30/07/2018

Températures extrêmes, territoires en feu : Le réchauffement climatique menace toute la planète

Réchauffement, Climat, OMM, ONU, pays nordiques, Grèce, feuLes pays Nordiques ne sont pas épargnés.

Connus pour leur climat doux, ces pays font face à une situation caniculaire sans précédent. L’organisation mondiale de la météorologie tire la sonnette d’alarme.

Si on ne s’en tenait qu’à la modélisation, nous aurions constaté un réchauffement climatique beaucoup plus significatif dans les pays du Sud, ce qui n’est pas le cas. En Europe du Nord, selon des opérations mises en service par les allemands, les prévisions seraient entre 3 et 4°C supérieures sur les périodes allant du 9 Juillet au 6 août 2018 par rapport à la précédente année. En réalité, les températures sont entre 6 et 10°C supérieures. Cette situation est d’autant plus problématique car avec des données erronées, il serait beaucoup plus difficile d’anticiper des actions de prévention adéquate.

Cette situation critique se prolonge également dans les pays tels que l’Irlande, le Royaume Uni avec une température allant jusqu’à 36°C cette semaine : l’été n’y a jamais été aussi chaud depuis 50 ans. On constate le même phénomène en Suède, Lettonie, Pologne, Allemagne, mais aussi dans des pays d’autres continents comme les états unis ou le Japon.

Cependant, cela ne reste pas sans conséquence. Tous ces pays sont en proie aux feux de forêts nourris par la forte sécheresse. Nous sommes en pleine phase d’un réchauffement climatique global.

En Amérique, les fortes chaleurs se concentrent en Californie où on atteint les 52°C en Juillet. Cette vague de chaleur aux États Unis est dû à la présence d’une dorsale anticyclonique sur le sud-ouest en plus d’une masse d’air calorifique.

 Des températures extrêmes : les chiffres continuent de grimper 

Clare Nullis, porte-parole de l’organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré à la presse que les températures toujours très élevées. C’est l’un des défis majeurs auxquels notre époque est confrontée. Les évolutions climatiques ont des effets sur plusieurs facteurs tels que la production agricole et alimentaire, l’élévation du niveau des mers : augmentant les risques d’inondations. 

Ce mois de juillet a été confronté à des conditions de chaleur extrême. Jeudi 26 juillet 2018, en Californie, des températures atteignant 42.8°C ont été enregistrées. Cela ne reste pas sans conséquence sur l’évaluation du bilan de la santé humaine.

Les températures ont atteint un niveau record en Asie, plus précisément au Japon avec 41.1°C. Cela a eu de lourdes conséquences sur le bilan humain. On compte 23 morts et des milliers de personnes ont dû être acheminé à l’hôpital. Les endroits les plus touchés restent Kumagaya, Saitama et Kochi. Cette vague de chaleur intense qui frappe la population a obligé la ville de Kyoto, à annuler les plus grands événements touristiques annuels.

Un nouveau danger a vu le jour : « le typhon Jongdari ». Ce dernier, équivalant de catégorie 2 dans les océans atlantique et pacifique oriental, se trouve pour le moment au Sud du Japon, elle devrait se diriger vers le nord-est dans les prochains jours. Cela ne reste pas sans conséquence, au niveau humain et matériel : dangers pour les baigneurs, pannes de courant avec des dommages dans les maisons et les entreprises.

La Grèce en feu 

Les pays d’Europe ne sont pas épargnés de cette vague de chaleur. En effet, des feux de forêt sévissent le sud de la Grèce avec un bilan de plus de 50 morts et plus de 200 personnes blessées. Cette catastrophe menaçait des habitations à l’ouest d’Athènes. Selon l’agence de presse grecque : « le pays faire face à l’un des pires scénarios qu’il pouvait redouter ». Toujours dans cette zone, les activités touristiques sont interdites : l’accès à des endroits tels que l’Acropole et le fleuron d’Athènes.

Par Meissa Guèye sous la direction de Gorgui Wade NDOYE - (ContinentPremier.Com)

17:48 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

23/03/2018

Léman Express: Luc Barthassat donne des assurances pour fin 2019.

 
Luc Barthassat, Leman express, Geneve, train, transportComme prévu! Et rassure le Conseiller d’Etat  en charge du Département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA), interpellé, à ce sujet: "Aucune facture astronomique ! Les budgets sont tenus. Sur la marge de risque de 200 millions , nous sommes à moins de 60", souligne Luc Barthassat et de marteler: "Désolé pour ceux qui nous annonçaient des centaines de millions de dépassements", Enfin le Conseiller poursuit. "Et nous sommes dans les temps pour assurer le fonctionnement du Léman Express pour fin 2019". " On se rassemble, on bosse et on avance", conclut-il.
 
Le futur Léman Express (23 Flirt du fabricant suisse Stadler et de 17 Régiolis du constructeur français Alstom, une flotte de 40 rames de trains) reliera 45 gares sur 230 km de lignes afin de desservir plus d’un million d’habitants, de part et d’autre de la frontière franco-suisse, à travers les cantons de Vaud et Genève ainsi que les départements de l’Ain et de Haute-Savoie. 50’000 voyageurs sont alors attendus, chaque jour, dans la quarantaine de trains nécessaires à la desserte de l’ensemble du Léman Express.
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

12:45 Publié dans Environnement, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

21/04/2016

Genève fête la Terre en couple avec les Nations-Unies !

Terre, Genève, ONU, Mère, Environnement, Pierre RabhiUn beau mariage sur les rives du lac Leman et célébrer la Terre Mère, Genève le Canton monde dévoilera, demain, vendredi 22 avril, ses beaux atours sur la Plaine de Plainpalais avant de se rendre au Palais des Nations-Unies pour réaffirmer ton son Amour à la Terre.

A l’occasion de la Journée internationale de la terre nourricière, la Ville de Genève organise pour la première fois une grande manifestation sur la plaine de Plainpalais, «Genève fête la Terre». Rendez-vous le 22 avril 2016 de 15h30 à 21h pour un événement festif et solidaire, faisant une large place au don, à l’échange et au plaisir.

Tout y est conférence, exposition, bal et soupe populaires et enfin pour bénir le couple qui mieux que Pierre Rabhi pour rappeler aux uns et aux autres leurs obligations dans le cadre d'une si belle Alliance!

La Fête de la Terre se poursuivra, ainsi, au Théâtre du Léman avec la venue exceptionnelle de Pierre Rabhi, l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France.

Gorgui Wade Ndoye Bis www.ContinentPremier.Com

17:12 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

30/09/2014

L’état de la biodiversité mondiale apparaît pire que jamais ! Avertit le WWF.

WWF, Marco Lambertini, Living Planète, Biodiversité, L’Indice Planète Vivante, qui exprime la tendance suivie par plus de 10 000 populations d’espèces sauvages, a enregistré un déclin de 52 % entre 1970 et 2010. En d’autres termes, l’effectif des populations de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de poissons a diminué en moyenne de moitié environ en 40 ans, ce qui représente un recul beaucoup plus marqué que celui précédemment estimé. Cet écart s’explique pour l’essentiel par l’amélioration de la méthodologie appliquée, désormais plus représentative de la distribution géographique de la biodiversité planétaire, lit-on, dans le Rapport de WWF remis à la presse, ce matin. 

Le Rapport Planète Vivante 2014 est la dixième édition de la publication bisannuelle phare du WWF. Intitulé "Des hommes, des espèces, des espaces, et des écosystèmes", il dresse l’état des lieux des systèmes naturels de la Terre en mesurant l’effectif des populations d’espèces sauvages et en calculant l’empreinte de l’humanité.

La principale conclusion du Rapport Planète Vivante 2014 est la suivante : les populations d’espèces sauvages critiques déclinent tandis que l’Empreinte écologique ne cesse de s’agrandir dans le même temps. Résultat, la demande de ressources naturelles augmente, portée par la croissance démographique, alors même que ces ressources se raréfient. Cela dit, si la santé naturelle de la Terre se dégrade, les opportunités existent pour inverser les tendances à l’œuvre à travers l’action des gouvernements, des entreprises, des individus et de la société civile. De fait, le réel défi exposé dans le rapport consiste à découpler le niveau de développement humain d’une demande strictement insoutenable pour le globe.

 

Si les populations d’espèces sauvages régressent dans toutes les régions de la Terre, les pertes les plus lourdes sont observées sous les tropiques, l’Amérique latine enregistrant le déclin le plus dramatique (83 %). C’est la combinaison de la disparition et de la dégradation des habitats qui constitue la menace la plus grave pour les populations sauvages. L’exploitation par la chasse et la pêche (intentionnelle, à des fins alimentaires ou sportives, ou accidentelle comme les prises accessoires) représente aussi un facteur global notable. Mais la prochaine grande menace commune est sans aucun doute le changement climatique, qui devrait être ressenti de plus en plus fortement par les populations à l’avenir. Les espèces d’eau douce sont les plus durement touchées et voient leur effectif chuter de 76 % entre 1970 et 2010, tandis que celui des espèces marines et des espèces terrestres fondait dans le même temps de 39 %.

Lire plus plus ici: http://continentpremier.com/?article=1970&magazine=78

 

Synthèse- El hadji Gorgui Wade Ndoye, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

 

 

 

 

15:47 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : wwf, marco lambertini, living planète, biodiversité | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye