25/04/2016

Concert de l’Orchestre des Nations Unies avec les sœurs Berthollet : Plus qu’une célébration !

Orchestre de l'ONU, Camille Berthollet, julie Berthollet, Martine Coppens, Michael Moller, Nations Unies, Fonds 1%&Le concert marquant le 5ème anniversaire de l’orchestre de l’ONU au Victoria Hall  fut une belle manière de valoriser l'action des Nations Unies par un langage universel qui est la musique et de réunir des amateurs de talent et des professionnels de la musique, qui ensemble ont exécuté de très belles œuvres musicales de Chostakovitch et Brahms autour d'une action et d'une volonté de faire parler la paix et les valeurs de l’organisation universelle.

(GENEVE-SUISSE)- Michael Møller, Secrétaire général adjoint des Nations-Unies, Directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève, Président d’Honneur de l’Orchestre des Nations Unies, a accueilli au Victoria Hall, le dimanche 13 mars 2016, un très nombreux public à un concert exceptionnel, donné à l’occasion du cinquième anniversaire de l’Orchestre des Nations Unies.  Une belle fête pour célébrer des talents et une excellente occasion de participer à l’agenda de développement de l’organisation internationale qui promeut la paix et le progrès dans le respect des droits humains.

Michael Møller, était « particulièrement heureux de partager ce moment » avec le public. Le DG de l’ONU a remercié très chaleureusement les jeunes talents, les sœurs Julie et Camille Berthollet, ainsi que l’ensemble de l’orchestre des Nations Unies, qui ont interprété » pour un auditoire international, de grandes œuvres musicales de Chostakovitch et Brahms.  Le succès de l’Orchestre né, il y a juste cinq ans, participe au rayonnement de l’esprit des Nations-Unies. M. Møller a tenu à remercier « Madame Martine Coppens, Présidente de l’Orchestre, ainsi que Monsieur Antoine Marguier, Directeur artistique, pour la parfaite organisation du concert» qui a ému plus d’un pour sa qualité et l’excellente affluence qu’il a suscitée.  « Il y a comme ça des moments un peu magiques. Oui il y a une conjonction d'éléments : l'enthousiasme, le talent, les œuvres, les solistes avec deux sœurs formidables qui ont assuré une formidable qualité à l'orchestre,  et un chef très talentueux» , nous dira M. Eric Benjamin accompagné de son épouse, à la fin du concert.

La Présidente de l’Orchestre des Nations Unies, Martins Coppens, une femme d’une grande humilité et engagée dans des actions humanitaires en Afrique notamment en Sierra Leone peut être fière du travail accompli. La joie se lisait non seulement du côté du public conquis et enthousiaste mais également sur les visages des musiciens pour la plupart des amateurs, ces fonctionnaires des Nations-Unies qui taquinent des instruments musicaux pour créer une harmonie agréable à l’oreille et qui au loin permettra de nourrir une fille, un enfant, une personne dans le besoin.

Au service des valeurs onusiennes

"En 40 ans, le Fonds « 1% pour le développement » a déjà consacré plus de 8 millions de Francs suisses à quelques 800 projets de développement dans 91 pays ».

Ce concert n’est pas seulement une célébration, mais un engagement pour le développement, puisque les bénéfices de la soirée seront intégralement reversés au Fonds « 1% pour le développement » que dirige Friedrich von Kirchbach qui a expliqué à l’audience la démarche de son association. Rappelons que cette initiative des membres du personnel du système des Nations Unies et d’autres organisations intergouvernementales, vise à allouer un minimum de 1% de leur salaire à des projets de développement dans les pays défavorisés. 

« En 40 ans, le Fonds a déjà consacré plus de 8 millions de Francs suisses à quelques 800 projets de développement dans 91 pays », a informé Michael Moller, le patron de l’ONU à Genève pour qui : «   le développement est au cœur de l’agenda des Nations Unies. Il est l’orientation fondamentale pour promouvoir la paix, les droits et le bien-être pour tous ». A ce titre, il a martelé que  les dix-sept objectifs du développement durable, adoptés en septembre dernier par l’Assemblée générale de l’ONU, proposent une approche globale et coopérative entre les différents acteurs – incluant le secteur privé, la société civile, ainsi que le monde académique. « Le défi pour la mise en œuvre de ces objectifs est certes ambitieux, mais réalisable.  Le Fonds « 1% pour le développement » reste en cela un parfait exemple de ce qu’il est possible d’accomplir lorsque chacun de nous prend ses responsabilités vis-à-vis d’autrui et que nous travaillons ensemble pour des objectifs communs » a conclu Michael Moller.  

El Hadji Gorgui Wade Ndoye

 

Trois questions à Martine Coppens

L'orchestre des Nations Unies fait de l'humanitaire. Vous dites vous que vous avez aussi une responsabilité à participer à rendre le monde meilleur?

" J’ai voulu vraiment faire quelque chose et avec le chef d'orchestre, nous avons décidé de faire des concerts humanitaires et défendre les valeurs et l'esprit des Nations Unies. J’ai un projet personnel en Sierra Leone et j'ai vécu en Afrique pendant 12 ans,  je comprends très bien la problématique de l’humanitaire et je suis très impliquée"

Vous avez été la maîtresse d’œuvre de cette belle soirée Que ressentez vous personnellement?

"Je suis très contente, c'est notre cinquième anniversaire et je pense que l'orchestre a fait beaucoup de progrès. C'était un excellent concert et je suis fière de tous nos musiciens qui se sont vraiment investis ».

Est-ce qu'il y a un programme pour les jours ou les mois à venir?

« Oui nous allons faire un concert aux mois de mai, juin et septembre. Et on a plein de projets pour 2017 et 2018 déjà ».

Trois questions aux Sœurs Berthollet

Vous avez été magnifiques ce soir, les sœurs Berthollet. Est-ce que vous vous attendiez à avoir cet accueil du public?

« C'était super de jouer avec l'orchestre des Nations Unies. Le public était très chaud et c'était super. Très chaleureux ! »

Selon le chef d'orchestre  il n'y a pas eu beaucoup de répétitions, et malgré tout ce concert de l'avis du public fut exceptionnel ! Comment vous l'expliquez?

«Il n'y a jamais beaucoup de répétitions, c'est normal, mais nous pensons que le courant est bien passé ».

Qu’est ce qu'on peut vous souhaiter pour l'avenir?

« De continuer à faire des concerts dans des salles comme ça ».

Propos recueillis par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Lien de l'article: http://www.continentpremier.com/?article=2086&magazin...

SOURCE:

www.ContinentPremier.Com

02:29 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.