03/10/2017

Migrants Africains: N'allez plus au Yémen !

 

Des migrants arrivant au Yémen de la Corne de l'#Afrique sont souvent enlevés et torturés par des "gangs de criminels" qui cherchent à obtenir le versement de rançons, a affirmé, hier, l'Organisation internationale pour les migrations (#OIM). "Une technique courante consiste à appeler la famille du migrant, tout en laissant le plastique brûlant d'une bouteille d'eau vide couler sur la peau du migrant, causant des brûlures et des douleurs atroces", a déclaré, à l'#AFP, William Lacy Swing, directeur général de l'OIM. "En général, les familles payent rapidement et les migrants continuent souvent leur voyage pour être extorqués à plusieurs reprises par différents gangs avant d'atteindre leur destination", signale la même source.


El Hadji Gorgui Wade Ndoye- Journaliste accrédité auprès de l'ONU. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

09:55 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

28/02/2017

Ne l'oublions pas: Il y a une année les Suisses rejetaient à 58,9% l'initiative inique de l'UDC .

L'Union démocratique du centre dont on attend encore des propositions concrètes justes  et humaines pour une vraie intégration des étrangers pensait se renforcer en portant encore un coup dur aux étrangers. En effet prise dans une foudre rageuse et gonflée des muscles par son succès d'il y avait 4 ans, l'UDC croyait pouvoir marcher sur le Droit international, sur le Droit tout court pour renvoyer de manière automatique tout étranger qui aurait fauté. L'étranger était de facto assimilé au criminel. Inscrire dans la Constitution des écarts était une manière de juger sans aucune forme de procès équitable le "criminel étranger". Une automaticité digne des dictatures que le peuple suisse souverain a enterré doublement par une majorité populaire et une majorité des cantons. Le dimanche 28 février 2016, la Suisse a échappé à inscrire sur sa constitution le lynchage automatique de ses étrangers. Et pire, même s'il est né en Suisse ou a des enfants à charge, le renvoi aurait été sans appel. Un bannissement qui aurait pu s’appliquer en outre aux “secondos”, les étrangers de deuxième génération nés sur le sol helvétique.


Je disais à l'époque qu'aucune personne censée ne valide les actions criminelles mais que personne ne devait jouer avec le Droit qui protège tout humain. Pensées solidaires et respectueuses à toutes celles et à tous ceux qui s'étaient battus pour la justice, pour la dignité humaine. Ils étaient des millions de femmes et d'hommes qui ont ont été, qui sont justes. Je les salue.


El Hadji Gorgui Wade Ndoye. ContinentPremier.Com

20:56 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

09/02/2017

Birmanie : Des femmes et des filles Musulmanes violées par les forces de sécurité

De nouveaux témoignages ont fait état d’attaques systématiques sur la base de l’origine ethnique et de la religion selon ce communiqué de Hurman Rights Watch. 

(New York, le 6 février 2017) – Fin 2016, les forces de sécurité birmanes ont commis des viols et d’autres violences sexuelles à l’encontre de femmes et de jeunes filles rohingyas, dont certaines n’avaient que 13 ans , lors d’opérations sécuritaires menées dans l’État de Rakhine dans le nord du pays, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Le gouvernement birman devrait autoriser rapidement une enquête internationale indépendante sur les allégations d’abus dans l’État de Rakhine, notamment au sujet des viols systématiques des femmes et jeunes filles appartenant à l’ethnie Rohingya.


Des membres de l’armée birmane et de la police des frontières ont pris part à des viols, des viols collectifs, des fouilles corporelles invasives et des agressions sexuelles dans au moins neuf villages dans le district de Maungdaw entre le 9 octobre et mi-décembre, a affirmé Human Rights Watch. Des survivants et des témoins, ayant identifié des unités de l’armée et de la police des frontières grâce à leurs uniformes, leurs foulards, leurs brassards et leurs écussons, ont décrit des attaques en groupe par les forces de sécurité, certains d’entre eux maintenant les femmes à terre ou sous la menace d’une arme tandis que d’autres les violaient. De nombreux survivants ont déclaré avoir été insultés et menacés à cause de leur appartenance ethnique ou religieuse au cours des attaques.

« Ces agressions horribles menées par les forces de sécurité contre des femmes et des jeunes filles rohingyas constituent un nouveau chapitre violent du long passif répugnant de l’armée birmane en matière de violences sexuelles contre les femmes », a déclaré Priyanka Motaparthy, chercheuse senior sur les situations d’urgence à Human Rights Watch. « Les commandants de ces unités de l’armée et de la police devraient être tenus responsables de ces crimes s’ils n’ont pas fait tout ce qui était en leur pouvoir pour y mettre fin ou pour punir les personnes impliquées. »

De décembre 2016 à janvier 2017, les chercheurs de Human Rights Watch ont interrogé 18 femmes au Bangladesh, dont 11 avaient survécu à des agressions sexuelles, ainsi que 10 hommes. Dix-sept hommes et femmes, y compris des femmes ayant survécu aux attaques, ont été témoins de violences sexuelles, notamment contre leurs épouses, leurs sœurs ou leurs filles. En tout, Human Rights Watch a répertorié 28 viols et autres agressions sexuelles, certains incidents impliquant plusieurs victimes. Un rapport publié par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) le 3 février a révélé que plus de la moitié des 101 femmes interrogées par les enquêteurs de l’ONU ont déclaré avoir été violées ou avoir subi d’autres formes de violence sexuelle. D’après un total de 204 entretiens, le rapport a conclu que les attaques, dont les viols et les autres violences sexuelles, « semblaient avoir été étendues et systématiques, signe de la perpétration très probable de crimes contre l’humanité ».

Après les attaques menées par des militants rohingyas contre des postes de gardes-frontières le 9 octobre 2016, l’armée birmane a lancé une série d’« opérations de nettoyage » dans l’État de Rakhine au nord. Les forces de sécurité ont exécuté sommairement des hommes, des femmes et des enfants, ont pillé des propriétés et ont brûlé au moins 1 500 maisons et autres bâtiments. Plus de 69 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh, tandis que 23 000 autres ont été déplacés à l’intérieur du pays dans la division de Maungdaw.

Plusieurs femmes ont décrit la façon dont les soldats ont cerné leurs villages ou leurs domiciles, puis ont rassemblé les villageois à l’extérieur, séparant les hommes des femmes, et les ont détenus pendant de nombreuses heures. Les soldats ont souvent abattu les villageois et violé, séparément ou collectivement, les femmes et les jeunes filles. « Ayesha », femme rohingya d’une vingtaine d’années, a déclaré à Human Rights Watch : « Ils ont rassemblé toutes les femmes et ont commencé à nous battre avec des bâtons de bambou et à nous donner des coups de pied avec leurs bottes. Après nous avoir battues, les militaires ont emmené 15 femmes de mon âge environ [et moi] et nous ont séparées... [Les soldats] m’ont violée à tour de rôle, déchirant mes vêtements. »

Au cours de ces descentes dans les maisons, les forces de sécurité ont fréquemment battu ou tué les membres des familles et violé les femmes. « Noor », femme d’une quarantaine d’années, a déclaré que 20 soldats avaient envahi sa maison et les avaient saisis, elle et son mari : « Ils m’ont emmenée dans la cour de la maison. Deux autres ont placé un fusil contre ma tempe, ont déchiré mes vêtements et m’ont violée... Ils ont assassiné [mon mari] devant moi avec une machette. Puis trois autres hommes m’ont violée... Au bout d’un moment, j’ai commencé à saigner gravement. Je souffrais d’une douleur sévère dans le bas-ventre et tout mon corps me faisait mal. »

Les violences sexuelles ne semblent pas s’être produites de manière aléatoire ou opportune, mais relever d’une attaque coordonnée et systématique contre les Rohingyas, en partie à cause de leur appartenance ethnique et de leur religion, a précisé Human Rights Watch. De nombreuses femmes ont déclaré à Human Rights Watch que les soldats les avaient menacées ou insultées en proférant des paroles axées sur leur statut de musulmanes rohingyas ; ils les ont traitées de « salope de bengali » ou de « salope de musulmane » tout en les battant ou en les violant. Une femme a entendu des soldats lancer cette menace : « Nous allons vous tuer parce que vous êtes musulmans. » D’autres femmes ont rapporté que les forces de sécurité leur avaient demandé si elles « abritaient des terroristes », puis les avaient battues et violées lorsqu’elles avaient répondu non. Une femme d’une vingtaine d’années, ayant déclaré que des soldats avaient essayé de la violer dans sa maison, a ajouté qu’ils lui avaient dit : « Tu élèves tes enfants pour nous tuer, alors nous allons tuer tes enfants. »

Les autorités birmanes n’ont pris aucune mesure concrète pour enquêter sérieusement sur les allégations de violences sexuelles ou d’autres abus signalées par des organisations non gouvernementales, dont Human Rights Watch. Une commission d’enquête nationale sur la situation dans le district de Maungdaw, dirigée par le premier vice-président et composée de représentants du gouvernement actuels et passés, a publié un rapport intermédiaire le 3 janvier 2017. Elle affirme avoir traité les allégations de viols et « interrogé les villageois et les femmes localement à l’aide de diverses méthodes... [mais les preuves récoltées sont] insuffisantes pour intenter des actions en justice à ce jour. » De plus, contrairement aux conclusions des groupes de défense des droits humains, la commission a rejeté les récits d’abus graves et de persécution religieuse et déclaré qu’il n’y avait aucun cas de malnutrition.

Le 26 décembre 2016, le Comité d’information de la Conseillère d’État Aung San Suu Kyi a publié un communiqué de presse portant sur « les rumeurs selon lesquelles des femmes avaient été violées au cours des opérations de nettoyage menées par les forces de sécurité à la suite des violentes attaques dans le canton de Maungdaw ». Annexé d’une image titrée « Faux viol », le communiqué affirmait que la commission d’enquête avait interrogé deux femmes dont les témoignages étaient contradictoires sur le fait qu’elles avaient été violées et que les chefs de village avaient réfuté leurs récits par la suite. Cependant, la vidéo de la visite de la commission montre un enquêteur posant à l’une des femmes des questions sur les violences subies par d’autres femmes auxquelles elle avait assisté, et non sur son expérience personnelle. Rien dans le témoignage vidéo ne suggère qu’elle ait menti au cours de l’entretien. Celui-ci semble agressif et non conforme aux directives agréées de conduite d’entretiens auprès de victimes de violences sexuelles. Les circonstances problématiques dans lesquelles les autorités ont mené ces entretiens, ainsi que les risques encourus par les femmes, notamment lorsque les autorités ont dévoilé leurs noms et leurs identités aux médias, soulèvent de sérieux doutes sur la crédibilité du communiqué de presse du Comité d’information.

 « Le gouvernement devrait cesser de contester ces allégations de viol et offrir plutôt aux survivants un accès au soutien nécessaire, aux soins de santé et à d’autres services », a déclaré Priyanka Motaparthy.

Les Rohingyas victimes d’agression sexuelle sont confrontés à un accès limité aux soins de santé d’urgence, y compris pour éviter toute grossesse non désirée à la suite d’un viol et toute infection par le VIH, et pour traiter d’autres maladies sexuellement transmissibles, a déclaré Human Rights Watch. Bien que le gouvernement birman ait permis à certains secours d’atteindre l’État de Rakhine au nord, il continue d’empêcher l’aide internationale d’accéder à la population civile. Nous ne savons pas combien de rescapées de viol se trouvent toujours dans la région et si elles ont reçu les soins de santé adéquats. Aucune des femmes interrogées par Human Rights Watch n’a eu accès à des installations médicales avant d’atteindre le Bangladesh. Nombre d’entre elles ont rapporté qu’elles manquaient d’informations sur les services disponibles au Bangladesh, ou qu’elles ne pouvaient pas faire soigner leurs enfants ni se payer le transport jusqu’à une clinique.

« L’échec du gouvernement à enquêter sur les viols et les autres crimes commis contre les Rohingyas devrait faire comprendre aux amis de la Birmanie et aux bailleurs de fonds qu’il faut absolument une enquête internationale indépendante pour faire la lumière sur ces abus effroyables », a conclu Priyanka Motaparthy.

Pour en savoir plus sur d’autres cas de violences sexuelles dans l’État de Rakhine documentés par Human Rights Watch, veuillez consulter la version en anglais de communiqué :
https://www.hrw.org/news/2017/02/06/burma-security-forces...

Ces témoignages seront prochainement mis en ligne en français sur cette page :
https://www.hrw.org/fr/news/2017/02/06/birmanie-des-femme...

Pour consulter d’autres communiqués ou rapports de Human Rights Watch sur la Birmanie, veuillez suivre le lien :
https://www.hrw.org/fr/asia/burma

18:51 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

08/02/2017

Prise de position pour les Rohingyas: Le Pape François Honore la Race Humaine.

Pape François, Birmanie, Rohingyas, culture, islam, civilisation" Ils souffrent depuis des années, on les a torturés, tués simplement parce qu'ils voulaient vivre leur culture et leur foi, l'islam", a martelé ce matin la patron de l'église catholique, parlant des Musulmans de Birmanie.

Je vous dit Merci à vous le Souverain pontife, Pape François. Merci  pour votre courage, pour votre humanisme. Je prie le Seigneur de vous protéger. Vous êtes, en ce 21ème siècle si trouble une perle rare ! 

J'espère que partout, sur toutes les latitudes les musulmans auront entendu ce message de solidarité qui me rappelle d'ailleurs un principe fort en chretienté antique: " L'Unicité de Dieu dans la diversité des hommes".

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Musulman, pratiquant. Journaliste directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

 

16:59 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/02/2017

6 février : Haro sur l'Excision !

Journée mondiale contre l'excision, c'est tous les 6 février ! Cette pratique ancestrale est plus que néfaste et inutile. Il ne s'agit pas de pointer du doigt une culture ni une religion. Il faudra surtout que les Africains notamment les pays fortement excisants comme le Soudan, l'Ethiopie, l'Egypte etc, fassent une analyse réelle de ce phénomène destructeur de l'intégrité des fillettes aux conséquences désastreuses pour les femmes qu'elles vont devenir surtout pendant l'accouchement etc, pour se rendre compte de l'urgente nécessité de dire BASTA et d'agir hic et nunc.

Pour l'Islam invoqué, par exemple, par certains pour valider cette pratique néfaste au Sénégal, je défie tout Chef religieux de me montrer un seul verset du Coran qui parle d'excision.

Ce n'est pas en coupant le clitoris des filles qu'elles vont rester vierges !

Les hommes ont une responsabilité car personne ne vient lever le plus petit doigt sur eux. Ils jouent et veulent en se mariant une vierge !

Mon oeil !

El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Directeur du magazine panafricain en ligne

www.ContinentPremier.Com

17:19 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

05/02/2017

Double peine pour le dictateur Trump !

Trump, Démocratie, Justice, Amérique, Donald Trump a échoué devant Dieu et devant l'Histoire ! Non content d'insulter une femme qui s'est mise debout devant lui contre sa poussée dictatoriale, il la traite de " traitre", la dégomme. Malgré tout la Justice américaine a continué de porter le Droit en bandoulière, lui s'arrache les cheveux et menace: Je vais faire appel et vous verrez. La menace à la bouche ! Comme à son habitude ! Ben pauvre petit Monsieur. La justice fédérale confirme la " traitre" et le déboute lui qui se croit si grand puissant et intouchable !
 
C'est le lieu de dire un grand Merci aux manifestants, aux juges, aux journalistes qui ont été debout sur toutes les latitudes pour dire Non !
 
 
Trump a joué avec le Droit et la Dignité des peuples dans une arrogance fétide. Il a perdu. On ne joue pas avec la Justice. On n'insulte pas ses propres juges. On ne traite pas des auxiliaires de justice de traitres qualifiant leur acte d'outrageant juste parce qu'on se croit l'homme le plus fort du monde.
 
Je pense que le jour où il arrêtera de chercher des ennemis partout et de vouloir faire la guerre sur la base de mensonges de haut calibre et de s'occuper des vrais problèmes des Américains, les médias arrêteront de prendre position contre lui.
 
Le plus ridicule, il se moque de l'ONU et ne se gène pas d'aller y traîner les pieds pour avoir un consentement du Conseil de sécurité sur l'Iran.
 
Aucun pays au 21eme siècle ne peut vivre dans l'autarcie. Aucun !

NB: Même débouté deux fois, le président hors du commun ne démord pas. Il compte user de toutes ses prérogatives pour faire entériner sa hideuse décision rejetée par la justice. La bataille sur ce sujet risque d'être long mais pour l'Heure, les Femmes et Hommes debout ont gagné devant le dictateur. Et cela se fête !
 
Photo: Chicago Tribune.
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations Unies. Directeur du magazine panafricaine en ligne ContinentPremier.Com

15:27 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

02/02/2017

Journée de l'Amitié: Le Juif et le Musulman qui nous illuminent depuis Chicago !

Juif, Musulman, Trump, discrimination, bannissement, chicago, humanitéJe voudrais vous saluer chacune et chacun par son nom et son prénom et transmettre l'expression de mes souhaits les meilleurs en ce jour et au delà. Je matérialise l'amitié avec cette photo de Meryem 7 ans, musulmane, portant le voile et Adin, 9 ans, Juif, coiffé d'une kippa. L'image de ces deux jeunes enfants perchés sur les épaules de leur père, lundi, à l'aéroport O'Hare de Chicago manifestant contre le décret anti-immigration de Donald Trump fait le buzz sur la toile, informe la Tribune de Genève. On apprend que ces parents, regroupés par hasard pour dire Non à #Trump vont se retrouver. Le Juif a dit plus jamais des humains bannis nous avons connu cela sous Hitler ! Plus jamais cela ont ils dit ! Oui ! Malgré la crise qui se passe en Israël et en Palestine, EUX SONT UNIS. Voici une vérité forte à laquelle l'Histoire nous somme d'y réfléchir et d'y réfléchir de manière urgente. Oui, les manipulations des uns et des autres, les haines nourries et renforcées par des politiciens et par des médias, ne devraient point nous dévier de l'essentiel: nous sommes une HUMANITE UNE et INDIVISIBLE. Et ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise. Faut le VOULOIR et ouvrir les YEUX !
 
Photo: Nuccio DiNuzzo (Chicago Tribunes)
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

16:05 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

30/01/2017

A toutes celles et à tous ceux à qui on viole les droits d'être !

emigre, immigré,réfugié,humanité, droits humains A tous les migrants, à tous les réfugiés, à toutes celles et à ceux qu'on laisse mourrir de faim, de soif, à qui on viole les droits d'être, de vivre, d'espérer, qu'on jette dans des ghettos, dans les geôles, qu'on ne veut pas voir par ce qu'elles (ils) sont différents, de par leur couleur, de par leur langue, de par leur statut social, de par leur religion etc, je voudrais vous témoigner mon Amour, ma Compassion, ma Sympathie, mon Empathie, et si je ne suis rien, moi aussi, vous savez que je serai rien avec vous et nous serons.

Honte à celles et à ceux repus se gargarisent dans l'insulte d'autrui regardant leur nombril comme s'ils étaient l'imago mundi. Oui, j'ai honte de vous et surtout pitié de vous voir laisser des humains mourrir et vivre dans l'indignité !

Que Vive l'Humanité sur toutes les latitudes !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE -ContinentPremier.Com

13:46 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

27/06/2016

"Pékin se montre intraitable et table sur la disparition du Dalaï-Lama pour renforcer sa main-mise sur le Tibet.

Jean-Claude Buhrer, ancien correspondant à l’ONU du « Monde » et ami du Dalai Lama : « Il sera difficile à la Chine de trouver un interlocuteur plus ouvert et respecté que l'actuel Dalaï-Lama pour sortir de l'impasse sur le Tibet ».

Dalai Lama, Pékin, Tibet, Chine, Jean Claude Buhrer, Claude B. LevensonLe 6 juillet prochain, Tenzin Gyatso, le 14ème Dalaï Lama aura 81 ans. Prix Nobel de la Paix, figure religieuse mondialement connu, il force le respect pour son charisme et la sagesse profonde de ses discours sur l’humain. ContinentPremier l’avait rencontré à l’occasion d’une conférence inédite co-organisé par les Etats-Unis et le Canada à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève où le guide religieux intervenait autour du rôle de la société civile pour l’avénement d’une paix mondiale durable en compagnie Tawakkol Abdel-Salam Karman journaliste yéménite et l’avocate iranienne Leila Alikarami  également Prix Nobel de la paix.  Ce jour-là, dans l’immense foule, le Dalai Lama que je suis allé saluer aperçut de loin Jean-Claude Buhrer, lui fit signe de la main, alors que ce dernier arrivait le patriarche me révéla en anglais : «  C’est un vieil ami ». Qui mieux que ce journaliste dont l’épouse Claude B. Levenson décédée a consacré une longue partie de sa carrière au Tibet pour nous parler de la vision et de l’influence du 14ème Dalai Lama. (Rencontres).

ContinentPremier.Com : Le Dalai Lama a renoncé à la lutte politique.  Il ne demande pas la séparation du Tibet. Pensez-vous que la Chine va enfin dialoguer sérieusement avec le guide spirituel tibétain?

"Pékin se montre intraitable et table sur la disparition du Dalaï-Lama pour renforcer sa main-mise sur le Tibet. Le pouvoir athée de Chine a même la prétention de désigner les réincarnations des grands lamas tibétains comme le stipule une nouvelle réglementation en vue d'imposer un successeur du Dalaï-Lama qui lui soit soumis. Or, pour dialoguer il faut être deux, et il lui sera difficile de trouver un interlocuteur plus ouvert et respecté que l'actuel Dalaï-Lama pour sortir de l'impasse autrement que par la force et la politique du tout ou rien. Les contacts patiemment ébauchés entre émissaires du Dalaï-Lama et représentants chinois n'ont donné aucun résultat et sont au point mort depuis 2010 alors que le temps presse si l'on ne veut pas assister à la "solution finale" de la question tibétaine. Déjà près de 150 Tibétains se sont immolés par le feu en signe de désespoir, la région dite autonome vient d'être à nouveau fermée aux étrangers ce mois-ci et le drame silencieux du Tibet se poursuit en vase clos dans l'indifférence de la communauté internationale. Une solution raisonnable tenant compte des intérêts des deux parties devrait pouvoir être trouvée avant qu'il ne soit trop tard. Le Dalaï-Lama plaide pour une autonomie authentique reconnaissant les droits culturels et religieux, la langue et les traditions des Tibétains. Autant par esprit de conciliation que par réalisme il a renoncé à l'indépendance dans un monde de plus en plus interdépendant. "Que signifie l'indépendance au jour d'aujourd'hui ? Quel est le pays qui peut se prétendre vraiment indépendant?", s'interrogeait-il devant nous il y a une dizaine d'années. Déjà il était en avance sur son temps et ses propos de sagesse demeurent plus que jamais actualité."

Suite ici: 
http://www.continentpremier.com/?magazine=93&article=...

Par El hadji Gorgui Wade Ndoye. Directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

04:13 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

22/02/2016

" Israël a profondément déshumanisé les Africains", dénonce un étudiant Juif.

RAT.jpgEn Israël, un étudiant Juif et son association défendent les migrants africains considérés par beaucoup de ses concitoyens comme des rats. Un sujet d'un examen dévoilé par une élève-ingénieure à l'Université voilait à peine l'ambiance. Le professeur responsable s'est excusé mais voici ce qu'en pense Moran Mekamel diplômé de l’université Ben Gourion de l’association “Étudiants de Ben Gourion pour la défense des réfugiés et des demandeurs d’asile” : "L’excuse du directeur, pour moi, ce n’en est pas une – ce qu’il dit est terrifiant. Le simple fait qu’il pensait faire une blague, et qu’il n’en a pas honte est inquiétant. Malheureusement, je pense qu’il est le reflet d’Israël. Notre société a profondément déshumanisé les Africains. Ces dernières années, c’est devenu de pire en pire… [Nous avions consacré une émission Ligne Directe aux Africains demandeurs d’asile en Israël, souligne France 24 qui donne l'info], les appeler des "infiltrés" et maintenant "des rats" me fait penser aux périodes les plus sombres de l’Histoire, quand mon peuple, le peuple juif, avait été décrit de la même façon". 

Merci à lui à cette partie de la jeunesse israélienne qui dans cette ombre conflictuelle tiennent dans leurs mains fragiles une forte lumière de bougie qui éclairera, je l'espère, tant de coeurs et d'âmes qui se pensent supérieurs aux autres ! Une grossière erreur liée malheureusement aux faiblesse des humains. L'Homme est partout UN et INDIVISIBLE.

Que vive l'Humanité et que l'Histoire nous serve aujourd'hui plus que jamais à nous aimer les uns les autres au delà de toutes nos différences !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies- Genève. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com.

17:28 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (14) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/02/2016

CHRISTIAN CUDRE-MAUROUX: SOUTIEN PERSONNEL A UN HOMME DE VALEUR!

Christian Cudré-Mauroux, Pierre Maudet, Police, G8 Evian, Micheline Spoerri, Légion d'HonneurNuméro 2 de la Police sous enquête, Christian Cudré-Mauroux, chef des opérations de la police genevoise est suspendu de ses fonctions suite à des manifestations qui ont eu lieu à Genève il y a un mois et demi ayant entraîné des tags sur le grand théâtre de Genève. 
Je n'entre pas dans ce débat ni ne juge de la responsabilité de notre Ministre-Capitaine Pierre Maudet qui a décidé de cette sanction.
Je voudrais témoigner que Cudré-Mauroux est un homme bon. Un haut gradé de la Police qui a servi avec efficacité et dignité notre Canton notamment à l'occasion de la tenue du G8 d'Evian. Nous n'avons ici compté aucun mort contrairement à ailleurs. C'était une première en Suisse et sous sa direction les troupes ont été à la hauteur. Certes, il y eu des dégâts ici et là, malgré le soutien de la police allemande, mais notre Canton a été bien sécurisé au delà des hôtes parmi lesquels des chefs d'Etat dont on citera à l'époque Georges Bush, tout puissant! La France de Chirac remerciera devant le monde entier Genève pour son aide et sa parfaite collaboration. Micheline Spoerri,  Conseillère d'Etat à l'époque recevra plus tard la Légion d'honneur française!  

J'étais parmi les rares journalistes sur le tarmac ! C'est à l'occasion que j'avais fait la connaissance de Zouhri Mohammed, photographe professionnel qui porte le nom du Prophète Mouhammad (Paix et Salut sur Lui) et seul devant Bush qui avait encore en tête les attentats du 11 septembre ! C'est cela aussi Genève! 


Bref, quelques années plutôt quand j'ai eu mon incident avec la police genevoise, trois policiers qui avaient oublié leur sacerdoce, c'est lui Christian Cudré-Mauroux qui a réglé l'Affaire en toute responsabilité en acceptant la confrontation en présence de mon ami frère et aîné Jean-François Mabut de la Tribune de Genève. Cette solution que j'avais inspirée et qui portera la manchette de la Tribune de Genève " La solution à l'Africaine" quelques mois après sous la plume d'un autre grand journaliste Serge Bimpage avait boulversé la police suisse ému les autorités cantonale comme fédérale! Alors Président du Parlement suisse, Liliane Maury Pasquier m'avait envoyé une lettre d'une grande humanité.


A l'école de police avec Yves Patrick Delachaux je suis intervenu dans la formation pour expliquer à nos frères d'armes que si un Africain par exemple baisse les yeux devant l'autorité ce n'est pas qu'il cache quelque chose ou qu'il soit coupable ! Tout dépend de l'éducation que l'on a reçue etc. Chez moi, au Sénégal, à titre d'illustration, je me baissais jusqu'aux oreilles de mes parents, de mes marabouts et autres personnes âgées pour leur parler etc.
Le grand magazine de la télévision suisse romande se saisira de cette histoire pour faire son Temps Présent: "Dans la peau d'un Noir". Juste après cet incident j'écrivais en invité de la Tribune de Genève: "Dur dur d'être Noir à la Gare, tant de préjugés qui fâchent". J'ai reçu des témoignages de reconnaissance de Genevoises et Genevois parmi lesquels aussi des membres des communautés africaines à Genève.


Tout cela pour dire que le monde implique que nous ne sommes pas seuls comme disait le philosophe Sénégalais Français Gaston Berger.

Cher Pierre Maudet, Monsieur le Conseiller d'Etat, je sais que dans certains milieux on réclame des sanctions face à ces actes inadmissibles mais ne sacrifiez pas cet homme de valeur qui ne mériterait pas de partir ainsi comme un vulgaire fauteur de trouble à l'ordre public. 

Que vive Genève ! Que vive la République !

Photo: @Lucien Fortunati, TDG.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, journaliste sénégalais accrédité auprès des Nations Unies à Genève. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

17:29 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (5) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

26/04/2013

Congo : le CICR dénonce des exactions quotidiennes jamais égalées ces 20 dernières années !

congo, kinshasa, cicr, exactions, goma, lumumba, congo belge
« La violence et les souffrances infligées aux populations dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) ont atteint des niveaux rarement vus depuis deux décennies », a déclaré Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), au terme d'une visite de quatre jours dans le pays.

 

« Dans l'oubli quasi total, les populations sont victimes d'exactions quotidiennes. Les civils sont la cible d'attaques directes qui n'épargnent ni les enfants ni les personnes âgées, et de nombreuses personnes subissent des violences sexuelles », s'est indigné M. Maurer depuis Goma, capitale de la province du Nord-Kivu.
 En lisant cette Communication presque inhabituelle du CICR, l'on peut se dire si la cruauté a atteint un niveau insoupçonné dans l'Est du Congo!? Avec quels acteurs agir? Quoi faire ? Comment ? Je ne peux m'empêcher de dire que le Congo se meurt dans sa partie Est ! Je ne peux m'empêcher de penser au combat de Lumumba (photo) exécuté et son corps passé à l'acide ! Voulait il éviter ça !?

 Comment on en est arrivé là?

 El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

 

12:47 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

08/03/2013

Toutes les Femmes sont des Reines! Ismael Lô attendu le 20 Mars aux Nations Unies

ismael lô,8 mars à genève,nations unies,à ma mère,gorgui wade ndoyeRespecte en toute femme, le ventre qui t'a porté! En cette belle Journée mondiale de la Femme, je voudrais, aujourd'hui plus que jamais, redire toute ma Reconnaissance à toutes les femmes du monde. J'ai une pensée particulière pour celle qui m'allaita, à ma mère la regrettée Mame Arame qui m'a appris à aimer mes semblables, à être toérant me rappelant dans son doux regard et sans jamais me heurter : " Respecte en toute femme le ventre qui t'a porté".

 
Alors qu'on s'achemine vers la célébration de la Journée mondiale de la Francophonie le 20 mars qui sera marquée en Suisse par un concert exceptionnel de l'artiste international Ismael Lô dans la grande Salle des Assemblées de l'ONU, de 18 heures 30 à 20 heures 30 ( sur invitation), je voudrais partager l'une de ses belles chansons en français : " Toutes les femmes sont des reines" 
 
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com
 

16:18 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ismael lô, 8 mars à genève, nations unies, à ma mère, gorgui wade ndoye | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

30/01/2013

ISRAËL DÉFIE LES NATIONS UNIES : LE CONSEIL DES DROITS ESQUIVE ET TEND LA PERCHE A L'ETAT HÉBREU.

Du jamais vu dans l'histoire du Conseil des droits de l'Homme, à Genève, créé en 2006 en remplacement de la Commission qui était devenue moribonde. En effet, attendu, hier, pour présenter, comme l'ensemble des Etats du monde, son rapport périodique universel (EPU), Israël s'est absenté. Les occidentaux comprennent son attitude, d'autres s'interrogent sur sa singularité. Finalement, un texte proposé par le Président du Conseil a été adopté par consensus donnant ainsi un délai au Gouvernement israélien, au plus tard en octobre-novembre prochain.

 GENEVE- C'est par un appel téléphonique, le 14 janvier dernier, que l'Ambassadeur d'Israël auprès des Nations-Unis, a informé son homologue polonais, Remigiusz A. Henczel, Président du Conseil des droits de l'Homme, de surseoir à la présentation de son rapport qui devait avoir lieu hier. Depuis lors, plus rien! Entre temps la Communauté internationale s'es souvenue de la Shoah en solidarité avec toutes les victimes juives du nazisme hitlérien avec sa détestable et inhumaine holocauste. Mais Israël, en se faisant passer pour l'enfant terrible du concert des Nations Unies en refusant de se présenter à la présentation de son examen périodique universel, a secoué cette même communauté internationale qui se bat pour la paix universelle, l'alliance des civilisations et l'ancrage des droits humains dont le non respect perturbe l'équilibre du monde.

C'est donc, une drôle de scène qui a eu lieu, le mardi 29 janvier 2013 aux Nations Unies à Genève. Le Conseil des Droits de l'Homme avec son mécanisme ( EPU) considéré comme le plus démocratique de cet organe venait de subir une douche froide. Rappelons que la première phase de l'Examen périodique universel institué en 2006 a connu un grand succès avec son universalisme. C'est un exercice auquel tous les pays sont soumis même le Mali en guerre est venu la semaine dernière présenter son rapport. Israël donne ainsi l'image d'un pays qui ne veut pas rendre compte de ses actes !

Pour sauver l'image du Conseil, l'Ambassadeur Remigiusz A. Henczel de Pologne qui ne devait pas être tout à fait à l'aise, avait proposé un texte pour ramener Israël au sein de la famille des droits humains. Il s'agit clairement de garder le caractère universel du mécanisme de revue par les pairs en matière de record d'application et de respect des droits humains. Ainsi, les 47 Etats-membres du Conseil des Droits de l'Homme ont finalement trouvé un consensus en adoptant le texte du Polonais. Un délai est donné à Israël afin qu'il présente au plus tard en octobre-novembre prochain son Rapport national dans le cadre de la 17ème session de l'EPU. Par ailleurs le Conseil demande à Israël de lui donner des informations sur les dispositions prises dans ce sens lors des 22ème et 23ème session du Conseil des droits de l'homme programmées respectivement en février-mars et mai-juin 2013.

C'est un précédent dénoncé vigoureusement par certains Etats qui ont pris la parole. Notons que l'Union Européenne a soutenu, comme à l'accoutumée, la position d’Israël et des pays arabes, sensibles comme toujours à la cause palestinienne comme le Pakistan ont pour leur part interroger cette attitude singulière! Nous avons essayé de joindre à plusieurs reprises au téléphone la Mission d'Israël qui mène une bonne politique de communication mais apparemment la représentation diplomatique était fermée.

La décision consensuelle du Conseil des droits de l'Homme servira désormais de jurisprudence. A chaque fois qu'un Etat le jugera nécessaire il pourra invoquer le cas Israël.

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste accrédité à l'ONU, Directeur des publications du Magazine www.ContinentPremier.Com

 

 

17:04 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : israel, epu israel 2013, conseil des droits de l'homme, pologne, u.e, pakistan, pays arabe | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

29/01/2013

ISRAËL DÉFIE LES NATIONS-UNIES : LE PAYS REFUSE DE SE PRÉSENTER AU CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME

Aujourd'hui, c'est une drôle de scène qui se passe à l'ONU au Conseil des Droits de l'Homme. En effet, le Gouvernement israélien a tout simplement décidé de ne pas se présenter devant ses pairs pour présenter son Rapport National en termes de Respect des Droits Humains. Il s'agit de l'EPU ( Examen périodique universel). C'est un exercice auquel tous les pays sont soumis mais Israël ne compte pas rendre compte ! Le Président du Conseil, l'Ambassadeur de Pologne ne doit pas être très à l'aise ce mardi.

Nous y reviendrons !

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du Magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

19:27 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

07/02/2012

Les indignés ont-ils laissé mourir leur frère d'arme: Peut on juger les Chefs d'Etat européens pour négligence?

La riche et puissante Europe compte ses morts : 300 personnes meurent du froid ! En moins d'une semaine ! Faut-il juger les Chefs d'Etat de ces pays pour non-assistance à personne en danger ? Pour non-respect du droit au Logement et à l'intégrité et à la vie? C'est complexe, non! A Genève, au sein même de l'Université, au Parc des Bastions, meurt un indigné, par hypothermie!

Cette personne est-elle aussi morte de la négligence de ses sœurs et frères de combat contre le capitalisme à visage sauvage par leur propre indifférence? Sur facebook, un de mes amis suisses ose la question. A cet égard, j'ai soutenu que je suis très choqué par ce qui s'est passé ! Cela me remplit de tristesse évidemment car dans un pays riche l'on ne devrait pas mourir du froid ! Ceci posé, il semble par ailleurs nécessaire, dis-je, de se demander où étaient ses amis indignés ! Personnellement, je crois à la lutte pour défendre des principes mais le plus souvent certains se gargarisent de compter leurs martyrs que de comptabiliser leurs victoires!

Si cette personne est heureuse dans sa mort, peut être trouverait- elle la paix dans son âme!

Mes condoléances à sa Famille

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

 

 

01:05 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : indignés, genève, parc des bastions, université de genève, 2012 froid, suisse | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/02/2012

Les indignés ont-ils laissé mourir leur frère d'arme: Peut on juger les Chefs d'Etat européens pour négligence?

La riche et puissante Europe compte ses morts : 300 personnes meurent du froid ! En moins d'une semaine ! Faut-il juger les Chefs d'Etat de ces pays pour non-assistance à personne en danger ? Pour non-respect du droit au Logement et à l'intégrité et à la vie? C'est complexe, non! A Genève, au sein même de l'Université, au Parc des Bastions, meurt un indigné, par hypothermie!

Cette personne est-elle aussi morte de la négligence de ses sœurs et frères de combat contre le capitalisme à visage sauvage par leur propre indifférence? Sur facebook, un de mes amis suisses ose la question. A cet égard, j'ai soutenu que je suis très choqué par ce qui s'est passé ! Cela me remplit de tristesse évidemment car dans un pays riche l'on ne devrait pas mourir du froid ! Ceci posé, il semble par ailleurs nécessaire, dis-je, de se demander où étaient ses amis indignés ! Personnellement, je crois à la lutte pour défendre des principes mais le plus souvent certains se gargarisent de compter leurs martyrs que de comptabiliser leurs victoires !

Si cette personne est heureuse dans sa mort, peut être trouverait- elle la paix dans son âme!

Mes condoléances à sa Famille

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

19:10 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indignés, genève, parc des bastions, université de genève, 2012 froid | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

04/12/2011

Eileen Chamberlain Donahoe, Ambassadeur des Etats Unis: " Les Syriens veulent un nouvel ordre politique"

ambassadeurDonahoeEtatsUnis1.jpgLa dix-huitième session extraordinaire du Conseil des Droits de l'Homme, consacrée à «La situation des droits de l'homme en République arabe syrienne à la lumière du rapport de la commission d'enquête», tenue, vendredi dernier, à Genève, a condamné la Syrie pour la poursuite des violations flagrantes, graves et systématiques des droits humains. La délégation américaine conduite par l'Ambassadeur Eileen Chamberlain Donahoe a déclaré que les Syriens ont exprimé « une soif irrépressible pour un nouvel ordre politique dans leur pays.». L'Ambassadeur de Syrie a pour sa part crié de même que la Chine, la Russie, Cuba et l'Equateur à « l'ingérence ».

 GENEVE- (Correspondance) Le Conseil des droits de l'Homme qui s'est réuni de manière extraordinaire pour la troisième fois depuis le début de l'année, a consacré sa session de vendredi à la situation des violations graves des droits humains en Syrie. Il a décidé, dans sa résolution adoptée par 37 voix sur les 47 membres, de créer un mandat de rapporteur spécial pour suivre la situation en Syrie et mettre en oeuvre les recommandations de la commission d'enquête.

Navy Pillay, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, a souligné, à l'ouverture de la session présidée par Mme Laura Dupuy Lasserre, Ambassadeur d'Uruguay en sa qualité de présidente du Conseil des Droits de l'Homme, que la violente répression visant les civils et les manifestants pacifiques en Syrie n'a pas cessé depuis la présentation de son rapport sur la situation le 22 août dernier. Depuis mars 2011, on estime à plus de 4000 le nombre de personnes tuées et des dizaines de milliers auraient été arrêtées. Plus de 14 000 personnes seraient en détention des suites de la répression des manifestations. La Haut-Commissaire a, ainsi, martelé que les autorités maintiennent une répression qui pourrait conduire le pays à une guerre civile. « Compte tenu de l'incapacité des autorités syriennes à protéger leurs citoyens, la communauté internationale se doit de prendre de toute urgence des mesures efficaces pour protéger la population. », a -t-elle demandé. A la suite des discussions qui ont réuni 101 Etats membres des Nations Unis dont 29 membres du Conseil avec droit de vote, l'appel de la haut commissaire a été entendu par une condamnation de la Syrie.

La résolution a été acceptée par 37 voix (dont celle du Sénégal représenté par l'Ambassadeur Fodé Seck), contre quatre (Russie, Chine, Cuba et Equateur qui considèrent la résolution "unilatérale et politisée", et une forme d'ingérence dans les affaires intérieures d'un Etat) et six abstentions (Angola, Bangladesh, Cameroun, Inde, Philippines, Ouganda). Le Conseil, endossant les recommandations de la commission internationale d'enquête, transmet son rapport au secrétaire général de l'ONU et à tous les organes pertinents de l'ONU pour qu'ils prennent "les mesures appropriées".

Très sévère envers le régime syrien, l'ambassadrice Donahoe des Etats-Unis qui a organisé à 12 heures 30 un bref entretien avec la presse internationale, pesait ses mots : « la violence doit finir. ». Elle dénonçait la « complicité de l'Etat syrien dans les violations systématiques des droits humains des populations notamment des manifestants pacifiques.». Elle a souligné que des « enfants ont été violés autant que des hommes et des femmes.». Dans une déclaration remise à la presse, le directeur général de l'Unicef Anthony Lake a déclaré que « L'Unicef est gravement troublé par les rapports confirmés faisant état d'attaques violentes contre des enfants. ». Ainsi, il considère que la résolution adoptée, hier soir, par le Conseil 2reflète l'indignation de la communauté internationale devant les plus de 300 enfants tués par les forces gouvernementales en Syrie depuis mars 2011 et les rapports confirmés selon lesquels des sévices odieux, y compris des actes de violence sexuelle, ont été commis sur des enfants dans les lieux de détention.»

L'Ambassadeur Faysal Khabbaz Haboui de la Syrie, intervenant à titre de pays concerné, a « appelé à respecter les principes de la Charte des Nations Unies et à promouvoir le dialogue constructif et la coopération internationale.  Il a rappelé que le mandat du Conseil des droits de l'homme est de promouvoir un dialogue véritable loin de toute sélectivité et de la politique du «deux poids, deux mesures».  En tenant cette réunion, après deux autres consacrées au même thème, le Conseil perd de sa crédibilité sur la scène internationale, a -t-il prédit, sans être suivi.

Malgré son isolement et les crimes qui lui sont reprochés, le Président Bachar Al Assad bénéficie encore de quelques soutiens dans son pays. Saura-t-il prendre toute la mesure de la gravité de l'heure pour éviter de « conduire le pays dans une situation de guerre civile" comme le craint, ouvertement, Navy Pillay.

Photo: Eric Bridiers

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste sénégalais accrédité aux Nation Unies, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

01/12/2011

Francis Fukuyama: " La politique migratoire de Nicolas Sarkozy est démagogique."

fukuyama.jpg

Francis Fukuyama, le théoricien de la Fin de l'Histoire, le visionnaire qui avait prédit la fin de l'Union Soviétique, n'y est pas allé loin, en répondant à ma question, il y a deux heures, à l'occasion de sa conférence sur les identités européennes (salle Piaget de l'Université de Genève archi comble!), pour traiter la politique migratoire de Nicolas Sarkozy de démagogique!

 

J'y reviendrai dans un article de presse. Fukuyama a aussi parlé de Léopold Sédar Senghor comme un idéal d'intégration réussie!

 

A suivre....

 

 

Photo et texte El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste sénégalais accrédité aux Nations Unies, directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

14:22 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fukuyama, la fin de l'histoire, france, nicolas sarkozy, leopold senghor, prix latsis | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

10/11/2011

Mensonge tromperie des citoyens : Dick Marty dénonce le recours abusif du secret d'État!

DickMarty.jpgComment ne pas ressentir un malaise, comme un présage que quelque chose de grave et de dangereux pourrait se répéter ? Oui, je crains - c'est peut-être une obsession de ma part - que nous soyons en train de vivre une période historique qui rappelle celle des Années Trente, celle qui précéda la catastrophe que nous savons. « L'histoire ne se répète pas, elle bégaye », aurait dit Marx. Et pourtant : la crise financière internationale qui risque de provoquer une dépression économique de grande envergure, la recherche et la construction obsessionnelle d'une figure d'ennemi - hier le juif, le communiste et le Rom, aujourd'hui le musulman, toujours et encore le Rom, le Noir et l'étranger en général - le repli sur soi-même, un nationalisme exacerbé ainsi que l'exploitation de la peur des citoyens que l'on suscite à dessin, ne rappellent-ils pas les circonstances et les dynamiques qui ont abouti à l'explosion des pires instincts de sauvagerie du genre humain ? Alors, comme aujourd'hui, on a progressivement restreint les libertés individuelles et bafoué les droits de certaines catégories de citoyens, alors comme aujourd'hui, dans l'indifférence, voire avec le consentement tacite de la majorité.

Lire l'intégrale de sa réflexion prononcée à l'occasion du DIES ACADEMICUS 2011 de l'Université de Genève qui a élevé Dick Marty autant que Toni Morrison et d'autres éminentes au grade de Docteur Honoris Causa.

Le lien ici/ http://continentpremier.com/?magazine=62&article=1780

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, correspondant aux Nations Unies directeur du magazine panafricain (ContinentPremier.Com)

10:21 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dick marty, 2011 dies academicus, rom, marx, decret d'etat, 2011 docteur honoris causa, université de genève | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye