09/12/2016

ADAMA DIENG, SG adjoint de l'ONU« « La résurgence des génocides est l’un des plus grands défis de l’Humanité »

Adama Dieng, Génocide, ONU, Antonio Gutteres, Peace, Religion, StabilityLe déni du droit des autres à exister en tant que groupe que le génocide postule constitue une atteinte majeure à la paix, au vivre ensemble dans la diversité si nécessaires à notre condition d’humains, à notre survie. Le génocide des musulmans à Srebenica, le génocide des Yazidis en Irak, le discours de haine qui se propage dans un Occident qui voit la montée des populismes et autres idéologies d’extrême droite nous rappellent malheureusement la réversibilité de nos acquis de civilisation, leur précarité.

Trois questions à ADAMA DIENG, Secrétaire général adjoint de l’ONU, lauréat du Prix pour la Paix, l’Espérance et la Liberté : « La résurgence des génocides est l’un des plus grands défis de l’Humanité »

GENEVE- (Nations-Unies)- A l’occasion de son 70e anniversaire, l’association internationale pour la défense de la liberté religieuse (AIDLR) qui a organisé le sommet mondial sur « Religion, Paix et Sécurité » (Genève 23-25 novembre 2016), a établi le Prix pour la Paix, l’Espérance et la Liberté  dont le premier récipiendaire est Adama Dieng juriste de renommée internationale, Conseiller spécial du Secrétaire de l’ONU pour la prévention contre le génocide. Dans cet entretien Adama Dieng explique le soutien onusien à cette association au statut consultatif, son sentiment sur Antonio Gutteres et l’importance du prix qui lui a été décerné.

Monsieur Dieng, quel est l’intérêt de l’ONU à soutenir le sommet sur «Religion, Paix et Sécurité » ? 

 « La résurgence des génocides est certainement l’un des plus grands défis qui nous interpellent. Le déni du droit des autres à exister en tant que groupe que le génocide postule constitue une atteinte majeure à la paix, au vivre ensemble dans la diversité si nécessaires à notre condition d’humains, à notre survie. Le génocide des musulmans à Srebenica, le génocide des Yazidis en Irak, le discours de haine qui se propage dans un Occident  qui voit la montée des populismes et autres idéologies d’extrême droite nous rappellent malheureusement la réversibilité de nos acquis de civilisation, leur précarité. C’est la raison pour laquelle, j’ai initié depuis Fès, au Maroc, un projet qui consiste à mobiliser les leaders religieux pour qu’ils s’engagent dans la prévention de l’incitation à la violence qui pourrait déboucher sur des atrocités criminelles (génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre). Vous comprendrez donc l'intérêt de mon bureau à soutenir toute initiative qui vise à renforcer le dialogue avec les différents acteurs qui visent aussi le même but et surtout à promouvoir la réalisation des objectifs du développement durable ».
 

Gutteres et l'avenir des Nations Unies, que pensez-vous du nouveau Secrétaire général des Nations-Unies qui a été largement soutenu par la diplomatie sénégalaise? 

Suite ici: 

http://continentpremier.com/?article=2125&magazine=96

Source: El hadji Gorgui Wade NDOYE - www.ContinentPremier.Com 

 

18:53 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.