013

Cachemire-Inde: Sardar Amjad Yousaf Khan, Directeur exécutif de KIIR dénonce la violente répression des autorités indiennes.

Cachemire.jpg

Directeur d'une ONG pour les droits de l'Homme au Cachemire, Sardar Amjad Yousaf Khan, a participé aux travaux du dernier Conseil des droits dont le siège est à Genève. Comme beaucoup de défenseurs des droits humains, il pense trouver sur les terres d'Henry Dunant une oreille attentive aux causes de son peuple qui se bat depuis 1947 pour son autodétermination. 

Le conflit opposant l'Inde et le Pakistan au sujet du Cachemire est profond, plonge ses racines dans le passé des deux pays et structure leurs relations bilatérales, tumultueuses depuis 1947. Cette rivalité ininterrompue, les trois conflits qu'elle a provoqués ont conduit à figer la situation sur le terrain, au détriment des populations concernées, analysent les spécilaistes.

Dans un dossier écrit en anglais avec des photos très dures montrant des jeunes devenus borgnes à cause de l'utilisation par l'autorité indienne, selon M. Khan, des mitrailleuses à poivre et autres armes non léthales mais dangereuses contre les manifestants Cachemiris. Pour lui, il ne fait aucun doute : " l'Inde teste sur les populations de Cachemire ses armes nocives." C'est pourquoi il en appelle à la communauté internationale notamment au Conseil des droits de l'homme afin qu'ils protègent son peuple. Amnesty international aurait interpellé sur ce sujet le Gouvernement indien.

La Documentation française que nous avons consultée, suggère pour une sortie de la question du Cachemire : 


"Dans le court terme, l'urgence est de favoriser la baisse de la tension pour éviter une guerre ouverte avec le risque nucléaire qu'elle comporte. Il est donc souhaitable de soutenir les tentatives de médiation entreprises successivement par la Russie et par les États-Unis, les deux principaux partenaires, respectivement, de l'Inde et du Pakistan. Il leur revient prioritairement de rétablir les conditions d'un dialogue minimal et de contribuer à établir des mesures de confiance permettant une désescalade, à charge pour le Pakistan de mettre un terme aux infiltrations au Cachemire et pour l'Inde, d'y répondre par des signes tangibles. Dans un second temps, il est souhaitable que des partenaires reconnus puissent les aider à poursuivre ce dialogue pour traiter des problèmes bilatéraux. La position indienne de refus de toute médiation internationale sur le Cachemire semble aujourd'hui dépassée par l'internationalisation de fait du dossier et par la très grande réticence des deux pays à retrouver la voie d'échanges bilatéraux constructifs pouvant aboutir à la résolution du conflit […]. Ni en Inde, ni au Pakistan ne se [dessinent] les grandes lignes d'un compromis acceptable pour les deux parties. En revanche, l'évolution intérieure des deux pays et de la situation internationale pourrait être porteuse d'espoir."

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Directeur des publications du magazine panafricain (ContinentPremier.Com)

19:48 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cachemire, inde, amjad yousaf khan, révolte, nations unies, armes paralysantes | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/10/2011

Le basculement du monde vu par la Présidente de la Confédération!

Micheline Calmy-Rey inaugure une édition 2011 du FIMNS riche en événements

La présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey a inauguré lundi soir le 27e Forum Médias Nord Sud en évoquant une « communauté mondiale de destin » ouvrant la voie à de nouveaux modes de pensée. Cette édition du Forum sur le thème  le monde bascule-t-il ?, est accessible librement au public jusqu'à vendredi au Centre International de Conférences de Genève.

«  Les défis globaux sont susceptibles de nous affecter tous, riches ou pauvres », a relevé Micheline Calmy-Rey. « Nous vivons aujourd'hui dans un monde polycentrique, où les processus locaux, nationaux, régionaux et globaux sont liés. » Pour la présidente de la Confédération, la gouvernance mondiale doit désormais inclure d'autres acteurs que les Etats, notamment les forums d'affaires, les organisations non gouvernementales et les défenseurs des droits de l'homme.

Une édition dédiée aux pays du BRICS

Le Forum est consacré cette année au basculement du monde, avec l'importance croissante du groupe des puissances émergentes appelé BRICS. Il s'agit du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud, nouveaux pôles de l'économie mondiale.

Chaque jour l'un de ces pays est au centre des colloques et projections de films. En début de soirée, un film documentaire particulièrement marquant et emblématique est projeté en accès libre. Mercredi, ce sera Pink Saris, de Kim Longinotto, consacré à un gang d'activistes indiennes.

Film-événement sur Khodorkovki projeté jeudi

Jeudi, en soirée, un film-événement, portrait de l'oligarque russe Khodorkovki, sera projeté en présence du réalisateur Cyril Tuschi. Pour rappel, le réalisateur, menacé par le KGB, avait été cambriolé à plusieurs reprises, les malfaiteurs ayant notamment emporté un montage de son film juste avant sa projection à Berlin.

Grand talk show pour les 27 ans du Forum vendredi

Une proclamation du palmarès aura lieu vendredi soir, suivie d'une soirée exceptionnelle sous forme de grand talk show pour clôturer cette ultime édition du Forum, en présence d'invités ayant marqué les éditions précédentes.

Mercredi, 19h : Pink Saris, de Kim Longinotto.
Jeudi, 19h : Khodorkovki, de Cyril Tuschi, en présence du réalisateur.
Vendredi, 20h : grand talk show des 27 ans du FIMNS

Programme complet sur : www.nordsud.ch

 

03:10 Publié dans Communiqué | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : medias, nor- sud, forum, cicg, jean philippe rapp, brics, khodorkovki, afrique du sud, brésil, inde | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye