22/02/2018

Diaspora africaine: Cette confiance qui manque souvent pour investir dans les pays d'origine: Etat et Famille les grands obstacles.

Une Dame a crié au guichet western de voir tout son argent envoyé investi dans des futilités. Elle m'a fait sourire ! D'autres se font voler leurs biens par de proches parents qui croient presque que le migrant est un envoyé spécial en occident et ailleurs pour être au service exclusif d'une famille qui peut souvent se permettre tout et même de lui dire le montant à envoyer. Eh bien, cette Dame du guichet si elle avait fait une enquête auprès de ses camarades migrants, elle crierait moins. Le plus cocasse un pote m'expliquait qu'un de ses amis qui a pris une deuxième femme lui demande des sous pour le mariage, quelques mois après l'argent pour le baptême; et lui même vit en Europe en célibataire doit se lever comme tout le monde tôt le matin affronter la bise, les regards, les amours et les haines, pour gagner quelque argent !
Une autre dans une confidence dira, ma propre famille me prend tout et ce depuis des années. Finalement j'ai décidé de passer par d'autres personnes pour faire mes investissements car le jour où je rentre sans argent, ils seront les premiers à se moquer de moi. Tu étais parti qu'as tu réalisé?
Il faudrait, à mon avis, que les migrants qui se sentent concernés quand ils rentrent chez eux qu'ils aient le courage d'affronter certaines personnes pour leur dire quatre vérités!
Il est aussi vrai que le plus souvent quand on rentre au pays, on se rend compte que certaines valeurs de dignité, d'amour sincère du prochain, de l'humilité et de la sincérité cèdent la place à des calculs, à des postures opportunistes et même la foi devient dans certains cas un objet, un vulgaire prétexte pour essayer d'expliquer des forfaits ! 
Concernant certains Etats africains, le manque de structures pouvant accueillir de vrais projets des migrants pour les accompagner. S'y ajoutent des tracasseries bien calculées pour soutirer autant que possible quelques billets au pauvre migrant qui devient même chez lui un étranger et parfois mieux traité dans son pays d'accueil où il doit faire face à toutes formes d'aléas pour exister.
Il faudra donc sauver le soldat migrant africain !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:00 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Commentaires

On n'entend pas la diaspora africaine en Suisse, s'indigner de voir des dizaines de milliers de toxicos/dealers d'Afrique de l'Ouest, qui se font entretenir en Suisse par des blancs, où est la dignité de ces gens?

Écrit par : dominique degoumois | 22/02/2018

Madame ou Monsieur Degaumois

Vos commentaires sont toujiurz l'expression d'une haine d'un manwue respect inoui notamment envers vous memes! Le savez vous au moins?
Si je suis votre logique ces delers sontvtous Noira et sont entretenus par des Blancs dealers ! Vous voyez c est nul comme argument !

Écrit par : Gorgui | 22/02/2018

Je vous laisse vous balader dans les rues de Genève, de Berne, de Bienne, de Soleure, de Lausanne, entre autre, cher gorgui@ OUI en nombre ils sont les plus présents! Tous sont aux aides sociales et logés par les services sociaux!

Écrit par : dominique degoumois | 23/02/2018

Les commentaires sont fermés.