Francophonie

  • Le " Printemps de la Francophonie" au féminin, ce soir, dans la salle des assemblées de l'ONU.

    Imprimer

    Francophonie, concert, Printemps de la francophonie, Geneve, Nations UniesPerpétuant une tradition devenue désormais incontournable à Genève, et dans le cadre de son « Printemps de la Francophonie », l’Organisation internationale de la Francophonie organise pour la septième année consécutive son Grand concert.

    "Après une prestation exceptionnelle de Charles Aznavour l’année dernière, c’est un concert en hommage aux femmes et à leurs droits que l’OIF organise le 8 mai au soir dans la grande salle des Assemblées du Palais des Nations", souligne un communiqué de la Mission de la Francophonie auprès de l'ONU. L'organisation francophone célèbre ainsi en 2019 les femmes artistes.
    La belle voix algérienne Souad Massi, militante reconnue de la cause féminine et, plus particulièrement de l’émancipation des femmes au Maghreb et la brillante chanteuse malienne Fatoumata Diawara, engagée elle aussi dans ce combat pour les droits des femmes , ainsi que pour d’autres causes telles que les stéréotypes associés aux migrations ou à la lutte contre le paludisme, sont en têtes d'affiche. Le public aura aussi l'occasion de voyager en francophonie avec le collectif de slammeuses les “Belles personnes”. 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès de l'ONU - Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Francophonie 1 commentaire
  • Sauvons les Jeux de la Francophonie !

    Imprimer
    Francophonie, Jeux francophones, 20 mars, sportPartout dans le monde, le sport occupe une place prépondérante dans la vie des peuples. Il réconcilie les hommes et véhicule des valeurs essentielles de loyauté, de respect et de bien vivre ensemble qu’il nous appartient de transmettre pour former les citoyens du sport de demain.
     
    Dans notre espace francophone, riche de 80 États et de plus de 220 millions de locuteurs, avec notre langue française en partage, ces valeurs prennent une dimension particulière : le sentiment d’une communion plus étroite, d’une énergie décuplée et d’une volonté plus marquée d’ouverture aux autres grâce à la force de cette langue qui nous unit et nous aide à affronter les défis du monde. C’est dans cet esprit qu’ont été créés les Jeux de la Francophonie en 1989. L’objectif était ambitieux : réunir près de 3000 jeunes talents sportifs et culturels francophones pour un moment unique d’échanges et de partage. Pour beaucoup d’entre nous, ce rendez-vous a été une formidable aventure dont nous nous souvenons encore aujourd’hui avec émotion. Nous y avons gagné nos premières médailles internationales, nous y avons découvert une belle et grande famille, riche de sa diversité culturelle et de sa langue commune.
     
    Mais aujourd’hui, nous sommes inquiets pour leur avenir. Il y a quelques semaines, le Nouveau Brunswick a renoncé à être le pays organisateur de la VIIIème édition des Jeux de la Francophonie, et à ce stade, aucune nouvelle candidature n’a été enregistrée pour les Jeux de 2021. Certes, tel qu’il existe, l’évènement a atteint ses limites. Au fil des éditions, il a perdu de son influence, de son dynamisme et de sa modernité : un cahier des charges trop contraignant, des États qui peinent à s’engager, de nouveaux partenariats et modes de financements à trouver, des fédérations qui ne font plus de l’événement une priorité ; autant de raisons qui nous poussent à solliciter une profonde réforme des Jeux. Aujourd’hui, il est urgent d’en repenser collectivement le modèle. Pour rebâtir des Jeux modernes et responsables, une nouvelle vision est désormais nécessaire !
     
    Nous refusons la disparition du plus grand rendez-vous culturel et sportif de la Francophonie.
    Nous voulons que des Jeux continuent de promouvoir les jeunes talents pour faire rêver et gagner la jeunesse francophone !
     
    Parce qu’au-delà des Jeux de la Francophonie, c’est aussi et avant tout la place de la langue française dans le sport dont il est question. Trois grands rendez-vous nous attendent : les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, ceux de Pékin en 2022 et enfin ceux de Paris en 2024. Nous avons une mission essentielle à accomplir pour redonner à la langue française une place prépondérante et durable. C'est ensemble que nous y parviendrons !
     
    Le 20 mars célèbre la Journée internationale de la Francophonie. Nous en appelons à la mobilisation de tous les acteurs du sport francophone ! Car il est urgent d’agir !
     
    Redonnons au sport francophone la place qui lui revient ! Faisons rayonner notre langue au travers du sport, cette langue dans laquelle nous nous comprenons si bien, cette langue qui nous façonne et nous éclaire sur une certaine vision du monde.
     
    Elus, représentants des organisations sportives et culturelles internationales, des comités olympiques, des médias, de la jeunesse francophone, mais aussi du monde économique, partageons nos idées et travaillons tous ensemble pour construire le sport francophone de demain. En français, s’il vous plaît.

    Par Sylvie Maux*- Alain Bertholom - Richard Dacoury - Stéphane Diagana - Boris Diaw - David Douillet - Jean Galfione - André Giraud - Christophe Guenot- Christian Palierne - Laurent Petrynka - Jean-Luc Rougé - Jean-Pierre Siutat...

    * Ancienne athlète de haut niveau puis entrepreneure et conseil stratégique pour diverses entités et personnalités et publiques, Sylve Maux a eu la chance de participer, à différents titres (bénévole, prestataire, organisatrice et invitée) à 4 éditions des Jeux de la Francophonie. Une récente expérience en cabinet ministériel lui a permis de renforcer son expertise et enrichir ses préconisations sur ces sujets. Les cosignataires de la lettre ouverte, cités ci-haut, appellent à la mobilisation en faveur des Jeux de la Francophonie  parce que le moment est des plus favorables: 20 mars : Journée internationale de la Francophonie. Aucune candidature enregistrée pour la VIIIème édition des Jeux de 2021 (après le renoncement récent du Nouveau Brunswick).L'objectif: Faire rayonner la langue française au travers du sport : travailler tous ensemble pour construire le sport francophone de demain !

    La Rédaction de wContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • " Nous, francophones, que voulons-nous faire ensemble?" par Clément Duhaime - ancien Administrateur de la Francophonie

    Imprimer

    Clement Duhaime, Francophonie, OIF, France, Afrique, Canada, Diversité MultilinguismeLa francophonie moderne, voulue par Léopold Sédar Senghor, est née il y a cinquante ans d’une idée simple : faire du français un outil de coopération internationale au service du développement.

    Aujourd’hui, les 300 millions de locuteurs et les 80 millions d’apprenants du français à travers le monde forment une communauté de langue et de destin qui n’a pas dit son dernier mot. Mais pour continuer à peser dans le monde, nous, francophones, devons être à l’initiative. Et cela commence par une question essentielle : que voulons-nous faire ensemble ?

    La langue française est le fondement de notre communauté internationale. Être francophone, c’est être citoyen d’un espace sans frontières, d’une patrie immatérielle et avoir la chance de pouvoir tisser des liens interculturels sur tous les continents. C’est sur le socle de cette langue en partage, que nous, francophones, devons organiser notre coopération et nos dispositifs de solidarité, de manière à relever ensemble les grands défis contemporains que sont l’éducation, l’emploi, le développement durable, la mobilité et la diversité culturelle.

    L’éducation est le principal défi de la francophonie et, le moins que l’on puisse dire, c’est que les moyens ne sont pas au rendez-vous : dans la seule région de l’Afrique subsaharienne, plus de trente millions d’enfants ne sont pas encore scolarisés. D’ici dix ans, il faudra recruter et former environ cinq millions d’enseignants pour répondre aux besoins démographiques de cette région.

    L’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar peut aider à renforcer les compétences des enseignants et à favoriser la réussite scolaire par l’enseignement bilingue dans les écoles primaires. L’Organisation internationale de la Francophonie peut mettre son action diplomatique au service d’une grande ambition pour l’éducation, dans les forums internationaux, auprès des bailleurs de fonds, avec le Partenariat mondial pour l’éducation. Mais ce sont surtout les Etats et les gouvernements qui sont appelés à s’engager fortement pour répondre à ce défi éducatif de grande ampleur.

    Cet effort concerne aussi l’enseignement supérieur et la recherche. Comme l’observe la directrice générale de l’UNESCO, « 80% des publications scientifiques sont en anglais ». L’Agence universitaire de la francophonie qui regroupe 909 universités, grandes écoles, réseaux universitaires et centres de recherche utilisant la langue française, doit intensifier son action en direction des publications scientifiques internationales et poursuivre ses efforts pour mettre en place un portail numérique de cours et de séminaires certifiants en langue française.

    Selon l’Organisation Internationale du Travail, il sera nécessaire de créer cent vingt-deux millions d’emplois en Afrique d’ici à dix ans. Les pays de la francophonie sont mis au défi de renforcer les capacités entrepreneuriales des jeunes qui entreront bientôt sur le marché du travail, par l’ouverture d’incubateurs numériques, de pépinières d’entreprises, d’instituts techniques et technologiques, de coopératives d’emploi et de production. L’enjeu est d’éviter la déconnexion de l’enseignement avec les besoins réels de l’économie.

    A défaut, ce hiatus entre l’enseignement et l’emploi continuera à alimenter les migrations subies. Cette préoccupation commune, dans une francophonie qui compte aussi bien des pays de départ, de transit que de destination des migrations, devrait nous encourager à co-élaborer, au sein de nos instances multilatérales, des mécanismes légaux de mobilité temporaire.

    Il existe un continuum entre le développement durable, la mobilité organisée, les droits et les libertés, la démocratie et la paix. La raréfaction des ressources naturelles, l’élévation des températures, la désertification et l’érosion côtière entravent le développement et déstabilisent des régions entières.

    Ce sont autant de phénomènes que subit le Sahel, région peuplée d’un demi-milliard d’habitants dont les deux tiers vivent de l’agriculture et de l’élevage. La francophonie doit accompagner la mobilisation des pays de la région qui se sont réunis à Niamey le 25 février dernier pour convenir d’un plan d'investissement climatique ambitieux comprenant six projets de terrain.

    L’expertise de l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable, situé à Québec, doit être mise pleinement à contribution dans la mise en œuvre de ce plan, aux côtés de l’Alliance Sahel et de l’Union africaine.

    La jeunesse, qui représente plus de moitié de la population des pays de la francophonie, en est assurément la force motrice. Il importe de mieux associer les jeunes aux initiatives que prennent les parlements, les gouvernements et les institutions de la francophonie.

    Partant de ce constat, des programmes d’échanges et de mobilité autour de thématiques mobilisatrices (forêt, accès à l’eau, propreté des océans, citoyenneté…), favorisant le partage de bonnes pratiques et l’autonomisation des jeunes et des femmes sont requises.

    Si un cultivateur burkinabé, Yacouba Sawadogo, est parvenu à planter seul une forêt de trente hectares dans la région sèche de Ouahigouya au Burkina Faso, imaginons ce qu’une cohorte de jeunes volontaires francophones dépositaires de son savoir-faire pourrait réaliser dans l’optique d’« arrêter le désert » ! Faire coopérer des jeunes parlant français de tous les pays permet aussi de leur donner un but et de créer un sentiment d’appartenance à la francophonie.

    Enfin, sans prétendre à l’exhaustivité, nous, francophones, devons être à l’avant-garde des nouveaux combats pour la diversité culturelle et le pluralisme de l’information. Dans un espace géoculturel mondial bouleversé par les technologies, la bataille pour l’accès et l’attractivité des contenus et des œuvres d’expression française n’est pas perdue d’avance. L’offre culturelle francophone doit concurrencer le divertissement et l’information des GAFA et autres Netflix, en créant autour de TV5 Monde un espace médiatique commun pluriculturel.

    Rien n’y fera, comme le dit Abdou Diouf, « tant que les responsables politiques, les investisseurs, ne seront pas convaincus du formidable potentiel de création que recèle l’espace francophone, du formidable potentiel économique des industries culturelles en langue française ».

    Alors, aux quatre coins de la planète, de Montréal à Cotonou, de Kinshasa à Erevan, de Port-au-Prince à Nouméa, soyons fiers de promouvoir haut et fort la richesse et l’expressivité de notre langue, dans tous les espaces de création, d’information, d'innovation, d'économie et de savoir !

    Tribune co-signé par:

    Clément DUHAIME, Administrateur de l'Organisation internationale de la Francophonie de 2006 à 2015

    Benjamin BOUTIN, Président de Francophonie sans frontières

    Esther DJOSSA, Co-Porte-parole du Parlement Francophone des Jeunes

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • Louise Mushikiwabo: Une amie de ContinentPremier à la tête de la Francophonie !

    Imprimer

    Louise Mushikiwabo, Rwanda, Afrique, Suisse, Francophonie, Plainpalais, Carouge, continentpremierVoici celle que les Chefs d'Etat de la Francophonie ont élue, ce vendredi 12 octobre 2018, à Erevan en Arménie pour remplacer la très talentueuse Michaëlle Jean du Canada. Voici la candidate de l'Afrique, la Ministre des Affaires Etrangères du Rwanda qui m'avait fait l'honneur de venir assister à Genève, à Carouge, à la 1ère Edition de la Journée Mondiale de l'Afrique que j'ai organisée en 2016.

    AFRICA CELLE QUI SERA ELUE.jpgContinentPremier l'a soutenue et elle a été élue... par consensus! Comme aussi en 1ères loges, cette année là, le Dr Tedros Adhanom qui voulait le poste de DG de  l'OMS que nous avons soutenu et qui a été élu malgré parfois la méchanceté d'une partie de la presse occidentale qui ne voulait pas d'un Africain à ce poste et malgré certaines traîtrises au sein même des fonctionnaires de l'organisation qui ont pourtant le devoir de neutralité ! 


    AFRIKA.jpgJe n'ai jamais rien monnayé et je n'ai jamais rien non plus attendu de personne. Seulement je ris parfois quand je vois de petits opportunistes qui ne croient pas à l'Afrique ni à ses femmes ni à ses hommes courir vers ces personnes pour quémander des postes ou quelque avantage ! 


    Je vais écrire un jour sur beaucoup de choses dont la naissance à l'ONU de la célébration de la Journée mondiale de la Francophonie dont le moment historique date de 2013 ! 
    Je n'aime pas les voleurs de projets et les faiseurs de malins. Je ne dis rien car je n'ai pas faim mais je n'aime pas les tricheurs ! Certains te regardent faire et ensuite ils récupèrent et veulent réécrire l'Histoire. C'est quand même fou tout cela ! Big LOL ! 

    Photos: Nicole Matschoss.
    Tableau: Un don du grand artiste Momar Seck offert à Continentpremier qui l'offrira à la Présidente de la Commission de l'Union Africaine Dre Zumma. 


    discours TORRACINTA.jpgNB: Nous avions réuni dans cette salle comble, autour de l'artiste international Ismael Lô, entre autres 6 ministres de pays différents sans compter le SG adjoint de l'ONU Adama Dieng, la Secrétaire générale adjointe de la Fifa Mme Samoura qui effectuait ainsi sa première sortie publique, de nombreux Ambassadeurs européens et africains ! L'association qui porte le même nom que le journal que je dirige ici est une initiative africaine unique en Suisse portée avec le coeur et la tête. La mission suisse à Genève sait tout des efforts que je mène pour réussir mes projets. Malgré les grands succès engrangés depuis des années, rien est réellement facile mais j'y crois. Heureusement avec aussi certaines autorités suisses et de fidèles amis et collègues dans la presse genevoise (Ils se reconnaîtront) 

    El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité à l'ONU.

    Directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • Election d'un nouveau Secrétaire général de la Francophonie: L'Afrique derrière le Rwanda !

    Imprimer

    RWANDA 1.jpgL'Union africaine, qui s'est réunie, cette semaine, en Mauritanie, a apporté son soutien à la Ministre des Affaires Etrangères du #Rwanda Louise Mushikiwabo qui brique le poste de Secrétaire générale de la Francophonie en remplacement de la Canadienne Mme Michaëlle Jean, élue en 2014, à Dakar.

    ContinentPremier soutient cette Dame qui était aussi venue célébrer la Journée de l'Afrique et l'anniversaire du Magazine panafricain avec nous, à Genève, à #Carouge, au théâtre Pitoëff lors du concert mémorable d'Ismael Lo. En quittant, dans ses mains, le T-shirt ContinentPremier, elle me dira: " Toute l'Afrique devrait vous soutenir. Bravo". Ce jour là, nous avions aussi soutenu l'actuel DG de l'OMS, l'Ethiopien Dr. Tedros Adhanon en bousculant notre protocole.

    La patronne de l'Union africaine, à l'époque, Dr Zuma actuelle Ministre Sud africaine nous avait fait également l'honneur de sa présence comme 6 autres Ministres dont la Genevoise Anne Emery-Torracinta


    Mme Louise Mushikiwabo a accueilli le soutien continental avec humilité et reconnaissance: " Un grand sentiment de gratitude envers les dirigeants du Continent Africain qui m'ont témoigné leur soutien pour ma candidature au poste de SG de la #Francophonie. J'ai été très touchée!"


    Francophonie, Afrique, Suisse,  Rwnada, Journée de l'Afrique, Pitoeff, Plainpalais, Continent premierJ'accomplis, personnellement, ma part et depuis 20 ans, avec mes amis nous faisons notre Devoir sans attendre rien de personne ! Demain, est un autre jour ! C'est le lieu de remercier la Mission suisse auprès de l'ONU qui au nom de la Confédération suisse m'a toujours accordé de l'écoute et un soutien sans faille ! 

    El Hadji Gorgui Wade NdoyeContinentPremier.Com 
    Photo: Nicole Matschoss . Tableau sublime de l'artiste peintre Momar Seck offert par ContinentPremier à Mme Zuma.

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • L’Ambassadrice Dagmar Schmidt Tartagli magnifie la coopération Sénégalo-Suisse.

    Imprimer

     

    Dagmar Tartagli, Suisse, Sénégal, Macky Sall, Ben Abdallah Dionne, Alioune Sarr, Mamadou Talla, Ismaël Lô, Talla Syylla La Suisse et le Sénégal partagent cette volonté exprimée par Madame l'Ambassadrice de construire: «une nation ouverte, sociale et connectée avec l’ensemble de la planète et qui, en même temps, reste étroitement attachée à ses traditions». C'est ce que Léopold Sédar Senghor, premier Président du Sénégal résumait merveilleusement en ces termes: «Enracinement et Ouverture».

    DAKAR- (Sénégal)- Les engagements individuels et la coopération décentralisée sont une richesse de nos relations bilatérales, a analysé Dagmar Schmidt Tartagli, cumulativement Ambassadrice la Suisse au Sénégal, au Cap Vert, en Gambie, en Guinée-Bissau, au Mali et en Mauritanie. La diplomate est d'avis que les relations internationales ne se limitent pas seulement aux échanges entre gouvernements nationaux: «elles concernent de manière plus importante les relations entre les populations, qui se tissent à travers de multiples échanges et par différentes formes de coopération concrète».

    Des associations et fondations au Sénégal avec un lien avec la Suisse œuvrent dans les domaines de l’écologie et du développement rural, en étroite coopération avec les communautés locales. Elles s’impliquent dans l’agriculture et le développement urbain, s’engagent pour l’accès à l’eau et la gestion des déchets, et coopèrent dans les secteurs de l’éducation et de la formation ainsi que dans la protection et la santé des enfants. «Les activités de la société civile qui renforcent nos échanges englobent aussi celles avec les universités, les écoles et le secteur privé», souligne Mme Tartagli.

    Les jeunes y ont une place particulière:

    «La justice juvénile et la protection de l’enfance sont au centre de nos activités communes, dans le volet spécifique de la promotion des droits de l’homme et la sécurité humaine», martèle la représentante suisse. Dans ce cadre, une formation de l’ensemble des personnes en contact avec les mineurs se trouvant aux mains de la justice est assurée par le Centre de formation judiciaire de Dakar en collaboration avec des spécialistes suisses du Centre international des droits de l’enfant à Sion en Suisse.

    Les jeunes sont aussi visés par «notre programme dans le domaine de la formation professionnelle duale ou la contribution de la Confédération suisse est renforcée par le Canton de Vaud », précise -t-elle. L’expertise suisse en matière de formation pratique accompagne le Sénégal dans son ambition de créer des perspectives éducatives et d’emploi pour les jeunes. Le système dual de formation qui prévaut en Suisse requiert une implication forte du secteur privé et un partenariat étroit public-privé. «Nous sommes honorés que les autorités sénégalaises veuillent s’inspirer de ce système de formation ». A noter qu'en Suisse, deux tiers des jeunes optent pour une formation professionnelle et 50% de l’emploi sont créés par des micros et petites entreprises qui n’ont pas plus de 50 collaborateurs. A Dakar, au cours de l’année écoulée, deux rencontres sur la formation professionnelle duale ont été organisées avec le Ministère de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat afin de sensibiliser les milieux professionnels aux particularités de la formation duale. Les travaux au mois de mars 2016 ont été lancés par le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne. Mamadou Talla, le ministre concerné, a aussi participé au mois de juin dernier au Congrès international sur la formation professionnelle en Suisse. «Il s’agit d’un événement phare pour la Suisse qui veut offrir une plateforme internationale d’échanges d’expériences avec les pays intéressés par ce mode de formation et qui sont également partenaires, ou partenaires potentiels de la Suisse dans l’implémentation de son expérience en matière de formation professionnelle», rappelait Dagmar Tartagli, à l'occasion de la célébration de la fête nationale suisse du 1er août. Alioune Sarr, Ministre du Commerce, du Secteur Informel, de la Consommation, de la Promotion des Produits Locaux et des PME y a représenté le Chef de l'Etat le Président Macky Sall et le gouvernement sénégalais, marquant ainsi «les relations étroites qui se développent au plan officiel» entre la Suisse et le Sénégal. Le Maire de Thiès Talla Sylla, de nombreux ambassadeurs et représentants du Corps diplomatique et des Organisations internationales, des invités dont l'artiste Ismaël Lô et des amis de la Suisse y ont pris part. Notons que la fête du 1er août a été marquée au pays de la Téranga par la présence d'une délégation suisse de haut niveau qui, sur initiative privée, et avec une grande implication personnelle, séjournait depuis deux semaines au Sénégal et s’est investie avec ses partenaires sénégalais à raffermir les liens d’amitié et de coopération qui sont déjà tissés entre les deux peuples, se réjouit l'Ambassadrice Tartagli.

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye-(ContinentPremier.Com)

     

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • FETE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE : ISMAEL LO, LE ROI DU FOLK A CONQUIS L’ETHIOPIE

    Imprimer

    Michaelle Jean, Francophonie, Addis Abeba, Alliance Ethio française, Cécile Léqué FolciniAddis Abeba-(ETHIOPIE)- Hier, le 20 mars, à l’Alliance Ethio-Française, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la Francophonie, Ismaël Lô s’est encore montré à la hauteur du professionnalisme qui le caractérise avec un humanisme toujours bien à l’endroit !

    Un public coloré, de tout âge, a convergé avec lui, autour de ses plus belles chansons. Des techniciens et des musiciens professionnels ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour que la fête de la Francophonie soit une belle réussite.

    Rappelons que le 18 mars, le roi du folk sénégalais donnait un concert mémorable dédié aux diplomates et autres hauts fonctionnaires internationaux basés à Addis Abeba. Cette rencontre était organisée sous la houlette du Groupe des Ambassadeurs francophones que préside l’Ambassadeur Momar Guèye du Sénégal. Ce dernier comme Mme Cécile Léqué Folcini de la Mission de la Francophonie ( notre photo)ont salué l’engagement de l’artiste pour la défense des droits des femmes, des paysans, l’éducation, la défense de l’environnement, son humanisme autant de valeurs chère à l’organisation internationale de la Francophonie et à sa cheffe Mme Michaelle Jean.

    A la fin du concert, l’Ambassadeur Momar Guèye et son épouse accompagnés de Mme l’Ambassadeur de France en Ethiopie ont accueilli Ismaël Lô et sa délégation à la résidence du Sénégal. Une ambiance bien de chez nous, du vrai thieb dieun avec le « Daxaar », le « diw nior », le « xoogne », et bien sûr le « ataya ». Isô l’auteur de Ataya et ses Pro ont pris l’avion, ce matin, pour Dakar !

     

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye. Directeur du magazine panafricain en ligne www. ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • Bonne Fête de la Francophonie

    Imprimer

    Gorgui Wade Ndoye, Francophonie, Addis Abeba, Senegal, Suisse, Geneve

    En route pour l'Ethiopie, ce matin, après une escale à Francfort ! C'est chez le Négus que je fêterai cette année la grande Fête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) sur invitation de la Représentation sur place et de mon frère et ami Ismael Lo. Demain, envoyez-moi vos photos ( vous êtes nombreux à vous inscrire) de la fête qui aura lieu ici à l'OMPI. L'Ambassadeur Ridha Bouabid vous accueillera comme d'habitude avec classe. Pour ma part, je vous parlerai d'Addis Abeba, de ces Dames francophones qui n'ont ménagé aucun effort pour faire venir Ismael LO au pays d'Hailé Sélassié, celui que chante Bob Marley et de Ménélik II. Une grande Histoire sera écrite là-aussi, sans aucun doute, et quand je vous reviendrai, in cha Allah, je vous parlerai de quelque chose de formidable qui se passera en Mai ! Merci à vous les amis, merci aux Ambassadeurs Bouabid et toute son équipe, Fodé Seck ( act. à New York), Sene Bassirou (actuellement à Paris), Carlos Mbaye ( act. Conseiller à la CEDEAO), Ousmane Camara ( à la retraite), le Suisse Alexandre Fasel, à la Suissesse Mme Werthmueller, à l'ancien Président du Conseil d'Etat Charles Beer, au Conseil d'Etat, au Conseil administratif, à M. Sami Kanaan, aux journalistes amis et frères Alain Jourdan, Pascal Décaillet, Jean-François Mabut, Nasrat Latif, Cléa Favre, Guy Mettan, à la Fondation pour Genève, au @Gouvernement du Sénégal, à l'Union Africaine, à l'Organisation des Nations-Unies, au Pr Iba Der Thiam, à Maître Raphaël Baeriswyl, à Mme Véronique Pamm Wakley, à Imed Hajam, à Sim Kool, à Anne-Catherine Barret, à Jocelyne Deruaz, à Rama Toulaye, à Evelyne Herce-Fornasari, à Marie-Thérèse Auberson, à Anaïs, à Aude Bezzaz, à vous toutes et tous pour vos prières, votre intérêt. Une belle page a été écrite et l'Histoire la retiendra, elle est déjà inscrite sur du marbre éternel !

    Votre serviteur, El Hadji Gorgui Wade Ndoye. Directeur du magazine panafricaine en ligne www.ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • Francophonie: Ismaël Lô à Addis Abeba.

    Imprimer

    Ismael Lô, Maichaelle Jean, 20 mars, Francophonie, Menelik II, Selassie, Doha, Unisdir, ONUIsmael Lo chez Menelik II et Haïlé Selassié à l'invitation de la Représentation Permanente de l'OIF auprès de l'Union africaine et de la CEA (Commission économique des Nations unies pour l’Afrique).

    Deux concerts du Roi du Folk Sénégalais en Ethiopie. Le premier à l'Hôtel Sheraton le 18 mars et le second à l'Alliance éthio-française, à Addis Abeba, le 20 mars. La Journée Internationale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) édition 2016, sera plus qu'historique avec la présence de ce panafricaniste; grand artiste humaniste, agriculteur, éleveur, éducateur et peintre ! 
Rappelons que chaque année, la Francophonie et ses membres célèbrent ensemble le 20 mars, Journée internationale de la Francophonie, et date d’anniversaire de la création de l’Organisation qui compte aujourd’hui 80 États et gouvernements, répartis sur les cinq continents, totalisant une population de 1 milliard de personnes...

    Depuis octobre, de grandes Dames de l'OIF en Ethiopie avec la complicité de leur Ambassadeur et du Groupe des Ambassadeurs francophones que dirige le Représentant sénégalais concoctaient ce programme. Elles n'ont ménagé aucun effort pour décrocher Ismael LO qui a écrit en 2013 le moment historique de la Célébration du 20 mars dans la grande Salle des Assemblées des Nations-Unies à Genève. Alea Jacta Est !

    En 2014, l'UNESCO à Paris invite Iso Lô, entre temps l'UNISDIR en fait son Maître de cérémonies, en 2015, le Qatar l'accueille à Doha... et cette année, vous connaissez son programme ! La Francophonie, l'Union Africaine, la Commission Economique pour l'Afrique (CEA) dans une parfaite trinité de convergences disent nôtre invité est Monsieur Ismael Lô, l'Ambassadeur de la diversité culturelle, le francophone et le constant et merveilleux panafricaniste !

    Photo: Laurent Guiraud. Tribune de Genève

    Texte: El Hadji Gorgui Wade Ndoye. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com 

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • LibresEnsemble : Awadi, Tiken Jah, Lilian Thuram en renfort pour les valeurs humanistes de la Francophonie.

    Imprimer

    Awadi, Tiken Jah Fakoly, Lilian Thuram, michaelle jean, Francophonie, LibresEnsembleTiken.jpgThu.jpg
    Michaëlle Jean s'allie avec la jeunesse francophone, à dix jours de la célébration de la  journée internationale de la Francophonie,  pour lancer une vaste campagne de sensibilisation afin de réaffirmer les valeurs de fraternité, de paix et de solidarité si chères à l'OIF.  
     

    GENEVE- (SUISSE)- « Libres Ensemble suscite l’enthousiasme de la jeune génération parce que cette campagne renvoie aux droits et aux valeurs fondamentales de liberté, de fraternité, de partage, et de solidarité qui constituent le fondement de la Francophonie », souligne Mme Jean.

    Baptisée Libres Ensemble, cette initiative réalisée en partenariat avec TV5MONDE (opérateur de la Francophonie) et le groupe France Médias Monde (France24, RFI, et Monte-Carlo Douailya) est d’abord un appel aux millions de jeunes francophones, issus des cinq continents, à se mobiliser massivement pour faire entendre leur voix et affirmer leur attachement au vivre ensemble, à la liberté, à la vie...

    Cette mobilisation d’envergure, selon un communiqué de la Francophonie, s’articule autour de plusieurs outils :
une vidéo virale, véritable appel à la mobilisation, réalisée par Antoine Smith, auteur de l’émission Piège de Freestyle, produit par Studio Kabo, autour de personnalités telles que D. J. Awadi, T. J. Fakoly, P. Gentil, J. Germain, les Pokemon Crew, L. Thuram, M. Tombola, L. Wilson, mais aussi de dizaines de rappeurs et d’anonymes francophones originaires de Bruxelles, Casablanca, Dakar, Marseille, Montréal et Paris ;

    • un site internet libresensembles.com  sur lequel les Jeunes francophones sont appelés à poster et à par- tager en vidéo, leur message, leur projet, leur initiative, leur réalisation, leur émotion pour qu’il devienne une véritable plateforme d’expression, d’échanges, et de promotion des projets sur le vivre ensemble ;
un hashtag #LibresEnsemble à utiliser sur tous les réseaux sociaux, et à partager avec ses amis, ses réseaux, ses fans, ses followers... 

    « Cette initiative, poursuit Michaëlle Jean, traduit aussi une volonté de créer et de s’unir pour agir, construire et penser l’avenir ensemble, dans un monde où la tentation du repli sur soi, le rejet de l’autre et l’intolérance culturelle, sociale et religieuse ont tendance à progresser ».

     

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye- (ContinentPremier.Com)

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • L'OMPI accueille, le 17 mars, la Fête de la Francophonie

    Imprimer

    Francophonie, 20 mars, Genève, pays arabes, La célébration de la journée internationale de la Francophonie aura lieu, cette année, le 17 mars, à Genève. 

    L'Ambassadeur Ridha Bouabid et ses différents partenaires vous convient à un voyage autour des pays arabes francophones. Nouveauté donc, cette année ce sera à l'OMPI et avec 7 pays arabes et le 17 Mars. Et en deux temps; un spectacle avec la troupe Reda d'Egypte et une exposition suivie d'un buffet gastronomique ! 


    Les personnes qui n’ont pas de badge d’accès à l’OMPI sont priées de s’enregistrer avant le 15 mars à l’adresse courriel: 

    20mars.geneve@francophonie.org

    Inscrivez-vous aussi directement sur ce lien:

    https://docs.google.com/a/francophonu.org/forms/d/1EgfiSJaJGmOYe0YX4dk4_zWAZr-hRgMrE3gs4GdgCIw/viewform?c=0&w=1


    L’entrée à l’OMPI débutera à 17h30.

    Vive la Francophonie et la Solidarité panHumaine !

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye, @ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • UN Human Rights Council High Level: The powerful and emphatic speech of Michaelle Jean.

    Imprimer

    Michaelle Jean, Francophonie, Nations Unies, Conseil des droits de l'HommeMichaëlle Jean, Secretary General of the International Organisation of La Francophonie, delivered a strong and meaningful allocution, during the 31st session of the United Nation Human Rights Council. Representing 80 Francophone states and governments, she addressed the Human Rights Council by highlighting the problematic growing migrant crisis, in respect of the rights of individuals and equality. 

     (GENEVA-SWITZERLAND)- Michaëlle Jean emphasised the severity of the refugee situation from a more personal perspective in comparison to many other speakers monday, by referring to her own experience of relocating and starting again. Underlining the emotional difficulties of having to cope with the trauma of starting again in a new place, with the fearful hope of being accepted or able to redefine oneself, Michaëlle Jean’s message was loud and clear.  

    By giving us just a mere fraction of an insight into the emotional ordeal migrants and refugees are enduring at this very moment, Michaëlle Jean encourages us to consider just how much these migrants are suffering. We have all by now become well aware of the cold hard facts; migrants are being tortured, migrants are dying at sea, migrants are being discriminated against in some countries when they arrive in Europe, and such facts have sadly become frequent news.  But we have rarely been encouraged to stop and emphathise on a raw and sentimental level with these migrants that make headlines on daily basis.   

    Like many organisational and country representatives stressed today, Michaëlle Jean declared that there has never been a time more urgent than now, to demonstrate unity, eliminate violations of human rights and prevent discrimination. There has never been more need in the world for the values of human rights to be fulfilled.  And Mrs Jean assured the Human Rights Council that the Francophonie Organisation will be a determined actor in the efforts to protect human rights and humanitarian needs. 

    Mrs Jean concluded her speech by stating the importance of multilinguisme. It is only then is it possible to reach out and speak to each country properly and accumulate the best universal principals.  By addressing each country individually with its own language, the United Nations Human Rights Council will demonstrate equality and respect to all cultures and it is this way that we can solidfy the positive values of human rights and international relations. 

    Empathy, communication and understanding were at the core of Michaëlle Jean’s powerful speech to the UN Human Rights Council. For when you empathise with one another and understand each other correctly and establish universal values, it is only then that you can work towards making a significant positive change within humanitarian affairs. Hopefully, if we demonstrate more empathy and understanding towards migrants and refugees, we can work towards positive societal and cultural integration. 

    Photo: UN Photo/Pierre Albouy

    By Anoushka RAI, under the supervision of El hadji Gorgui Wade NDOYE. 

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • « La Francophonie de 2015 est au cœur de toutes les urgences du monde », Michaelle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie.

    Imprimer

    Michaelle Jean, Francophonie, APF, Didier Burkhalter, Suisse, BerneLa Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, participe pour la première fois, ce 9 juillet 2015, à l’assemblée plénière de la 41e session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF). Organisée à Berne (Suisse) à l’invitation de la section suisse de l’APF, elle a pour thématique principale : « Encourager l’accès à une formation de qualité pour tous : un défi prioritaire pour la Francophonie ».

    « Aux parlementaires réunis à Berne, je dis que la Francophonie de 2015 est au cœur de toutes les urgences du monde, qu’elle est un acteur incontournable avec ses disparités et ses défis, mais aussi avec ses forces, ses réseaux institutionnels et professionnels, ses organisations non gouvernementales, ses modèles de développement, son extraordinaire diversité, ses capacités de produire, de créer, d’innover et d’inventer », tel est le message de la Secrétaire générale aux 300 parlementaires représentant plus de 50 pays rassemblés sous la coupole du parlement suisse à Berne, en prélude à l’échange qu’elle prévoit d’avoir avec eux.

    C’est, pour la Secrétaire générale, l’occasion de rappeler le formidable rôle de vigie de la démocratie que joue l’APF au sein du dispositif francophone de promotion et de sauvegarde des valeurs communes et de leur présenter le premier volet de la mise œuvre de la Stratégie économique adoptée au XVe Sommet de la Francophonie de Dakar, en 2014.

    A Berne, la Secrétaire générale rencontre aussi des représentants du Parlement francophone des Jeunes, dont la 7e édition se réunit en marge de la 41e session de l’APF.

    A l’occasion de sa visite en Suisse, elle a eu un entretien avec le Chef du Département fédéral des Affaires étrangères, le Conseiller fédéral Didier Burkhalter (photo), sur l’excellente coopération entre la Suisse et la Francophonie et les perspectives d’avenir qu’offre à cet égard la mise en œuvre de la Stratégie économique.

    Pour rappel, l’APF est, d’après la Charte, l’assemblée consultative de la Francophonie. Elle est depuis 1967 au cœur du débat démocratique francophone, participe au renforcement des institutions démocratiques et conduit des actions de formation et de coopération principalement en direction des parlements du Sud.

    El hadji Gorgui Wade Ndoye (ContinentPremier.Com)

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire
  • Ebola met en exergue le virus inquiétant du tout anglais à l'OMS

    Imprimer

    L'Observateur de l'utilisation de la langue française au sein de l'ONU et des organisations internationales dénonce le laxisme de l'organisation mondiale de la santé (OMS) dont les documents publics sont en majorité et uniquement en anglais au détriment du français pourtant langue de travail et langue officielle des Nations Unies.

    oms, ebola, français, onu, défense du française, presse, journaliste, molièreGENEVE - Interpellé sur ses communiqués toujours en anglais sur le virus Ebola lors d'un entretien avec la presse internationale accréditée auprès des Nations Unies, à Genève, un porte parole de l'OMS a dégagé en touche en renvoyant la responsabilité aux services de traduction de son organisation. Pour lui tous les documents originaux en anglais sont transférés aux services compétents pour la mise à la disposition du public de la version française. Alors s'il y a retard, il faut voir de ce côté là !


    L'Observateur a donc rappelé à l'OMS son obligation de rendre ses publications disponibles autant en anglais qu'en français. Ainsi il a été notifié aux responsables de la santé mondiale la Résolution de l'Assemblée générale des Nations-Unies (A/RES/63/306 du 9/9/2009). En effet à la suite de cette Résolution, l’Assemblée Générale ne cesse de rappeler que l’universalité des Nations Unies et son corollaire, le multilinguisme, impliquent, pour chaque Etat Membre, le droit et le devoir de se faire comprendre et de comprendre l’autre.  Soulignant la nécessité d’assurer, à tous, l’accès à la documentation, aux archives et banques de données de l’ONU dans toutes les langues officielles, l’Assemblée Générale invite constamment le Secrétaire Général à veiller à la stricte application des résolutions sur le régime linguistique, et pour les langues officielles et pour les langues de travail du Secrétariat

    L'Observateur - El Hadji Gorgui Wade Ndoye

    Site de l'observateur: http://www.francophonu.org/francophonu-index.php

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Francophonie 2 commentaires
  • Refus de Visa aux intellectuels africains : Un Député suisse hausse le ton !

    Imprimer
     
    Didier Berberat, Francophonie, France, suisse, belgique, canada, visa, afriqueDidier Berberat, membre du Parlement Suisse, Président de l'Association Défense du Français, réchauffe l'idée d'un visa francophone. Il était interrogé, à Yverdon Les-Bains, à l'occasion de la première édition du Festival Verbophonie qui a eu lieu dans le cadre de al célébration de la semaine de la Francophonie.

     La question du refus de visa aux élites africaines notamment francophones a été beaucoup débattue en Francophonie mais le constat est réel, la France, la Belgique, le Canada, la Suisse sont durs dans l'attribution des visas aux Africains. Parfois des organisations bien connues invitent, paient les billets, les hôtels et leurs "Invités" n'arrivent jamais !

     

    Monsieur Berberat, qui s'offusque de cette situation ne manque pas d'arguments à ce sujet (Voir la vidéo - (3 minutes).

    Cliquez ici :

     

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye (ContinentPremier.Com)

     

  • CRISE EN CENTREAFRIQUE : ABDOU DIOUF MOBILISE L'OIF POUR LE RETOUR A LA PAIX.

    Imprimer

    abdou diouf, oif, francophonie, centre afrique, rca, démocration, rébellion, paix en afriquePour un règlement pacifique de la crise en République centrafricaine, le Secrétaire général de l'organisation internationale de la Francophonie (Oif), Abdou Diouf rappelle les principes de son organisation et s'engage aux côtés d'autres organisations pour faciliter le retour à la paix.

    Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, exprime sa forte préoccupation face à l’évolution de la crise en République Centrafricaine (RCA) qui met en péril le processus de consolidation de la paix en cours dans cet Etat membre de la Francophonie.

    Dans un communiqué de l'OIF, l'ancien Président du Sénégal, Abdou Diouf, Secretaire général de la Francophonie condamne avec fermeté l’utilisation de la force et réitère, conformément aux Déclarations de Bamako et de Saint Boniface, la condamnation par la Francophonie de « toute prise de pouvoir par la violence, les armes ou quelque autre moyen illégal » en appelant au respect des règles démocratiques, des droits de l’Homme et de l’Etat de droit. «Je demande à toutes les parties de privilégier la voie de la négociation et d’un dialogue inclusif pour trouver une solution durable à cette crise. L’utilisation de la force ne pourra que conduire à de nouvelles pertes de vies humaines. Tout doit être fait pour protéger les populations civiles et pour prévenir de nouvelles violations des droits de l’Homme » a déclaré Abdou Diouf dans le document.

     Le Secrétaire général de l'OIF encourage et soutient les actions initiées et conduites par les Chefs d’Etat de la sous-région dans le cadre de la Communauté économique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) ainsi que les efforts déployés par l’Union africaine en vue de l’organisation « sans délai » d’un dialogue prenant en compte les éléments de nature à garantir la paix et la construction démocratique durables en République Centrafricaine, poursuit le communiqué.

    El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

    Lien permanent Catégories : Francophonie 0 commentaire