15/04/2016

Prévention contre l'extémisme violent: Les vérités de Michaëlle Jean, SG de la Francophonie.

Michaelle Jean, Francophonie, terrosime, Geneve, Paris, terrorisme, ONU, Suisse, Ban Ki Moon, Didier BurkhalterEn attendant de réunir l’Humanité, du 6 au 8 juin 2016, à Paris, pour une conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l'extrémisme violent, Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, a présenté au Palais des Nations-Unies, les principes actifs de l’OIF pour prévenir l’extrémisme violent et le terrorisme à l’occasion d’une réunion de haut niveau réunissant près de 120 pays, à Genève.

GENEVE-(Suisse)- S’exprimant, au segment de haut niveau, devant Ban Ki Moon, Secrétaire général de l’ONU et Didier Burkhalter, Conseiller fédéral suisse en charge des Affaires Etrangères qui ont co-présidé le rendez-vous international pour la «  prévention contre l’extémisme violent »

(Genève, 7-8 avril 2016). La Gardienne de la Francophonie a prodigué des recettes nimbées d’une forte pensée autour de cette conviction partagée : le terrorisme est un « cancer » ( Ban Ki Moon) qui ne devrait être associée à aucune religion, à aucune nationalité, à aucune civilisation, à aucun groupe ethnique mais que face à cette « peste qui est de retour », il nous faut avoir un diagnostic sans complaisance, des moyens de prévention et de réaction efficaces ancrés solidement et solidairement dans le respect des valeurs qui fondent la démocratie et la dignité humaine.

« La peste est de retour. Elle a pour nom, aujourd’hui, l’extrémisme violent, le terrorisme. Mais réagir ne suffira pas. Répondre à la violence par la force, répondre à la menace par le tout sécuritaire ne suffira pas. Il faut agir préventivement, et c'est une course contre la montre », souligne, d’emblée, Michaëlle Jean qui souligne qu: «  il faut agir préventivement, en libérant, tout d’abord, la parole. Face à tous ceux qui prêchent et qui pratiquent la haine de l'autre, la terreur et la destruction, il faut donner la parole à ces centaines de millions de femmes, d’hommes et surtout de jeunes qui voient le monde autrement, et qui opposent à l’obscurantisme, toutes leurs forces de vie et de création, tout leur attachement à ces principes et à ces valeurs universelles qui honorent l’humanité: la liberté et l’égalité, la solidarité et la fraternité, la diversité et l’universalité, la stabilité, la concorde et la paix ». « Il faut agir préventivement, en acceptant, aussi, de reconnaître nos erreurs et nos manquements, en acceptant de changer nos comportements, nos mentalités, nos certitudes », a –t-elle martelé. Mme Jean propose également à la communauté internationale d’ « agir préventivement par le développement, oui, mais par un développement durable et surtout équitable ». Elle souligne sur cet : « une croissance à deux chiffres n’est pas synonyme d’éradication de la pauvreté, une pauvreté qui se compte aujourd’hui en centaines de milliers de migrants. Sans compter que le creusement intolérable des inégalités nourrit toujours plus le ressentiment dans un monde devenu transparent ». Quatrièmement, « agir préventivement par l’éducation et la formation pour toutes et pour tous » car dit-elle : « une éducation et une formation de qualité (sont) garantes d’un accès à l’emploi pour ces femmes, travailleuses de l’ombre ou de l'informel, pour ces jeunes qui, en 2030, constitueront plus de la moitié de la population dans nombre de pays, et que nous abandonnons au chômage, à la désocialisation et à la désespérance. Elle donne l’exemple de la Francophonie économique qui, en Afrique et dans l’Océan indien, a lancé, au profit des jeunes et des femmes, un ambitieux programme d’appui à de très petites, petites, et moyennes entreprises dans des filières créatrices d’emplois et à vocation régionale. Cinquièmement, Mme Jean préconise d’ « agir préventivement par l’enracinement de la culture de la démocratie, de l’Etat de droit et des droits humains tant à l’échelle nationale qu’internationale » dans le dialogue et le respect de la diversité et de l’égale dignité de toutes les cultures. Enfin, l’héritière du Président Abdou Diouf de conclure qu’il faut « agir préventivement, par la résolution de toutes les crises et de tous les conflits ». C’est la stratégie de répondre à la détermination de l’attaque par la détermination de la contre-attaque. Il y a encore trop de crises, trop de conflits orphelins, a –t-elle déploré pour appeler à une solidarité plus agissante et inclusive. Le prix de la vie humaine doit l’emporter sur les intérêts stratégiques de tous ordres. Sans compter que le chaos est un terreau fertile pour l’embrigadement et la radicalisation, poursuit Michaëlle Jean qui invite à approfondir la réflexion, à Paris, du 6 au 8 juin prochains.


Lien de l'article: 

http://continentpremier.com/?magazine=88&article=2083

Source:

www.ContinentPremier.Com

Auteur: El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Directeur des publications.

11:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.