30/10/2016

Chefs d'Etat d'Afrique: Aimez vos peuples plus que vos amis. 2007/05/20.

Discours de Dakar, Nicolas Sarkozy, Gorgui Wade Ndoye, Makhily Gassama, Bachir Diagne, Doudou Diène, Mamadou Diouf, Amadou Mactar Mbow, esclavage, colonisation, Traite, Révisionnisme, migrationJe re publie ici ce que disait de Nicolas Sarkozy à la suite de son discours d'investiture après sa victoire contre Ségolène Royal. J'attirais l'attention des leaders africains sur le danger de cet homme et de la nécessité de prendre notre destin en mains en dehors de la France sarkozyste ! 

« Si nous les laissons entrer, ils vont voler notre pain quotidien » : il parlait de toi et moi ».

Auden, dit – on, parlait des juifs d’Allemagne mais, il aurait pu parler des « immigrés » d’aujourd’hui. Mot ambigu qui recouvre le clandestin bosniaque grelottant dans son pardessus, le brillant étudiant africain, le jeune de banlieue pourtant né ici. Le mot immigré est en fait synonyme d’étranger. Et, l’étranger fait peur et ces peurs sont attisées. Par l’extrême – droite dont il est l’ignoble fonds de commerce, mais aussi par des partis politiques dits pourtant fréquentables. « L’immigration est synonyme d’altérité et interroge les identités désormais changeantes de nos pays», constate François Héran, l’auteur de Le temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française.

L’appel de Nicolas Sarkozy envers la Méditerranée dans l’euphorie de son élection à la présidence de la République française et sa main tendue condescendante envers l’Afrique de manière générale, devraient pousser nos Chefs d’Etat à plus de vigilance mais aussi d’indépendance et de responsabilité. Les leaders africains sont en face d’un homme redoutable qui ne leur fera pas de cadeau !

Sarkozy est un capitaliste proclamé qui n’a rien à faire des sentiments et de l’histoire douloureuse de notre Continent. Au contraire, il continuera à exploiter sans état d’âme l’Afrique. Oui, la prudence voudrait aussi que nous lui laissions le temps d’agir. Sauf que, je voudrais soutenir que je n’attends rien de Nicolas Sarkozy et l’Afrique ne s’honorerait guère en courbant  l’échine devant le nouvel homme fort de la France. Les Français ont voté librement pour un homme qui s’occupera d’eux.

Aux Africains de se choisir des femmes et des hommes capables de s’occuper de leurs propres intérêts. De grâce oublions la France – Afrique et érigeons dés à présent les Etats – Unis d’Afrique qui seront une Afrique majeure, démocratique, apaisée, adulte forte et protectrice de sa progéniture.

Je lance un appel à nos Chefs d’Etat : Chers frères, redonnez- nous notre Dignité, rompez les liens de dépendance négative avec cette France qui dit bien la voie droite et chemine vers des sentiers obliques.

La France de Sarkozy est une France nationaliste et égoïste.  Ne trompez pas vos peuples, ne gaspillez pas leurs ressources. Chefs d’Etat d’Afrique, faites nous rêver, sainement. Donnez – nous des raisons suffisantes de rester chez nous, en vous débarrassant de l’approximation, des complicités, dans une gestion transparente et efficiente de nos maigres budgets et de nos riches ressources minières et naturelles incommensurables.

Contrairement à ce que l’on pense, la migration est un phénomène planétaire qui attire autant le Nord que le Sud. L’OIM ( organisation internationale pour la migration) a annoncé que trois pour cent de la population mondiale est migrante. Combien y a – t- il de Français travaillant à Genève?. Plus de 190.000 frontaliers travaillent en Suisse. Et, plus de 600.000 Suisses, vivent à l’étranger. Près de 70 pour cent parmi eux, ont acquis la double nationalité ! La tragédie des pirogues sénégalaises, ne montre qu’une face de la réalité migratoire. Sordide, certes, et horrible au vu de ces jeunes africains qui meurent foudroyés par les vagues de l’océan et souvent avec l’aide des gardes côtes occidentaux et leurs alliés aux méthodes frauduleuses et douteuses. L’Europe construit son mur de séparation pour se protéger des immigrés; ces gueux, venus d’ailleurs, de cette terre noire d’Afrique. Cette même Europe profite bien du labeur des clandestins qui, aujourd’hui de la Suisse, en passant par la France jusqu’aux Etats – Unis, en ont marre de voir l’Occident qui tue en Irak au nom de la liberté et de l’universalisation des Droits de l’Homme, fouler aux pieds les principes élémentaires constitutifs de la République dans sa trilogie de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité. La Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, adoptée en 1990 et entrée en vigueur en 2003, vise à empêcher l'exploitation des travailleurs migrants dans tous les processus de migration.  Elle impose, aussi bien à l'État d'origine qu'à l'État d'accueil, un ensemble de normes Internationales pour protéger les travailleurs migrants en situation régulière ou non.

Mais à l’heure des barricades, l’Europe sous – traite aux pays du Sud la gestion des clandestins. Malgré leur posture panafricaniste, le Maroc de Mohamed VI, devient chargé de la police des pays européens et la Libye devrait abriter, assure –t- on des camps de rétention.

Oui, l’Afrique perd sa matière grise qui se transforme en ouvriers corvéables et taillables à souhait. Certes avec le consentement de ces chercheurs de l’eldorado européen. Les mirages de Paris et d’ailleurs sont comme un aimant broyeur le plus souvent de rêves et d’ambitions nobles.

Il y a là une responsabilité qui incombe aux familles, aux médias, et naturellement aux leaders africains. A nos gouvernants de se faire respecter en engageant l’Occident dans un jeu réel de win – win (gagnant – gagnant). Pourquoi, continuer à faire confiance aux institutions internationales, aux gouvernements du Nord, s’ils ne tiennent pas leurs énormes promesses. A l’OMC, le coton africain est noyé. N’ayant plus d’espoir de vivre dignement du produit de leur labeur, des paysans africains se lancent dans l’aventure de la traversée de l’atlantique pour « un monde meilleur » !

Chefs d’Etat d’Afrique : AIMEZ VOS PEUPLES plus que vos amis!

Allons - nous devenir des adultes conséquents face à cette Vieille Europe ?

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur des publications.

SOURCE: ContinentPremier.Com Magazine N° 27- Mai 2007 

Et ici comment j'ai initié la riposte contre le Président révisionniste à la suite de son discours de Dakar en sortant de leur réserve l'ancien DG de l'UNESCO Amadou Mactar Mbow, l'ancien expert des Nations Unies, Doudou Diène, les deux professeurs d'Université l'Historien Mamadou Diouf, le philosophe Souleymane Bachir Diagne. 

Et l'ancien Ministre sénégalais m'annonce en primeur la sortie du Livre : " « L’Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar ».

08-02-2008 - Source ContinentPremier.Com /

L’intégralité des droits d’auteur sera versée à la bibliothèque de l’Ucad

GENEVE- L’affront de Dakar sera lavé à Paris. Avec le sous-titre Contre le discours de Dakar, vingt-trois intellectuels d’Afrique (Algérie, Congo-Brazza, Congo-Kinshassa, Guinée, Madagascar, Sénégal, Cameroune, Mauritanie, Burkina Fasso, Tchad etc.) et d’Haïti ont répondu au discours du 26 juillet prononcé par Nicolas Sarkozy à l’Université Cheikh Anta Diop. La responsabilité de nos gouvernants et de la Françafrique dans la situation actuelle de l’Afrique a pris une place importante dans les analyses. Au-delà d’une simple réponse au discours « surréaliste » du président français, cette élite intellectuelle armée « de sciences jusqu’aux dents » a abordé les grands défis qui interpellent l’Afrique du XXIème siècle. L’ouvrage de 480 pages édité par les Editions Philippe Rey, sera en librairie à Paris le 21 février. Les thèmes sont très variés et traités sans concession dans un esprit rigoureux et multidisciplinaire (historiens, philosophes, romanciers, économistes etc.).

Le projet a été conçu le jour même du discours : « c’est en écoutant attentivement le président français que j’ai pensé écrire un ouvrage en réaction à ce discours « surréaliste ». Puis j’ai pensé qu’il faut dépasser ma personne et m’adresser à quelques-uns des intellectuels du continent, parmi les plus crédibles et les plus représentatifs » explique Makhily Gassama. Le milieu intellectuel est certainement le milieu qu’il connaît, dit-il, le mieux pour avoir consacré « ma vie à la culture ». Cependant, il n’est pas facile de nouer aussitôt des contacts même avec ceux qu’on connaît bien : ils sont très mobiles. Directeur de publication du livre « L’Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar », le sénégalais a passé plus d’un mois à étudier la faisabilité du projet en s’adressant à des amis comme l’écrivain sénégalais « Boubacar Boris Diop dont le soutien a été sans faille.Un écrivain qui vit ce qu’il écrit. Un vrai patriote, qui n’a pas appris à tricher » témoigne Makhily Gassama.

Méthodologie

L’exercice est pénible, mais exaltant. Le projet a été lancé dans la deuxième quinzaine d’août. Les intellectuels qui ont été contactés ont tous adhéré au projet sans la moindre condition. « Ce qui m’a profondément touché d’autant plus que ce milieu, qui est celui de l’intelligence, est chargé de susceptibilités », reconnaît M. Gassama qui, soulagé, déclare : « Je demeurerai infiniment reconnaissant à cette confiance sans réserve ».

Les auteurs ont été invités ainsi à se prononcer librement sur le discours ; ils étaient libres de retenir un thème, un groupe de thèmes ou l’ensemble du texte du discours, l’essentiel étant d’analyser et de dépasser le discours de Sarkozy. « Conscient de la forte personnalité de chaque auteur, j’ai noué, avec chacun, des relations épistolaires très personnalisées. D’août à ce jour, j’ai correspondu presque quotidiennement avec chaque auteur » selon le directeur de publication. La seule ambition des auteurs est de contribuer à la clarification de notre situation d’Africain en replaçant l’homme Noir au cœur de l’histoire du monde. Une histoire dont il a été chassé pour justifier sa domination. Jacques Chirac répétait pour sa part lors du dernier sommet France-Afrique à Cannes que : « l’Afrique est le berceau de l’Humanité et de l’homme ». Elégants dans leur combat pour la Dignité humaine, les auteurs (Zohra Bouchentouf-Siagh, Demba Moussa Dembelé, Mamoussé Diagne, Souleymane B. Diagne, Boris Diop, Babacar Diop Buuba, Dialo Diop, Makhily Gassama, Koulsy Lamko, Gourmo Abdoul LÔ, Louise-Marie M. Diop, Ketty Mars, Mwatha Musanji Ngalasso, Patrice Nganang, Djibril Tamsir Niane, Théophile Obenga, Raharimanana, Bamba Sakho, E.H.Ibrahima Sall, Mahamadou Siribié, Adama Sow Dièye, Odile Tobner, Lye M.Yoka) ont fait preuve d’une grande sagesse et d’empathie. En effet, ils ont décidé d’octroyer l’intégralité des droits d’auteur à la bibliothèque de l’Université Cheikh-Anta Diop. « C’est à l’unanimité, avec enthousiasme, que la proposition a été entérinée », révèle Makhily Gassama.

Le discours de Sarkozy est non seulement un texte très mal rédigé au plan stylistique, il est confus, très confus, constate-t-on. Que d’amalgames ! C’est ce qui pousse M. Gassama à dire : « Quand j’entends des Africains défendre le président français, surtout des Sénégalais, j’ai honte et j’ai peur ». L’écrivain sénégalais s’interroge d’ailleurs : « Comment ne peuvent-ils pas se rendre compte que les critiques de Sarkozy ne s’adressent pas aux régimes « kleptocrates », aux régimes dictatoriaux d’Afrique qui ont ruiné matériellement, moralement, intellectuellement le continent, avec le concours efficace de la Françafrique, mais au « paysan » du pacte colonial, au mythique « homme africain », à l’ « âme noire » en plein XXIème siècle ! »

Ils ont applaudi au discours puisqu’ils pensent que Sarkozy est venu nous dire la vérité. Quelle vérité ? Sur quoi ? A qui ? En réalité Sarkozy ne s’est pas adressé à Dakar aux classes politiques, premières responsables des maux et de l’humiliation du continent. En phase avec Boris Diop, Makhily Gassama conclut : « Il n’y a, en ce XXIème siècle, qu’en Afrique au Sud du Sahara, qu’un Européen peut encore se permettre de maquiller les crimes de ses ancêtres en œuvres de charité et nous applaudissons ».

El Hadji Gorgui Wade NDOYE 

Mes entretiens :

Sud Quotidien : Sénégal: Présidents d'Afrique - l'histoire vous somme de répondre aux inepties de Sarkozy

http://fr.allafrica.com/stories/200708160472.html

 DOUDOU DIENE SUR LE DISCOURS DE SARKOZY: « Le silence des chefs d’Etat africains est étonnant ! »

 GENEVE – « Pour Nicolas Sarkozy l’homme noir est attaché à la nature, il ne peut pas faire le saut cantique de la nature à la civilisation et il est resté collé à la nature. » Nicolas Sarkozy est venu à Dakar avec un discours révisionniste. 

http://www.xibar.net/DOUDOU-DIENE-SUR-LE-DISCOURS-DE-SARK...

 

TRAITE NEGRIERE, COLONISATION: Amadou Mactar Mbow sort de sa réserve et répond à Sarkozy 
(Rewmi 23/08/2007)

« On oublie que la traite des Noirs a contribué très largement dans l’accumulation primitive du capital ». Joint hier à Vichy (Ville qui rappelle la France occupée par Hitler et trahie par ses Fils avant d’être sauvée par les Fils de l’Afrique), l’historien sénégalais, ancien directeur général de l’Unesco, est sorti de sa réserve pour répondre à Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa. Une manière pour lui de célébrer ce 23 août « Journée internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition ». Amadou Mactar Mbow avait réussi sous l’égide de l’Unesco a rassemblé d’éminents scientifiques africains dont Joseph Ki – Zerbo, Cheikh Anta Diop pour l’écriture de « l’Histoire générale de l’Afrique ». Premier ministre de l’Education et de la Culture du Sénégal, il affirme que « Sarkozy ignore les réalités profondes de l’Histoire de l’Afrique. » 

 

http://www.immiafricaonlus.org/francais.htm

 

Mamadou Diouf : pourquoi Sarkozy se donne-t-il le droit de nous tancer et de juger nos pratiques...

 


article de la rubrique 
histoire et colonies > le discours de Sarkozy à Dakar 
date de publication : vendredi 17 août 2007

 

http://ldh-toulon.net/Mamadou-Diouf-pourquoi-Sarkozy-se.h...

 

Devons-nous réellement prêter attention à son discours ou devons-nous faire en sorte qu’il ne puisse plus prendre avec une telle arrogance et un tel mépris — un mépris fait de tant d’ignorance — cette liberté que s’octroie le maître vis-à-vis de l’esclave : lui dire son fait, le définir, lui attribuer une essence qui affiche son comportement, sa moralité douteuse, sa sexualité débridée tout en se rendant disponible pour le corriger et le punir parce qu’il le connaît mieux que tout le monde. Telle est la position de Mamadou Diouf, l’invité personnel du Président Chirac lors du dernier Sommet France-Afrique. Il balaie au passage le recours sélectif de la philosophie de Senghor par Nicolas Sarkozy. Pour l’historien sénégalais une protestation des Sénégalais et du Gouvernement étaient et sont toujours d’actualité. [1]


Sénégal: Souleymane Bachir Diagne sur les héritages du passé - « Pour l'avenir de ce continent, il est important que nous sachions gérer la mémoire »

 

Par Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie à Nortwest University aux Etats - Unis lance un avertissement : « il y a une forme de tendance qui consiste à écarter d'un revers de main la mémoire de l'esclavage historique, à dire on n'a pas besoin de toujours faire référence à cette mémoire, c'est une chose du passé, regardons vers le futur ».

http://fr.allafrica.com/stories/200709261169.html

Enfin Rama Yade répond à Sarkozy sur le discours de Dakar.

Elle a dit, finalement, la phrase première, à mes confrères français : " L'Homme Noir est le Premier à être entré dans l'Histoire". Et de marteler à propos de Nicolas Sarkozy : « Je ne suis pas son professeur. Qu'est-ce-que vous voulez que je fasse que je saute sur la tribune et que je gifle le président de la République. J'y peux rien. C'est le président de la République, c'est le Président de tous les Français." Ces propos ont été rapportés par Le Figaro et seront diffusés par Radio France Internationale (RFI). Rama Yade s’est décidée donc à lâcher la vérité qu’un être humain digne de raison ne devrait ignorer : « L’Homme noir est le premier à être entré dans l’Histoire ». 

 

http://www.leral.net/Enfin-Rama-Yade-repond-a-Sarkozy-sur...

 

Pascal SEVRAN : Pascal Sevran et la « bite des Noirs »: « Le degré zéro de la légitimation intellectuelle du racisme anti – Noir » selon Doudou DIENE

 

20 mai 2007

  

… et le Grand Débat inédit aux Nations-Unies :

Conférence sur l’Afrique et la nouvelle géopolitique mondiale: Souveraineté et Démocratie Invitation officielle, le 13 janvier 2012 à 18hs à l’ONU.

http://www.continentpremier.com/index.php?magazine=62&article=1791

 

 

 

 

 

 

19:01 Publié dans DEMAIN | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

16/12/2015

Star Wars contre Demain? : Aux Scala, un beau et juste film à voir !


Demain, Scala, Mélanie Laurent, Cyril Dion, réchauffement, climat, Ce soir, vous pouvez aller aux Scala aux Eaux Vives, entrée 16 Fch! Celà en vaut vraiment la peine. Une longue queue, hier, au Cinéma Les Scala, pour voir "Demain" un film documentaire d'une belle beauté, d'une belle inspiration sur des solutions apportées, ici et là, dans le monde pour faire face au réchauffement climatique.

J'ai eu la chance de voir l'avant première. C'est beau riche et dense et cela mérite fort bien le déplacement ! Ce soir, vous pouvez aller aux Scala aux Eaux Vives, entrée 16 Fch! Celà en vaut vraiment la peine.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricaine et francophone en ligne www.ContinentPremier.Com

18:26 Publié dans DEMAIN | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye