06/12/2017

Johnny Hallyday: Il s'était confié à moi pour un concert en Afrique !

Johnny Hallyday, Quebec, Canada, Afrique, France, Belgique, Jimmy HendrixLe grand artiste s'en va sans une danse sur la terre d'Afrique. Un regret, sûrement, pour ce monument de la musique mondiale. En réponse à ContinentPremier.Com, site panafricain basé à Genève, aux Nations-Unies, que j'ai l'honneur de diriger, Johnny Hallyday rencontré au festival d'été de Quebec avec son épouse Laetitia se disait enthousiaste à l'idée de faire un concert en Afrique berceau de l'Humanité et des civilisations. Il me disait d'ailleurs que son épouse en serait ravie ! Pars en paix l'artiste qui a eu l'humilité ce jour là de dire par ailleurs qu'il voulait être un grand artiste comme Jimmy Hendrix, ce génie de la musique noire américaine mais rajoutait il, je ne serai jamais un si grand artiste comme Jimmy qui était mon ami.

Photo: ContinentPremier.Com

El Hadji Gorgui Wade Ndoye- Journaliste accrédité auprès de l'ONU- Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

Ici à lire ou à relire l'article avec Johnny Hallyday en juillet 2012 au Quebec.

AU FESTIVAL D'ETE DE QUEBEC: " OUI J'AIMERAIS BIEN FAIRE UN CONCERT EN AFRIQUE."

Publié le, 16 juillet 2012 par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

QUEBEC – (CANADA) - L'édition 2012 du Festival d'été de Québec ( 5 au 15 juillet) bat son plein et les Plaines d'Abraham, jadis, terres de guerres entre Américains, Anglais, Français, Québécois, sont devenues le théâtre de grandes joies, de rencontres, d'amour et d'émotions. Ce 10 juillet, la légende vivante de la musique française, Johnny Hallyday y donnait un concert attendu à la suite de son dernier show qui remonte en 1975 ! Avant de monter sur scène et reproduire son fameux spectacle du stade de France, Johnny a bien voulu rencontrer la presse. C'est un ami d'Ottis Reding et de Jimmy Hendrix, sensible et reconnaissant à la vie après avoir échappé à la mort qui répondait à nos questions.

QUEBEC – (CANADA) - L'édition 2012 du Festival d'été de Québec ( 5 au 15 juillet) bat son plein et les Plaines d'Abraham, jadis, terres de guerres entre Américains, Anglais, Français, Québécois, sont devenues le théâtre de grandes joies, de rencontres, d'amour et d'émotions. Ce 10 juillet, la légende vivante de la musique française, Johnny Hallyday y donnait un concert attendu à la suite de son dernier show qui remonte en 1975 ! Avant de monter sur scène et reproduire son fameux spectacle du stade de France, Johnny a bien voulu rencontrer la presse. C'est un ami d'Ottis Reding et de Jimi Hendrix, sensible et reconnaissant à la vie après avoir échappé à la mort qui répondait à nos questions.

Concert en Afrique

Le chanteur français se dit prêt à donner un spectacle en Afrique. «Oui, j'aimerais jouer en Afrique.». Il était juste interpellé vers la fin de sa conférence de presse, et avant même de terminer la phrase son épouse Laetitia arrivait, et comme pour toujours, pour soutenir son mari. Et là, Johnny très fier, nous présenta à sa femme avec ses mots " Ma femme aime l'Afrique. Elle a fait beaucoup de choses avec l'Unicef en direction de l'Afrique." Lætitia avec son sourire acquiesce et appuie. Un des membres de son staff se rapproche et propose de nous laisser ses contacts.

Défense du français

«Je chante en français déjà et je ne sais pas s'il ne faut que défendre la langue française.» nous a -t-il répondu lors de la conférence. Notons que la 45ème édition du Festival d'été de Québec a été ouvert cette année par une soirée dédiée à la Francophonie qui organisait pour la première fois un Forum sur la langue française abrité par la Ville de Québec. Johnny poursuit: « Je suis français et c'est en français que je chante.».

 
Concert et Public

Pour plaire au public québécois, Johnny a fait le même concert que le stade de France qu'il dit d'ailleurs faire un peu partout. Quand les jeunes me voient, ils disent « Johnny comment ça va?» rapporte le chanteur dont la notoriété dépasse des générations de mélomanes. «J'ai commencé à chanter en 1960. Je ne pensais pas durer. Je me disais: prends ton plaisir où il est.». C'est sans compter avec le public, comme l'avoue Johnny, très reconnaissant à ses fans: « Le succès d'un artiste c'est aussi le public.».

Le festival d'été de Québec

Donnant son avis sur le festival de Québec, Johnny Hallyday a dit que c'était le plus grand festival au monde. «C'est un festival formidable comparable à Woodstock. Il en faudrait plusieurs et partout dans le monde. C'est bon pour le public autant que pour les artistes.» suggère le Rockeur français.

Bonheur et Retour sur la scène

La rencontre avec Mathieu Chedid, l'auteur compositeur plus connu sous le nom d'artiste -M- redonne à la mega star internationale le goût de faire de la musique. « Hospitalisé, en coma pendant trois semaines, j'avais perdu ma voix. Je vous révélerai que j'avais une grande dépression.». Pendant cette période, souligne l'artiste très philosophe: «Ma grande peur c'était de ne plus voir mes petits enfants grandir.». Pour l'artiste, «le plus grand bonheur est de se réveiller le matin.». Alors qu'il pensait aller à la retraite, Mathieu Chedid lui propose de faire un album. Chedid, lui a « redonné envie de travailler et de refaire de la musique.». «L'album que nous avons fait n'a rien de «commercial» souligne Johnny Hallyday qui a martelé «Nous avons joué pour notre bonheur.».

Rituel avant de monter sur scène

«Avant d'attaquer en scène, je suis nerveux. Je retarde le moment. Je n'ai pas de rituel particulier. Je salue les premières personnes que je vois, cela peut être n'importe qui, un balayeur etc...».

 
Jimi Hendrix

«Je voulais faire quelque chose en mémoire de Jimi Hendrix. Je sais que je ne serai jamais un aussi bon artiste que Jimi Hendrix. Nous étions des amis. Je l'ai rencontré en enregistrant à Londres avec Ottis Reding. J'entendais Hendrix jouer, je n'avais jamais entendu quelqu'un jouer aussi bon la guitare que lui. Jimi Hendrix est un héros de la guitare. Il y en a peu comme lui.». «Je tenais donc à faire une chanson sur lui par rapport à sa mémoire».

 
Le sport

«Je fais du sport régulièrement. Je ne le fais pas pour commencer une tournée ou monter sur scène. A partir d'un certain âge, il faut faire du sport. C'est important sinon on risque de vieillir plutôt et comme on dit c'est avec l'effort qu'on obtient des résultats.»

Propos rassemblés, à Québec, par El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications.

Source: ContinentPremier.Com

Lien de l'article: 

http://www.continentpremier.com/index.php?magazine=64&...

 

 

14:21 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

05/12/2017

Les Etats Unis de Trump solidaires des Musulmans du Myanmar. Ici la Déclaration à la session spéciale des droits de l'Homme.

Myanmar, USA, droits humains, ONU, Ambassador Kelley E. Currie- U.S. Representative to the U.N. Economic and Social Council
Statement at the U.N. Human Rights Council Special Session on Burma
December 5, 201

Thank you Mr. President.

The United States is pleased to cosponsor today’s special session in order to shine an urgent light on the grave human rights abuses occurring in Burma. We appreciate the information shared by the High Commissioner, the Special Rapporteur, Pak Marzuki Darusman, and SRSG Patten and others who have brought to light shocking new details about the nature and scale of the violence.  We again call on the Government of Myanmar to provide access for the Fact Finding Mission and other UN mechanisms. We thank Bangladesh for organizing this session and for its generosity in receiving so many refugees fleeing for their lives.


The United States again condemns the August 25 attacks.   However, no provocation can justify the widespread and horrendous atrocities that have been perpetrated by Burma’s security forces against the Rohingya population.  The United States and other countries have deemed this to be a calculated campaign of ethnic cleansing.  As we have heard today, facts continue to come to light describing the events of recent months as possibly premeditated – including actions taken well before August 25.

These are neither isolated nor unprecedented behaviors by the Tatmadaw.  UN bodies have documented decades of similar, systemic abuses against ethnic communities across Myanmar.  Today in Kachin and Northern Shan State, tens of thousands of IDPs are suffering yet another winter of fear and deprivation. These ethnic groups have been virtually alone within Burma in speaking out against the treatment of the Rohingya because they know this brutality so well from their own experience.

The United States again calls on Myanmar authorities to respect the rights of its entire population, provide unhindered UN, humanitarian and media access throughout Burma, especially in Rakhine State, ensure justice for victims and accountability for those responsible for human rights violations and abuses, and take all necessary measures so that all persons can safely and voluntarily return to their places of origin.  We share the concerns raised by SR Lee regarding the repatriation agreement.

The United States welcomes the government’s commitment to implement the Annan commission report, including with respect to access to citizenship and reform of the discriminatory 1982 Citizenship law.  It is incumbent upon the security forces to respect these commitments, and to assist the civilian government in implementing them instead of undermining them. It is also essential that the hate speech, dehumanization and incitement to violence against the Rohingya come to an end. The lack of citizenship status and associated civil and political rights is the fundamental root cause of this crisis.   Addressing this is an urgent imperative for the government of Myanmar in order to create conditions allowing safe, voluntary and dignified return.  The first step in this is also to stop denying the seriousness of the current situation.

This Council, along with the Security Council and the General Assembly, all have an obligation to ensure that not one more Rohingya child will live through the violence we have seen in the past few months.  We must all come together now to focus now on securing their future.  Thank you, Mr. President.

18:14 Publié dans Nations Unies | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye