10/11/2012

Eshter Ackerman ce 11 novembre en concert devant la Synagogue

EstherACK (2).jpg

L'artiste journaliste joue le 11 novembre, à 19 heures, à la Place de la Synagogue, dans le cadre de la 6ème édition de la Semaine des religions.     Une initiative suisse sous le haut patronage de l’Office fédéral des migrations, avec différentes manifestations régionales  organisées par la Plateforme interreligieuse de Genève sous le haut patronage de Mme Ruth Dreifuss, ancienne Présidente de la Confédération. 

La Semaine des religions (SdR) est régulièrement mise sur pied, depuis 2007, durant la semaine qui suit le premier dimanche de novembre. Selon les organisateurs "cette séquence d’événements a pour but de favoriser des rencontres entre personnes d’horizons spirituels et culturels différents et promouvoir le vivre ensemble dans une société plurielle et laïque.  

 

Cette année l'accent est mis sur le judaïsme et le christianisme avec comme thématique générale : Rencontrer l’autre Remonter dans le temps. 

 

Mme Esther Ackermann, la belle voie juive genevoise qui fait revivre la mémoire de ses ancêtres à travers la musique ladino est une fervente actrice du dialogue religieux et culturel. La présence de l'auteure de « A la una yo naci » qui sera accompagnée à la guitare par Paco Chambi, donnera sans nul doute un éclat certain à l'heureuse initiative suisse.  

 Notons avec wikipedia, que la synagogue Beth-Yaacov de Genève , connue initialement sous le nom de «Grande synagogue de Genève», est située au n°7 de la place de la Synagogue. Édifiée entre 1857 et 1859 par l'architecte zurichois de confession protestante Johann Heinrich Bachofen. Première synagogue construite dans la cité, elle est aussi la première synagogue — aux traits bien distinctifs — construite en Suisse . Elle est classée monument historique depuis 1989. 

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du magazine panafricaine en ligne www.ContinentPremier.Com

 

03/03/2012

Esther Ackermann: Un rossignol pour porter haut la culture ladino.

esther.jpgElle écrit. Elle Chante. Elle s'appelle Esther Ackermann, journaliste suisse, héritière de la grande civilisation juive, notre collègue fait revivre avec émotion, humanité et de manière admirable la chanson juive ladino. La journaliste vient de sortir un très beau disque « A la una yo naci » dont le vernissage officiel a lieu ce soir, à genève. L'écriture qui a ses mystères pouvant être parfois trop personnelle, la journaliste qui a reçu le don d'une belle voix, chante, en plus, pour toucher plus de monde afin de porter plus haut et en toute douceur la culture de ses ancêtres exilés de force.

« Ce vernissage, c'est comme fêter une naissance et partager la joie qui en découle. C'est vouloir être dans le don car nous ne sommes que de passage sur terre et je pense qu'il faut partager nos univers ». Les thèmes abordés dans le répertoire d'Esther Ackermann sont universels et s'inscrivent dans son univers. La femme à la plume belle et à la voix miel interpelle tout le monde de par sa grâce. « Mes chansons, célèbrent la vie, tout simplement. Je fais de la musique car c'est le seul canal qui me permette d'exprimer tout ce que je ressens, notamment la tendresse », dit-elle.

Conserver l'héritage et partager avec les humains

Expulsés d'Espagne, en 1492, au moment où Colomb « découvrait » l'Amérique, les Juifs espagnols - deux cent mille environ -, dit-on, se répartirent dans le bassin méditerranéen et maintinrent leur langue (commune alors aux tenants des trois religions), dans le nord du Maroc et dans l'Empire Ottoman. Le ladino est une langue créée par les rabbins espagnols pour traduire et enseigner les textes sacrés hébreux. On explique qu'il consiste à traduire un mot hébreu par un mot espagnol et toujours le même à moins que ne s'y opposent des considérations exégétiques, en respectant l'ordre des mots et la syntaxe de l'original hébreu. La langue a donc une syntaxe hébraïque, mais un vocabulaire roman, au contraire du judéo-espagnol qui a lui une syntaxe romane.

Ces exilés auront dans leur cœur et dans leur esprit leur la langue, et en bandoulière tout un chansonnier, tout un « contier » et tout un « proverbier ».

esther1.jpgAlors que les générations passent, la jeunesse juive, à l'image d'Esther Ackermann fait revivre la mémoire des ancêtres en portant l'héritage avec foi abnégation générosité et partage car enfin, l'Humanité doit se nourrir de toute sa diversité pour paisiblement vivre son unité.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

Infos :

Rendez-vous, ce jeudi 1er mars 2012.

Heure : 20 heures 30 à 22 heures 30

Lieu : Catalyse , avenue Rosemont 14, 1208 Genève, Geneva

Transport : (Tram 12, arrêt TPG Grange-Canal).

 

04:37 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : esther ackermann, culture juive, le ladino | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye