15/12/2015

Escalade : Saint-Julien reconnait l'indépendance pleine et entière de Genève.

Escalade, 1602, Henri IV, Savoie, Thonon, Bonneville, Saint Julien, Charles-Emmanuel Ier, Berne, Italie, Etat de Genève, guerre de religions, Philippe Souaille, Quand Genève se battait pour son indépendance, la France d'Henri IV était avec elle. De loin, Berne veillait sur ce qui sera notre canton-planète.  La Savoie n'est devenue française qu'en 1860. L'Escalade est en fait un épisode des Guerres de Religion qui déchirent la France, la Suisse, l'Allemagne et l'Italie durant tout le XVIème siècle. Retour rapide sur l'épisode de l'Escalade, une belle et digne fierté genevoise avec l'éclairage du journaliste écrivain Philippe Souaille.

Escalade, 1602, Henri IV, Savoie, Thonon, Bonneville, Saint Julien, Charles-Emmanuel Ier, Berne, Italie, Etat de Genève, guerre de religions, Philippe Souaille, "Les Genevois, protestants, en profitent pour s'affranchir de la tutelle du Duc de Savoie, catholique, dont les domaines s'étendent sur le nord ouest de l'Italie et descendent jusqu'à Nice, le tout faisant partie du Saint Empire Germanique, comme Genève, d'ailleurs, qui cependant est alliée au Roi de France dès 1589" signale l'auteur de " Ces romands qui ont fait l'histoire",  paru le 16 novembre 2013 - Essai (broché.)


En 1589 éclate, en effet, une guerre qui va faire des milliers de morts, entre Genève et la Savoie. Les villes de Thonon, Bonneville, Versoix les forts de Bellegarde sont pris et repris à plusieurs reprises et à chaque fois, on passe la garnison vaincue au fil de l'épée. 


Les cantons suisses sont entraînés dans la tourmente, fournissant des mercenaires, certains étant catholiques d'autres protestants.


En 1601 la paix est signée, mais le sort de Genève n'y est pas détaillé et le Duc pense en profiter pour prendre la ville. Il va échouer. Reste qu'après la nuit de l'Escalade, il aurait pu tenter un siège, mais il risquait alors d'être attaqué par Berne d'une part, par la France d'Henri IV d'autre part. "Donc il préfère conclure le traité de Saint-Julien, qui reconnait enfin l'indépendance pleine et entière de Genève. Dans les mois qui suivent, le Duc se joint à une expédition française en Italie..." conclut M. Souaille.

Il est vrai que le Roi de France Henri IV informé de la victoire des Genevois les "félicite d'avoir déjoué l' offensive du duc de Savoie et les assure de son aide en cas de nouvelle attaque", écrit l'Etat de Genève.Le Duc de Savoie, Charles-Emmanuel Ier, avait lancé son attaque dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602 et voulait s'emparer de ce qui sera notre Canton-Planète ! 

L'envahisseur a perdu comme les terroristes perdront!

El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Directeur du magazine panafricaine en ligne www.ContinentPremier.Com

12:08 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.