06/11/2011

La fête du Mouton ou Eid El Kabir à Genève?

mouton.jpg Un de mes neveux vivant au Sénégal, Djibril, a bien voulu m'écrire sur ma page Facebook pour me dire "Papa comment se passe la fête à Genève. Je pense à toi et Déwénati". Cela me fait beaucoup de biens de savoir que ces jeunes grandissent si vite et qu'ils utilisent à merveille les nouvelles technologies de l'information. Parfois même, ils se connectent grâce à leur portable. On rappelle que l'Afrique compte près de 360 millions d'abonnés à la téléphonie mobile!

Revenons à cette note de mon neveu! La fête du Mouton se passe le plus souvent chez nous en famille. C'est comme qui dirait Noël qui voit beaucoup de familles se retrouver en Occident autour d'un repas ou pour certains d'aller prier ensemble à l'église!

Au Sénégal, comme dans de nombreux pays musulmans, l'Eid el Kabir, fête du sacrifice ( Al-Adha) ou Tabaski dans la langue Wolof (majoritairement parlée au Sénégal), est le lieu de retrouvailles, de joies, d'échanges le tout nimbé d'une spiritualité qui célèbre le sacrifice d'Abraham. Ce dernier pour témoigner sa foi et sa soumission à Dieu, avait décidé, uniquement sur la base d'un rêve pendant lequel  Allah lui avait demandé de " Tuer son fils" Ismaël, de passer à l'acte. Et c'est au moment où son couteau était prêt à égorger ce fils bienaimé, que le Seigneur envoya l'ange Gabriel lui porter un mouton à la place d'Ismaël. C'est ce geste que les Musulmans perpétuent depuis des siècles!

Les enfants d'aujourd'hui, eux, sont très contents du retour de ce jour fondateur. Au Sénégal, par exemple, les enfants ont de nouveaux habits, de nouvelles chaussures. Ils peuvent aussi aller de maison en maison à la quête d'étrennes que les adultes donnent et reçoivent, en échange, des prières des mômes tout ravis!

Un moment de Pardon et de renaissance !

Mais ce que je note de plus important, c'est qu'après la grande prière surérogatoire du matin (2 rakkas) suivie du sermon de l'Imam, les fidèles s'embrassent et chacun dit à son vis à vis : " Je te demande de me pardonner si je t'ai une seule fois offensé". Et vice versa. Et c'est ainsi avec tout le monde. La Tabaski annonce dès lors quelque part une renaissance de l'humain. La personne rentre dans un nouveau monde comme le jour de sa naissance, sans péché! Il peut aimer à nouveau ses " ennemis" de la veille, celles et ceux avec qui elle a eu des brouilles, renouvelle sa confiance à sa famille, à ses amis et s'engage sans contrat, rien qu'avec son coeur et son esprit nouveaux, à respecter le contrat social.

C'est cela la magie de la religiosité si elle est bien comprise! Bien vécue! Bien enseignée!

Je disais donc en réponse à Djibril, ce qui m'a, du reste, permis de renouveler le statut de mon Mur sur Facebook:

La fête de Tabaski, fête du Mouton, ou la plus grande fête théologiquement parlant de l'Islam se passe plus tranquille ici à Genève que chez moi au Sénégal mais la Communauté musulmane de Suisse prie dans les différentes mosquées, chacun peut aussi se recueillir chez lui dans la piété et le souvenir du Sacrifice de notre Grand Père à nous toutes et tous: Juifs, Chrétiens, Musulmans, toutes celles et ceux qui se réclament du monothéisme: j'ai nommé le Patriarche Abraham ou Ibrahima le Père du Monothéisme. Je présente toutes mes excuses à vous toutes et tous. Pour ma part, j'ai pardonné et je prie Dieu d'avoir toujours un cœur doux noble et généreux!

Déwénati (Bonne fête et à l'année prochaine).

El hadji Gorgui Wade Ndoye (ContinentPremier.Com)

 

14:43 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fête du mouton, tabaski, eid el kabir, islam, geève, musulman | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye