40ème Session du Conseil des Droits de l'Homme: Le Sénégal qui préside dévoile les travaux dévoile l'ampleur de la tâche!

Imprimer

Droits humains, ONU, Afrique, Senegel, Coly SECK Plus de 120 rapports seront présentés durant ces 4 prochaines semaines, et près de 100 hauts dignitaires participeront au débat de haut niveau qui débutera ce lundi 25 février 2019. Près de 35 experts des droits de l'homme et groupes de travail s’adresseront au Conseil qui tiendra également 6 débats thématiques. S’y ajoutent plus de 280 événements parallèles organisés par les états ou la société civile.

GENEVE- L’Ambassadeur Coly Seck, qui préside le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies qui se réunit, à Genève, a entamé, depuis l’élection le 3 décembre dernier du Sénégal à ce poste très sensible un travail titanesque qui se veut inclusif tout en montrant à la face du monde l’apport de l’Afrique à l’ancrage des droits de tous les humains sur toutes les latitudes. Lundi, il sait que le monde regarde le Sénégal. Vendredi, il a lors d’un déjeuner avec la presse donné les orientations de son mandat et les dossiers sur lesquels le Conseil devra s’exprimer. 

Efficacité du Conseil renforcée

Bien qu'il ne s'agisse que de chiffres, ce sont là des indicateurs de la manière dont le Conseil continue d’élargir ses travaux. En effet, le 3 décembre dernier, une déclaration du Président a été adoptée qui incluait un nombre de mesures pour renforcer l’efficacité du Conseil. D’autres questions ont été laissées de côté pour examen par le Conseil cette année. Des travaux supplémentaires, dans ce domaine, devront être réalisés dans le contexte des difficultés rencontrées par l’ONU pour fournir des services aux réunions des sessions régulières du Conseil et l’objectif de les réduire à 130 par an, rappelant que les mesures prises jusqu’à présent ont contribué à réduire le nombre total de réunions de 154 à 142. « Par conséquent, l’Ambassadeur Seck, a décidé de désigner des facilitateurs en vue de le conseiller en conséquence ». Du côté suisse, la disponibilité d’accompagner la présidence sénégalaise est réelle. L’Ambassadeur Valentin Zellweger, représentant permanent du pays hôte s’est dit disposé, si besoin, d’accompagner le travail de son collègue sénégalais dont il salue le choix pour présider le Conseil. 

 Quarante thèmes

Durant la session, le Conseil traitera de plus de 40 thèmes liés aux droits humains et plus de 50 situations de pays dans les rapports qui seront présentés. Certains pourraient  être abordés lors des débats généraux, ou lors d’autres occasions. « Les thèmes qui seront abordés portent sur: la dette extérieure, le droit à la nourriture, les défenseurs des droits de l’Homme, la torture, la vie privée, les droits culturels, le terrorisme, l’environnement, le logement adéquat, la liberté de religion, la vente des enfants, la violence contre les enfants, les enfants et les conflits armés, les droits des personnes handicapées, l’albinisme, les sociétés transnationales et l’Agenda 2030, ainsi que les droits des minorités », a précisé Coly Seck.

Myanmar, Iran, RDC et les autres.

En ce qui concerne les pays, le Conseil entendra des mises à jour et des rapports sur la situation des droits de l'Homme au Myanmar, en République populaire démocratique de Corée, en République Démocratique du Congo, en Iran, en Erythrée, les territoires palestiniens occupés, le Mali, l’Ukraine, le Sri Lanka, la République centrafricaine, la Colombie, Chypre, le Guatemala, le Honduras, le Venezuela, le Yémen, entre autres.Quatre commissions d’enquête présenteront leurs travaux sur la Syrie, le Soudan du Sud, le Burundi et sur les violations commises contre les manifestations civiles dans le Territoire palestinien occupé. Les conclusions de la Commission sur les droits de l’homme au Soudan du Sud ont d’ailleurs déjà été rendues publiques.

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE - Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

COLY SECK AVEC MOUSSA FAKY.jpgSur invitation de l’Ambassadeur Coly Seck, président du Conseil des droits de l’Homme, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres et Moussa Faki, Président de la Commission de l’Union africaine seront à Genève, ainsi que le Représentant de l’Etat hôte, M. Ignazio Cassis, Conseiller Fédéral et chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse, à l’occasion de l’ouverture de la quarantième session ordinaire du Conseil qui entame ce lundi 25 février ses travaux. D’autres hautes personnalités prendront également part à l’induration du Conseil, il s’agit notamment de la Présidente de l'Assemblée générale de l’ONU, Ms. María Fernanda Espinosa Garcés de l’Equateur, de Mme Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme. A la suite des interventions de ces personnalités, commencera le segment de haut niveau.

« Nous aurons 7 tables rondes au cours de la session. Celles-ci couvriront plusieurs thèmes et viseront à relever les défis des droits de l'Homme à différents niveaux, notamment sur les droits de l'Homme dans le cadre du multilatéralisme, la peine de mort, les droits des enfants handicapés, les droits des personnes handicapées et la lutte contre le populisme nationaliste », a révélé Coly Seck. Au cours de la deuxième semaine de la session, la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme présentera au Conseil son rapport sur les activités de son bureau et les derniers développements en matière de droits de l'Homme dans le monde. Ce sera le 6 mars. Le lendemain, les États auront une chance de répondre à sa déclaration. À la fin de la session, le Conseil se prononcera sur une série de projets de résolutions.

Photo: Ambassadeur Coly SECK à gauche avec M. Moussa Faky (Président de la Commission de l'Union africaine)

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE -  

Lien permanent Catégories : Genève Internationale 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.