14/05/2014

Syrie, le négociateur onusien Brahimi a démissionné! Sur les traces de Kofi Annan qui savait!

DSC_2459.JPGSyrie, le négociateur onusien Brahimi a présenté sa démission au Secrétaire général de l'ONU! C'est Ban Ki Moon, lui-même, qui a donné, hier, mardi 13 mai 2014, l'information. La Syrie est détruite. Le pays est appelé à des élections présidentielles!

Rappelons que l'Algérien, Lahdar Brahimi, diplomate aguerri n'a ménagé aucun effort avec ces fameux Geneva rounds mais c'est sans compter avec la détermination d'Assad pas si impopulaire qu'il a été présenté, le manque de maturité des leaders de l'opposition à son régime, les calculs horribles des puissances: USA, Russie, UE, la folie d'un certain Sarkozy, l'incapacité de la Ligue arabe à régler les problèmes arabes à l'image de l'incapacité de l'Union Africaine.

Kofi Annan qui n'est pas né de la dernière pluie avait compris qu'on lui présentait une affaire minée dès le départ, il avait demandé des garanties qu'il n'a pas obtenues alors le Ghanéen sentant le doux piège labyrinthique avait gentiment rendu le tablier mettant fin à son rôle de médiateur dans ce conflit fratricide ! Entre en jeu Brahimi, un renard de la diplomatie! Mais seul face à des tigres et des hiboux !

Hier, présent à l'Office des Nations unies à Genève, Kofi Annan a eu la gentillesse de venir me serrer la main et de s'enquérir de mon travail laissant de côté son escorte. L'ancien SG se rappelle, sans doute, de ce jeune journaliste noir qui devait arracher, il y a 15 ans parfois le micro, face à la meute des grandes agences qui régentent l'info mondiale à qui on donnait soigneusement la parole pour poser toutes les questions de l'Humanité ! Comment faire dès lors pour mettre une perspective africaine dans l'information Mac Do ! Parler de l'Afrique et de ses questions sans condescendance, avec honnêteté, réalisme et objectivité: tel a été toujours le sens profond de ma démarche pour inscrire dans le respect l'Afrique dans le vrai jeu de l'Humanité une et indivisible. 

Kofi Annan, est un autre grand Africain qui a beaucoup appris des jeux et enjeux de la Géopolique mondiale. Un charisme sans ride ni ridule, une épouse élégante et présente, c'est toujours un plaisir de boire un café avec le Grand KofI l'homme à la boule zéro, aux cheveux cendres qui avait dit Non à Bush sur sa guerre contre l'Irak !

 


El Hadji Gorgui Wade Ndoye,
Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

16:09 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : annan, kofi, brahimi, onu, ban ki moon, assad, usa, ua, afrique, syrie, ghana, algérie | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

20/12/2012

"Pendant 132 ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal" François Hollande.

hollande.jpg"Nous avons ce devoir de vérité sur la violence, les injustices, les massacres, la torture". "Il est nécessaire que les historiens aient accès aux archives" le Président français François Hollande.

Pour apaiser les mémoires blessées, favoriser une réécriture plus juste de l'Histoire du colonialisme français, François Hollande, en visite officielle en Algérie, a tenu à remettre les pendules de l'Histoire à l'Heure. Dans un discours prononcé devant les parlementaires algériens, François Hollande a fustigé le colonialisme. "Ce système a un nom: c'est la colonisation et je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien". Il cite parmi les souffrances nombreuses infligées au peuple d'Algérie: «les massacres de Sétif, de Guelma, de Kherrata" qui seront les éléments déclencheurs de la Guerre d'Algérie de 1954 -1962. Ces massacres «demeurent ancrés dans la conscience des Algériens mais aussi des Français" a insisté Hollande. "Nous avons le respect de la mémoire, de toutes les mémoires".

Après Dakar, François Hollande tient un discours historique à Alger, cette nouvelle posture des autorités françaises marque une réelle rupture avec les années Sarkozy.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye (ContinentPremier.Com)

14:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francois hollande, algérie, bouteflika, france algérie, histoire coloniale | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

02/11/2012

TOUSSAINT 2012-TOUSSAINT 1954 : LA LONGUE LUTTE ALGÉRIENNE!

algérie, indépendance de l'algérie, toussaint, sétif, guelma, kherrata,Ce 1er novembre, Toussaint 2012, c'est aussi la fête d'indépendance de l'Algérie ! En souvenirs du déclenchement de la sale guerre qui a eu lieu le 1er novembre 1954.

Une longue guerre qui , en réalité, avait commencé le 8 mai 1945 avec les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata!

L'Etat français avait massacré sans scrupule des milliers de nationalistes et manifestants algériens qui lui demandaient de respecter ses engagements après que les tirailleurs ont accompli leurs devoirs envers la la Métropole !!!!

Un jeune scout musulman aura eu la "mauvaise idée" de mettre en évidence le drapeau algérien celui que cousaient des femmes, en cachette, dans leur cuisine ! Ce jeune fut fusillé par un policier.

On connait la suite, pour aller vite, il y a eu les Accords d'Evian.

Il y aura en 1962 l'indépendance acquise dans le sang et la douleur.

N'oublions pas que c'est dans ce pays que la France accomplit son premier essai nucléaire !!!

Au peuple libre d'Algérie, Respect ! Mais le Vrai Combat aujourd'hui au delà de la préservation de la Mémoire est un Combat pour le Progrès pour l'avenir notamment pour la Jeunesse !

Vive l'Afrique ! Vive l'Algérie

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

04:13 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : algérie, indépendance de l'algérie, toussaint, sétif, guelma, kherrata | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/04/2012

Ahmed Ben Bella : Un homme qui refusa toute sa vie d’être raciste envers ses oppresseurs français !

 

Ahmedbenbella.jpgAu Peuple d'Algérie Frère et à tous les Africains, mais aussi à ses amis français, je présente mes condoléances pour le rappel à Dieu d'Ahmed Ben Bella, le premier Président de l'Algérie libre. Je voudrais respectueusement m'incliner devant sa mémoire pour la lutte mémorable qu'il a menée avec les autres Algériens pour la libération de leur pays sous joug colonial.

Je ne vous dirai pas que s'il n'y avait pas cette guerre que les différents gouvernants français nommaient honteusement la crise d'Algérie, l'Afrique Noire ne serait jamais libre, en tout cas, et clairement dans les années 60.

La Loi cadre ou Defferre a été précipitée en 1956 pour mieux s'occuper de l'Algérie dite française. Le Maroc de même que la Tunisie ont été libérés pour mieux s'occuper de l'Algérie! Mais ces deux nouveaux Etats ont fait jouer les liens de sang, la fraternité religieuse pour soutenir le FLN et éviter l'encerclement des Fellaghas!

Des Sénégalais ont été envoyés pour casser de l'Algérien, ils étaient Musulmans pour certains mais ils luttaient pour l'intégrité territoriale de leur patrie: la France qui allait de Dunkerque à Mostaganem!

Aux Nations Unies les Africains s'étaient divisés en pro Français et pro Algériens. Les nouveaux Etats africains indépendants ont eu des postures différentes quant à la question algérienne. Entre Africains on s'est même traités de traitres selon qu’on est pour ou contre la cause algérienne! C'est dire la centralité de la question algérienne à l’époque dans les relations internationales!

Et contrairement à ce que certains ont soutenu, Léopold Sédar Senghor, l’ancien président du Sénégal et futur membre de l’Académie française celui-là même qui a corrigé la Constitution française de 1946 était bien pour l'Algérie indépendante. Sur ce dossier il était sur la même ligne que son ancien premier ministre et rival Mamadou Dia.

 

L'autre secret c'est qu'effectivement l'une des raisons fondamentales de la séparation du Mali ( ancien Soudan français) et du Sénégal est liée à la crise algérienne. Le Général de Gaulle avait d'autres chats à fouetter que de s'occuper de la Fédération du Mali.

Ben Bella un homme du pardon

Je retiens de Ahmed Bella que j’ai rencontré deux ou trois fois à Genève et qui m’a fait le plaisir de me recevoir longuement en tête dans son bureau à la Fondation Nord Sud Développement, cet homme qui a refusé jusqu’à la fin de sa vie de détester ceux qui avaient opprimé son peuple, ceux contre qui il s’est battu. Lors de la préparation de Conférence de Durban à Genève, il me confiera : « Je ne peux être raciste.». Je lui ai fixé un regard profond pour lui dire sans ouvrir ma bouche et pourquoi et comment ? Le sage africain, me dira alors : « Vous savez quand nous luttions pour notre indépendance des Français étaient aussi avec nous. Et quand j’ai failli être tu Saumure, ce sont des Français comme Jean Paul Sartre qui m’ont sauvé la vie. »

Il s’appelait Ahmed Ben Bella. Musulman, résistant face au colonialisme c’est-à-dire la domination de l’homme par l’homme. Il avait 95 ans. Il est Algérien. Il est né Français. Il meurt chez lui en Algérie algérienne auprès de sa famille.

Repose en paix Doyen

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste sénégalais accrédité aux Nations-Unies, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com