17/11/2016

Grande réflexion sur l'Afrique à l'ONU: Entrée libre, s'inscrire pour le badge

"L’émergence africaine face aux défis de l’éducation, de l’égalité, de la paix et de la sécurité"

Le magazine panafricain ContinentPremier.Com, avec le soutien de l’Union Africaine, de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de la Mission du Sénégal, à Genève, a le plaisir de vous convier à cette importante réflexion qui aura lieu le

Vendredi 18 novembre 2016

de 18H30 à 20H00

à la Salle 9, Palais des Nations-Unies.

 Merci de confirmer votre présence en envoyant votre nom et prénom à 

info@continentpremier.com 

Très longtemps l’image de l’Afrique a été réduite notamment dans les média en Occident et dans l’opinion publique à cette terre lointaine, lieu de la pauvreté, de la famine, des guerres, des maladies avant de laisser place progressivement à une sorte de Terre promise, on parle de l’Afrique comme l’avenir du monde donc de l’Humanité.

Il s’agira dès lors de voir comment mesurer aujourd’hui le développement africain et ou ses potentialités économiques ? etc.

ContinentPremier.Com vise à travers cette rencontre à favoriser un dialogue riche dense franc et ouvert autour des opportunités qui s’offrent aujourd’hui plus que jamais à l’Afrique qui devra également relever des défis pour jouer pleinement son rôle dans le 21ème siècle et au-delà.

Les intervenants: 


Mary Teuw Niane, ElHadji As Sy, Aya Thiam, Didier Péclard, ContinentPremier, Gorgui Wade Ndoye, Université de Genève, Afrique, Mali, Sénégal, Union Africaine, Francophonie, Ridha Bouabid, Jean Marie Ehouzou1- Pr. Mary Teuw NIANE,
Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de la République du Sénégal.

Mali Ambassadeur.jpg2- Madame Aya THIAM, Ambassadeure de la République du Mali auprès des Nations-Unies.  

 

 

As SY.jpg3- Monsieur El hadji As SYSecrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix rouge et du Croissant rouge (IFCR).

Didier Peclard.jpg4- Dr Didier PECLARDMaître de Conférences, Directeur du Master en Etudes africaines de l’Université de Genève.

 

Modération : M. El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur des publications de ContinentPremier.Com

Mots de Bienvenue des Ambassadeurs Ridha Bouabid de la Francophonie, Jean-Marie Ehouzou de l’Union Africaine et Coly Seck du Sénégal.

L'Organisateur:

ContinentPremier.Com :

un magazine panafricain en ligne

au Coeur de la Genève internationale !

ContinentPremier avec l'association du même nom a initié des concerts de la Fête de la Francophonie co-organisée avec l'OIF, le Gouvernement suisse, le pays invité d'Honneur etc, à la Salle des Assemblées des Nations Unies. ContinentPremier organise également de grandes conférences sur l'Afrique dans la Mondialisation et accueille des journalistes stagiaires de tous les pays, fournit depuis Genève ses articles à la presse africaine. 

Contact et souscription:

Notre credo:

Logo ContinentPremier.Com.jpgL'Afrique est son Berceau le monde est son Lit !

Contacts : Bureau : 0041-22-917-37-89 ---- Mobile: 0041-76-488-86-04 Courriel : info@continentpremier.com

08:00 Publié dans Afrique : Souveraineté et Démocratie., Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

04/11/2016

Tribune de Genève: le couperet est tombé.

Je suis très triste. Le capitaliste logé à Zurich a décidé, ici à Genève, de couper des têtes de journalistes pour mieux se faire du pognon. C'est juste horrible, triste et indécent ! Toute ma solidarité va vers mes soeurs et frères plus que confrères de la Julie !


Je le redis l'accaparement des medias par des secteurs financiers n'augure rien de bon ! Rien ! En Occident, on en parle pas souvent mais il y a une menace réelle de la liberté de la presse: c'est justement le monopole qui tue la "concurrence" et installe insidieusement la dictature dans les médias car si le journaliste est libre de fait, au fond il obéit à une logique d'un patron qui s'il n'interfère pas directement dans la rédaction des papiers, peut toujours selon ses intérêts du moment décider de licencier, de transférer et ou de fermer son entreprise. Et c'est dur car si les journalistes peuvent faire et ou défaire parfois des rois, ils sont le plus souvent seuls quand ils sont eux-mêmes attaqués dans leur Droit. Car comme disent les Wolofs du Sénégal " saabu dou fot boopam", littéralement: le savon ne se lave pas tout seul que je traduis par "Le savon ne fait pas tout seul des mousses". C'est dire que vous n'êtes pas seuls, malgré tout. Vosu avez fait de votre métier un sacerdoce en étant d'excellents médiateurs sociaux. Vous avez couvert les faits et gestes de vos concitoyens en étant le plus proche possible d'eux. Vous pouvez être fiers malgré l'ingratitude d'aujourd'hui.

Aux lectrices et lecteurs, aux citoyens ensemble avec les journalistes d'imaginer une autre manière de financer la presse: notre liberté en dépend, nos savoirs en dépendent !  


Courage à vous. Que vive la Liberté! Que vive la Presse, pierre angulaire de la Démocratie !

Gorgui Wade Ndoye. www.ContinentPremier.Com

13:28 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

01/11/2016

1er Novembre: Le Toussaint rouge d'Algérie !

Algérie, Indépendance, Maroc, Tunisie, Afrique française, Sétif, Guelma1954, l'Algérie vivait un Toussaint de sang qui allait mettre fin à 132 ans de présence coloniale française dans cette terre considérée alors comme un Département français !

Le 1er Novembre? C'est le jour où les fellaghas d'Algérie, comme je le rappelais, empruntèrent le chemin inéluctable pour la libération de l'Afrique coloniale française !N'en doutez pas ! 1954, on était, certes, à quelques années du Discours historique de de Gaulle à Brazzaville annonçant l'autodétermination, des massacres indicibles perpétrés par l'armée française à Sétif et à Guelma qui donnèrent réellement le début de la crise algérienne! Mais c'est effectivement, ce jour du 1er novembre 1954, que des jeunes Algériens ont déclenché ce qui sera appelé plus tard la guerre d'Algérie qui prit fin avec les Accords d'Evian et l'indépendance du pays en 1962. Que vient faire l'Afrique noire française là dedans, et le Maroc et la Tunisie?

Pour notre gouverne, la France décide pour mieux s'occuper de son Algérie française, de se débarrasser des deux ailes : le Maroc et la Tunisie à qui elle donna sur un plateau d'argent l'indépendance et pour les pays du Sahel francophone, la Métropole retarde l'échéance et propose la Loi Cadre ou Defferre qui accorde l'autonomie aux colonies et ouvre la voie à leur indépendance entre 1958 et 1960.

De même l'Algérie doit aussi cette indépendance acquise dans le sang à l'exemplaire solidarité des pays d'Afrique du Maghreb et sud du Sahara nouvellement libres qui ont défendu ses intérêts aux Nations Unies dans ce qui sera appelé la "Question algérienne".

Vous voyez que nous sommes obligés de nous entendre mais faudrait-il nous connaître assez à défaut de nous aimer de nous respecter les uns les autres en nous débarrassant des complexes d'infériorité et de supériorité !

Bonne Fête Algérie ! Meilleurs pensées aux morts en ce Toussaint !

Vive l'Afrique ! Vive l'Humanité.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Direcetur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

14:20 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

30/10/2016

Chefs d'Etat d'Afrique: Aimez vos peuples plus que vos amis. 2007/05/20.

Discours de Dakar, Nicolas Sarkozy, Gorgui Wade Ndoye, Makhily Gassama, Bachir Diagne, Doudou Diène, Mamadou Diouf, Amadou Mactar Mbow, esclavage, colonisation, Traite, Révisionnisme, migrationJe re publie ici ce que disait de Nicolas Sarkozy à la suite de son discours d'investiture après sa victoire contre Ségolène Royal. J'attirais l'attention des leaders africains sur le danger de cet homme et de la nécessité de prendre notre destin en mains en dehors de la France sarkozyste ! 

« Si nous les laissons entrer, ils vont voler notre pain quotidien » : il parlait de toi et moi ».

Auden, dit – on, parlait des juifs d’Allemagne mais, il aurait pu parler des « immigrés » d’aujourd’hui. Mot ambigu qui recouvre le clandestin bosniaque grelottant dans son pardessus, le brillant étudiant africain, le jeune de banlieue pourtant né ici. Le mot immigré est en fait synonyme d’étranger. Et, l’étranger fait peur et ces peurs sont attisées. Par l’extrême – droite dont il est l’ignoble fonds de commerce, mais aussi par des partis politiques dits pourtant fréquentables. « L’immigration est synonyme d’altérité et interroge les identités désormais changeantes de nos pays», constate François Héran, l’auteur de Le temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française.

L’appel de Nicolas Sarkozy envers la Méditerranée dans l’euphorie de son élection à la présidence de la République française et sa main tendue condescendante envers l’Afrique de manière générale, devraient pousser nos Chefs d’Etat à plus de vigilance mais aussi d’indépendance et de responsabilité. Les leaders africains sont en face d’un homme redoutable qui ne leur fera pas de cadeau !

Sarkozy est un capitaliste proclamé qui n’a rien à faire des sentiments et de l’histoire douloureuse de notre Continent. Au contraire, il continuera à exploiter sans état d’âme l’Afrique. Oui, la prudence voudrait aussi que nous lui laissions le temps d’agir. Sauf que, je voudrais soutenir que je n’attends rien de Nicolas Sarkozy et l’Afrique ne s’honorerait guère en courbant  l’échine devant le nouvel homme fort de la France. Les Français ont voté librement pour un homme qui s’occupera d’eux.

Aux Africains de se choisir des femmes et des hommes capables de s’occuper de leurs propres intérêts. De grâce oublions la France – Afrique et érigeons dés à présent les Etats – Unis d’Afrique qui seront une Afrique majeure, démocratique, apaisée, adulte forte et protectrice de sa progéniture.

Je lance un appel à nos Chefs d’Etat : Chers frères, redonnez- nous notre Dignité, rompez les liens de dépendance négative avec cette France qui dit bien la voie droite et chemine vers des sentiers obliques.

La France de Sarkozy est une France nationaliste et égoïste.  Ne trompez pas vos peuples, ne gaspillez pas leurs ressources. Chefs d’Etat d’Afrique, faites nous rêver, sainement. Donnez – nous des raisons suffisantes de rester chez nous, en vous débarrassant de l’approximation, des complicités, dans une gestion transparente et efficiente de nos maigres budgets et de nos riches ressources minières et naturelles incommensurables.

Contrairement à ce que l’on pense, la migration est un phénomène planétaire qui attire autant le Nord que le Sud. L’OIM ( organisation internationale pour la migration) a annoncé que trois pour cent de la population mondiale est migrante. Combien y a – t- il de Français travaillant à Genève?. Plus de 190.000 frontaliers travaillent en Suisse. Et, plus de 600.000 Suisses, vivent à l’étranger. Près de 70 pour cent parmi eux, ont acquis la double nationalité ! La tragédie des pirogues sénégalaises, ne montre qu’une face de la réalité migratoire. Sordide, certes, et horrible au vu de ces jeunes africains qui meurent foudroyés par les vagues de l’océan et souvent avec l’aide des gardes côtes occidentaux et leurs alliés aux méthodes frauduleuses et douteuses. L’Europe construit son mur de séparation pour se protéger des immigrés; ces gueux, venus d’ailleurs, de cette terre noire d’Afrique. Cette même Europe profite bien du labeur des clandestins qui, aujourd’hui de la Suisse, en passant par la France jusqu’aux Etats – Unis, en ont marre de voir l’Occident qui tue en Irak au nom de la liberté et de l’universalisation des Droits de l’Homme, fouler aux pieds les principes élémentaires constitutifs de la République dans sa trilogie de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité. La Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, adoptée en 1990 et entrée en vigueur en 2003, vise à empêcher l'exploitation des travailleurs migrants dans tous les processus de migration.  Elle impose, aussi bien à l'État d'origine qu'à l'État d'accueil, un ensemble de normes Internationales pour protéger les travailleurs migrants en situation régulière ou non.

Mais à l’heure des barricades, l’Europe sous – traite aux pays du Sud la gestion des clandestins. Malgré leur posture panafricaniste, le Maroc de Mohamed VI, devient chargé de la police des pays européens et la Libye devrait abriter, assure –t- on des camps de rétention.

Oui, l’Afrique perd sa matière grise qui se transforme en ouvriers corvéables et taillables à souhait. Certes avec le consentement de ces chercheurs de l’eldorado européen. Les mirages de Paris et d’ailleurs sont comme un aimant broyeur le plus souvent de rêves et d’ambitions nobles.

Il y a là une responsabilité qui incombe aux familles, aux médias, et naturellement aux leaders africains. A nos gouvernants de se faire respecter en engageant l’Occident dans un jeu réel de win – win (gagnant – gagnant). Pourquoi, continuer à faire confiance aux institutions internationales, aux gouvernements du Nord, s’ils ne tiennent pas leurs énormes promesses. A l’OMC, le coton africain est noyé. N’ayant plus d’espoir de vivre dignement du produit de leur labeur, des paysans africains se lancent dans l’aventure de la traversée de l’atlantique pour « un monde meilleur » !

Chefs d’Etat d’Afrique : AIMEZ VOS PEUPLES plus que vos amis!

Allons - nous devenir des adultes conséquents face à cette Vieille Europe ?

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur des publications.

SOURCE: ContinentPremier.Com Magazine N° 27- Mai 2007 

Et ici comment j'ai initié la riposte contre le Président révisionniste à la suite de son discours de Dakar en sortant de leur réserve l'ancien DG de l'UNESCO Amadou Mactar Mbow, l'ancien expert des Nations Unies, Doudou Diène, les deux professeurs d'Université l'Historien Mamadou Diouf, le philosophe Souleymane Bachir Diagne. 

Et l'ancien Ministre sénégalais m'annonce en primeur la sortie du Livre : " « L’Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar ».

08-02-2008 - Source ContinentPremier.Com /

L’intégralité des droits d’auteur sera versée à la bibliothèque de l’Ucad

GENEVE- L’affront de Dakar sera lavé à Paris. Avec le sous-titre Contre le discours de Dakar, vingt-trois intellectuels d’Afrique (Algérie, Congo-Brazza, Congo-Kinshassa, Guinée, Madagascar, Sénégal, Cameroune, Mauritanie, Burkina Fasso, Tchad etc.) et d’Haïti ont répondu au discours du 26 juillet prononcé par Nicolas Sarkozy à l’Université Cheikh Anta Diop. La responsabilité de nos gouvernants et de la Françafrique dans la situation actuelle de l’Afrique a pris une place importante dans les analyses. Au-delà d’une simple réponse au discours « surréaliste » du président français, cette élite intellectuelle armée « de sciences jusqu’aux dents » a abordé les grands défis qui interpellent l’Afrique du XXIème siècle. L’ouvrage de 480 pages édité par les Editions Philippe Rey, sera en librairie à Paris le 21 février. Les thèmes sont très variés et traités sans concession dans un esprit rigoureux et multidisciplinaire (historiens, philosophes, romanciers, économistes etc.).

Le projet a été conçu le jour même du discours : « c’est en écoutant attentivement le président français que j’ai pensé écrire un ouvrage en réaction à ce discours « surréaliste ». Puis j’ai pensé qu’il faut dépasser ma personne et m’adresser à quelques-uns des intellectuels du continent, parmi les plus crédibles et les plus représentatifs » explique Makhily Gassama. Le milieu intellectuel est certainement le milieu qu’il connaît, dit-il, le mieux pour avoir consacré « ma vie à la culture ». Cependant, il n’est pas facile de nouer aussitôt des contacts même avec ceux qu’on connaît bien : ils sont très mobiles. Directeur de publication du livre « L’Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar », le sénégalais a passé plus d’un mois à étudier la faisabilité du projet en s’adressant à des amis comme l’écrivain sénégalais « Boubacar Boris Diop dont le soutien a été sans faille.Un écrivain qui vit ce qu’il écrit. Un vrai patriote, qui n’a pas appris à tricher » témoigne Makhily Gassama.

Méthodologie

L’exercice est pénible, mais exaltant. Le projet a été lancé dans la deuxième quinzaine d’août. Les intellectuels qui ont été contactés ont tous adhéré au projet sans la moindre condition. « Ce qui m’a profondément touché d’autant plus que ce milieu, qui est celui de l’intelligence, est chargé de susceptibilités », reconnaît M. Gassama qui, soulagé, déclare : « Je demeurerai infiniment reconnaissant à cette confiance sans réserve ».

Les auteurs ont été invités ainsi à se prononcer librement sur le discours ; ils étaient libres de retenir un thème, un groupe de thèmes ou l’ensemble du texte du discours, l’essentiel étant d’analyser et de dépasser le discours de Sarkozy. « Conscient de la forte personnalité de chaque auteur, j’ai noué, avec chacun, des relations épistolaires très personnalisées. D’août à ce jour, j’ai correspondu presque quotidiennement avec chaque auteur » selon le directeur de publication. La seule ambition des auteurs est de contribuer à la clarification de notre situation d’Africain en replaçant l’homme Noir au cœur de l’histoire du monde. Une histoire dont il a été chassé pour justifier sa domination. Jacques Chirac répétait pour sa part lors du dernier sommet France-Afrique à Cannes que : « l’Afrique est le berceau de l’Humanité et de l’homme ». Elégants dans leur combat pour la Dignité humaine, les auteurs (Zohra Bouchentouf-Siagh, Demba Moussa Dembelé, Mamoussé Diagne, Souleymane B. Diagne, Boris Diop, Babacar Diop Buuba, Dialo Diop, Makhily Gassama, Koulsy Lamko, Gourmo Abdoul LÔ, Louise-Marie M. Diop, Ketty Mars, Mwatha Musanji Ngalasso, Patrice Nganang, Djibril Tamsir Niane, Théophile Obenga, Raharimanana, Bamba Sakho, E.H.Ibrahima Sall, Mahamadou Siribié, Adama Sow Dièye, Odile Tobner, Lye M.Yoka) ont fait preuve d’une grande sagesse et d’empathie. En effet, ils ont décidé d’octroyer l’intégralité des droits d’auteur à la bibliothèque de l’Université Cheikh-Anta Diop. « C’est à l’unanimité, avec enthousiasme, que la proposition a été entérinée », révèle Makhily Gassama.

Le discours de Sarkozy est non seulement un texte très mal rédigé au plan stylistique, il est confus, très confus, constate-t-on. Que d’amalgames ! C’est ce qui pousse M. Gassama à dire : « Quand j’entends des Africains défendre le président français, surtout des Sénégalais, j’ai honte et j’ai peur ». L’écrivain sénégalais s’interroge d’ailleurs : « Comment ne peuvent-ils pas se rendre compte que les critiques de Sarkozy ne s’adressent pas aux régimes « kleptocrates », aux régimes dictatoriaux d’Afrique qui ont ruiné matériellement, moralement, intellectuellement le continent, avec le concours efficace de la Françafrique, mais au « paysan » du pacte colonial, au mythique « homme africain », à l’ « âme noire » en plein XXIème siècle ! »

Ils ont applaudi au discours puisqu’ils pensent que Sarkozy est venu nous dire la vérité. Quelle vérité ? Sur quoi ? A qui ? En réalité Sarkozy ne s’est pas adressé à Dakar aux classes politiques, premières responsables des maux et de l’humiliation du continent. En phase avec Boris Diop, Makhily Gassama conclut : « Il n’y a, en ce XXIème siècle, qu’en Afrique au Sud du Sahara, qu’un Européen peut encore se permettre de maquiller les crimes de ses ancêtres en œuvres de charité et nous applaudissons ».

El Hadji Gorgui Wade NDOYE 

Mes entretiens :

Sud Quotidien : Sénégal: Présidents d'Afrique - l'histoire vous somme de répondre aux inepties de Sarkozy

http://fr.allafrica.com/stories/200708160472.html

 DOUDOU DIENE SUR LE DISCOURS DE SARKOZY: « Le silence des chefs d’Etat africains est étonnant ! »

 GENEVE – « Pour Nicolas Sarkozy l’homme noir est attaché à la nature, il ne peut pas faire le saut cantique de la nature à la civilisation et il est resté collé à la nature. » Nicolas Sarkozy est venu à Dakar avec un discours révisionniste. 

http://www.xibar.net/DOUDOU-DIENE-SUR-LE-DISCOURS-DE-SARK...

 

TRAITE NEGRIERE, COLONISATION: Amadou Mactar Mbow sort de sa réserve et répond à Sarkozy 
(Rewmi 23/08/2007)

« On oublie que la traite des Noirs a contribué très largement dans l’accumulation primitive du capital ». Joint hier à Vichy (Ville qui rappelle la France occupée par Hitler et trahie par ses Fils avant d’être sauvée par les Fils de l’Afrique), l’historien sénégalais, ancien directeur général de l’Unesco, est sorti de sa réserve pour répondre à Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa. Une manière pour lui de célébrer ce 23 août « Journée internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition ». Amadou Mactar Mbow avait réussi sous l’égide de l’Unesco a rassemblé d’éminents scientifiques africains dont Joseph Ki – Zerbo, Cheikh Anta Diop pour l’écriture de « l’Histoire générale de l’Afrique ». Premier ministre de l’Education et de la Culture du Sénégal, il affirme que « Sarkozy ignore les réalités profondes de l’Histoire de l’Afrique. » 

 

http://www.immiafricaonlus.org/francais.htm

 

Mamadou Diouf : pourquoi Sarkozy se donne-t-il le droit de nous tancer et de juger nos pratiques...

 


article de la rubrique 
histoire et colonies > le discours de Sarkozy à Dakar 
date de publication : vendredi 17 août 2007

 

http://ldh-toulon.net/Mamadou-Diouf-pourquoi-Sarkozy-se.h...

 

Devons-nous réellement prêter attention à son discours ou devons-nous faire en sorte qu’il ne puisse plus prendre avec une telle arrogance et un tel mépris — un mépris fait de tant d’ignorance — cette liberté que s’octroie le maître vis-à-vis de l’esclave : lui dire son fait, le définir, lui attribuer une essence qui affiche son comportement, sa moralité douteuse, sa sexualité débridée tout en se rendant disponible pour le corriger et le punir parce qu’il le connaît mieux que tout le monde. Telle est la position de Mamadou Diouf, l’invité personnel du Président Chirac lors du dernier Sommet France-Afrique. Il balaie au passage le recours sélectif de la philosophie de Senghor par Nicolas Sarkozy. Pour l’historien sénégalais une protestation des Sénégalais et du Gouvernement étaient et sont toujours d’actualité. [1]


Sénégal: Souleymane Bachir Diagne sur les héritages du passé - « Pour l'avenir de ce continent, il est important que nous sachions gérer la mémoire »

 

Par Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie à Nortwest University aux Etats - Unis lance un avertissement : « il y a une forme de tendance qui consiste à écarter d'un revers de main la mémoire de l'esclavage historique, à dire on n'a pas besoin de toujours faire référence à cette mémoire, c'est une chose du passé, regardons vers le futur ».

http://fr.allafrica.com/stories/200709261169.html

Enfin Rama Yade répond à Sarkozy sur le discours de Dakar.

Elle a dit, finalement, la phrase première, à mes confrères français : " L'Homme Noir est le Premier à être entré dans l'Histoire". Et de marteler à propos de Nicolas Sarkozy : « Je ne suis pas son professeur. Qu'est-ce-que vous voulez que je fasse que je saute sur la tribune et que je gifle le président de la République. J'y peux rien. C'est le président de la République, c'est le Président de tous les Français." Ces propos ont été rapportés par Le Figaro et seront diffusés par Radio France Internationale (RFI). Rama Yade s’est décidée donc à lâcher la vérité qu’un être humain digne de raison ne devrait ignorer : « L’Homme noir est le premier à être entré dans l’Histoire ». 

 

http://www.leral.net/Enfin-Rama-Yade-repond-a-Sarkozy-sur...

 

Pascal SEVRAN : Pascal Sevran et la « bite des Noirs »: « Le degré zéro de la légitimation intellectuelle du racisme anti – Noir » selon Doudou DIENE

 

20 mai 2007

  

… et le Grand Débat inédit aux Nations-Unies :

Conférence sur l’Afrique et la nouvelle géopolitique mondiale: Souveraineté et Démocratie Invitation officielle, le 13 janvier 2012 à 18hs à l’ONU.

http://www.continentpremier.com/index.php?magazine=62&article=1791

 

 

 

 

 

 

19:01 Publié dans DEMAIN | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

28/10/2016

Français: Sarkozy et Fillon sont indignes de vous diriger !

J'ai écouté sur la 2 François Fillon et lu le compte rendu de Marianne sur la sortie à BFMTV et RMC de Nicolas Sarkozy. Ces deux individus sont bien minables. Trop minables pour mériter d'avoir dirigé la grande France, trop minables pour prétendre vouloir encore le diriger. Voici deux racistes à col blanc. L'un minimise la part odieuse de la France dans les crimes de la Traite et dans la Colonisation, l'autre on le savait déjà avant pendant et après son Discours nul et nihiliste de Dakar mais il en rajoute une couche en déclarant sans rire que l'Afrique avec donc ses populations sont les causes du réchauffement climatique ! Un tel personnage ne s'embarrasse guère à aller faire la guerre en Libye où un certain Kadhafi son ancien ami sera exécuté sans ménagement ! On sait comment Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa a torpillé le mandat de l'Organisation des Nations Unies (ONU) pour assouvir son dessein: semer le chaos dans ce pays, brouiller les cartes! 


Aux Occidentaux qui ont encore une dignité et une belle intelligence, je vous demande de demander à vos pays " Qu'ont ils fait de l'argent de la Libye? ", "Où sont passés les investissements libyens dans leur pays?". SVP, vous devez le savoir car demain ces questions seront si elles ne sont pas répondues aujourd'hui jetées devant vos faces alors que vous populations vous ignoriez tout ! Mais désormais vous avez l'opportunité dans des pays qui se disent démocratiques et champions de la liberté de la presse d'avoir des réponses ! 
Pour en revenir à la France et aux minables ci-haut cités, chers amis et parents de l'Hexagone, renvoyez à la retraite définitive ces personnages qui ont démontré leurs limites politiques et leurs frontières humaines ! 


L'Humanité s'en portera mieux !

El Hadji Gorgui Wade Ndoye. Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies, Genève. Directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

10:27 Publié dans Présidentielle France | Lien permanent | Commentaires (6) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

27/10/2016

ERADICATION TOTALE DE LA POLIO : LE MONDE A LES YEUX RIVES SUR LE NIGERIA, LE PAKISTAN ET L’AFGHANISTAN.

 

polio, sanofi, david loew, oms, unicef, maladie, nigeria, pakistan, afghanistan, pakistanLa célébration de la journée mondiale de la polio, le 24 octobre dernier, a été l’occasion pour Sanofi Pasteur, principal fournisseur du vaccin injectable, clé de voute de la dernière phase d’éradication jusqu’en 2020 et au-delà de mettre la lumière, à Paris, sur les dernières évolutions de la lutte contre la poliomyélite qui est en phase de devenir la deuxième infection éradiquée par l'Humanité. 

PARIS- (France)- Début 2017, le compte à rebours serait officiellement lancé : sans nouveau cas pendant trois ans (délai de survie du virus sans réservoir humain), la polio sera déclarée éradiquée en 2020. Endémique dans 125 pays en 1988 avec 350 000 cas de polio par an, la maladie est presque vaincue par l’Homme. « En 28 ans, le nombre de cas a diminué de 99,9 % », se réjouit Sanofi Pasteur représenté par David Loew, son Vice-président Exécutif.

L’Initiative Mondiale pour l’Eradication de la Polio (GPEI), initiée par l’OMS avec ses partenaires : l’UNICEF, le Rotary International, la Fondation Bill et Melinda Gates, l’Alliance du vaccin GAVI et le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies aux Etats-Unis), a presque réussi sa mission universelle ! Il ne reste plus que 26 cas de polio déplorés à fin septembre pour l’année 2016. L’éradication totale initialement prévue en 2000 pourrait être officiellement déclarée en 2020. 2017 sera une année charnière.

Des réticences


Eradiquer la polio requiert de conduire un programme de vaccination mondiale de masse. « Avec le vaccin oral pour commencer : 6 milliards de doses ont été fournies à l’UNICEF depuis 25 ans » informe Sanofi-Pasteur. Grâce à sa facilité d’administration sous forme de gouttes, le vaccin oral a permis de réaliser la majeure partie du plan d’éradication. Reste la phase finale : l’OMS recommande en 2013 le passage au vaccin injectable dès 2015 dans tous les pays du monde. Mais la vaccination n’a pas toujours bonne presse même en occident. En France plus de 50% des habitants n’ont pas confiance à un vaccin. Pour des spécialistes, c’est presque un luxe d’avoir un tel comportement dans un pays où l’accès à l’eau potable et à l’hygiène est acquis et où l’on peut se faire traiter très facilement. On rapporte à ce propos d’ailleurs la réponse cinglante d’une médecin qui disait à qui veut l’entendre : «  Si vous n’aimez pas la vaccination, essayez donc la maladie !¨. Au Nigeria notamment à l’est du pays, en Afghanistan et au Pakistan, la réticence est ailleurs. Des populations croient que le vaccin cache d’autres raisons et on évoque la tradition, les croyances religieuses pour le rejeter. Dans des zones de crises politiques, l’accès aux populations est aussi plus difficile. Malgré tout des volontaires y croient certains au prix de leur vie pour vacciner les enfants. Sur les 20 millions de volontaires dans le monde, le Rotary Club en a donné 1,5 millions et dépensé près de 8 milliards de dollars. A Paris, Azra et Latif deux Pakistanais vaccinateurs ont été honorés de la médaille de Louis Pasteur. Une manière d’encourager ces personnes invisibles sans qui le combat contre la polio serait plus lent et long !

Notons que le Pakistan, le Nigéria et l’Afghanistan, les trois derniers pays endémiques, pourraient interrompre la transmission du virus polio sauvage d’ici fin 2016. Au Nigéria, la riposte massive à la résurgence épidémique déplorée cet été doit permettre de stopper rapidement la contagion.

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE. (ContinentPremier.Com)

20:00 Publié dans Polio | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

22/10/2016

Colonel Jean-François Duchosal: Un Genevois modèle de la fraternité panhumaine.

Jean François Duchosal, Armée suisse, anniversaire, fraternité, Décaillet, François Longchamp, Luc Barthassat, Charly Schwarz, Olivier Francey, Demir Sonmez1, Rue de l'Hôtel de Ville, jeudi soir, Genève a fêté le Colonel Jean-François Duchosal qui soufflait ses 80 hivernages! Il y a des moments qu'il faut vivre dans sa propre vie et qui donnent des signaux clairs de ce que l'on a vraiment fait de sa vie ! Oui, l'ami Duchosal que j'ai croisé sur un plateau de télévision m'a été présenté par l'excellent journaliste Pascal Décaillet celui là qui critique tout le monde même les cocktails et qui hier était là. Le pape du journalisme romand a du faire entorse à un de ses principes pour venir honorer un homme de valeur, un grand Monsieur qui sait commercer avec les humains malgré ses galons! Oui, la République en commençant par le Président du Conseil d'Etat duchosal 1.jpgFrançois Longchamp et son collègue Luc Barthassat, le président du Président du Grand Conseil Jean-Marc Guinchard, des hommes politiques de gauche de droite, des UDC, des verts, des journalistes comme le philosophe et musicien de talentOlivier Francey, Olivia de Léman Bleu des photographes généreux comme Demir Sönmez qui fait trembler le gouvernement turque, des blogeurs de la Tribune de Genève à l'image de Charly Schwarz, de hauts gradés de l'armée, des fonctionnaires des Nations-Unies, sa famille d'abord sa majestueuse épouse, sa fille, ses petits enfants, des Genevois, des étrangers aux divers statuts sociaux étaient là hier sur le parvis de l'Hôtel de Ville célébrant ce sage qui paraît 50 ans sur le compteur et qui a 30 ans à vous donner de sa grandeur, de sa simplicité de sa connaissance des peuples, de son amour des humains.


Joyeux Anniversaire mon Colonel. Et continue à tenir longtemps encore ton bâton de pèlerin. Ton ami Décaillet qui te nomma à juste titre "Colonel-pèlerin devant l’Eternel" te saluait dans un bel article à la chute magistrale: " si le voyage est solitude, il n’en porte pas moins la richesse invisible de la fraternité. Bon vent, Jean-François, pour d’autres rivages."


Au Sénégal, mon beau pays, ils ont inventé cette expression qui vaut son pesant de sagesse et d'affection, une prière à laquelle je souris avant de dire Amen tant elle est Or et belle : " Qu'Allah te donne une longue vie, 100 ans sans ordonnance"

Ton frère Gorgui Wade NDOYE - journaliste accrédité auprès de l'ONU.

Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com 

14:29 Publié dans Anniversaire | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

21/10/2016

Drogue à la police de Genève: le dealer s'embarque dans une voiture banalisée et tombe !

Faut- il en rire, ou en pleurer ? Le pauvre ! Et quand il s'est rendu compte qu'il a proposé sa nourriture de la mort aux policiers genevois, il tenta un stratagème dangereux: il a voulu avaler net sa drogue, la mauvaise dose destinée à nos vaillants hommes de loi.  Sauf que son entreprise échoua lamentablement. Alors perspicaces, les représentants de l'ordre ont pu trouver qu'il en avait encore. Autre alibi, je débarque à Genève, je n'ai pas de quoi manger alors j'ai décidé de vendre la marchandise qu'on m'avait confiée la veille. Mon oeil !


Je constate avec plaisir que sur ce communiqué rendu public par la police genevoise, on ne parle ni de Noir, ni de Blanc, ni de Jaune, ni de Vert mais d'un individu ! Oui, je soutiens que dans une société démocratique où l'on célèbre le principe d'individuation, on devrait pouvoir s'en référer à la responsabilité individuelle en lieu et place de la dénonciation collective qui induit à la stigmatisation de toute une population.

La réalité est que quand on fait un travail honnête et approfondi, on se rend bien compte que la vente de la drogue n'a pas de nationalité. En 2004 je m'étais insurgé depuis Bruxelles où j'étais en stage contre un journal de la place qui avait "réussi" la prouesse d'affecter des nationalités aux drogues selon les coins et recoins de la paisible ville de Calvin sauf que le journaliste sur deux pages avait "oublié" de nous donner la nationalité des dealers des drogues synthétiques, qui étaient les propriétaires des bateaux et des avions et autres moyens de transport de la drogue jusqu'à Genève?

Oui, la drogue est une belle saleté mais menons une lutte intelligente et responsable en attendant que son commerce puisse être légalisé et que les circuits puissent être clairement tracés ! Ce jour là, on verra des miracles et beaucoup que nous voyons aujourd'hui traîner la nuit et qui nous font du mal seront obligés de travailler le jour !

Les clients de la nuit seraient aussi connus ! Comme cela tout le monde, il est content ! N'est ce pas ?

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com 

16:28 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/10/2016

"Race noire" dans les communiqués de Police: la dernière alerte enlèvement en France a créé encore une polémique !

(GENEVE-SUISSE)- C'est dire que la mentalité Morano est plus ancrée qu'on ne le pense. Allez voir par ailleurs la sémantique dans toutes les autres polices en Occident! Bref, les autorités françaises ont du changer par " “un individu à la peau noire” avant de tomber sur “de couleur noire”. 


Je le répète la littérature occidentale notamment policière est truffée d'un racisme qui donne l'ambiance de l'époque moyenâgeuse ! Il fallait dire le Noir, lui attribuer une autre identité, le sortir de la seule et unique race humaine pour pouvoir justement se donner une bonne conscience celle de pouvoir l'entasser comme de la sardine dans des cales de bateaux, celle de pouvoir le fouetter, celle de pouvoir le faire travailler des siècles sans salaire, celle de pouvoir lui prendre ses ressources minières, celle de pouvoir lui voler son esprit, ses créations scientifiques, sa religion, sa spiritualité le tout désossé de leur lumière féconde pour les qualifier d'ombres. Et dans ces fameuses Lumières européennes, celui qui est à la gauche du Père assassiné est bien le Noir car le Blanc est à la droite du Père. 


Cette littérature là, nimbée d'une belle arrogance a été le lait nourricier de tant d'écoles, de tant de pauvres esprits qui continueront leur macabre " mission civilisatrice" dont on sait aujourd'hui plus que jamais les désastres en Afrique, aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Arabie saoudite, dans le Maghreb, dans le Machrek, en Europe, à l'intérieur de l'Afrique etc. 


Fatras qui hélas n'en fissent pas et même dans la tête de petits grands Africains qui n'ont pas encore compris le virus terrible de la dépersonnalisation, de l'excavation mentale et intellectuelle de l'asservissement psychique sous le vernis de l'intégré, du civilisé !


Ma foi, que voulez-vous ? Pour certains, les hommes ne sont pas et ne peuvent pas être égaux, cela ils le proclament en public mais ne le vivent pas, ne l'intègrent pas dans la quotidienneté. Parfois ce sont les institutions elles mêmes qui sont porteuses des microbes de la décadence humaine, de la déchéance, ce sont elles qui justifient sans en avoir l'air la discrimination, la ségrégation, le sexisme. 


Et comme les Noirs, les Africains pour beaucoup ne savent pas s'organiser et aiment à se regarder en méfiance (les belles séquelles de la suspicion, de la traitrise, du en défaut de nous en sortir toutes et tous, je m'en sors!) alors bien sûr la domination continuera sous des sous vêtements de lin ! Seule une bonne organisation des communautés africaines, avec une pensée, avec une générosité réelle, avec une humilité vivante permettra de regarder les choses autrement de déconstruire cette mentalité d'esclave et d'esclavagiste, du colonisé, du colonisateur, d'annihiler tous ces refoulés de l'enfermement et de l'infériorisation pour qu'enfin un vrai dialogue sur le pied d'égalité, enfin, afin que naisse partout l'humain libre, digne de droits et de devoirs et égal sur toutes les latitudes !

El hadji Gorgui Wade NDOYE, Africain, Noir et de la seule et unique race humaine- Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

13:15 Publié dans Perspectives | Lien permanent | Commentaires (21) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/10/2016

17 octobre 1961 : Le jour où la Barbarie et la Sauvagerie nimbées d'un Racisme infernal ont envahi la Seine à Paris !

Cette belle France qui était depuis 1830 en Algérie pour une mission " civilisatrice" a montré son dessein à travers un Préfet démoniaque Maurice Papon qui lança sa horde policière sur les Algériens qui furent simplement tabassés et jetés comme des poupées gonflables sur la fameuse Seine ! Imposer un couvre feu aux Nord Africains assimilés aux combattants du FLN (front de libération nationale) qui prit en 1954 les armes pour la liberté de l'Algérie alors considérée comme un Département français par la France. L'Histoire est têtue ! Très têtue même si on veut aujourd'hui pour les racistes comme ce triste Eric Zemmour et leurs commanditaires faire comme si rien ne s'était passé ! Comme si tout est blanc partout ! Et ce n'est surtout pas avec le mensonge ambiant actuel sur l'Islam et sur les Musulmans qu'on arrivera à effacer les pages sombres de cette histoire honteuse de la France !

A toutes et à tous, nous ne vous oublions pas ! Vous êtes morts pour l'idéal de la Liberté et de la dignité humaine face à une idéologie raciste et meurtrière !

Gorgui Wade Ndoye.

17:03 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

13/10/2016

ONU: HABEMUS SECRETAIRE GENERAL.

Antonio Guterres, François Longchamp, ONU, UNSG, Secretaire général, Portugal, Ban Ki Moon, Genève, Assemblée généraleSuivant la recommandation du Conseil de sécurité, l'Assemblée générale des Nations Unies a officiellement choisi ce jeudi le Portugais António Guterres pour occuper le poste de Secrétaire général de l'Organisation à partir du 1er janvier 2017 pour un mandat de cinq ans.

Cette confirmation s'est faite par acclamation.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait transmis sa recommandation à l'Assemblée générale le 6 octobre après avoir choisi par acclamation M. Guterres.

Au moment de l'annonce de la décision du Conseil de sécurité, Ban Ki-moon avait estimé qu'il s'agissait « d'un choix excellent», poursuit notre source.

Agé de 67 ans, M. Guterres a été le Premier ministre du Portugal de 1995 à 2002 et le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés de juin 2005 à décembre 2015.

Il va succéder à l'actuel Secrétaire général, le Sud-Coréen Ban Ki-moon, qui occupe ce poste depuis bientôt 10 ans.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait sa transmis sa recommandation à l'Assemblée générale le 6 octobre après avoir choisi par acclamation M. Guterres.

Au moment de l'annonce de la décision du Conseil de sécurité, Ban Ki-moon avait estimé qu'il s'agissait « d'un choix excellent».

« Son expérience passée en tant que Premier ministre du Portugal, sa grande connaissance des affaires du monde et sa vive intelligence lui seront très utiles pour diriger les Nations Unies dans une période cruciale », avait dit M. Ban.

Notons qu'outre M. Guterres, douze autres candidats étaient en lice pour remplacer l'actuel Secrétaire général. Trois candidats avaient retiré leur candidature.

Photo: François Longchamp, Président du Conseil d'Etat de la République de Genève avec António Guterres Crédit: Mouhamed Zouhri

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE- www.ContinentPremier.Com 

17:48 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

30/09/2016

Syrie, Burundi: le Conseil des droits de l'Homme tape fort sur la table !

Cet après midi, vendredi 30 septembre 2016, par une résolution, le Conseil condamne l'offensive militaire contre les quartiers Est d'Alep conduite par les forces loyales aux autorités syriennes, qu'il appelle à cesser le bombardement aveugle sur wla population civile. L'ONU informe que le Conseil des droits de l'Homme condamne aussi les frappes aériennes du 19 septembre 2016 contre un convoi d'aide de l'ONU et du Croissant-Rouge arabe syrien dans une zone rurale d'Alep, qui pourraient constituer une violation grave du droit international humanitaire; il appuie l'appel lancé par les Nations Unies pour que soit menée une enquête immédiate, impartiale et indépendante sur cet incident. Par ailleurs, une table ronde agendée au mois de mars prochain donnera aux Syriens la possibilité de se faire entendre sur les cas de disparitions forcées, détentions arbitraires, et sur la nécessité de faire répondre de leurs actes les responsables de violations.
 
Par ailleurs, en vertu de sa résolution sur la situation des droits de l'homme au Burundi, adoptée par 19 voix contre 7 et avec 21 abstentions, le Conseil des droits de l'Homme décide d'établir, pour une période d'un an, une commission d'enquête chargée de mener une enquête approfondie sur les violations des droits de l'homme commises au Burundi depuis avril 2015, d'identifier les auteurs présumés de violations des droits de l'homme commises dans le pays, de formuler des recommandations sur les mesures à prendre pour garantir que les auteurs de ces actes aient à en répondre, quelle que soit leur affiliation, et de dialoguer avec les autorités burundaises et toutes les autres parties prenantes afin de fournir l'appui et les conseils nécessaires à l'amélioration immédiate de la situation des droits de l'homme et à la lutte contre l'impunité.
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE. ContinentPremier.Com

17:22 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Arabie Saoudite: l'Appel au secours de 477 Sénégalais !

Saudi Oger, Arabie Saoudite, Sénégal, BIT, Travailleurs, Migrants, ImmigrésC'est l'enfer depuis plus de 9 mois pour ces honnêtes travailleurs qui sont partis avec de très bonnes conditions et d'excellents contrats en Terre Sainte ! La cause de leur misère actuelle: le retard du paiement de leur salaire au moment où la société de la grande famille des Hariri du Liban propriétaire de cette entreprise privée endettée jusqu'au cou est en faillite !


Les engagements financiers des Hariri dont les salaires s'élèvent à 4 milliards de dollars ! Les Sénégalais ne sont pas les seuls, il y a au moins 38.000 travailleurs dans la même situation. En effet 90 pour cent des travailleurs de la Famille Hariri en Arabie saoudite sont des immigrés.


La situation a créé des émeutes mais comme l'Arabie saoudite n'est pas championne de la liberté de la presse, les horreurs qui s'y passent sont enveloppées dans un voile invisible. Quoiqu'il en soit, partis en très bonne santé mentale et corporelle, la majorité des Sénégalais de cette entreprise vit dans une détresse morale notamment sur les sites où les restaurants sont fermés.


Sans argent, ils attendent l'aide du Consulat dont souvent ce sont les propres agents qui se cotisent pour leur venir en aide. Ce qui est dérisoire. Bien dérisoire même s'il faut le saluer!


Au pays, les familles de ces braves gens sont aussi endettées. Comment alors rentrer sans avoir son dû?
Beaucoup avaient fondé une famille avec leurs économies, soutenu leurs parents, construit des maisons et les voilà obligés de tendre la main pour manger. Qui connaît la grande dignité des Sénégalais peut mesurer la profondeur d'une telle déroute morale !


La chute du cours du pétrole, la nouvelle politique d'austérité des Saoud ont mis du plomb dans l'aile des secteurs du BTP. La famille Hariri sous les feux des critiques a une responsabilité à assumer en lieu et place de se pavaner dans les soirées mondaines. ContinentPremier sait que la diplomatie sénégalaise s'active, toute cette semaine des compatriotes sont reçus au Consulat mais cela ne suffit pas. Il faudrait bien sûr que le Ministre du Travail du Sénégal aille en Arabie saoudite discuter avec son homologue. Les assurances du vice Ministre du travail saoudien pourraient alors être suivies d'effets. On l'espère!


Près de 500 Sénégalais, ce n'est pas rien ! Le Gouvernement du Sénégal qui n'est en rien responsable de cette situation a clairement cependant une obligation de protéger les citoyens sur toutes les latitudes ! En Arabie saoudite, de patriotes honnêtes et travailleurs nous lancent un Appel. Nous ne pouvons pas les ignorer non pas seulement par humanisme mais par devoir.

j'y reviendrai.
El Hadji Gorgui Wade NDOYE. ContinentPremier.Com

13:30 Publié dans Saudi Oger | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

28/09/2016

Economie, Entrepreneuriat, Relations Suisse-Afrique: Le Sénégal à l'Honneur ce soir au Cercle des Dirigeants d'Entreprises de Genève

CDE, Cercle des entrepreneurs, Continentpremier, Suisse, Sénégal, Ridha Bouabid, Jean Marie Ehouzou, Afrique nouvelle, FONDETEC, Forum économiqueEn parfaite collaboration avec les membres de cette éminente association de femmes et d'hommes d'Affaires que dirige Mme Enza Testa Haegi, ContinentPremier et son serviteur inaugurent une nouvelle approche des relations internationales qui se veut à hauteur humaine pour des résultats palpables. C'est le lieu de remercier très vivement le Ministre Luc Barthassat, Conseiller d’Etat de la République et Canton de Genève, en charge du département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA) qui nous fait Honneur de sa présence. Merci également à mes deux grands frères Jean Marie Ehouzou, Ambassadeur de l'Union Africaine et Ridha Bouabid, Ambassadeur de la Francophonie auprès des Nations-Unies pour leur amitié, leurs conseils fraternels. Ils portent avec élégance et intelligence leurs responsabilités. Le Sénégal sera représenté par son Premier Conseiller à l'Ambassade, M. Malick Diallo. Le nouvel Ambassadeur n'est pas encore à Genève.

FONDETEC
Ce soir, nous aurons l'opportunité d'écouter une présentation de la Fondetec qui est une structure unique en Suisse. Elle propose une alternative de financement aux entreprises qui ne correspondent pas aux critères bancaires. Avec une offre de prêts sur 5 ans à un taux de 5%, d’une dizaine de milliers à un demi-million de francs, son équipe de spécialistes conseille et épaule les jeunes créateurs. Et ce travail porte ses fruits: sur cinq ans, le taux de réussite des entreprises soutenues est proche de 90%, contre 55% au niveau national. En dix-neuf ans d’existence, la fondation pour le développement des emplois et du tissu économique en Ville de Genève (Fondetec) a financé plus de 400 entreprises. Et rien que l’an dernier, 500 emplois ont été créés ou soutenus sur le territoire de la Ville de Genève.

LE SENEGAL 


Il serait intéressant de savoir comment des pays africains pourraient s'inspirer de ce modèle et dans quelle mesure au vu des nombreux projets ambitieux des pays comme le Sénégal avec le Plan Emergent et tant d'autres, les investisseurs suisses qui y sont peu présents, malgré leurs énormes potentialités financières et expertises pourraient travailler de manière efficace et dans un esprit gagnant gagnant.


Ce soir, nous aurons l'occasion de partager avec nos amies et amis entrepreneurs du CDE les atouts et les raisons d'aller investir en Afrique notamment au Sénégal pays à l'Honneur. Cette rencontre prépare un Forum qui réunira à Dakar ou à Genève le monde des Affaires suisses et sénégalais pour la promotion des petites et moyennes entreprises qui sont des leviers sûrs pour donner de l'emploi aux jeunes, de lutter contre le chômage et la pauvreté.


ContinentPremier ne peut pas se contenter de critiquer sans proposer des solutions. Nous y allons avec détermination, clairvoyance et humilité et avec nos propres moyens. Merci à tous nos bénévoles!


Celles et ceux qui veulent nous rejoindre pour dire et faire l'essentiel sont les bienvenus. Tel est notre credo. Oui, ContinentPremier.Com "L'Afrique est son Berceau, le monde son Lit !"


El Hadji Gorgui Wade Ndoye www.ContinentPremier.Com

Directeur des publications. Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies

Courriel: g.ndoye@continentpremier.com

16:38 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

22/09/2016

« Lire l’Afrique .... ": Ce soir,18h30, Uni Mail, salle MR 08, venez suivre gratuitement la conférence d’ouverture de l’année académique du Global Studies Institute (GSI)

« Lire l’Afrique .... "

Vous avez aimé Ibrahima, hier, vous allez reprendre du Thioub, ce soir, à l'Unimail, à 18H30

Ce jeudi 22 septembre (18h30, Uni Mail, salle MR 080), la conférence d’ouverture de l’année académique du Global Studies Institute (GSI) sera donnée par le professeur Ibrahima Thioub sur le thème : « Lire l’Afrique à partir de l’expérience de la connexion Atlantique, XVe -XXe siècle ». Rappelons qu’Ibrahima Thioub est Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dont il est également le recteur depuis 2014. Il compte aujourd’hui parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire sociale et culturelle de l’Afrique. Depuis Dakar, où il n’a jamais cessé d’enseigner, il porte une voix originale et forte dans les débats contemporains sur la place de l’Afrique dans le monde. Dans son exposé, il proposera de renouer avec la complexité des transformations historiques portées par la dynamique atlantique au sein des sociétés africaines en insistant moins sur l’économie d’extraction qui se met en place à partir du XVe siècle pour mieux explorer les racines historiques des cultures de prédation qui constituent une des mutations majeures des sociétés africaines connectées à l’espace atlantique.

Gorgui Wade Ndoye www.ContinentPremier.Com

14:17 Publié dans Université de Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

20/09/2016

Lancement d’un nouveau Master en études africaines à l’Université : L’Afrique et son intelligentsia à l’honneur à Genève.

Université de Genève, GSI, Didier Péclard, IHEID, Ibrahima Thioub, Jean François Bayart, Boubacar Boris Diop, Afrique, Humanité berceauGenève, ville internationale et poumon humanitaire des Nations-Unies, se veut aujourd’hui le nouveau laboratoire mondial des études africaines. Avec le nouveau master ouvert à l’Université, de nombreux colloques et conférences sont consacrés au Continent premier. Ce mardi 20 septembre, Boubacar Boris Diop, écrivain et professeur invité à l'Université américaine du Nigéria donne la leçon inaugurale autour d’une réflexion sur la littérature africaine « Ecrire en vain ou écrire enfin? »

GENEVE- (SUISSE)- Après avoir été relégué au rang de « continent sans espoir », l’Afrique est aujourd’hui régulièrement considérée comme une nouvelle frontière du capitalisme, un des pôles de croissance les plus prometteurs à l’échelle globale, réservoir non seulement de terres à investir, mais d’une immense classe moyenne en devenir avide de biens de consommation, etc, explique Didier Péclard, Maître d’enseignement et de recherches à la Faculté des Sciences de la Société et Directeur du Master en Etudes africaines.   L’Université se propose d’aller à la découverte de cette Afrique terre première, terre nourricière devenue pour beaucoup l’avenir même de l’Humanité après en avoir été, jusqu’à preuve du contraire, son berceau !

Auteur de nombreux romans et essais politiques, l'initiateur de la collection littéraire Céytu traduisant vers le wolof les grands titres de la littérature, Boubacar Boris Diop  livrera, au cours de cette conférence, sa vision de l'Afrique à travers le regard d'un homme de lettres. "Il nous entretiendra de son vécu, de son parcours ainsi que celui de ses confrères africains. Il nous contera l'histoire de son Afrique, remettant en cause les généralisations simplistes tout en affirmant paradoxalement la singularité du destin commun des auteurs et écrivains africains", selon un communiqué de l'Université de Genève. Boubacar Boris Diop pose la question de l'existence même d'une littérature propre à l'Afrique.

De nombreuses rencontres sont ainsi proposées et animées par des scientifiques et experts de renommée internationale. « L’Afrique émergente. Dynamiques politiques de la croissance et du développement », est le thème par exemple du colloque international qui aura lieu le mercredi 22 et le jeudi 23 septembre 2016. Le colloque se propose d’interroger de façon critique les récits liés à cette Afrique là. Il sera précédé par une table ronde sur les études africaines qui réunira les professeurs Ibrahima Thioub, recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et Jean-François Bayart de l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID).

Le jeudi 22 septembre (18h30, Uni Mail, salle MR 080), en marge du colloque, la conférence d’ouverture de l’année académique du Global Studies Institute (GSI) sera donnée par le professeur Ibrahima Thioub sur le thème : « Lire l’Afrique à partir de l’expérience de la connexion Atlantique, XVe -XXe siècle ». Rappelons qu’Ibrahima Thioub est Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dont il est également le recteur depuis 2014. Il compte aujourd’hui parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire sociale et culturelle de l’Afrique. Depuis Dakar, où il n’a jamais cessé d’enseigner, il porte une voix originale et forte dans les débats contemporains sur la place de l’Afrique dans le monde. Dans son exposé, il proposera de renouer avec la complexité des transformations historiques portées par la dynamique atlantique au sein des sociétés africaines en insistant moins sur l’économie d’extraction qui se met en place à partir du XVe siècle pour mieux explorer les racines historiques des cultures de prédation qui constituent une des mutations majeures des sociétés africaines connectées à l’espace atlantique.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

16:31 Publié dans Université de Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

18/09/2016

Fuel de la mort destiné aux Africains : Au Sénégal, la société civile demande et accuse !

fUEL, DIESEL, DECLARATION DE BERNE, PUBLIC EYE, AFRIQUE, GENEVE, SUISSE, PETROLEDans le scandale qu’il est convenu d’appeler celui du «  Dirty Diesel », Momar Ndao de l’Association des Consommateurs du Sénégal, est d’avis que l’Europe a, encore, montré qu’elle ne vouait aucun respect à l’Afrique et que les « Européens  prenaient les Africains pour que des moins que rien ». En effet, ce trafic de carburant nuisible à la santé des populations est, selon lui, la parfaite illustration de cet irrespect et de ce manque de considération. « Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que l’Europe, quand nous exportons chez elle, nous impose des normes extrêmement compliquées. Et quand c’est elle qui exporte, elle ne contrôle rien ». 
Momar Ndao qui s’est confié à Dakaractu, martèle que  « ce  n’est pas la première fois que ce genre de scandale arrivent au Sénégal ». Il donnera l’exemple d’un produit laitier en provenance de la Hollande muni de tous les certificats attestant de sa bonne qualité et qui, en réalité,  ne répondait à aucune spécification. Il a fallu taper sur l’ambassade et créer une secousse pour qu’une enquête fût ouverte. Il sera découvert  que c’est l’emballeur et non le fabricant qui avait signé les documents dudit produit.
 
RESPECT DES NORMES ÉTABLIES PAR LE DÉCRET 2014-961
Pour le patron d’Ascosen, il faut nécessairement aller vers le respect strict  des dispositions du décret 2014-961 qui fixe les caractéristiques des hydrocarbures raffinées. Il s’agit désormais de l’observation intégrale des normes pour ne pas dépasser, en l’espèce, les taux des éléments chimiques. Le soufre, par exemple, est fixé, selon la réglementation de 2014  à 0,1% et à 0,05 pour ce qui concerne celle de 2015 en France. Ceci fait, aucun produit non conforme ne devrait être importé, distribué ou commercialisé. En réaction à ce carburant nocif à la santé publique et introduit au Sénégal, Momar Ndao craint le pire et exige une réaction  énergique de l’Etat.
 
PRÉLÈVEMENTS IMMÉDIATS SUR DÉPÔTS ET STATIONS 
Pour parer à toute éventualité, Momar Ndao a invité l’Etat du Sénégal à effectuer d’urgence, des prélèvements sur les dépôts et les stations d’essence du pays. « Nous exigeons que l’Etat fasse des prélèvements au niveau des dépôts et de certains stations de manière aléatoire pour voir s’il n' y a pas de produits sur le marché qui ne répondent aux prescriptions du décret de 2014. Chaque importation doit être contrôlée. Avant toute décharge, un contrôle de respect des normes est obligatoire. Les gens n’ont pas le droit d’importer un produit non conforme. Pour cela, nous attendons la réaction de la direction du commerce intérieur ou du ministère de l’énergie ».
 
Momar Ndao de regretter le bateau de déchets toxiques que la Côte d’Ivoire a hérité après la réticence du Sénégal à le laisser accoster et qui aurait fait beaucoup de dégâts chez les Ivoiriens. Il regrettera aussi ces cuisses de poulets que les Sénégalais ont consommées, alors qu’elles étaient destinées à être détruites par un juge Italien... 

Lien de l'article publié par Dakar Actu Sénégal- http://www.dakaractu.com/MOMAR-NDAO-SUR-LE-DIRTY-DIESEL-Les-Europeens-nous-prennent-pour-des-moins-que-rien-Nous-exigeons-des-prelevements-sur_a118224.html

15:57 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/09/2016

Négociants suisses et leur fuel toxique en Afrique: Ces marchands de la mort sont pires que les dealers de Calvin city!

Et qui est responsable de ceci? Ces marchands qui roulent sur l'or en marchant sur des cadavres dans le Continent premier, sont des criminels mais nous qui avons laissé faire, nos dirigeants, ces petits africains qui sont sûrement bien cravatés et qui roulent les "Z" en faisant leur petit malin quand ils te croisent à Genève et ou ailleurs, qui sommes nous dans cette Histoire? Je vais vous le dire: des lâches et de vrais criminels devant nos peuples et devons l'Histoire. Quelle Honte!

Ben, voici ce que je propose à celles et à ceux qui aiment s'indigner devant leur Ecran : La pauvreté ne saurait expliquer qu'on se foute de la vie des Africains.

1- Envoyons des cartons rouges aux vrais coupables, à ces chefs d'Etat et autres dirigeants qui permettent tout sur notre soi.
2- Signons une pétition et écrivons à toutes les personnes susceptibles de faire bouger les choses afin qu'on arrête de nous abreuver de faux médicaments, de carburants toxiques, des produits alimentaires avariés ou toxiques, et que sais-je encore, tellement la liste est longue, me dira une amie africaine d'une grande organisation internationale !
3- Donnons du vrai boulot à certaines de nos ONGS en Afrique: hey les gars réveillez vous, il y a le dossier de la Libye avec ces criminels Sarko et Cameron qui doivent être jugés et si c'est compliqué, prenez ce dossier sur ce fuel de la mort !


Bref, Debout pendant que nous avons encore nos pieds et nos têtes !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

16:40 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/09/2016

Gabon-ONU : Ban a parlé à Ping et à Ali tout en chargeant Bathily de désamorcer la crise post électorale.

Gabon.jpgBan Ki Moon, Secrétaire général des Nations-Unies s’est entretenu au téléphone, le 4 septembre dernier, depuis la Chine, avec le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba et avec son rival Jean Ping de Démocratie Nouvelle, candidat malheureux de l’élection présidentielle. Le patron de L’ONU qui s’est entretenu avec Idriss Deby au nom de l’Union africaine a par ailleurs chargé Abdoulaye Bathily de désamorcer la crise gabonaise.

GENEVE- (SUISSE)-
Le Secrétaire général a déploré la perte de vies humaines liées aux manifestations qui ont suivi la la proclamation des résultats de la présidentielle gabonaise. Ban Ki Moon a ainsi exprimé ses inquiétudes face aux messages incendiaires continuellement disséminés et a appelé en conséquence à la fin immédiate de tout acte de violence dans le pays.

Le Secrétaire général a par ailleurs accueilli favorablement la libération des 27 membres de l'opposition qui ont été retenus au siège de campagne de Jean Ping. Cependant, il a réaffirmé son appel au Président Bongo Ondimba et à son Gouvernement de faire preuve de retenue. Le Secrétaire général de l’ONU a aussi vivement recommandé à Jean Ping de publier un message clair à ses partisans pour qu’ils s'abstiennent de toute action liée à la violence dans l'intérêt même du Gabon et de l'unité nationale.

Ban Ki Moon a en outre souligné l'importance de l'utilisation de moyens exclusivement légaux dans la recherche d’une solution paisible à ce conflit post électoral. Il a demandé au Sénégalais Abdoulaye Bathily, son Représentant Spécial pour l'Afrique Centrale, de continuer à œuvrer avec toutes les parties pour désamorcer la situation politique très tendue au Gabon.


Ban Ki Moon qui se trouvait à Hangzhou, où il a participé au sommet du G20, a aussi rencontré Idriss Déby Itno, Président du Tchad et Président en exercice de l'Union africaine. Le Secrétaire général de l’ONU a salué l’engagement pris par l'Union africaine pour une résolution paisible de la crise actuelle à Gabon.
 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

17:16 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

21/08/2016

Journaliste correspondant en Suisse: Mes réponses à Médialogues de la RTS.

Bonne écoute. Et merci pour les excellents retours reçus depuis le Sénégal.

http://www.rts.ch/play/radio/medialogues/audio/journalist...

Médialogues vous propose cet été huit émissions durant lesquelles nous donnons successivement la parole à des journalistes résidents en Suisse et travaillant pour des médias étrangers. Lʹimpact de leur travail sur lʹimage et le rayonnement de la Suisse dans le monde est déterminant ! Comment ces correspondants observent-ils la Suisse ? Comment racontent-ils la Suisse?
AVEC  El Hadj Gorgui Wade Ndoye - Sénégal

 

04:07 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye