Genève Internationale

  • 40ème Session du Conseil des Droits de l'Homme: Le Sénégal qui préside dévoile les travaux dévoile l'ampleur de la tâche!

    Imprimer

    Droits humains, ONU, Afrique, Senegel, Coly SECK Plus de 120 rapports seront présentés durant ces 4 prochaines semaines, et près de 100 hauts dignitaires participeront au débat de haut niveau qui débutera ce lundi 25 février 2019. Près de 35 experts des droits de l'homme et groupes de travail s’adresseront au Conseil qui tiendra également 6 débats thématiques. S’y ajoutent plus de 280 événements parallèles organisés par les états ou la société civile.

    GENEVE- L’Ambassadeur Coly Seck, qui préside le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies qui se réunit, à Genève, a entamé, depuis l’élection le 3 décembre dernier du Sénégal à ce poste très sensible un travail titanesque qui se veut inclusif tout en montrant à la face du monde l’apport de l’Afrique à l’ancrage des droits de tous les humains sur toutes les latitudes. Lundi, il sait que le monde regarde le Sénégal. Vendredi, il a lors d’un déjeuner avec la presse donné les orientations de son mandat et les dossiers sur lesquels le Conseil devra s’exprimer. 

    Efficacité du Conseil renforcée

    Bien qu'il ne s'agisse que de chiffres, ce sont là des indicateurs de la manière dont le Conseil continue d’élargir ses travaux. En effet, le 3 décembre dernier, une déclaration du Président a été adoptée qui incluait un nombre de mesures pour renforcer l’efficacité du Conseil. D’autres questions ont été laissées de côté pour examen par le Conseil cette année. Des travaux supplémentaires, dans ce domaine, devront être réalisés dans le contexte des difficultés rencontrées par l’ONU pour fournir des services aux réunions des sessions régulières du Conseil et l’objectif de les réduire à 130 par an, rappelant que les mesures prises jusqu’à présent ont contribué à réduire le nombre total de réunions de 154 à 142. « Par conséquent, l’Ambassadeur Seck, a décidé de désigner des facilitateurs en vue de le conseiller en conséquence ». Du côté suisse, la disponibilité d’accompagner la présidence sénégalaise est réelle. L’Ambassadeur Valentin Zellweger, représentant permanent du pays hôte s’est dit disposé, si besoin, d’accompagner le travail de son collègue sénégalais dont il salue le choix pour présider le Conseil. 

     Quarante thèmes

    Durant la session, le Conseil traitera de plus de 40 thèmes liés aux droits humains et plus de 50 situations de pays dans les rapports qui seront présentés. Certains pourraient  être abordés lors des débats généraux, ou lors d’autres occasions. « Les thèmes qui seront abordés portent sur: la dette extérieure, le droit à la nourriture, les défenseurs des droits de l’Homme, la torture, la vie privée, les droits culturels, le terrorisme, l’environnement, le logement adéquat, la liberté de religion, la vente des enfants, la violence contre les enfants, les enfants et les conflits armés, les droits des personnes handicapées, l’albinisme, les sociétés transnationales et l’Agenda 2030, ainsi que les droits des minorités », a précisé Coly Seck.

    Myanmar, Iran, RDC et les autres.

    En ce qui concerne les pays, le Conseil entendra des mises à jour et des rapports sur la situation des droits de l'Homme au Myanmar, en République populaire démocratique de Corée, en République Démocratique du Congo, en Iran, en Erythrée, les territoires palestiniens occupés, le Mali, l’Ukraine, le Sri Lanka, la République centrafricaine, la Colombie, Chypre, le Guatemala, le Honduras, le Venezuela, le Yémen, entre autres.Quatre commissions d’enquête présenteront leurs travaux sur la Syrie, le Soudan du Sud, le Burundi et sur les violations commises contre les manifestations civiles dans le Territoire palestinien occupé. Les conclusions de la Commission sur les droits de l’homme au Soudan du Sud ont d’ailleurs déjà été rendues publiques.

    EL HADJI GORGUI WADE NDOYE - Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

    COLY SECK AVEC MOUSSA FAKY.jpgSur invitation de l’Ambassadeur Coly Seck, président du Conseil des droits de l’Homme, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres et Moussa Faki, Président de la Commission de l’Union africaine seront à Genève, ainsi que le Représentant de l’Etat hôte, M. Ignazio Cassis, Conseiller Fédéral et chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse, à l’occasion de l’ouverture de la quarantième session ordinaire du Conseil qui entame ce lundi 25 février ses travaux. D’autres hautes personnalités prendront également part à l’induration du Conseil, il s’agit notamment de la Présidente de l'Assemblée générale de l’ONU, Ms. María Fernanda Espinosa Garcés de l’Equateur, de Mme Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme. A la suite des interventions de ces personnalités, commencera le segment de haut niveau.

    « Nous aurons 7 tables rondes au cours de la session. Celles-ci couvriront plusieurs thèmes et viseront à relever les défis des droits de l'Homme à différents niveaux, notamment sur les droits de l'Homme dans le cadre du multilatéralisme, la peine de mort, les droits des enfants handicapés, les droits des personnes handicapées et la lutte contre le populisme nationaliste », a révélé Coly Seck. Au cours de la deuxième semaine de la session, la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme présentera au Conseil son rapport sur les activités de son bureau et les derniers développements en matière de droits de l'Homme dans le monde. Ce sera le 6 mars. Le lendemain, les États auront une chance de répondre à sa déclaration. À la fin de la session, le Conseil se prononcera sur une série de projets de résolutions.

    Photo: Ambassadeur Coly SECK à gauche avec M. Moussa Faky (Président de la Commission de l'Union africaine)

    EL HADJI GORGUI WADE NDOYE -  

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • BRAVO AUX SUISSES: Suite Lettre de Dakar !

    Imprimer

    Referendum, Constitution, Autodeterminations, Juges etrangers, Suisse, Nations UniesYES, la Suisse a rejeté aujourd'hui une initiative dite de l'autodétermination inutile d'un parti classé extrême droite visant à rejeter le Droit international. Il n' y a pas de juge étranger ce qu'il y a c'est le Droit, c'est l'Etat de Droit ! Quand un pays est démocratique sa Constitution est humaniste. L'important c'est d'avoir des juges nationaux impartiaux, justes déterminés à dire partout et en tout lieu le Droit avec Courage et surtout Intelligence ! C'est ce que le peuple suisse en majorité a compris pour rejeter cette initiative. J'avais modestement écrit une note intitulée Lettre de Dakar aux Suisses pour dire Non à l'initiative. Je suis heureux de constater que c'est un raz de marée du Non ! Ma belle ville, Genève l'inspirante est allée plus loin avec 75% de Non qui serait au niveau national à 67% !

    Merci Genève. Merci la Suisse. Il y a des valeurs partagées que l'Humanité devrait pouvoir garder. L'autarcie n'est pas une SOLUTION face à la FOLIE actuelle.


    El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 2 commentaires
  • Sous mes yeux ... le Dr Rochat, ouvrit le ventre de la jeune Esperança: Allelua, il lui redonna une nouvelle vie !

    Imprimer

    Dr Rochat, Tanguieta, Benin, Humanitaire, Solidarité, ContinentpremierSous cette chaleur d'Afrique, à Tanguiéta, au #Bénin, le docteur suisse mon ami Charles Henri Rochat, époux d'Isabel Rochat, Ministre de la justice, à #Genèv, ouvrit le ventre de la fille (3 ans), remis à l'endroit son rein défectueux. Ma première expérience de genre dans un hôpital !
     
    Charles referma ce ventre juvénile qui attendait depuis 6 mois, sur place à l'hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta, qu'on daigna l'opérer, la soulager ! A cause d'Ebola, des missions européennes qui devaient s'occuper de la fille avaientdéclaré forfait. Le plateau technique local malgré des efforts était trop faible !
     
    Esperança marchait avec son sac, celui qui porte ses urines. Sa mère l'avait aidée à mettre tout son matériel dans un petit sac rose..! J'écris un article à l'époque intitulé La Fille au Sac Rose !
     
    Demain, c'est déjà aujourd'hui, Melle Espérencia, oui, c'est son nom, avec l'aide de Dieu, la main magique de Dr Rochat a le sourire, elle marche avec plus de dignité, elle va à l'école, a juste une vie normale de petite môme du 21ème siècle ! Normalement !
    Notre mission est accomplie!
     
    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations Unies, à Genève. Directeur des publications du magazine panafricain ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 1 commentaire
  • " Aucun être humain n'est illégal"

    Imprimer

    As Sy, IFCR, MIGRANTS, HONDURAS, USA, WOLD DISASTERS, UNCe sont les propos pleins d'humanisme et de justesse prononcés par Monsieur El Hadji As Sy, Secretaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la croix Rouge et du Croissant-Rouge répondant à la presse internationale s'il fallait aussi aider les migrants de Honduras qui quittent leur pays pour les Etats-Unis d'Amérique. Il s'exprimait à l'occasion du lancement du nouveau Rapport sur les catastrophes dans le monde qui a eu lieu avant hier aux Nations-Unies. Ce Rapport explique que le fait que des millions de personnes soient laissées de côté n'est pas uniquement attribuable au manque d'argent aux fins de l'action humanitaire. Notons à ce propos que " Seulement 2,9% de l'assistance humanitaire internationale ont été remis directement aux intervenants locaux et internationaux en 2017" !
    Avec une voix sereine mais préoccupée, l'esprit tourné vers ses soeurs et frères humains en détresse, le Sénégalais dira aux journalistes: " Les principes humanitaires sont au delà des frontières".

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye- Journaliste accrédité au Plais des Nations Unies, Directeur du magazine panafricain  ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • GUERRE COMMERCIALE: « Le monde entier en pâtira notamment les pays d’Afrique », avertit le DG de l’OMC.

    Imprimer

     

    Roberto Azevêdo, directeur général de l’organisation mondiale du commerce (OMC) a longuement martelé, que le système commercial multilatéral traverse une situation très sérieuse. Il engage ainsi tous les pays, au plus haut niveau, à s’impliquer pour freiner les tensions actuelles qui déboucheraient sur une guerre commerciale qui aura des conséquences fâcheuses pour l’économie mondiale. 

    Photo: @Peter Kenny  

    GENEVE- (Suisse)- Les premiers à payer un lourd tribut d’une guerre commerciale seront les pays dont l’économie n’est pas très solide notamment ceux d’Afrique. Le directeur général de l’OMC, s’est longuement entretenu, hier, avec la presse internationale à l’invitation de l’association des correspondants auprès de l’ONU (ACANU). Il a saisi l’occasion pour dévoiler que jamais dans son histoire, l’OMC n’a eu à recevoir autant de sujets à arbitrer avec son système de règlement des différends. S’y ajoute, une situation de quasi guerre commerciale et de pressions pour réformer le système multilatéral. Le Brésilien, connu pour sa franchise reconnaît que « les critiques sont bonnes à prendre » pour améliorer les négociations internationales mais il renvoie également la responsabilité aux Etats-membres. « La situation actuelle est purement politique, a t il analysé, et d’inviter les hauts responsables politiques à trouver un terrain d’entente pour sauvegarder le multilatéralisme ». Rappelons que ces derniers temps, le président américain Donald Trump s’est fait le champion du protectionnisme menaçant ouvertement l’OMC et des pays comme la Chine ouvrant ainsi une voie incertaine dans le dialogue international. Les Européens ne sont pas en reste, l’Allemagne et la France notamment sont montées au créneau pour défendre les intérêts de l’espace européen. Le continent africain s’est montré très discret dans ces joutes aux conséquences pourtant dangereuses pour son économie qui depuis plus d’une dizaine d’années se porte bien et tire même la croissance mondiale vers le haut !  

    M. Azevedo croit que « le système commercial actuel est assez robuste pour faire face à des crises », cependant, tient-il à alerter aucun pays ne s’en sortira indemne dans une guerre commerciale prolongée du fait même de l’interdépendance des économies. Au delà des chefs d’Etats, il en appelle aux parlements, à la société civile, au secteur privé et à tous les acteurs liés au commerce mondial. 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE   

     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Ce soir, au Pitoëff: Ces Suisses qui vont fêter l'Afrique ! Entrée 10 FCH. Gratuit dès 22 HS

    Imprimer

    DIANE LAURA.jpgFATOU BAO BOROM CUISINE.jpgYUKO TAKASE.jpgPour fêter la Journée mondiale de l'Afrique, célébrer le centenaire de Nelson Mandela et son anniversaire, le magazine panafricain en ligne ContinentPremier a invité ces personnalités au parcours riche et diversifié pour animer une soirée exceptionnelle dont la Genève internationale peut avoir le don !

    Trois dames, une Italo-Polonaise, une Suissesse et Sénégalaise née Japonaise, une Suissesse et Sénégalaise active dans un autre art que la musique !

    JKAPELA 1.jpgKARA KA.jpgKUMBA TOSH 2.jpgTrois Messieurs, un Congolais vivant à Lausanne, Un Senegalo-Suisse et un Bénino Togolais...

    NDIARKA.jpgLa surprise, Ndiarka Seck, celui qui fait parler le petit tam tam sous ses aiselles !

    Tout ce beau monde, ce soir, à 20 heures pour témoigner de cette Suisse multiculturelle qui fête l'Afrique multiple !

    Ouverture des portes: 18 heures - Début concert: 20 Heures : Entrée 10 FCH -

    22 Heures: animation latino-africaine - Entrée gratuite.

    Vive l'Afrique ! Vive Genève ! Vive la Suisse !

     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • ContinentPremier.Com: Il y a 14 ans, déjà !

    Imprimer

    continentpremier, voix de l'afrique, Genève, ONU, presse africaineC'est le 23 avril 2004 qu'était lancé au Club suisse de la presse, à Genève, le canard panafricain! Il est devenu un jeune bel adolescent souriant et dynamique ! Ce jour là, je rentrai d'une formation à Courtrai en Belgique pour venir porter sur les fonds baptismaux ce mag avant de m'envoler le lendemain à Wiesbaden, en Allemagne donner une conférence sur " la citoyenneté d'entreprise" sur invitation de Novartis Allemagne.

    Ce jour là, le Club suisse de la Presse sous la direction du journaliste Guy Mettan refusait du monde. Ce jour là, Mme Marie Heuzé, Directrice de l'information de l'ONU annonçait au briefing régulier avec la presse internationale qu'elle venait présider le baptême du journal en ligne qui devait être la vraie voix de l'Afrique en Suisse.

    TRIBUNE CONTINENTPREMIER.jpgCe jour là, d'anciens camarades de l'Université Gaston Berger, deux de mes aînés Dr Alassane Diop Informaticien, Dr El Hadji Diouf (Abdourahmane) juriste, Mme Elise Jacqueson (alors journaliste à la Tribune de Genève qui a déplacé toute une équipe de reportage), Mme Cecile Quan (alors fonctionnaire internationale à l'IFCR), tenaient entre leur bras un fragile gamin qui pourtant s'est donné dès sa naissance la puissance de Soundjata Keita (vous rappelez-vous du fils de Sogolon Diatta la bossue!). L'enfant incurva le fer pour se tenir debout !!! Wallahi Wallahi ! Euskeuy, ma cha Allah! Ce jour là, des Ambassadeurs ont fait le déplacement dans un Club de la presse qui bondait à craquer pour saluer le nouveau né! Une méchante langue grommela sans se rendre compte qu'il était aux côtés d'un sociologue africain venu exprès de Lausanne et qui me rapporta ces dires: " Ah ils ne feront pas long feu!). Eh, bien, nous sommes encore là et ce monsieur est lui à la retraite et ne peut qu'admirer le petit enfant grandir malgré les heurts car modelé dans des valeurs universelles et impérissables qui lui confèrent l'éternité même le jour de son extinction !


    Il fallait le faire. Nous l'avons fait. Il fallait le porter. Nous l'avons fait. Il faut le laisser s'enraciner dans ses valeurs africaines. Nous l'avons fait. Il faut le laisser grandir, découvrir et s'ouvrir aux souffles fécondants des mondes. Nous l'avons fait ! Et le voici "ContinentPremier.Com", à qui je souhaite " Joyeux Anniversaire", toujours plus digne et noble de son credo mystique:  "L'Afrique est son berceau. Le monde est son lit"

    EL HADJI GORGUI WADE NDOYE - Directeur des publications.

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Agression sexuelle à l'ONU: Qui en veut à l'excellent Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA?

    Imprimer

    Michel Sidibe, Loures, ONU, ONUSIDATravailleur, discipliné, élégant et surtout pas agresseur, ni violeur, le Malien Michel Sidibé (photo 1), haut fonctionnaire de l'ONU vit une période difficile. 


    Il est agressé par de violents lobbys qui veulent sa peau. Le Malien n'a agressé sexuellement personne ni n'a violé personne. Clair ! Ok, c'est son adjoint Monsieur le Brésilien Luiz Loures (photo 2) qui est concerné par cette affaire.

    LOURES.pngM. Loures a été nommé à son poste par le Secretaire général de l'ONU. Sa culpabilité reconnue dans une enquête interne ( sous secret) a été transmise au journal le Guardian. Depuis, des journalistes, à l'ONU, à Genève aussi, montent sur leurs grands chevaux pour attaquer Monsieur Sidibé comme si le pauvre Malien était le garçon voyou. Pourtant Michel Sidibé a dès le début dit publiquement dans des communiqués que sous sa magistère le mot d'ordre est TOLERANCE ZERO contre les agressions sexuelles, c'est le credo même de l'ONU . Mais cela ne suffit pas il leur faut la tête de Sidibé !

    Il y a cependant une leçon à tirer, ces Princes africains des Nations Unies doivent apprendre à mieux s'entourer et surtout de bien choisir leur équipe de communication ! Sidibé ne s'est montré nulle part ( à ma connaissance pour envoyer balader les conspirateurs qui veulent sa peau). Et pire voici que ce sont 3 ongs sud africaines (faut-il en rire !) qui écrivent au SG de l'ONU pour demander la démission de Michel Sidibé. On le sait pour tuer du Nègre, rien n'est mieux qu'un pauvre Nègre !

    Triste pour Michel Sidibé qui a fait en matière de la lutte contre le SIDA ce qu'aucun haut fonctionnaire onusien n'a jamais pu faire ! 


    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain  ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Après l'UNESCO, Trump veut il faire peur à l'OMC?

    Imprimer

    L'Oncle Sam ne voit pas d'un bon oeil le système du Règlement des Différents, une sorte de tribunal du commerce international au sein de l'OMC qui connait des litiges liés au Droit et à la liberté du commerce mondial. L'Amérique bloquerait la nomination de nouveaux juges, renseigne un article du Monde. Pendant ce temps, Donald J. Trump a sorti son pays de l'UNESCO. Décision prenant effet le 31 décembre 2017. L'Amérique reproche à l'UNESCO d'être anti israélienne. Elle souhaite une réforme de l'organisation. Cependant, le pays de Trump manifeste son souhait d'y garder son nez en étant un Membre Observateur et en collaborant sur des problématiques comme la sauvegarde de l'héritage culturel universel, le droit à la liberté d'expression etc.... 

    Deux commentaires:

    UNESCO: Je note simplement que ce n'est pas nouveau, l'#Amérique avait déjà claqué la porte avant de revenir. Celle qui va sourire sous cape c'est naturellement la Chine qui va devoir montrer qu'elle est un grand pays et qui va combler les trous des Etats Unis. La #Chine protectrice de la #Culture et de l'#Education universelles, voici le schema qui se dessine ! 
    OMC: Je signale cependant qu'à l'OMC, il n'y a pas de voix prépondérante ! Certes les pays dits grands y jouent comme des maîtres mais que les pays dits petits peuvent les emmerder et savent comment faire leur tacle. Les uns et les autres se neutralisent. Parfois bien parfois pas mais il est clair que l'Amérique ni l'Europe ne peuvent dicter leur loi sans le consentement des autres parties. 
    Tonton Trump va -t- il là aussi demander une réforme pour obtenir le droit de veto? Son argument ne sera pas la Palestine chouchoutée par les Etats ! Que nous sortira t il? Je fais LOL !  
    Ce qui est sûr la marche du monde ne sera plus comme elle fut ces deux siècles derniers marqués par la domination sans concession de l'Occident sur le reste du monde! C'est dire que nous avons besoin de multilatéralisme! 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE, Journaliste sénégalais accrédité auprès des Nations-Unies, Genève.

    Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 1 commentaire
  • Guerre au Yemen : Face au chaos humanitaire, les bailleurs promettent 1.1 milliard de dollars d'aide d'urgence.

    Imprimer

    Yemen, Guterres, Suisse, Suede, Humanitaire, chaos, ONU, ARABIE SAOUDITEC’est au Yémen que sévit la plus grande crise humanitaire dans le monde, avec près de 19 millions de personnes - deux tiers de la population - ayant besoin de protection et d’assistance humanitaire. Pour aider ce pays d’ici à la fin de l’année, l’ONU a fait un appel de 2,1 milliard de dollars. Hier, les promesses de dons s’élevaient à la moitié de l’enveloppe nécessaire.
     
    Genève – (Suisse)- En présence du Secrétaire général des Nations-Unies, António Guterres qui a fait le déplacement à Genève pour coprésider avec la Suède et la Suisse une réunion de haut niveau des bailleurs de fonds , ces derniers ont annoncé  des promesses de contribution à hauteur de plus de  $1.1 milliard afin de renforcer l’aide vitale à des millions de personnes au Yémen. La somme globale demandée par l’ONU et ses partenaires est de 2,1 milliards de dollars.
     
    « Au moment même où le Yémen fait face à une tragédie sans précédent et où les besoins  de protection n’ont jamais été aussi grands,  la générosité exprimée aujourd’hui lors de cet évènement nous aide à réaffirmer notre humanité commune »,  a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à l’issue de l’évènement de haut niveau auquel ont assisté plus de 70  pays et un grand nombre d’organisations régionales, d’agences humanitaires des Nations Unies et d’organisations humanitaires non gouvernementales, y compris du Yémen.  48 donateurs, la Commission européenne, le Fonds central d’intervention d’urgence et quatre organisations humanitaires/ONGs ont annoncé des promesses de contribution pour l’action humanitaire au Yémen en 2017. « Maintenant, nous devons voir ces promesses de contribution se traduire par une action à plus grande échelle dont les Yéménites ont non seulement besoin, mais surtout qu’ils méritent », a martelé le Secrétaire général devant la presse internationale. Il dira également que la solution à cette crise n’est pas humanitaire mais bien politique et qu’il faudrait trouver aujourd’hui plus que jamais une issue pacifique à la désastreuse situation humanitaire.
     
    Le patron de l’ONU demande par ailleurs trois choses : «  Accès, accès, accès » aux populations vulnérables.  En effet, la situation d’urgence complexe au Yémen est due à l’homme et s’est considérablement détériorée depuis que les hostilités se sont intensifiées en mars 2015. Plus de 10 millions de Yéménites extrêmement vulnérables ont besoin d’assistance immédiate pour survivre et la famine demeure un risque crédible pour 6,8 millions de personnes si elles ne reçoivent pas d’aide d’urgence. En février dernier, l’OMS criait haut et fort : « C’est un fait: aujourd’hui, le système de santé du Yémen est à genoux et fortement tributaire de l’aide internationale ».  Rien n’avait bougé. Les bombes continuaient à pleuvoir sur les populations ! A cette période, 14,8 millions de personnes n’ont pas accès aux soins de santé essentiels. Moins de 45% des établissements de santé fonctionnaient encore; 17% d’entre eux n’étaient plus du tout opérationnels. Au moins 274 ont été endommagés ou détruits pendant le conflit. Les agents de santé ne reçoivent plus leur salaire régulièrement. Dans cette guerre, ce sont encore les enfants qui payent le lourd tribut.
     
    L’UNICEF a averti par la voix de son porte paroles Christophe Boulierac : « Deux ans après l’escalade de la violence au Yemen, les familles se tournent vers des mesures de survie extrêmes.  Le Yemen, pays le plus pauvre du Moyen orient est maintenant la plus grande urgence alimentaire dans le monde» (Voir l’entretien) 
     
    El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com
     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • (ENTRETIEN EXCLUSIF)- Yemen: L’UNICEF dénonce l'enrôlement des enfants, le mariage précoce des filles.

    Imprimer

    UNICEF, YEMEN, Christophe Boulierec, protection de l'enfance, mariages, ONUL'UNICEF qui protège les enfants est désemparée face à l'ampleur du désastre humanitaire. Dans cet entretien, Christophe  Boulierac, porte parole de l’organisation onusienne décrit une situation apocalyptique pour les enfants yéménites privés de tout et du plus important: leur innocence !

    Quelle est la situation actuelle au Yemen du point de vue de l'UNICEF?
     
     Deux ans après l’escalade de la violence au Yemen, les familles se tournant vers des mesures de survie extrêmes.  Le Yemen, pays le plus pauvre du Moyen orient est maintenant la plus grande urgence alimentaire dans le monde. Le nombre de personnes extrêmement pauvres et vulnérables a grimpé en flèche. 80% des familles sont endettées, la moitié de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Il y a un moment, lorsque la violence dure trop longtemps,  où les mécanismes d’adaptation des familles, qui sont laissées sans ressources ne fonctionnent plus. 
     
    Comment cela se traduit ?
     
    Premièrement : Les familles mangent moins, elles sautent des repas, elles optent pour des aliments moins nutritifs.Deuxièmement : La Malnutrition. Près d'un demi-million d'enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère : c’est une  augmentation de 200% depuis 2014 ( 160 000 en 2014, 462000 maintenant). Il y a aujourd’hui des risques de famine au Yemen Un enfant de moins de 5 ans sur 2 souffre de retard de croissance. Il y a 2.2 millions d’enfants malnourris (dont 462 000 de malnutrition aigue sévère).La moitié des enfants sévèrement malnourris se trouvent à Hodeidah, Sa’ada, Taizz,Hajjah et Lahj). UNICEF estime qu’un enfant toutes les 10 minutes de causes évitables telles que la malnutrition, les diarrhees, les infections respiratoires. Troisièmement : De plus en plus d'enfants sont recrutés par des belligérants et sont poussés à se marier tôt.
    En 2016, Plus des deux tiers des filles sont mariées avant d'avoir atteint 18 ans, contre 50% avant l'escalade du conflit. Les enfants sont recrutés en plus grand nombre  alors que les combats s'intensifient. Il y a pratiquement deux fois plus d’enfants recrutés pour le conflit que l’an dernier au même moment.
     
     … La violence continue…
     
    Le nombre d'enfants tués dans le conflit du Yémen a augmenté de 70 pour cent par rapport à l’an dernier. Près de deux fois plus d'enfants ont été blessés dans les combats depuis mars 2016 par rapport à la même période l'année dernière
     
    Le système de santé du Yémen est sur le point de s'effondrer, laissant près de 15 millions d'hommes, de femmes et d'enfants ( sur une population de 27 millions) privés d'accès aux soins de santé (coupés d’aide médicale) – DONT ENVIRON 7 millions d’enfants
    Une épidémie de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë en octobre 2016 continue de se propager, avec plus de 22 500 cas suspects et 106 décès.
    L’éducation : Jusqu'à 1.600 écoles ne peuvent plus être utilisées parce qu'elles sont détruites, endommagées, utilisées pour accueillir des familles déplacées ou occupées par des parties au conflit. Quelque 350 000 enfants sont incapables de poursuivre leurs études, ce qui porte à 2 millions le nombre total d'enfants non scolarisés. 
    Les attaques sur les écoles ont plus que quadruplé, de 50 à 212.
     
    Quels sont vos besoins pour faire face, défendre et protéger les enfants?
     
    L'UNICEF continue de fournir une assistance vitale et urgente aux enfants les plus vulnérables, y compris les vaccinations, les aliments thérapeutiques et le traitement de la malnutrition sévère, le soutien à l'éducation, le conseil psychosocial et l'aide en espèces. 
    Pour lutter par exemple contre la malnutrition, nous avons distribué des micronutriments à plus de 4 millions d’enfants et traité plus de 400 000 enfants de moins de 5 ans au Yemen contre la malnutrition aigüe sévère. En 2017, nous prévoyons d’en traiter 323 000 et de toucher plus de 4.5 millions d’enfants avec des micronutriments.  
    Nous avons besoin de financements pour maintenir ces programmes vitaux, notamment avec des équipes mobiles. Pour 2017, 50% de l’approvisionnement en produits nutritionnels est financé.  Si nous n’avons pas de financement additionnel, nous n’aurons plus d’approvisionnement nutritionnel à partir de Juin 2017.
    Plus d’argent est également nécessaire pour soutenir les mécanismes d’adaptation des familles, pour prévenir l’effondrements des services de santé et d’éducation et pour éviter les pratiques négatives de mariage précoce, du travail des enfants et de recrutement des enfants dans les groupes armés.
     
    Votre appel d'urgence est il assez financé et par quels partenaires ?
     
    Notre appel pour 2017 s’élève à 236.5 millions USD.  Nous avons reçu jusqu’à présent 85 millions USD.  Il manque 151.5 millions USD (soit un manque de financement de 64%)
    Les principaux donateurs de notre appel pour 2017 sont:  The United Kingdom, OFDA, Germany, Japan, Humanitarian Pool Fund.   
     
     
    Propos recueillis, à Genève, par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • 620 millions d’Africains n’ont aucun accès à l’électricité : « Lumières d’Afriques » veut leur apporter l’énergie durable.

    Imprimer

    Lumières d'Afrique, ONU, Union africaine, Francophonie, Mathias Leridon, Michael Moller, Jean Marie Ehouzou, Corinne Momal Vanian, ODD, ART, SCULPTURE, GENEVE

    Leridon Lampe.jpg

    Les gens les plus pauvres d'Afrique paient les prix les plus élevés au monde pour l'énergie. En absence d'accès aux sources d'énergie propres, plus de la moitié de la population du continent est contrainte de recourir au bois de chauffage et au charbon de bois – des options économiquement inefficaces et dévastatrices pour l'environnement, constate Michael Moeller, le directeur général des Nations Unies, à Genève, à l’occasion du vernissage de l’exposition « Lumières d’Afriques » qu’abrite le Palais des Nations du 13 mars au 31 mars 2017.  

    GENEVE- (Suisse)- Après avoir brillé pour la première fois en prélude à la COP 21 au Palais de Chaillot, lieu mythique pour les Nations Unies (siège éphémère et signature de la charte des Droits de l’Homme), « Lumières d’Afrique » a pour vocation de porter son message d’espoir dans le plus grand nombre de pays africains. Elle a également pour vocation d’exposer à l’ensemble du monde l’incroyable vitalité de la création contemporaine africaine avec ses 54 œuvres lumineuses de 54 artistes africains contemporains. L’exposition illumine depuis le 13 mars et pour trois semaines, le Palais des Nations, à Genève, en pleine session du Conseil des Droits de l’Homme. « Lumières d’Afriques », constitue selon Matthias Leridon, Président de TILDER, un des leaders européens du conseil en communication et initiateur de l’exposition : « un geste politique exceptionnel des artistes en faveur de l’accès durable du continent à une énergie propre ». L’exposition est aussi un symbole fort qui affirme le développement durable des peuples comme un droit de l’Homme fondamental poursuit M. Leridon. L’Afrique a peu contribué au changement climatique mais elle paye un prix élevé quant aux conséquences du réchauffement « certaines grandes villes font face à des coupures d’électricité au quotidien », regrette l’ONU qui en collaboration avec la Francophonie, l’Union africaine et l’ONG African Artists for Development Fund abrite cette magnifique exposition qui s’inscrit dans la poursuite des objectifs de développement durable, notamment l’objectif 7 qui demande «… l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable ». 

     

    De même dira Michael Moller dans un discours lu par Corinne Momal Vanian « l’énergie est aussi essentielle pour atteindre d’autres objectifs ».  Car l’énergie est au cœur de tous les enjeux du XXIème siècle, analyse Matthias Leridon : « l’énergie, c’est la vie ! Il n’y a pas d’éducation, pas de santé, pas d’environnement durable sans énergie propre. Et l’Afrique vit dans ce domaine un paradoxe unique : ses ressources en matière d’énergie non carbonée sont quasi-illimitées mais la connexion des peuples africains à l’électricité reste encore pour beaucoup à créer ». 

    Antoine Barbry, Ambassadeur Représentant par intérim de la Francophonie est du même avis"Les infrastructures énergétiques déficientes sont un frein insupportable au développement de l’Afrique » car dit-il : « c’est une nouvelle frontière qui doit être franchie avec l’aide de tous les partenaires » comme il soutient que : « le geste artistique sans équivalent de cette exposition (54 artistes de 54 pays autour d’un seul thème) ne met pas en place les infrastructures mais il braque les projecteurs, sur ce problème, et sensibilise le grand public qu’un discours purement économique laisse froid ». Pour M. Barbry, la Francophonie partage pleinement le message optimiste transmis par l’exposition. Il a ainsi salué le «dynamisme » du continent africain, « sa jeunesse, son bouillonnement créatif » qui  « peuvent devenir les phares d’un monde tiraillé par des passions contraires ». Le représentant de la Francophonie a remercié très chaleureusement les « Fondations comme celle d’African Artists for Development qui s’engagent pleinement sur ce mot d’ordre avec l’ambition de faire connaître au plus grand nombre les richesses matérielles, mais aussi les richesses humaines et culturelles » du continent africain. 

    Un tour à Addis Abeba

    Pour l’Ambassadeur Jean Marie Ehouzou : « ce vernissage témoigne de la diversité et de la richesse dont regorge l'Afrique dans le domaine de l'art », ainsi a –il félicité « les 54 Artistes africains qui s'engagent à travers leurs prestations dans une même gestuelle artistique pour révéler au monde entier l'incandescence des arts, de la culture et de la pensée à l'échelle du Continent. » Très ému, l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Bénin et représentant permanent de l’Union africaine a recommandé à M. Leridon de montrer les œuvres au siège de l’Union africaine à Addis Abeba : «  ces œuvres devront faire le tour du Continent et faire une escale à Addis-Abeba siège de l'Union Africaine » et de conclure : « En tout cas ce qui est réalisé ici et qui honore le Continent ne sera pas oublié ». 

    Aux côtés des huit artistes présents et salués à la mesure de leur travail magistral autour de la thématique de l’énergie, on notait l’intérêt des diplomates, des fonctionnaires internationaux, du nombreux public métissé venus assister au vernissage de l’exposition qui se passe juste à un étage de la salle du Conseil des droits de l’Homme. Et l’invite de Michael Moller retentit encore dans leurs oreilles «  il faut se « mettre au courant de l’Afrique à travers son art moderne. Je vous invite à court-circuiter tous les clichés et à découvrir avec un esprit ouvert ce continent dans toute sa richesse, toutes ses dimensions ». 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE – Directeur des publications du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

    Source: www.ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Désignation du Directeur général de l’OMS : Dr Tedros, le Candidat de l’Afrique en tête.

    Imprimer

    oms, Dr Tedros Adhanom, Dr Nabarro, Dr Nishtar, Conseil exécutif, Assemblée générale, AfriqueLa 140ème session du Conseil exécutif de l'OMS qui s'est ouverte à Genève le 23 janvier et s'achèvera le 1er février 2017 a annoncé, ce mercredi, les noms des trois candidats qui seront présentés à l’Assemblée mondiale de la santé. A l’issue d’un vote très serré, l’Ethiopien Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus s’est classé premier.
     
    Photo: Nicole Matschoss
     
    GENEVE- (SUISSE)-  Le Conseil exécutif de l’OMS a sélectionné par vote les trois personnes qui seront proposées à l’Assemblée mondiale de la Santé en tant que candidats pour le poste de Directeur général de l’OMS. Le candidat de l’Afrique, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus de l’Ethiopie est arrivé en tête de ce processus suivi par le Britannique Dr David Nabarro et la Pakistanaise Dr Sania Nishtar.
     
    Le Conseil exécutif de l’organisation mondiale de la santé (OMS) composé de 34 personnes possédant des compétences techniques dans le domaine de la santé, qui sont toutes désignées par un Etat Membre élu à cet effet par l’Assemblée mondiale de la Santé, a donné son verdict, hier, mercredi 25 janvier 2017 en désignant une liste restreinte de trois candidats proposés à l’Assemblée mondiale de la santé qui devra choisir au mois de mai prochain le futur Directeur général de l’OMS.
     
    Après l’élimination la veille du candidat de la Hongrie, cinq candidats se sont présentés devant le Conseil pour une entrevue précédant le scrutin.
    C’est à l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2017, que l’ensemble des États Membres choisiront un candidat parmi les trois proposés. Le nouveau Directeur général prendra ses fonctions le 1er juillet 2017.
     
    Est-ce le tour de l’Afrique  qui n’a jamais dirigé l’OMS ?
     
    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.Com
     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 1 commentaire
  • 220 millions d'enfants vivent dans des zones de conflits, le terrorisme et la lutte contre le terrorisme sacrifient leurs droits!

    Imprimer

    Droits humains, 2017 enfants, ONU, Palais Wilson, Haut commissariat aux droits de l'Homme, Convention,   On retrouve plus généralement ces enfants du chaos en Afghanistan, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et en Irak. Dans ces zones de conflits, un enfant sur deux souffre de problèmes de croissance. Le terrorisme et les politiques de lutte contre le terrorisme ont des impacts négatifs sur les droits de l'enfant, a martelé le Président du Comité des droits de l'enfant. Benyam Dawit Mezmur souligne par ailleurs que la crise des migrations et des réfugiés a déraciné, à travers le monde, près de 50 millions d'enfants qui sont aujourd'hui vulnérables à la violence et à l'exploitation.


    Le Comité des droits de l'enfant a entamé ce matin les travaux de sa soixante-quatorzième session, qui se tient pour trois semaines au Palais Wilson à Genève, précise une source onusienne, en adoptant son ordre du jour et son programme de travail et en entendant une déclaration de Mme Kate Gilmore, Haut-Commissaire adjointe aux droits de l'homme. Cette dernière a dressé le bilan du Comité pour l'année 2016 – un bilan qu'elle a jugé très positif. Mme Gilmore a noté que l'an dernier, le Comité avait adopté des observations finales concernant 36 pays. Des semaines supplémentaires de travail ont permis en 2016 de rattraper quelque peu le retard pris dans l'examen des rapports. Les méthodes de travail ont été revues et améliorées, notamment en permettant l'adoption d'un format réduit pour les observations finales ou encore en réintroduisant la réunion informelle annuelle avec les États.

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité à l'ONU. Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

  • ADAMA DIENG, SG adjoint de l'ONU« « La résurgence des génocides est l’un des plus grands défis de l’Humanité »

    Imprimer

    Adama Dieng, Génocide, ONU, Antonio Gutteres, Peace, Religion, StabilityLe déni du droit des autres à exister en tant que groupe que le génocide postule constitue une atteinte majeure à la paix, au vivre ensemble dans la diversité si nécessaires à notre condition d’humains, à notre survie. Le génocide des musulmans à Srebenica, le génocide des Yazidis en Irak, le discours de haine qui se propage dans un Occident qui voit la montée des populismes et autres idéologies d’extrême droite nous rappellent malheureusement la réversibilité de nos acquis de civilisation, leur précarité.

    Trois questions à ADAMA DIENG, Secrétaire général adjoint de l’ONU, lauréat du Prix pour la Paix, l’Espérance et la Liberté : « La résurgence des génocides est l’un des plus grands défis de l’Humanité »

    GENEVE- (Nations-Unies)- A l’occasion de son 70e anniversaire, l’association internationale pour la défense de la liberté religieuse (AIDLR) qui a organisé le sommet mondial sur « Religion, Paix et Sécurité » (Genève 23-25 novembre 2016), a établi le Prix pour la Paix, l’Espérance et la Liberté  dont le premier récipiendaire est Adama Dieng juriste de renommée internationale, Conseiller spécial du Secrétaire de l’ONU pour la prévention contre le génocide. Dans cet entretien Adama Dieng explique le soutien onusien à cette association au statut consultatif, son sentiment sur Antonio Gutteres et l’importance du prix qui lui a été décerné.

    Monsieur Dieng, quel est l’intérêt de l’ONU à soutenir le sommet sur «Religion, Paix et Sécurité » ? 

     « La résurgence des génocides est certainement l’un des plus grands défis qui nous interpellent. Le déni du droit des autres à exister en tant que groupe que le génocide postule constitue une atteinte majeure à la paix, au vivre ensemble dans la diversité si nécessaires à notre condition d’humains, à notre survie. Le génocide des musulmans à Srebenica, le génocide des Yazidis en Irak, le discours de haine qui se propage dans un Occident  qui voit la montée des populismes et autres idéologies d’extrême droite nous rappellent malheureusement la réversibilité de nos acquis de civilisation, leur précarité. C’est la raison pour laquelle, j’ai initié depuis Fès, au Maroc, un projet qui consiste à mobiliser les leaders religieux pour qu’ils s’engagent dans la prévention de l’incitation à la violence qui pourrait déboucher sur des atrocités criminelles (génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre). Vous comprendrez donc l'intérêt de mon bureau à soutenir toute initiative qui vise à renforcer le dialogue avec les différents acteurs qui visent aussi le même but et surtout à promouvoir la réalisation des objectifs du développement durable ».
     

    Gutteres et l'avenir des Nations Unies, que pensez-vous du nouveau Secrétaire général des Nations-Unies qui a été largement soutenu par la diplomatie sénégalaise? 

    Suite ici: 

    http://continentpremier.com/?article=2125&magazine=96

    Source: El hadji Gorgui Wade NDOYE - www.ContinentPremier.Com 

     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Grande réflexion sur l'Afrique à l'ONU: Entrée libre, s'inscrire pour le badge

    Imprimer

    "L’émergence africaine face aux défis de l’éducation, de l’égalité, de la paix et de la sécurité"

    Le magazine panafricain ContinentPremier.Com, avec le soutien de l’Union Africaine, de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de la Mission du Sénégal, à Genève, a le plaisir de vous convier à cette importante réflexion qui aura lieu le

    Vendredi 18 novembre 2016

    de 18H30 à 20H00

    à la Salle 9, Palais des Nations-Unies.

     Merci de confirmer votre présence en envoyant votre nom et prénom à 

    info@continentpremier.com 

    Très longtemps l’image de l’Afrique a été réduite notamment dans les média en Occident et dans l’opinion publique à cette terre lointaine, lieu de la pauvreté, de la famine, des guerres, des maladies avant de laisser place progressivement à une sorte de Terre promise, on parle de l’Afrique comme l’avenir du monde donc de l’Humanité.

    Il s’agira dès lors de voir comment mesurer aujourd’hui le développement africain et ou ses potentialités économiques ? etc.

    ContinentPremier.Com vise à travers cette rencontre à favoriser un dialogue riche dense franc et ouvert autour des opportunités qui s’offrent aujourd’hui plus que jamais à l’Afrique qui devra également relever des défis pour jouer pleinement son rôle dans le 21ème siècle et au-delà.

    Les intervenants: 


    Mary Teuw Niane, ElHadji As Sy, Aya Thiam, Didier Péclard, ContinentPremier, Gorgui Wade Ndoye, Université de Genève, Afrique, Mali, Sénégal, Union Africaine, Francophonie, Ridha Bouabid, Jean Marie Ehouzou1- Pr. Mary Teuw NIANE,
    Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de la République du Sénégal.

    Mali Ambassadeur.jpg2- Madame Aya THIAM, Ambassadeure de la République du Mali auprès des Nations-Unies.  

     

     

    As SY.jpg3- Monsieur El hadji As SYSecrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix rouge et du Croissant rouge (IFCR).

    Didier Peclard.jpg4- Dr Didier PECLARDMaître de Conférences, Directeur du Master en Etudes africaines de l’Université de Genève.

     

    Modération : M. El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur des publications de ContinentPremier.Com

    Mots de Bienvenue des Ambassadeurs Ridha Bouabid de la Francophonie, Jean-Marie Ehouzou de l’Union Africaine et Coly Seck du Sénégal.

    L'Organisateur:

    ContinentPremier.Com :

    un magazine panafricain en ligne

    au Coeur de la Genève internationale !

    ContinentPremier avec l'association du même nom a initié des concerts de la Fête de la Francophonie co-organisée avec l'OIF, le Gouvernement suisse, le pays invité d'Honneur etc, à la Salle des Assemblées des Nations Unies. ContinentPremier organise également de grandes conférences sur l'Afrique dans la Mondialisation et accueille des journalistes stagiaires de tous les pays, fournit depuis Genève ses articles à la presse africaine. 

    Contact et souscription:

    Notre credo:

    Logo ContinentPremier.Com.jpgL'Afrique est son Berceau le monde est son Lit !

    Contacts : Bureau : 0041-22-917-37-89 ---- Mobile: 0041-76-488-86-04 Courriel : info@continentpremier.com

  • ONU: HABEMUS SECRETAIRE GENERAL.

    Imprimer

    Antonio Guterres, François Longchamp, ONU, UNSG, Secretaire général, Portugal, Ban Ki Moon, Genève, Assemblée généraleSuivant la recommandation du Conseil de sécurité, l'Assemblée générale des Nations Unies a officiellement choisi ce jeudi le Portugais António Guterres pour occuper le poste de Secrétaire général de l'Organisation à partir du 1er janvier 2017 pour un mandat de cinq ans.

    Cette confirmation s'est faite par acclamation.

    Le Conseil de sécurité de l'ONU avait transmis sa recommandation à l'Assemblée générale le 6 octobre après avoir choisi par acclamation M. Guterres.

    Au moment de l'annonce de la décision du Conseil de sécurité, Ban Ki-moon avait estimé qu'il s'agissait « d'un choix excellent», poursuit notre source.

    Agé de 67 ans, M. Guterres a été le Premier ministre du Portugal de 1995 à 2002 et le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés de juin 2005 à décembre 2015.

    Il va succéder à l'actuel Secrétaire général, le Sud-Coréen Ban Ki-moon, qui occupe ce poste depuis bientôt 10 ans.

    Le Conseil de sécurité de l'ONU avait sa transmis sa recommandation à l'Assemblée générale le 6 octobre après avoir choisi par acclamation M. Guterres.

    Au moment de l'annonce de la décision du Conseil de sécurité, Ban Ki-moon avait estimé qu'il s'agissait « d'un choix excellent».

    « Son expérience passée en tant que Premier ministre du Portugal, sa grande connaissance des affaires du monde et sa vive intelligence lui seront très utiles pour diriger les Nations Unies dans une période cruciale », avait dit M. Ban.

    Notons qu'outre M. Guterres, douze autres candidats étaient en lice pour remplacer l'actuel Secrétaire général. Trois candidats avaient retiré leur candidature.

    Photo: François Longchamp, Président du Conseil d'Etat de la République de Genève avec António Guterres Crédit: Mouhamed Zouhri

    EL HADJI GORGUI WADE NDOYE- www.ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Syrie, Burundi: le Conseil des droits de l'Homme tape fort sur la table !

    Imprimer

    Cet après midi, vendredi 30 septembre 2016, par une résolution, le Conseil condamne l'offensive militaire contre les quartiers Est d'Alep conduite par les forces loyales aux autorités syriennes, qu'il appelle à cesser le bombardement aveugle sur wla population civile. L'ONU informe que le Conseil des droits de l'Homme condamne aussi les frappes aériennes du 19 septembre 2016 contre un convoi d'aide de l'ONU et du Croissant-Rouge arabe syrien dans une zone rurale d'Alep, qui pourraient constituer une violation grave du droit international humanitaire; il appuie l'appel lancé par les Nations Unies pour que soit menée une enquête immédiate, impartiale et indépendante sur cet incident. Par ailleurs, une table ronde agendée au mois de mars prochain donnera aux Syriens la possibilité de se faire entendre sur les cas de disparitions forcées, détentions arbitraires, et sur la nécessité de faire répondre de leurs actes les responsables de violations.
     
    Par ailleurs, en vertu de sa résolution sur la situation des droits de l'homme au Burundi, adoptée par 19 voix contre 7 et avec 21 abstentions, le Conseil des droits de l'Homme décide d'établir, pour une période d'un an, une commission d'enquête chargée de mener une enquête approfondie sur les violations des droits de l'homme commises au Burundi depuis avril 2015, d'identifier les auteurs présumés de violations des droits de l'homme commises dans le pays, de formuler des recommandations sur les mesures à prendre pour garantir que les auteurs de ces actes aient à en répondre, quelle que soit leur affiliation, et de dialoguer avec les autorités burundaises et toutes les autres parties prenantes afin de fournir l'appui et les conseils nécessaires à l'amélioration immédiate de la situation des droits de l'homme et à la lutte contre l'impunité.
     
    El Hadji Gorgui Wade NDOYE. ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 2 commentaires
  • Economie, Entrepreneuriat, Relations Suisse-Afrique: Le Sénégal à l'Honneur ce soir au Cercle des Dirigeants d'Entreprises de Genève

    Imprimer

    CDE, Cercle des entrepreneurs, Continentpremier, Suisse, Sénégal, Ridha Bouabid, Jean Marie Ehouzou, Afrique nouvelle, FONDETEC, Forum économiqueEn parfaite collaboration avec les membres de cette éminente association de femmes et d'hommes d'Affaires que dirige Mme Enza Testa Haegi, ContinentPremier et son serviteur inaugurent une nouvelle approche des relations internationales qui se veut à hauteur humaine pour des résultats palpables. C'est le lieu de remercier très vivement le Ministre Luc Barthassat, Conseiller d’Etat de la République et Canton de Genève, en charge du département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA) qui nous fait Honneur de sa présence. Merci également à mes deux grands frères Jean Marie Ehouzou, Ambassadeur de l'Union Africaine et Ridha Bouabid, Ambassadeur de la Francophonie auprès des Nations-Unies pour leur amitié, leurs conseils fraternels. Ils portent avec élégance et intelligence leurs responsabilités. Le Sénégal sera représenté par son Premier Conseiller à l'Ambassade, M. Malick Diallo. Le nouvel Ambassadeur n'est pas encore à Genève.

    FONDETEC
    Ce soir, nous aurons l'opportunité d'écouter une présentation de la Fondetec qui est une structure unique en Suisse. Elle propose une alternative de financement aux entreprises qui ne correspondent pas aux critères bancaires. Avec une offre de prêts sur 5 ans à un taux de 5%, d’une dizaine de milliers à un demi-million de francs, son équipe de spécialistes conseille et épaule les jeunes créateurs. Et ce travail porte ses fruits: sur cinq ans, le taux de réussite des entreprises soutenues est proche de 90%, contre 55% au niveau national. En dix-neuf ans d’existence, la fondation pour le développement des emplois et du tissu économique en Ville de Genève (Fondetec) a financé plus de 400 entreprises. Et rien que l’an dernier, 500 emplois ont été créés ou soutenus sur le territoire de la Ville de Genève.

    LE SENEGAL 


    Il serait intéressant de savoir comment des pays africains pourraient s'inspirer de ce modèle et dans quelle mesure au vu des nombreux projets ambitieux des pays comme le Sénégal avec le Plan Emergent et tant d'autres, les investisseurs suisses qui y sont peu présents, malgré leurs énormes potentialités financières et expertises pourraient travailler de manière efficace et dans un esprit gagnant gagnant.


    Ce soir, nous aurons l'occasion de partager avec nos amies et amis entrepreneurs du CDE les atouts et les raisons d'aller investir en Afrique notamment au Sénégal pays à l'Honneur. Cette rencontre prépare un Forum qui réunira à Dakar ou à Genève le monde des Affaires suisses et sénégalais pour la promotion des petites et moyennes entreprises qui sont des leviers sûrs pour donner de l'emploi aux jeunes, de lutter contre le chômage et la pauvreté.


    ContinentPremier ne peut pas se contenter de critiquer sans proposer des solutions. Nous y allons avec détermination, clairvoyance et humilité et avec nos propres moyens. Merci à tous nos bénévoles!


    Celles et ceux qui veulent nous rejoindre pour dire et faire l'essentiel sont les bienvenus. Tel est notre credo. Oui, ContinentPremier.Com "L'Afrique est son Berceau, le monde son Lit !"


    El Hadji Gorgui Wade Ndoye www.ContinentPremier.Com

    Directeur des publications. Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies

    Courriel: g.ndoye@continentpremier.com

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire
  • Diplomatie: L'Ambassadeur du Sénégal en Suisse quitte Genève.

    Imprimer

    Mame Baba Cissé, Affaires Etramgères, Sénégal, Suisse, Suisse-Sénégal: Mame Baba Cissé s'en va du Lac Leman et s'isntalle à la Place de l'Indépendance du Sénégal en occupant le poste de Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères. Jeune diplomate, l'Ambassadeur Cissé égrenne déjà 20 ans de carrière. Bonne continuation et bonne chance à lui et bienvenue au nouvel Ambassadeur.


    Ici, Mame Baba Cissé participait, au Club suisse de la presse, le 25 avril dernier, à la table ronde anniversaire de Continent Premier que dirige votre serviteur, sur la prévention des génocides.

    (Photo www.continentpremier.com - Crédit Nicole Matschoss)

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye- ContinentPremier.Com

     

    Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire