06/12/2013

Nelson Mandela : quelle leçon pour les dirigeants africains?

mandela, madiba, aparteheid, afrique du sud, afrique, abdou diouf, francophonie L' Organisation des Nations unies met en berne son Drapeau dans tous ses sièges et synchronise avec l'Afrique du Sud pour observer la Minute de silence dédiée à Son Excellence le Président de la République d'Afrique du Sud ( 94-99) mort à 95 ans, Nelson Mandela ! Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie a déclaré que " Le monde et l'Afrique pleurent la perte d'une conscience universelle." 

Un homme isolé comme son peuple, martyrisé, battu est sorti dire à ses bourreaux: Marchons ensemble pour un monde plus égalitaire plus solidaire plus fraternel et combattons la main dans la main toute haine toute domination de l'homme sur l'homme. C'est cela que je retiens fondamentalement de Madiba.

Il laisse derrière lui beaucoup d'espoirs et tant de défis à relever mais il a vécu en serviteur de son peuple et il est mort en seigneur.

« Au-delà des multiples hommages que suscite légitimement la noblesse de son itinéraire, me remonte à la mémoire le combat héroïque et douloureux d’un homme d’engagement qui, appuyé par ses frères africains de Dakar au Cap en passant par les pays de la ligne de front, démantela l’odieux système de l’apartheid. Devenu chef d’Etat d’une nation sud-africaine divisée, il en fit une nation arc-en-ciel, prête à aborder une nouvelle phase de son histoire. Il me paraît indéniable que Nelson Mandela continuera, pendant très longtemps, à inspirer les femmes et les hommes de notre temps ainsi que les générations futures », a ajouté Abdou Diouf.

Que nos leaders en Afrique, enfin, enfin, alors oui enfin ouvrent les yeux sur ce que la simplicité, l'honnêteté le sacrifice pour des idéaux nobles, le service peuvent procurer dans la balance de l'Eternité. Jarama, Jerejef, merci, gracias, choukraan Mandela. 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste accrédité aux Nations-Unies, Genève, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com 

17:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mandela, madiba, aparteheid, afrique du sud, afrique, abdou diouf, francophonie | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

11/03/2013

Verbophonie: Yverdon les Bains accueille la première édition du festival en l'honneur de la langue française.

Yverdon les bains, francophonie, festival francophone, verbophonie, daniel favre, journalistes francophones, défense du français, 20 mars 2013Yverdon, au milieu de la Suisse romande, entre Genève et le Jura, sera le centre d'une intense et riche festival qui se déroulera du 23 au 24 mars. Cette première édition entièrement gratuite a été lancée par des journalistes «fous» qui font de la défense de la Langue française une pétition de principe ! La semaine du 20 mars, Journée mondiale de la Francophonie, est partie pour être historique cette année en Suisse.

GENEVE- L'association suisse des journalistes de langue française (Asjlf) propose dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la Francophonie une riche gamme d'activités culturelles ouvertes à toutes les générations. Il s'agit selon son Président, Daniel Favre, ancien Rédacteur en Chef de la radio suisse romande «d'assurer une forme de présence de la langue française en Suisse romande.». Avec, son trait d'humour légendaire, Daniel Favre, par ailleurs, membre-fondateur et secrétaire général de l’Association « Défense du français » annonce: « Ce festival est ouvert à tout public, à tous les tintins de 7 à 77 ans.» Et il y a de quoi se presser à Yverdon les Bains, le programme est plus qu'alléchant!

Les festivités francophones seront marquées par des séances de dictées orthographiques, des chansons, un café francophone qui regroupera des intellectuels, des rappeurs, des éditeurs, des hommes politiques etc, et de l'improvisation.

Le Secretaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, a instruit le Suisse Pierre de Cocatrix, son directeur de Cabinet de même que quelques cadres de l’OIF à se joindre au festival. «C'est un soutien moral que nous apprécions», a déclaré M. Favre. L'équipe du Secrétaire général de l'OIF sera ainsi en direct au téléphone avec les festivaliers.

Notons que le festival est transmis totalement et radiophoniquement surwww.voxinox.ch

El Hadji Gorgui Wade Ndoye

Plus d'infos voir ici : http://www.francophonie.ch/

 

15/10/2012

Kinshasa, Dakar, Genève : Les victoires de la Francophonie!

DioufMacky.jpgLe Sénégal organisera le XVe Sommet de la Francophonie en 2014 ! Le pays de Galandou Diouf, Senghor, accueille son bébé devenu un grand adulte ! Les Chefs d'Etat de la Francophonie réunis ce week end à Kinshasa veulent rendre un hommage mérité à l'actuel Secrétaire général de l'OIF, le Président Abdou Diouf, successeur de Léopold Sedar Senghor à la magistrature suprême du Sénégal. 

 
Abdou Diouf pourra ainsi prendre une retraite après avoir traversé pleinement deux siècles de présence dans l'espace politique sénégalo-africain et mondial !!! 
 
Macky Sall, l'actuel Président du Sénégal reçoit entre ses mains périssables un héritage riche et complexe. 
 
Vive le Sénégal de l'E
sprit !
 
A Genève, le peuple a voté pour une nouvelle Constitution qui veut promouvoir et défendre la langue française. 
 
Une nouvelle Constitution adoptée malgré des débats parfois houleux entre les tenants et les opposants de cette Charte fondamentale qui au delà de ses imperfections veut défendre également la place de toutes les religions dans la République. 
 
Les Genevois ont sans nul doute marqué un grand pas dans l'approfondissement du dialogue interreligieux et des cultures.
 
Genève compte pas moins de 194 cultures et les gens vivent en Paix ! Quoi de mieux !
 
logo.gifEl Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste accrédité aux Nations Unies, Observateur de l'utilisation de la Langue française au sein des organisations internationales à Genève, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

03:29 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : abdou diouf, macky sall, constitution, genève francophonie, kinshasa | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

09/07/2012

LA FRANCOPHONIE PLURIELLE A L'ASSAUT DU MONDE.

FrancophonieFORUM.jpgLe premier forum mondial de la langue française ouvert le 2 juillet par Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie a pris fin le 6 juillet dans une ambiance de fraternité et de fête. La 45ème édition du Festival d'été de Québec qui s'est mis aux couleurs de la Francophonie des peuples a pris le relais en consacrant toute une soirée à la musique francophone. A l'occasion un message émouvant de l'ancien Président du Sénégal a été lu par le canadien Michel Audet , Commissaire général du Forum devant les festivaliers drapés des couleurs des différents pays membres de l'OIF.

CLOTURE EN APOTHEOSE DU PREMIER FORUM MONDIAL DE LA LANGUE FRANCAISE: LA FRANCOPHONIE PLURIELLE A L'ASSAUT DU MONDE.

QUEBEC- (CANADA)- Mille trois cents personnes présentes pour huit cents prévues et malgré des refus de visas notamment des ambassades canadiennes de Nairobi et d'Accra, 104 pays représentés, des discussions ouvertes et de haut niveau avec à la clé 15 fortes propositions sur la table des Chefs d'État de la Francophonie qui se réuniront en octobre prochain à Kinshasa, le premier Forum mondial de la langue française est une «réussite», annoncent les organisateurs. Satisfaction et soulagement, les mots sont de Clément Duhaime, Administrateur général de la Francophonie qui en l'absence d'Abdou Diouf rentré vite à Paris pour des raisons familiales a su superviser de main de maître le Forum des indignés de la langue française.

Les représentants de la jeunesse du monde francophones, des jeunes qui occupent des positions dans leur communauté qui leur prédestinent à un avenir de leadership, note Michel Audet, ont marqué ce Forum historique abrité par la province du Québec, berceau de l'Amérique francophone.

En 2010 à Montreux, les Chefs d'Etats de la Francophonie avaient confirmé la proposition faite par le Secrétaire général de l'OIF d'organiser un forum citoyen et ouvert sur la langue française .Entre temps, un rapport sur la langue française était rendu publique. «Un pari risqué, on nous disait qu'on n'allait pas mobiliser les gens.», rappelle Clément Duhaime qui souligne qu'un un Commissaire général a été nommé avec une équipe formidable «que nous avons appuyée dès le départ.». Malgré le peu de temps qui leur a été donné entre Montreux et Québec, l'équipe du Haut Commissariat du Forum dirigé par Michel Audet secondé par le Sénégal Rémy Sagna a accompli un travail de titan qui a été reconnu par tous. Des jeunes sont venus de la Palestine, de Chine, d'Argentine etc, pour créer des liens, des amitiés et bousculer les convenances diplomatiques afin d'insuffler un nouveau départ à la Francophonie leur patrimoine commun. « Nous avons organisé ce Forum en enlevant le filtre politique et le filtre diplomatique avec une programmation ouverte qui a permis aux jeunes francophones de s'exprimer très librement» a martelé Michel Audet qui a insisté sur les thèmes abordés: mobilité des jeunes, des gens d'affaires, des chercheurs, des artistes..., multilinguisme, la valorisation de la langue française sur le continent africain et au Québec, le développement des capacités ( écoles, enseignement supérieur, le numérique).

En réalité, à défaut d'avoir un prochain Secrétaire général de la trempe du Président Abdou Diouf, l'OIF qui fait face à un grand défi lié au recul du français dans les instances internationales devra se doter d'un programme fort pour susciter plus d'adhésion et marquer de son empreinte humaniste la mondialisation.

Rendez-vous dans 3 ans

Pour faire suite aux grandes idées développées à Québec, la proposition de la tenue d' un deuxième forum a été émise. Dans les couloirs on annonce même que Bertrand Delanoé, Maire de Paris très présent à ce Forum sur la langue français a fait part de son intérêt que Paris soit l'hôte du prochain Forum. Il s'agit donc de ne pas casser l'enthousiasme particulièrement celui des jeunes, a souligné Clément Duhaime qui a dit aux journalistes à la conférence de presse de clôture que: «Le Secrétaire général de l'OIF a pris la décision de dire au Sommet de Kinshasa qui se tiendra en moins de 100 jours, il y aura un deuxième forum dans 3 ans car Il y a urgence d'agir pour justement faire du français l'une des plus grandes langues mondiales.»

Photo: Site du Forum de la langue française, ici le Public au lancement du festival d'été de Québec à la soirée Le français d'abord!

TEXETE: El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com, Observateur de la langue française aux Nations Unies à Genève www.francophonu.org

07/07/2012

Une indignation légitime pour la défense de la langue française

gorguiWadeNDOYE.jpgLe Forum des indignés de la langue française ouvert le 2 juillet 2012 par le Secrétaire général de la Francophonie a pris fin le 6 juillet 2012 à Québec, berceau de l'Amérique francophone. La tenue de ce premier forum de la langue française qui a réuni 1500 personnes de 104 pays a été voulue par les Chefs d'État de la Francophonie sur initiative du Président Abdou Diouf Secrétaire général de l'organisation internationale de la a Francophonie.

Une quinzaine de propositions sur la Table des Chefs d'État de la Francophonie. Des jeunes ont porté haut le flambeau de cette francophonie plurielle, celle des peuples. La Francophonie comme expression d'un humanisme vivant qui souhaite apporter sa promesse dans la redéfinition des relations des hommes entre eux des peuples entre eux par le truchement de langue française. Cette langue est pour nous Africains un héritage, l'autre parle de butin de guerre, un autre d'outil de notre aliénation, encore un autre un moyen pour nous peuples de la polyphonie un outil singulier de nous adresser au reste du monde. La langue française du Sénégal certes le plus proche de celle de France n'est pas celle du Québec ni de la Suisse, ni celle de la Côte d'Ivoire...

Chaque peuple a su dompter par son tempérament cette langue pour la débarrasser de toutes scories dominatrices pour en faire sa langue. Une langue qui peut certainement être en conflit avec nos langues nationales si l'on fait une analyse rapide et superficielle de sa prégnance dans nos sociétés, mais c'est oublier le message subliminal de la diversité que véhicule non seulement cette langue mais la Francophonie telle que définie par Léopold Sedar Senghor qui demandait d'installer d'abord confortablement le nouveau né dans sa langue maternelle. Défendre cette langue n'est pas soutenir un colonialisme français moribond ni lutter contre cette belle et exaltante langue de Shakespeare que nos enfants ont tout intérêt à apprendre pour multiplier leurs relations avec le monde. Pour ma part je me réjouis de pouvoir parler français, de travailler en anglais, de prier en arabe, de rêver en Wolof, de sentir l'espagnol, d'entendre même le chinois en ouvrant mes oreilles et mon cœur à autrui.... N'est ce pas, vous aussi ?

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journalsite, Observateur de l'utilisation de la langue française aux Nations Unies et dans les organisations internationales.

 

05/07/2012

CANADA: ABDOU DIOUF SANS DETOURS: «On ne peut vouloir le rayonnement de la langue française et fermer ses frontières à ceux qui parlent le français»

ABDOUDIOUFETSTEPHANEHARPER.jpgLe Président Abdou Diouf a dit, lundi 1er juillet 2012, à Québec, ses quatre vérités aux pays occidentaux francophones, à l'occasion de la tenue du premier Forum mondial sur la langue française qui se tient au Canada du 2 au 5 juillet. La tenue de ce Forum a été décidée par les Chefs d'État de la Francophonie à la suite du Sommet de Montreux d'octobre 2010.

QUEBEC- (Canada)- Le refus de visa d'entrée aux francophones du Sud par leurs frères du Nord n'est pas du goût du Président Diouf.

«Je le dis fermement: une langue ne peut survivre à l'enfermement, elle ne circule jamais mieux qu'avec ses locuteurs. On ne peut vouloir le rayonnement de la langue française et, dans le même temps, fermer ses frontières à ceux qui parlent le français, qui étudient le français, qui créent en français. Donnons toutes les raisons aux jeunes, singulièrement en Afrique, de continuer à croire au français!» a martelé le Gardien du Temple de la Francophonie. Les mots du Secrétaire Général de l'organisation internationale francophone ont été largement applaudis par près de 1500 délégués réunis à Québec.

 

Suite ici: http://www.francophonu.org/?article=79

 

NB: Vos commentaires et contributions sur ce sujet et sur la langue française que défend l'association des journalistes francophones en Suisse sont les bienvenus. Vous pouvez envoyer votre message à cette adresse courriel: observateur@francophonu.org

21/12/2011

Je te salue fils de Ngilann, toi Léopold Senghor, Noir, Français et Africain : il y a dix ans tu nous quittais !

senghor_noir_et_blanc05.jpgPoète-président, tirailleur sénégalais, catholique à la mère musulmane, premier noir agrégé de grammaire française et membre de l'Académie, la mémoire de Sédar, qui signifie celui que l'on ne peut humilier reste dans nos souvenirs, éternelle. Léopold Sédar Senghor, fils de Diogaye Basile et de Ngilaan Bakhoum fut le premier président du Sénégal indépendant.

Père de la jeune Nation sénégalaise, Senghor n'en était pas moins un fidèle à la France, ne dira -t-il pas dans ses envolées lyriques dont il a le secret : « Seigneur Dieu parmi les nations blanches place la France à la droite du Père. ». Senghor a lutté contre les préjugés raciaux, s'est intégré suffisamment dans la culture française jusqu'en en assimiler l'essence.

Je me rappelle (en fouillant à la Bu de l'assemblée française ses prises de paroles de 52 à 1958)  ses positions en tant que député noir français au Palais Bourbon quand il usait jusqu'à en abuser, avec si belle perfection, de la belle langue de Molière pour mettre au pas ses adversaires blancs sur des questions comme l'indépendance disons l'autonomie des pays d'Afrique et celle d'Algérie. Il était soldat dans l'armée française pendant que son pays devenu celui de Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa  était sous la domination allemande.

Le Sérère (une des ethnies) du Sénégal fut fait prisonnier. Au cachot ne cédant pas au désespoir il prit sa plume pour parler de la situation de maltraitance extrême des prisonniers Noirs.

La France est libérée et aux premiers rangs des bataillons étaient les Noirs d'Afrique et leurs frères du Maghreb. Lui comme tant d'autres pouvaient également espérer de la France plus de la reconnaissance comme l'avait promis De Gaulle! "La fidèle Afrique, comme l'appelait Senghor, serait sûrement récompensée pour avoir contribué à cette victoire et pour sa loyauté envers la France au temps du danger".

On gardera aussi de Senghor le Chef d'Etat qui pouvait être dur car il croyait à la magie du travail qui libère, il était un fin politicien qui face à l'adversité savait prêter une oreille attentive. C'est lui qui ouvrit la voie de la démocratie à son pays alors que le reste de l'Afrique noire était en majorité sous le joug de militaires ou autres dictateurs bien connus.

C'est encore Senghor, même s'il y a été aidé, qui quitta volontairement le pouvoir pour le céder à Abdou Diouf, l'actuel Secrétaire général de la Francophonie qui me confia un jour, à Genève, qu'il était fier de l'héritage de Senghor et qu'il l'assumait.

Senghor a laissé aux Sénégalais à défaut de le développer un pays enraciné dans de hautes valeurs culturelles et humanistes ouvert aux souffles du monde et profondément assis sur un socle de dialogue fécondant et de paix.

Alors que la stabilité proche et future du Sénégal interpelle chaque Sénégalaise et chaque Sénégalais à l'approche des élections présidentielle et législatives du mois de février prochain, le souvenir de Senghor en ce 20 décembre, date de sa mort, n'est qu'un viatique pour plus de vie et de joie au Sénégal.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité à l'ONU, direceteur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

02:44 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : leopold senghor, abdou diouf, sénégal, france, poète, président d'afrique, tirailleurs, de gaulle | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/12/2011

Manifestations violentes à Kinshasa : La Francophonie et la Suisse préoccupées.

AbdouDiouf.jpgCongo- RDC-Abdou Diouf appelle au calme (politiciens) et à la retenue (militaires). A noter que le communiqué du S.G de la Francophonie va droit au but et ne prend pas position sur la réélection contestée du Président Joseph Kabila.

GENEVE- Des sources concordantes font état de morts et de nombreux blessés à la suite de manifestations anti Kabila à l'annonce de sa réélection. Les partisans d’Etienne Thisékédi qui s’est autoproclamé Président organisent la riposte pour arracher la victoire à Joseph Kabila Président déclaré vainqueur même si tous les observateurs sur place ont noté des irrégularités lors du scrutin.

Interrogée au Club suisse de la presse quelques jours auparavant sur la situation fiévreuse au Congo à l’approche de la proclamation des résultats, la Présidente de la Confédération suisse, Micheline Calmy Rey déclarait à ContinentPremier.Com que « la Suisse était préoccupée. »
Reste à savoir si malgré sa confirmation le prochain Sommet de l'OIF se tiendra toujours à Kinshasa!
Sur un autre registre, et à l’occasion du 63ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, Abdou Diouf a évoqué les processus de transition démocratiques qui ont marqué l’année 2011, notamment dans le monde arabe. « Cette journée du 10 décembre, dit-il, doit être l’occasion de saluer l’engagement et la mobilisation des défenseurs et militants des droits de l’Homme qui ont défendu, parfois au péril de leur vie, les droits et libertés fondamentales des populations, contribuant ainsi largement aux processus de démocratisation dans des contextes souvent difficiles.»
Depuis plus d’un an, de formidables mouvements populaires en faveur de la démocratie, des droits de l’Homme et des libertés ont bousculé le monde arabe, constate l’OIF. L’organisation internationale de la Francophonie a très tôt affirmé la nécessité de prendre sérieusement en compte ces aspirations tout à fait légitimes des populations, qui correspondent clairement aux valeurs et aux principes défendues par l’Organisation et qui sont inscrits dans la Déclaration de Bamako. « Ces transitions demeurent cependant fragiles et les mois à venir seront décisifs pour enraciner ces avancées essentielles. Il nous faut donc demeurer vigilants et actifs », a martelé l’ancien Président du Sénégal dont le pays va vers une élection présidentielle majeure au mois de février prochain.

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité à l’ONU, directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

11:02 Publié dans 2012 Elections Présidentielles et Législatives au | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : congo, rdc, kabila, thisekedi, abdou diouf, oif, francophonie | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye