19/10/2016

"Race noire" dans les communiqués de Police: la dernière alerte enlèvement en France a créé encore une polémique !

(GENEVE-SUISSE)- C'est dire que la mentalité Morano est plus ancrée qu'on ne le pense. Allez voir par ailleurs la sémantique dans toutes les autres polices en Occident! Bref, les autorités françaises ont du changer par " “un individu à la peau noire” avant de tomber sur “de couleur noire”. 


Je le répète la littérature occidentale notamment policière est truffée d'un racisme qui donne l'ambiance de l'époque moyenâgeuse ! Il fallait dire le Noir, lui attribuer une autre identité, le sortir de la seule et unique race humaine pour pouvoir justement se donner une bonne conscience celle de pouvoir l'entasser comme de la sardine dans des cales de bateaux, celle de pouvoir le fouetter, celle de pouvoir le faire travailler des siècles sans salaire, celle de pouvoir lui prendre ses ressources minières, celle de pouvoir lui voler son esprit, ses créations scientifiques, sa religion, sa spiritualité le tout désossé de leur lumière féconde pour les qualifier d'ombres. Et dans ces fameuses Lumières européennes, celui qui est à la gauche du Père assassiné est bien le Noir car le Blanc est à la droite du Père. 


Cette littérature là, nimbée d'une belle arrogance a été le lait nourricier de tant d'écoles, de tant de pauvres esprits qui continueront leur macabre " mission civilisatrice" dont on sait aujourd'hui plus que jamais les désastres en Afrique, aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Arabie saoudite, dans le Maghreb, dans le Machrek, en Europe, à l'intérieur de l'Afrique etc. 


Fatras qui hélas n'en fissent pas et même dans la tête de petits grands Africains qui n'ont pas encore compris le virus terrible de la dépersonnalisation, de l'excavation mentale et intellectuelle de l'asservissement psychique sous le vernis de l'intégré, du civilisé !


Ma foi, que voulez-vous ? Pour certains, les hommes ne sont pas et ne peuvent pas être égaux, cela ils le proclament en public mais ne le vivent pas, ne l'intègrent pas dans la quotidienneté. Parfois ce sont les institutions elles mêmes qui sont porteuses des microbes de la décadence humaine, de la déchéance, ce sont elles qui justifient sans en avoir l'air la discrimination, la ségrégation, le sexisme. 


Et comme les Noirs, les Africains pour beaucoup ne savent pas s'organiser et aiment à se regarder en méfiance (les belles séquelles de la suspicion, de la traitrise, du en défaut de nous en sortir toutes et tous, je m'en sors!) alors bien sûr la domination continuera sous des sous vêtements de lin ! Seule une bonne organisation des communautés africaines, avec une pensée, avec une générosité réelle, avec une humilité vivante permettra de regarder les choses autrement de déconstruire cette mentalité d'esclave et d'esclavagiste, du colonisé, du colonisateur, d'annihiler tous ces refoulés de l'enfermement et de l'infériorisation pour qu'enfin un vrai dialogue sur le pied d'égalité, enfin, afin que naisse partout l'humain libre, digne de droits et de devoirs et égal sur toutes les latitudes !

El hadji Gorgui Wade NDOYE, Africain, Noir et de la seule et unique race humaine- Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

13:15 Publié dans Perspectives | Lien permanent | Commentaires (21) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Commentaires

Comme vous, j'ai été étonnée par la description donnée par l'alerte-enlèvement.
Il me semble qu'on ne dit pas, "en bon français": un homme de couleur noire, ni une femme de couleur blanche (sauf peut-être s'il s'agit d'une geisha en tenue d'apparat), parce que la peau n'est pas réellement d'une couleur, comme le serait une voiture ou un pullover.
Si le père avait été d'origine asiatique, on n'aurait pas donné de "couleur".

Cela étant, je me suis demandée, ce qu'il aurait fallu dire, pour donner une description objective ?
Comment l'auriez-vous exprimé, afin que ce soit informatif, mais pas tendancieux ?
La photo ne pouvait pas être montrée par toutes les instances (radio ou panneaux lumineux sur l'autoroute), ce qui obligeait à dire quelque chose.
En effet, s'il s'agit de trouver l'enfant en question, il est important que l'on sache reconnaître le ravisseur avec quelque précision.

Je crois savoir qu'aux États-Unis, tout cela est très codifié et on fait même la différence entre "hispanique" et "espagnol", probablement parce que pour les personnes concernées, il était essentiel de ne pas être confondus. Ceux que nous appelons "blancs" sont nommés "caucasiens", alors qu'en Europe cela ne désigne vraiment que ceux qui viennent du Caucase.

Il s'agit de conventions, et afin d'éviter des polémiques regrettables. Dans le domaine francophone, il faudra bien un jour se mettre d'accord sur le choix des mots.

Écrit par : Calendula | 19/10/2016

Merci bien à vous Calendula

Votre texte est d'une belle élégance dans la forme et d'une intéressante et dense utilité avec une précision chirurgicale. Il pourrait servir en effet comme un bon point de départ pour dialoguer avec un langage de dignité. J'en fais mien !

MERCI

Écrit par : NDOYE GORGUI | 19/10/2016

Les Blancs sont les seuls à prétendre que les races n'existent pas, sous l'influence de l'idéologie du mondialisme forcené. Chaque fois qu'un Blanc se balade en Afrique, on l'appelle "blanco", "toubab", "chindele", "nassara", etc, etc...
Admettre qu'il y a des races différentes qui constituent l'espèce humaine ne signifie pas qu'il faille les hiérarchiser. Admettre qu'il y a des sexes différents ne signifie pas être sexiste...
Et donc, votre réaction n'est pas très compréhensible.

Écrit par : Géo | 19/10/2016

Discours de victimisation typique. Dommage que vous ne parliez pas du monsieur qui a séquestré sa fille.

Écrit par : Davide | 19/10/2016

Non monsieur Géo, d'un point de vue biologique il n'y a pas de races différentes chez les êtres humains! Les théories qui ont permis de justifier certains comportements abusifs à visée de hiérarchisation n'ont aucun fondement scientifique, même si on admet des variétés dans les caractéristiques physiques héréditaires de différents groupes ethniques. Et si les discours racistes perdurent, ici comme ailleurs du reste, vous faites bien de le rappeler, c'est justement parce que les mots n'évoluent pas. Les mots sont importants Monsieur, ils véhiculent des concepts et les concepts sont la pensée. C'est pourquoi la question de Calendula est très pertinente. Et pour répondre à Davide je voudrais dire que c'est un fait, oui, jamais on ne lit dans les médias un homme de race blanche a commis tel ou tel délit. Et dans cette triste affaire qui heureusement s'est bien terminée, le bébé n'a été décrit que par les habits qu'elle portait, d'ailleurs il aurait été difficile de préciser de quelle race elle était: bicolore, noir clair ou blanc foncé? Tiens, il existe de nouvelles races d'Humains?...?

Écrit par : Véronique | 19/10/2016

- « Les Blancs sont les seuls à prétendre que les races n'existent pas, sous l'influence de l'idéologie du mondialisme forcené. » (Géo)

Au contraire, ce sont les "blancs" _chrétiens_ qui ont inventé le concept ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Limpieza_de_sangre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Race_humaine

Écrit par : Chuck Jones | 19/10/2016

Pour ma part, j'ai beaucoup d'empathie pour le point de vue d'André Pichot :
La question des races est à laisser entre les mains des taxonomistes et non des agitateurs-propagandistes politiques...
https://www.youtube.com/watch?v=UnZoIE5jsKA

"Au contraire, ce sont les "blancs" _chrétiens_ qui ont inventé le concept ..."
D'après Pichot, la première apparition du racisme se trouve dans la Bible. Ce serait une invention juive...

Écrit par : Géo | 20/10/2016

"La question des races est à laisser entre les mains des taxonomistes et non des agitateurs-propagandistes politiques...

Dixit géo

Écrit par : Un peu plus, ça serait presque top | 20/10/2016

@Ndoye Gorgui,

Merci pour votre feed-back positif. Ce sujet est tellement délicat, qu'il n'est pas facile d'en débattre, surtout par écrit.

Si on admet, qu'on peut réfléchir au choix des mots, je me permets d'insister encore un peu, car vous n'avez pas réellement répondu à ma question, que je répète ici :

".... je me suis demandée, ce qu'il aurait fallu dire, pour donner une description objective ?
Comment l'auriez-vous exprimé, afin que ce soit informatif, mais pas tendancieux ? "

Votre point de vue est vraiment important. Votre billet développe des idées, qui montrent les implications de la description physique, selon la couleur de peau.
Si on me recherchait quelque part en Afrique ou au Vietnam, on serait obligé de dire que je suis de "type européen" ou d'"origine européenne".

Aurait-on pu écrire p.ex. : le père est "d'origine africaine" ?
Sur le modèle de l'expression "d'origine asiatique".

Il paraît que l'on a de la peine a bien décrire et à identifier les personnes qui ne sont pas de notre groupe ethnique.
Ainsi, les Européens se ressembleraient un peu tous, aux yeux des personnes non-Européennes. Nous avons aussi un problème à rapidement distinguer et reconnaître des individus aux traits caractéristiques peu familiers pour nous.
On remarque d'abord les grandes différences les plus frappantes, comme la couleur de peau ou la forme des yeux ou la taille, puis seulement les différences individuelles, plus fines.
A Genève et en Suisse, nous avons la possibilité de croiser des personnes de toutes origines et cela exerce notre œil. Et aussi la conscience de nos différences. Il serait hypocrite de dire qu'il n'y en a pas.
Ce n'est pas une question de "race", mais d'aspect extérieur, qui en principe dénote une origine. Cela n'a pas besoin d'être dépréciatif, ça peut être juste informatif.
Il m'est arrivé de me retrouver à être l'une des trois seuls Européens dans un téléphérique de 80 personnes, à Engelberg. "La norme" était chinoise et indienne, c'était assez troublant, mais joyeux. J'ai eu le rôle du spécimen local, avec mon mari et l'opérateur de la cabine. En haut, au Titlis, les proportions sont restées constantes, même s'il y avait des centaines de personnes.
En tant que touriste, je n'aimerais pas me retrouver parmi des Européens en Inde ou en Chine, j'aurais l'impression que le voyage ne tient pas toutes ses promesses ;-)))

Écrit par : Calendula | 20/10/2016

Tout en étant conscient que "les mots tuent", je pense que l'intention est plus importante que les mots.

Certains sont capables de parler d'un homme de couleur noire avec un infini mépris et d'autres peuvent apporter leur soutien aux nègres sans arrière-pensées car la chaleur dont est empreint leur geste ne laisse aucune place au doute quant à leur respect profond.

Si j'ose la comparaison, celui qui tue par accident (son sac de course se déchire, l'huile se répand et la personne âgée glisse et tombe mal) est bien moins punissable que celui qui tire avec l'intention de tuer sur son voisin et le rate.

Prenons plus de temps pour explorer aussi les intentions...

Écrit par : archi-bald | 20/10/2016

Comme d'habitude le sujet des "races", comme celui des religions d'ailleurs, donne lieu à des échanges passionnés, mais qui ne débouchent sur aucun résultat pratique en ce qui à motivé le billet d'origine.
Nous avons d'abord une plainte et accusation de racisme plus ou moins généralisé et plus ou moins déguisé, puis une affirmation de l'existence des races (avec la mention qu'elle ne justifie pas une hiérarchisation, donc le racisme), existence immédiatement démentie par une explication argumentée en termes de biologie.
Enfin une recherche de solution au problème posé par la nécessité, dans certains cas de décrire une personne de manière aussi précise que possible pour pouvoir la repérer dans l'ensemble d'une foule ou d'une population. La question nuancée et informée de Calendula, qui relève qu'en dépit du racisme largement répandu aux USA, des termes y ont cours qui permettent de régler le problème, l'auteur du billet ne propose pas de solution, malgré son commentaire positif.
Je pense que cela s'explique par notre refus, le "notre" comprenant à tour de rôle ou collectivement les Européens, les Français, les Africains, de surmonter nos méfiances et scrupules idéologiques pour nous mettre d'accord sur un système imparfait (et même ridicule, comme le montre l'usage du terme "caucasien") mais largement efficace, comme l'ont fait les Américains.
Il n'y a en effet aucun doute que certaines personnes, qu'ils appartiennent à des races, des ethnies ou autre groupes, ont une peau particulièrement foncée, généralement et historiquement (ou chrétiennement, pourquoi pas) décrite comme "noire", exactement comme celle des Européens est décrite comme "blanche" par la majorité des Africains. Ces derniers sont les mieux connus par nous autres, mais les autochtones d'Australie, de Nouvelle-Guinée et la Mélanésie en général, ainsi que ceux de certaines régions de l'Océan Indien, comme les Andamans, pour ne prendre que ces exemples les plus connus, font également partie de cette catégorie et ont aussi été décrits de cette manière par les explorateurs et les colonisateurs.
A propos de la remarque de Chuck Jones, concernant l'origine chrétienne de l'appellation, je pense qu'elle s'explique surtout par le fait que ces explorateurs et ces colonisateurs, du moins ceux que nous connaissons le mieux par leurs relations et leurs écrits, sont européens et donc chrétiens. Je ne sais pas si, et ne suis par certain que cela soit important pour notre discussion, les grands voyageurs chinois et arabes ont utilisé le terme "noir" ou son équivalent dans leurs description, mais il me semble très probable qu'ils aient fait une distinction entre eux-même et les populations à peau de couleur différente.
Ce que je retiens surtout, c'est que toute tentative d'inclure dans la description d'une personne ou d'un groupe de personnes, la couleur (plus ou moins nuancée) de leur peau débouchera inéluctablement chez nous sur un débat où la notion de racisme (dans une ou l'autre de ses multiples variantes) jouera une rôle prépondérant, même si le succès d'une recherche s'en trouve amoindri. Et cela aussi longtemps que nous des personnes ou des groupes se trouveront discriminés, effectivement ou par simple soupçon, en raison de la différence de leur "couleur" de peau, c'est-à-dire, pour toujours.
A moins que dans l'avenir la mixité des populations entraîne une telle multiplication des nuances de "couleur" que ce genre de description devienne inopérante. Ceux qui se sentent discriminés ou méprisés (et qui le sont parfois réellement) trouveront alors dans d'autres critères les causes de ce malheur: sexe, religion, appartenance nationale, occupation ou profession et toutes autres différences ou "inégalités" prendront alors le relais.
P.S. Sur une note quelque peu optimiste, je pense que nous pourrions nous mettre d'accord sur une dénomination du type de celle proposée par Calendula. Ainsi "d'origine africaine", sans tenir compte de toutes les nuances possible, pourrait faire l'affaire dans la plupart des cas, par opposions à "origine européenne" ou "asiatique". Il faudrait les accepter comme une convention remplaçant les anciens termes de "noir", "blanc" ou "jaune", toutes les nuances intermédiaires étant alors passées sous silence pour des raisons de commodité et non de mépris. Ce système pourrait peut-être convenir à nous autres Européens et Nord-Américains et céder le pas à d'autres dénominations dans d'autres ères de population et/de culture.

Écrit par : Mère-Grand | 20/10/2016

Alors oui, les méchants blancs ont entassé les personnes d'origine africaine dans des cales de bateau comme des sardines; oui, les méchants hommes blancs ont pillé les ressources naturelles du continent africain. Mais l'esclavage - auquel vos congénères ont contribué - remonte à plusieurs siècles et les pays africains sont tous indépendants depuis plus d'un demi-siècle. Alors pourquoi continuez-vous à vous plaindre qu'on vous pille et qu'on vous oppresse? Depuis que les méchants hommes blancs se sont retirés, ce sont les Chinois qui vous pillent et qui vous exploitent. Pourquoi les Africains ne sont-ils pas capables de construire des économies florissantes, afin de conquérir enfin leur dignité et leur fierté et qu'ils arrêtent de nous les briser avec leur sentiment d'infériorité.... ?!?!

Dans les films et séries américaines, le chef de la police / du FBI / le PDG sont quasi-systématiquement des noirs - excusez le terme, mais, comme le demande Calendula, vous ne nous avez pas encore dit quel serait le mot correct - et pourtant, rien n'y fait.

Si le ravisseur de la fillette avait été borgne /nain / rouquin / chauve / asiatique, aurait-on eu le droit de le préciser dans la description?

Que seriez-vous sans le racisme (ou le sentiment d'en être la victime éternelle) ? Auriez-vous un autre sujet pour alimenter votre blog? Est-ce votre seule raison d'exister?

Écrit par : Arnica | 20/10/2016

Pour rebondir sur ce que propose Calendula, à savoir décrire le père comme étant "d'origine africaine", ça ne va pas, car il pourrait être Haïtien, Jamaïcain, Américain, Anglais, Tamoul, Cubain....

Il faut donc trouver une autre solution. "Non-européen" ... ?

Écrit par : Arnica | 20/10/2016

C'est un peu en marge du sujet : en fin de compte et d'analyse, mon sentiment est que les Africains noirs jouissent d'un préavis favorable en Europe. Pour cause de musique, football, humanitaire et ...air du temps ?
En d'autres termes, le "racisme" existe toujours - et il existera jusqu'à la fin de l'humanité, en ce sens que si je croise M.Ndoye Gorgui, la première chose que je verrai de lui est qu'il est noir (la réciproque étant évidemment vraie) - mais il me paraît FAVORABLE. Ce n'est pas par hasard qu'un Tidjane Thiam arrive à la tête du CS, et Obama à la tête des USA avant lui...
Alors qu'il y a seulement une 50aine d'années, ce racisme était virulent. Il serait bon pour certains de tenir compte de l'évolution, et non d'inventer des théories farfelues sur la non-existence des races...

Écrit par : Géo | 20/10/2016

Entre "Arnica" et "Géo" et même "Mère-Grand" le débat se débat très bas. Voire très bas.

Écrit par : Karl | 20/10/2016

Karl, votre commentaire est très intéressant, mais il le serait encore davantage si vous étoffiez un peu votre pensée. Pourriez-vous nous expliquer en quoi nous aurions tort ou en quoi nous serions (forcément) racistes?

Tiens, je vais encore aggraver mon cas... Puisque nous sommes à la recherche du mot exact pour désigner certaines personnes, il y a un mot tout trouvé en wolof et qui signifie "noir": https://fr.wiktionary.org/wiki/bougnoule

L'article du wiktionnaire précise toutefois que, même en wolof, le terme est injurieux. Monsieur Ndoye Gorgui pourra peut-être nous éclairer sur ce point. Le wolof étant parlé au Sénégal, il serait intéressant de savoir si les Sénégalais s'insultent entre eux en se traitant de bougnoules (mot qui signifie "noir" et non pas "de type arabe", tel qu'on le comprend généralement, quoique ce terme ne soit plus jamais prononcé par personne)

Écrit par : Arnica | 20/10/2016

@ Karl,

Aimeriez-vous faire une contribution d'un niveau plus élevé ? Il me semble que G. Ndoye accepte les commentaires avec beaucoup d'ouverture.

@ autres intervenants,

Le long commentaire et les arguments de Mère-Grand me semblent très intéressants, entre autres à cause de la dimension australienne et mélanésienne. Cette partie du monde nous est souvent inconnue et on n'y pense pas assez souvent.
Il est décourageant de constater qu'aux USA, on a trouvé une sorte de compromis concernant les dénominations, mais cela n'empêche pas les problèmes de préjugés "raciaux " au quotidien.
Lorsque B. Obama a été élu, j'ai été surprise d'apprendre, qu'il était considéré comme "noir", alors qu'il était tout autant "blanc" et élevé par des personnes "blanches" ( sa mère et ses grand-parents maternels) et en plus à Hawaï!!! Si on y pense, il est une sorte de citoyen du monde, avant tout.
Même si ces distinctions ont quelque chose de dérisoire et en apparence inutile, on ne pourra faire l'économie des discussions autour des couleurs. Elles font partie de vrais enjeux dans la vraie vie, que ça nous plaise ou pas.
Et je dirais même que depuis quelques années, l'identité et la détermination des origines ont pris beaucoup d'importance, tant au niveau politique qu'au niveau de la vie en société.
Il y a 20-30 ans, on ne me posait pas la question, sauf si je devais donner mon nom de famille un peu étrange. Désormais, ça arrive souvent et simplement pour une question de faciès.
Je peux le prendre comme de l'intérêt et de la curiosité sincères, mais je pourrais aussi me vexer.
Comme le dit archi-bald, tout dépend de l'intention.
Dans le cas de l'alerte-enlèvement, il s'agissait de trouver un certain homme à la peau d'une certaine couleur et de 1.75m avec un certain bébé de 4 mois habillé en rose dans un baby-relax.
Je pense que si on avait un code accepté par une large proportion de la population francophone, on n'aurait pas le problème de la polémique actuelle, mais on n'aurait pas pour autant résolu tous les problèmes liés aux couleurs de peaux dans nos sociétés européennes, ni dans les autres ...

Écrit par : Calendula | 20/10/2016

Heureusement que votre commentaire relève le niveau, Karl...

Écrit par : Géo | 20/10/2016

@Arnica
Où avez-vous lu l'ombre d'une pensée dans l'intervention de Karl ? Je comprends bien que votre phrase est ironique, mais il ne faut pas encourager l'auteur de ce genre d'interpellations à se prendre au sérieux. Il est évident que si toutes les interventions se limitaient à ce genre d'insulte, nous pourrions tout aussi bien supprimer l'espace dédié aux "commentaires".

Écrit par : Mère-Grand | 20/10/2016

Je constate que la susceptibilité des certains commentateurs va bien au-delà de celle qu'ils reprochent à Monsieur Gorgui Ndoye. Preuve de la pertinence de mon commentaire précédant.

Écrit par : Karl | 20/10/2016

J'ai trouvé une solution dans une brochure d'information sur la prévention du cancer de la peau.

Les personnes très blanches/rouquines et très exposées au risque de mélanome sont dites de Type 1.
A l'opposé, les personnes à la peau très foncée, qui peuvent rester plus longtemps au soleil sans prendre trop de risques sont dites de Type 6 (ou VI, si on veut être plus distingué).

Au lieu de "race noire", on dira donc "de type 6".
Avouez que c'est mieux! C'est en tout cas parfaitement neutre et sans connotation aucune!
;-))

Écrit par : Arnica | 26/10/2016

Les commentaires sont fermés.