30/06/2016

GENEVE : UNE CONFERENCE EN APPUI AU PROCESSUS DE PAIX ISRAELO-PALESTINIEN.

Fodé Seck, Palestine, Israël, Sénégal, Paix, Moyen orient, Genève, ONU GENEVE- (Suisse)- Le Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien a entamé ce mercredi dans les locaux du Bureau européen de l'ONU à Genève sa Conférence internationale en appui à la paix israélo-palestinienne. Cette rencontre qui se termine demain au Palais des Nations est placée sous le signe de l'espoir et s'intitule :  « La paix est possible : définir des orientations pour aller de l'avant ».

Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, le Président du Comité a indiqué que le choix du titre de cette conférence est une façon de rappeler qu'il ne faut jamais abandonner l'espoir de négocier un accord entre Israël et la Palestine. Et l'Ambassadeur Fodé Seck revient dans cet entretien sur ce long chemin semé d’embûches de ce processus de paix, non sans insister sur la volonté politique d'y parvenir. 

Le Représentant permanent du Sénégal auprès de l'ONU à New York est revenu sur le rapport du Quatuor pour le Moyen-Orient, à paraître prochainement, mais aussi sur l'Initiative de paix arabe qui envisage une paix globale et la possibilité d'établir un cadre régional de sécurité ainsi que la récente réunion ministérielle dirigée par la France en faveur de la paix au Proche-Orient lancée à Paris au début de ce mois de juin. « Autant d'initiatives internationales complémentaires, que le Comité appuie sans réserve, parce que participant à la relance du processus de paix sur lequel reposent les espoirs des peuples palestiniens et israélien », fait remarquer l'Ambassadeur Fodé Seck. Le diplomate sénégalais note aussi que ce n'est pas un hasard si Genève a été choisi pour abriter cette conférence, puisque les bords du Lac Léman sont la « capitale mondiale de la paix qui a accueilli et continue d'accueillir tant de négociations de paix.

En attendant, plusieurs orateurs n'ont pas manqué de relever tous ces obstacles qui bloquent toute résolution pouvant faire renaître l'espoir d'un avenir pacifique et surtout la solution des deux États. Il s'agit notamment de la poursuite de l'entreprise de colonisation d'Israël en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est. Une situation qui mine la confiance de la population et met sérieusement en péril la création d'un État palestinien viable. Autre obstacle soulevé, la violence et les incitations à la violence qui sapent le rétablissement de la confiance et de la foi en une solution négociée.

C'est la raison pour laquelle, le Secrétaire général de l'ONU, rappelé, dans son message lu par le Directeur général du Bureau de l’ONU à Genève, Michael Moller, que les Israéliens comme les Palestiniens ont le droit de vivre en sécurité, libérés du joug constant de la peur ou des menaces. Ban Ki Moon s'est ainsi engagé personnellement à collaborer avec leurs dirigeants et la communauté internationale pour promouvoir leurs objectifs essentiels, jusqu'au dernier jour de mon mandat de Secrétaire général de l'ONU. Une façon de rappeler sa détermination à « soutenir un règlement négocié, juste, global et durable du conflit israélo-palestinien, qui mène à la création de deux États, dans l'intérêt des peuples d'Israël et de Palestine ».

Il faut juste rappeler que cette conférence qui finit ses travaux demain jeudi est l'occasion pour entendre des négociateurs de paix expérimentés, des experts internationaux, d'Israël et de Palestine, des responsables de l'ONU, des membres de la société civile et des universitaires.  Au Palais des Nations, il s'agit de tirer les enseignements des initiatives de paix qui sont présentement au point mort depuis l'échec en 2014 de la relance des efforts de paix par les Etats-Unis.

Légende photo : Fodé Seck, Ambassadeur du Sénégal et Président du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien à l’ouverture de la Conférence de Genève (Photo: ONU/J. M. Ferré).

 (Interview : Fodé Seck, Président du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien ; propos recueillis par Alpha Diallo)

14:53 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

27/06/2016

"Pékin se montre intraitable et table sur la disparition du Dalaï-Lama pour renforcer sa main-mise sur le Tibet.

Jean-Claude Buhrer, ancien correspondant à l’ONU du « Monde » et ami du Dalai Lama : « Il sera difficile à la Chine de trouver un interlocuteur plus ouvert et respecté que l'actuel Dalaï-Lama pour sortir de l'impasse sur le Tibet ».

Dalai Lama, Pékin, Tibet, Chine, Jean Claude Buhrer, Claude B. LevensonLe 6 juillet prochain, Tenzin Gyatso, le 14ème Dalaï Lama aura 81 ans. Prix Nobel de la Paix, figure religieuse mondialement connu, il force le respect pour son charisme et la sagesse profonde de ses discours sur l’humain. ContinentPremier l’avait rencontré à l’occasion d’une conférence inédite co-organisé par les Etats-Unis et le Canada à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève où le guide religieux intervenait autour du rôle de la société civile pour l’avénement d’une paix mondiale durable en compagnie Tawakkol Abdel-Salam Karman journaliste yéménite et l’avocate iranienne Leila Alikarami  également Prix Nobel de la paix.  Ce jour-là, dans l’immense foule, le Dalai Lama que je suis allé saluer aperçut de loin Jean-Claude Buhrer, lui fit signe de la main, alors que ce dernier arrivait le patriarche me révéla en anglais : «  C’est un vieil ami ». Qui mieux que ce journaliste dont l’épouse Claude B. Levenson décédée a consacré une longue partie de sa carrière au Tibet pour nous parler de la vision et de l’influence du 14ème Dalai Lama. (Rencontres).

ContinentPremier.Com : Le Dalai Lama a renoncé à la lutte politique.  Il ne demande pas la séparation du Tibet. Pensez-vous que la Chine va enfin dialoguer sérieusement avec le guide spirituel tibétain?

"Pékin se montre intraitable et table sur la disparition du Dalaï-Lama pour renforcer sa main-mise sur le Tibet. Le pouvoir athée de Chine a même la prétention de désigner les réincarnations des grands lamas tibétains comme le stipule une nouvelle réglementation en vue d'imposer un successeur du Dalaï-Lama qui lui soit soumis. Or, pour dialoguer il faut être deux, et il lui sera difficile de trouver un interlocuteur plus ouvert et respecté que l'actuel Dalaï-Lama pour sortir de l'impasse autrement que par la force et la politique du tout ou rien. Les contacts patiemment ébauchés entre émissaires du Dalaï-Lama et représentants chinois n'ont donné aucun résultat et sont au point mort depuis 2010 alors que le temps presse si l'on ne veut pas assister à la "solution finale" de la question tibétaine. Déjà près de 150 Tibétains se sont immolés par le feu en signe de désespoir, la région dite autonome vient d'être à nouveau fermée aux étrangers ce mois-ci et le drame silencieux du Tibet se poursuit en vase clos dans l'indifférence de la communauté internationale. Une solution raisonnable tenant compte des intérêts des deux parties devrait pouvoir être trouvée avant qu'il ne soit trop tard. Le Dalaï-Lama plaide pour une autonomie authentique reconnaissant les droits culturels et religieux, la langue et les traditions des Tibétains. Autant par esprit de conciliation que par réalisme il a renoncé à l'indépendance dans un monde de plus en plus interdépendant. "Que signifie l'indépendance au jour d'aujourd'hui ? Quel est le pays qui peut se prétendre vraiment indépendant?", s'interrogeait-il devant nous il y a une dizaine d'années. Déjà il était en avance sur son temps et ses propos de sagesse demeurent plus que jamais actualité."

Suite ici: 
http://www.continentpremier.com/?magazine=93&article=...

Par El hadji Gorgui Wade Ndoye. Directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

04:13 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

22/06/2016

Une première : Le passeport unique africain lancé en juillet par l’Union Africaine.

 

 

passeport unique, union africaine, Nkosazana, Dlamini Zuma, Rwanda, Ua, unité, intégration africaine L’Union africaine (UA) a annoncé qu’elle devrait lancer le passeport du continent africain lors du prochain sommet de l’organisation panafricaine prévu en juillet prochain à Kigali au Rwanda. 
  
Les premiers bénéficiaires en seront les chefs d’Etat et de gouvernement, les ministres des Affaires étrangères et les représentants permanents des Etats membres de l’UA à son siège d’Addis-Abeba en Ethiopie. 
  
Ces passeports uniques leur seront remis lors du 27e Sommet de l’UA prévu du 10 au 18 juillet dans la capitale rwandaise, précise l’organisation panafricaine dans un communiqué, en ajoutant que leur délivrance devrait ouvrir la voie à l’adoption et à la ratification par les Etats membres de tous les protocoles et lois relatifs à ce futur passeport africain. 
  
Cette initiative, lancée en 2014, entre dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’UA, vise à faciliter la circulation des personnes, des biens et des services au sein de l’Union en vue de dynamiser le commerce panafricain, l’intégration du continent et son développement économique, ajoute l’UA dans son communiqué. 
  
Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’UA, a qualifié cette initiative de « pas résolu vers l’objectif de créer une Afrique forte, prospère et intégrée, entraînée par ses propres citoyens et capable d’occuper la place qui lui revient sur la scène mondiale ». 

Dakaractu avec ContinentPremier

 

01:40 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

20/06/2016

Maillots suisses déchirés: Mes amis et moi en parlent sur Facebook !

Maillots suisses déchirés ! Je ne sais pas si ce sont les coqs français qui griffent fort ou si c'est la qualité des maillots de la Nati qui laisse à désirer. La Suisse, c'est connu, c'est la qualité alors où est le problème ? Faudrait il aller voir le fabriquant ou juste tempérer nos parents Français ! Lol.

 
Commentaires
Georges Nesta Diop
 
Georges Nesta Diop Gorgui Wade Ndoye c'est votre maillot qui a des problèmes je crois. lol
 
Gorgui Wade Ndoye
 
Gorgui Wade Ndoye Georges Nesta Diop tu as peut être raison. En tout cas il faudra auditer ces maillots et les griffes des coqs ! Lol
 
 
Moustapha Barry
 
Moustapha Barry Cette fois-ci la qualité n'est pas suisse, mon ami Gorgui Wade Ndoye !
 
 
 
Gorgui Wade Ndoye Hum hum je ne voudrais pas te donner raison mon frere Moustapha Barry Lol
 
 
Fatou Bao
 
Fatou Bao Sékh yi la
 
Lamine Diouf
 
Lamine Diouf Gorgui, c'est la qualité des maillots!!!
 
Fatou Bao
 
Fatou Bao Et les ballons ?
  
Gorgui Wade Ndoye Lol Fatou Bao, ballons et gazon, la totale quoi !
 
Fatou Bao
 
Fatou Bao Billahi, pelouse Bi môme ré ba tasse rék !

11:49 Publié dans La Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/06/2016

La dépouille de Ndèye Aïssatou Niang, décédée à Genève pendant la Conférence internationale du Travail, arrive ce soir à Dakar.

Ndeye Aissatou Niang, CNTS/FC, UDTS, SYNDICAT, BIT, CONFERENCE DU TRAVAIL, INNOCENCE NTAP, DIALOGUE SOCIALLe corps de la syndicaliste sénégalaise arrive ce vendredi, à 20 heures, à Dakar, par un vol Air France.  La levée du corps aura lieu  le samedi 18 juin  à la Grande Mosquée de Castor à 10 Heures, suivie de son  inhumation   aux   cimentières   de   Hann Village, non loin du journal Le Soleil. La cérémonie religieuse se déroulera le même jour à la maison familiale de la défunte, située derrière la clinique Croix Bleue à Castor, informe Cheikh Diop, Secrétaire général de la Cnts/Forces de changement.
 
Genève-(SUISSE)-  Au Palais des Nations-Unies, où se tenait la plus importante rencontre des travailleurs du monde entier, la nouvelle n’a laissé personne indifférente. La Délégation sénégalaise composée du Ministre du Travail, de l’Ambassadeur auprès des Nations Unies, des syndicats et du patronat très éplorée a reçu toute la sympathie et la solidarité des autres délégations.
 
La présidente de   la Convention   Nationale  des   Femmes de la Cnts /FC,  Ndèye Aissatou Niang était dans le cœur de ses compatriotes présents à Genève pour ses qualités humaines, son professionnalisme et nous, dit-on, pour sa générosité bien sénégalaise. Des qualités qui lui valent toute la reconnaissance du monde qui ne tarit pas d’éloges sur elle.
 
Dans une déclaration commune, nos compatriotes ont souligné que  notre compatriote « Ndèye Aissatou Niang a très tôt milité dans le mouvement syndical. Elle était connue pour son engagement et son courage dans tous les combats particulièrement pour la promotion des femmes au sein du mouvement syndical. » Elle fut une grande promotrice du réseau des femmes travailleuses du Sénégal.  Elle a été aussi au cœur des préparatifs et de la réussite de la conférence des femmes de la CSI et du congrès de la CSI Afrique organisé à Dakar, a martelé la Délégation sénégalaise.
 
Delegation Senegalaise.jpgEntourant l’ancienne Ministre du Travail, Mme Innocence Ntap Ndiaye, Ancienne   Ministre   d'Etat   de   la   Fonction  Publique,   du   Travail   et   des Organisations Professionnelles, Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social lors d’une interview accordée à ContinentPremier.Com dans la grande salle des Assemblées de l’ONU, Mariama Diallo, Mor DIOP,  Madjiguène Françoise Medor de l’UDTS et leur Secrétaire générale Marieme Bâ Konaté,  Mademba Kamara de Cnts/FC et Ibrahima Fall de la CSA nous ont déclaré la gorge nouée, main dans la main, dans une belle image d’unité ciment de notre nation sénégalaise : « Nous venons de perdre une grande camarade. Elle a laissé un grand vide en notre sein et dans sa famille. Nous prions pour que son âme repose en paix et remercions toutes et tous pour la solidarité et la sympathie ».
 
 
El hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

18:11 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (11) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

16/06/2016

Je voudrais dire aux terroristes auto-proclamés musulamans comme aux détracteurs de l'Islam

Aux terroristes et à tous ceux qui se réclament de l’Islam et qui nuisent à son image comme à tous ceux qui en profitent pour attaquer ma belle religion

Je voudrais sans rire dire que :


Haine, Terreur, Terrorisme, Meurtre, Assassinat, Humiliation des Femmes, Vol de leurs biens, Viol de leur corps, promotion de l’Ignorance: Non ce n’est pas le Soleil de mon Islam ni le sens de la majesté louée chez le Prophète Muhammad Paix et Salut sur Lui. Je voudrais dire que le Prophète de l’Islam décrit par le grand Boussiri dans « Son Manteau » ainsi: « Il est comparable à la fleur par la délicatesse, à la pleine lune par l’èlevation, à la mer par la générosité, au temps par les desseins », ne saurait être leur modèle. Cet homme là qui promeut de hautes valeurs humaines ne peut être leur compagnon dans leurs fétides ténèbres. Oui toute vie mérite la vie. Qui suis je pour décider de celle ou de celui qui mérite de vivre. Oui n'est ce pas le plus grand blasphème : tuer la vie qu'Allah a donnée. Suis je meilleur que le Seigneur pour éliminer sa propre création. Quelle indécence ! Quelle arrogance ! Quel manque de hikma, je veux dire de Sagesse ! 

El hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité auprès de l'ONU à Genève, directeur de www.ContinentPremier.Com

17:05 | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

07/06/2016

Ce soir à Uni Dufour: Conférence-Table ronde "Santé globale: comment développer un monde plus sain?"

Santé, UNIGE, FACULTE DE MEDECINE, Bettina Boris, WFPHA, OMS, IFOP,Selon un récent sondage mené en France (Ifop, 2015), plus de 70% de la population place la santé en tête des clés du bonheur, devant l'amour (50%) et un revenu suffisant (21%). Mais quels sont les ingrédients d’une bonne santé? Les déterminants sociaux de la santé, soit notre mode de vie, notre environnement, nos comportements, de même que les aspects sociaux, économiques, spirituels ou culturels influencent notre santé bien plus qu’on ne le soupçonne habituellement. De plus, sommes-nous conscients que l’avenir de notre santé, qui dépend de facteurs aussi divers que le climat ou la crise financière mondiale, se dessine à l’échelle de la planète?

La Fédération mondiale des associations de santé publique (WFPHA) - en collaboration avec l’OMS et avec le soutien de l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine de l’Université de Genève - a élaboré une charte à l’attention des professionnels de tous les secteurs liés à la santé, détaillant une nouvelle approche et les principales lignes à suivre afin d’assurer durablement la santé des populations futures. Les actions nécessaires se prennent au niveau international, national, mais aussi local. C’est pourquoi cette table-ronde propose à des experts venants d’horizons différents de débattre avec le public des actions à mettre en œuvre à différents niveaux - politique, gouvernemental ou par la société civile - pour garantir à chacun le droit à une vie dans le meilleur état de santé possible.

Pour en savoir plus, rendez-vous: 18:30 – 20:30 à Uni Dufour - Salle U300. Débat suivi d’un apéritif!

Orateurs

  • Prof. Bettina Borisch - Directrice Executive, WFPHA, Institut de santé globale, Faculté de Médecine UNIGE
  • Prof. Antoine Flahault - Directeur, Institut de santé globale, Faculté de Médecine UNIGE
  • Dr. Rüdiger Krech - Directeur, Systèmes de Santé et innovation, OMS

Table-ronde

  • Prof. Ilona Kickbusch - Directrice du Centre de santé globale, IHEID
  • Prof. Gian Luca Burci - Centre de santé globale, Droit de la santé, IHEID
  • Dr Jean Simos - Fédération internationale de santé environnementale (IFEH) & Responsable du Groupe de recherche environnement et santé (GRES), Institut de santé globale, Faculté de Médecine UNIGE
  • Prof. Matthias Kliegel - Directeur du Centre interfacultaire de gérontologie et d'études des vulnérabilités (CIGEV)

Modération

  • Jamil Chade - Correspondante du Journal «O Estado de São Paulo», Brésil

14:53 Publié dans SANTE | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

02/06/2016

Des parlementaires du Moyen-Orient définissent des mesures historiques pour remédier à la crise de l’eau

UIP, Israel, Palestine, Eau, Genève, conflit, ressources, règlement, paix Des parlementaires du Moyen-Orient, parmi lesquels des Israéliens et des Palestiniens, ont défini une première série de mesures historiques pour tenter de remédier à la question cruciale des ressources en eau dans la région.

Dans le cadre d’une table ronde de trois jours qui s’est achevée aujourd’hui au Siège de l’Union interparlementaire (UIP) à Genève, les parlementaires se sont employés à trouver des solutions communes à un problème commun, celui de la crise de l’eau qui devrait sérieusement s’aggraver au Moyen-Orient dans les décennies à venir, apprend on dans un communiqué de l'UIP reçu par ContinentPremier.Com.

Les actions considérées comme prioritaires consistent notamment à augmenter le volume total d’eau disponible dans la région, garantir une distribution équitable de cette ressource et gérer la demande croissante en eau. Selon une étude de l’Institut des ressources mondiales, le Moyen-Orient abritera huit des dix pays les plus soumis au stress hydrique d’ici à 2040.

Les parlementaires ont formulé, selon la même source, un certain nombre de propositions concrètes visant à garantir des ressources en eau suffisantes dans la région, à savoir notamment le recensement des lois existantes sur la gouvernance de l’eau afin d’identifier les lacunes et les mesures à prendre, l’élaboration de normes contraignantes sur l’utilisation de l’eau, la sensibilisation des peuples à une consommation responsable de cette ressource et l’amélioration des niveaux de traitement des eaux usées.

De même, il a été souligné la nécessité de mettre en place un cadre juridique de transition sur la gouvernance de l’eau et de donner la priorité à l’accès à l’eau potable, une priorité consacrée également dans l’objectif 6 des Objectifs de développement durable. Accompagnées de recommandations sur le suivi pratique qu’il conviendra d’y assurer, ces propositions seront présentées aux Membres de l’UIP lors la prochaine Assemblée de l’Organisation en octobre.

Une première! 

Cette table ronde sur l’eau, qui s’est achevée ce jeudi 2 juin 2016, a constitué la première d’une série de manifestations organisées par l’UIP, via son Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient, pour mettre en exergue le rôle de la science et de la technologie dans la promotion de projets qui contribuent à créer un environnement propice au renforcement de la paix. Ouverte à tous les parlements du Moyen Orient, elle a réuni des parlementaires du Bahreïn, d’Egypte, d’Israël, de Palestine et des Emirats arabes unis ainsi que des membres du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l’UIP. 

La Présidente de ce Comité, Denise Pascal Allende, a déclaré : "Cette rencontre est une étape importante dans les efforts pour renforcer la coopération régionale en vue de remédier au problème commun de la sécurité de l’approvisionnement en eau. On ne peut surestimer la gravité de cette menace et l’importance de trouver une approche commune afin de surmonter cette menace. Il s’agit d’un problème sensible et complexe, et le fait d’avoir pu en débattre dans un contexte constructif et positif témoigne de la volonté de toutes les parties de trouver des solutions propices à la coexistence pacifique".

Les parlementaires ont assisté à des présentations d’experts de l’organisation de développement WaterLex, spécialisée dans les politiques et la gouvernance de l’eau, de scientifiques de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) et de spécialistes en technologie du Centre international de rayonnement synchrotron pour les sciences expérimentales et appliquées au Moyen-Orient (SESAME), un laboratoire basé en Jordanie qui réunit des scientifiques de toute la région.  

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a souligné : "L’UIP s’attache depuis longtemps à renforcer la confiance, le dialogue et la paix au Moyen-Orient. Cette rencontre a montré que malgré leurs divergences de vues, des parties sont capables de coopérer sur une question très complexe telle que celle de l’eau. Nous sommes parvenus à réunir cette semaine des scientifiques et des parlementaires de la région. Et la communauté scientifique nous a prouvé que des modèles de coopération propres à renforcer la paix existent réellement et que les mesures à prendre en la matière ne relèvent pas de l’impossible.", poursuit le communiqué.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.Com

19:53 Publié dans Crise Israél- Palestine | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

01/06/2016

GOTHARD : VIVE LE SAVOIR FAIRE SUISSE !

57 kilomètres de long ! Félicitations à la Suisse qui inaugure, aujourd'hui, le tunnel le plus long du monde: Le Gothard. 26.000 ouvriers ont été mobilisés pour sa réalisation, 9 parmi eux mourront ! 9.000 voyageurs par jour attendus. Oui, ce pays a achevé « l'ouvrage du siècle". "Il s'agit d'un pas de géant pour la Suisse.», dira le Conseiller fédéral et Président de la confédération suisse Johann Schneider-Ammann et son collègue des Affaires Étrangères, Didier Burkhalter de lâcher: " La Suisse fait son job" ! Un clin d’œil à l'Europe ?

 

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE - www.ContinentPremier.Com

19:09 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Entretien avec Alioune TINE : " Habré voulait tuer son procès"

Alioune Tine Directeur régional d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. A été à Ndjamena le 4 décembre 1999 pour convaincre les victimes de saisir la justice Sénégalaise et a été impliqué depuis le début du processus avec Reed Brody.

Quels sentiments à la suite de ce procès dit historique?

"La satisfaction de toutes les victimes qui ont eu la chance de vivre ce procès et d'entendre ce verdict ici à Dakar. Leur patience et leur ténacité a été payante .En ce qui me concerne je suis très satisfait aujourd'hui. C'est le 4 décembre après concertation avec Reed Brody que je me suis rendu à Ndjamena pour persuader Souleymane Guengueng et Samuel Togoto de saisir la justice Sénégalaise. Togoto qui est décédé depuis lors repose désormais en paix. Avec lui Hachim et Demba Gaye". 

Le droit a t il été dit?

"Absolument, le droit a été dit. Ce n'était pas du tout un procès facile avec Hissène Habré qui voulait délibérément tué le procès en demandant à ses avocats de boycotter, en refusant de comparaître et en manifestant le plus grand mépris à l'institution judiciaire. Si en dépit tout on en est arrivé là il ya des raisons objectives de se réjouir et de saluer la maturité et le sang froid des juges". 

Le Tribunal ne dit rien sur le dédommagement des victimes ? 

"Sur la question des dommages à verser aux victimes, je pense que c'est le volet civil qui va s'en occuper. Demain matin il y a une concertation entre les juges et les différentes parties. Je pense que le volet dommages sera abordé avec plus de précision".

Propos recueillis par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

13:55 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye