27/01/2012

Festival de Films de la Diaspora Africaine Cinémas du Grutli du 27 au 29 janvier

Aux Cinémas du Grutli dès ce vendredi 27 au 29 janvier 2012.

Le Festival des Films de la Diaspora Africaine est né en 1993, à Manhattan (NYC). Depuis il étend sa toile en Amérique du Nord, à Paris et désormais aussi à Genève, pour vos offrir le meilleur des cinématographies de la diaspora africaine, du nord comme du sud :

Des films venus du Brésil, du Burkina Faso, des Etats-Unis, du Maroc de France et de Curaçao pour offrir un échantillon d'images et de modes de vie partageant une origine commune: l'Afrique.

VENDREDI, 27 JANVIER 2012

19H   -  UNE FEMME PAS COMME LES AUTRES de Adboulaye Dao (VOF) Burkina Faso, 2009, 101mins Comédie de mœurs. Mina (Georgette Paré), dirigeante d'entreprise prospère de Ouagadougou, décide de prendre un deuxième mari, dans une société polygame où la polyandrie est une grande première...

21H   -   THE KILLING ZONE de Joe Brewster (VO English) USA, 2003, 80mins - drame psychologique

Ancien enfant soldat adopté aux Etats Unis, Malcolm gère un cabinet médical où il est témoin du meurtre de son père adoptif. Ce qui lui rappelle son enfance de violence. Avec Isaach de Bankolé.

SAMEDI, 28 JANVIER 2012

15H   -   A DIOS MOMO de Leonardo Ricagni  (VO espagnol, English subtittles)  Uruguay, 2005, 100mins

Obdulio, Afro-Uruguayen de 11 ans, vit avec sa grand-mère et vend des journaux dans les rues de Montevideo. Il ne sait ni lire ni écrire, jusqu'au jour ou il rencontre le charismatique gardien de l'entrepôt du journal.

17H   -   UNE FEMME PAS COMME LES AUTRES de Adboulaye Dao   (VOF)

19H    -  Comment conquérir l'Amérique en une nuit de Dany Laferrière   (VOF)  Canada/Haiti, 2004, 96mins - comédie  - Fraîchement arrivé à Montréal avec l'intention de conquérir l'Amérique en charmant la femme blonde, Gégé, jeune Haïtien débarque chez Fanfan, son oncle casanier et chauffeur de taxi.

21H  -   BESOURO de João Daniel Tikhomiroff  (VO port - ss titres français) Brésil, 2010, 94mins - action

Film d'action à gros budget, Besouro retrace l'épopée du légendaire « Mestre » de capoeira Besouro Mangangá, au début du XXème siècle, dans sa lutte contre l'oppression, aidé des orishas du vaudou.

DIMANCHE, 29 JANVIER, 2012

14H   -  FAMILY MOTEL de Helene Klodawsky  (VO english, ss-titres français) Canada/Somali, 2008, 88mins - drame Mère courage somalienne réfugiée au Canada, Ayan, expulsée de son logement pour un retard de loyer, se retrouve avec ses filles dans un hôtel où sont parqués les laissés pour compte de la ville.

16H   -   TAGNAWITUDE de Rahma Benhamou El Madani (VO français & arabe, ss-titres français) France/Algérie/Maroc, 2010, 80mins - documentaire, en présence de la réalisatrice :

«J'ai rencontré l'esprit Gnawa de très bonne heure quand j'étais petite fille, et que je voyais ma mère pratiquer la transe. Elle entrait lentement dans cette attitude extrême jusqu'à oublier le monde extérieur et ses limites»

18H   -   FAIS DANSER LA POUSSIERE de Christian Faure - (VOF)   France, 2009, 90mins - drame

Elevée par sa mère Bretonne, Maya, qui n'a jamais connu son père noir, part à la recherche de l'autre moitié de son histoire. A la croisée des chemins, elle parvient à se hisser au sommet de son art : la danse.

20H30  -   AVA ET GRABRIEL de Felix de Roy  (VO papiamentu & néerlandais sous titres anglais)

Curaçao, 1990, 101mins 1948 à Curaçao, Gabriel, peintre du Surinam, veut peindre une vierge noire avec pour modèle Ava, jeune métisse fiancée à un policier blanc. Ce qui va déclencher bien des controverses.

 

12:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, où sortir ce soir, grutli, films, diaspora | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

15/12/2011

Assassinats gratuits de Noirs en Occident et ailleurs: Que faire?

Épaules contre épaules mes plus que frères Sénégalais et Africains Debout!

PhotoAFP.jpgFace aux crimes passant vite aux faits divers et se répétant de manière perpétuelle contre les Noirs d'Afrique en Europe et ailleurs, la Diaspora africaine n'a d'autre choix que de s'organiser. Soyons nos propres lumières ! Au-delà de nos différences au niveau statutaire dans nos divers pays d'accueil et au-delà de la responsabilité première qui incombe à tout Etat : la protection de ses citoyens, une organisation forte de la Communauté noire est aujourd'hui plus que jamais nécessaire.

La honte de Florence

Alors que deux Sénégalais sont à terre, voici ce que l'on peut lire : "Nous sommes seulement en présence d'un individu qui, avant de tuer des pauvres gens à coups de feu, avait déjà montré qu'il n'était pas entièrement sain d'esprit. Un fou, rien de plus", selon l'éditorialiste italien, Vittorio Feltri, dans Il Giornale (droite), quotidien de la famille Berlusconi. Cependant dans sa majorité la classe politique italienne y inclus le parti de l'extrême droite dont est membre l'assassin qui se sera suicidé avec un courage macabre, dénonce : "Une folie raciste". Le Gouvernement du Sénégal a publié, pour sa part, un communiqué où il exprime toute son "indignation" en promettant que "la lumière sera faite".

Douleur partagée

Je voudrais très humblement m'associer à la douleur des familles sénégalaises éplorées par le fol assassinat d'une suprême et extravagante lâcheté des leurs mardi à Florence en Italie. Les extrêmes droites européennes doivent éduquer leurs militants. Oui, il y a trop de sang noir versé dans ce vieux Continent pour la liberté du monde ! Basta ! Basta ! Basta ! A mes sœurs et frères de la Diaspora, oui, l'Heure est venue plus que jamais de pousser le Véritable Cri Nègre. Celui là qui libère et fédère. Celui là qui s'enracine dans nos hautes valeurs d'Humanisme de Tolérance et d'Ouverture. Celui là aussi qui défend la Dignité humaine depuis des siècles et des siècles immémoriaux !

A nos frères et amis d'Italie, je voudrais dire ceci,  nous savons reconnaître un Mussolini, un Berlusconi d'une Maria Montessori ... Vous et nous demandons que justice soit faite et engageons nous ensemble pour faire reculer les barrières de l'ignorance et de la haine qui tuent, luttons solidairement pour mettre fin à la grande barbarie : le RACISME !

Que faire ?

A cette question que me posent Maria et tant d'autres à la suite de mon billet posté sur ma page facebook sur l'assassinat, hélas; et encore de Sénégalais en Europe, je réponds qu'il nous faut chacune et chacun là où l'on se trouve s'organiser! C'est triste à dire à dire mais il n y a pas de Communauté Africaine. Nous sommes dispersés, divisés parfois inutilement méchants les uns envers les autres. Nos Ongs forment pour la plupart des réseaux clientélistes ou sont arrimées à celles du Nord. Attendez donc la réaction de nos amis de Human Rights Watch, d'Amnesty International, de Sos Racisme, des Bureaux d'intégration etc...!

Personnellement, je crierai Haut et Fort à l'ONU le vendredi matin à l'occasion de nos briefings réguliers avec la presse internationale pour dire honte à celles et à ceux qui tolèrent que le Sang de mes Sœurs et Frères continuent à irriguer sans raison la Terre ! Ensuite, ai-je suggéré à mes amis sur internet, tournons nous vers nos gouvernements pour leur demander de faire leur boulot premier : La Protection de leurs citoyens ! Par ailleurs pour lier la parole à l'action, j'invite toutes les associations africaines, les ongs qui défendent encore l'égalité humaine à une marche des Africains devant l'ONU, au Parlement européen à Bruxelles et devant le Gouvernement italien etc... A mon avis, une grande marche de solidarité et d'unité des Africains au Palais des Nations Unies à Genève sous « la chaise cassée » aurait une vraie portée Historique. Les organisations internationales qui s'occupent des réfugiés et des migrants à l'image de l'organisation mondiale pour la migration (OIM) qui vient de publier un rapport pour susciter la positification de la perception de la migration de même que le HCR (Haut commissariat pour les réfugiés) doivent redoubler d'attention et condamner publiquement de tels actes qui sont aux antipodes du Droit humanitaire international et des Conventions des Nations Unies sur les droits de l'Homme.

Cependant, faudrait -il le rappeler nous devons être nos propres Lumières mes Frères et Sœurs... ainsi, les autres, qui ne sont autres que nous, nous respecteront et ne joueront plus avec notre sang aussi rouge que le leur, comme ils n'osent plus verser un certain sang d'une certaine Communauté bien soudée.

L'Unité fait la force

Voici, par exemple, pourquoi nous devons nous organiser. Mercredi, l'artiste planétaire, Johnny Hallyday est obligé suite à l'indignation de la Communauté des homosexuels à s'excuser par écrit après avoir prononcé ces mots: "Alain Delon c'est un vrai mec de toute façon. Je ne pense pas être un pédé non plus, hein?". Il répondait à la question de Michel Denisot : «Qui est le plus vrai mec, Johnny Hallyday ou Alain Delon?». Cette réponse ayant enflammé la communauté des gays sur internet, le chanteur français qui dit n'avoir visé personne est quand même contraint de s'excuser. Et que peut-on attendre à la suite des assassinats ou meurtres perpétrés contre les Noirs ici et là ?

Depuis, Cape Town, Afrique du Sud, Samba Alassane Thiam Président du Mouvement  Jambar nous a fait parvenir un communiqué dans lequel son mouvement se dit  « choqué par la recrudescence des crimes racistes en Europe et présente ses sincères condoléances aux parents et aux amis des disparus, aux compatriotes sénégalais établis à Florence, Italie ». Par ailleurs le mouvement Jambar « condamne fermement les extrémismes, et notamment les activités politiques des cercles rétrogrades légalement constitués, qui renseignent sur la vivacité de l'esprit suprématiste dans les sociétés européennes. ». Le mouvement note qu'au niveau des États, nos gouvernants se sont rendus complices du durcissement des politiques d'immigration à l'endroit des communautés africaines sans aucune mesure de réciprocité. Rapportées à la dimension humaine, la crise financière qui secoue l'Europe et la remontée de ces partis d'extrême droite, qui associent en période pré-électorale l'insécurité civile avec l'immigration, ont terminé de saboter la cohabitation et d'encourager la recrudescence des thèses politiques rétrogrades.  Au-delà des excuses publiques dont on peut le moins attendre du Gouvernement italien, Samba Alassane Thiam « invite le ministère des Sénégalais de l'Extérieur à poursuivre « Casa Pound », association d'extrême droite italienne dont un membre, décoré et fêté, a assassiné nos compatriotes. »

L'absence de la presse africaine

Cet assassinat des Sénégalais ne fait pas la Une ailleurs qu'en Italie et même! Et en Afrique, combien de journaux en ont parlé? Imaginez-vous un instant si c'était un Noir d'Afrique qui avait commis un tel crime odieux ? Ou si celui qu'on a fini d'appeler un fou pour dédouaner encore une fois les racistes de leurs actes imbéciles avait tiré sur un fils de ministre, d'un Chef d'Etat africais sur un imam ou sur un jeune étudiant Juif ?

Nous devons être nos propres Lumières !!!! Je me rappellerai toujours de cette phrase que me confia six mois avant sa mort, à Genève, le Doyen des artistes africains Sembène Ousmane qui dans un entretien que j'ai publié disait aimer la  musique des rappeurs. Il avait de la vision et il était un homme libre et d'actions. Ce dont nous devons méditer profondément.

 

Photo/ AFP. Les corps des sénégalais criblés de balles et gisant à terre!

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité à l’ONU, directeur de publication du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

Contact/ 0041-76-203-61-62

Email/ g.ndoye@continentpremier.com