30/10/2015

Un message d'espoir pour les femmes

Par Docteur Charles-Henry Rochat. Chirurgien-Urologue. Directeur du programme « fistules » de la Fondation genevoise pour la Formation et la Recherche Médicales (www..gfmer.ch)


L’égalité des genres est un des défis le plus humaniste du 21ème siècle mais il est illusoire d’y parvenir si on ne règle pas les problèmes des atteintes faites à la dignité de la femme: viols comme arme de guerre, mutilations génitales, accouchements désastreux non assistés dont les fistules obstétricales sont l'ultime souffrance des survivantes. 


Les fistules obstétricales (les patientes perdent constamment les urines) et les mutilations génitales représentent des violences faites aux femmes qu'on peut soigner et prévenir, l'ignorer est une honte.

 

Les gouvernements, principalement africains, devraient prendre le leadership pour établir des stratégies afin d’accélérer la prise en charge globale des fistules obstétricales. L’accès aux soins obstétricaux d’urgence, dont la césarienne (déjà gratuite dans plusieurs pays africains) est la clé de voûte de la prévention des fistules et la création de centres de traitement sont un bon exemple d'une stratégie gouvernementale responsable qui devrait être mise en place.

Il est aussi important de continuer à identifier et former ceux qui seront les futurs formateurs dans le Sud et leur donner les moyens financiers et matériels pour qu’ils puissent exercer et enseigner à leur tour ce qu’ils ont appris.

Genève, ville hôte des Organisations Internationales, a un rôle à jouer pour renforcer ce plaidoyer et peut-être faire adopter une résolution des Nations Unies pour prévenir et soigner la fistule obstétricale dans le même esprit que la résolution du 20 décembre 2012 bannissant la pratique de l’excision.

Le soutien de Fondations, de privés, de collectivités locales genevoises et de la Ville de Genève, a permis à la Fondation GFMER (Fondation genevoise pour la Formation et la Recherche médicales) de développer une stratégie globale de prise en charge de femmes atteintes de fistules obstétricales connue sous le nom de "Modèle de Tanguiéta" du nom d'une ville située entre le Bénin et le Burkina Faso où la GFMER oeuvre au sein de l'Hôpital Saint Jean de Dieu. Des centaines de femmes ont retrouvé la dignité après avoir été opérées à Tanguiéta et dans d'autres centres soutenus par la GFMER. 

"Les hommes qui délaissaient souvent leur femme pensant qu’elle était possédée par de mauvais esprits reprennent confiance, accompagnent leur épouse aux consultations. L’espoir est là ! », écrivait le journaliste sénégalais Gorgui Ndoye, le 23 mai dernier pour la Journée Internationale de la fistule obstétricale et cela s’inscrit dans la nécessité de faire prendre conscience de l’importance de ce fléau.

Article publié en Invité par la Tribune de Genève, le 28 octobre 2015.

20:10 Publié dans SANTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.