01/10/2015

Les populistes se voilent la face: Pourquoi la Tribune de Genève a Raison.

Tribune de Genève, Denis Etienne, Pierre Ruetchi, Alain Jourdan, Hongrie, Islam, Migration, hcr, OIM, Droits, réfugiés, croix rouge, ifcrC'est avec forte émotion et soulagement que j'ai lu l'éditorial de la Tribune de Genève de ce matin du mercredi, 30 septembre 2015, signé Denis Etienne, le red chef adjoint. Car oui, face aux fatras, il faut refuser le festin sans foi du fatalisme. Face au brouhaha d'une certaine manière de faire de la politique, se lever et dire l'Homme, devrait être aussi une lumière à la portée de tous les humanistes dans un monde où tout se précipite jusqu'à nous entraîner, si l'on y prend pas garde, dans des ravins sinueux.

La Suisse a une responsabilité et elle ne peut se débiner. Non, personne n'a dit à Genève qu'elle était la gardienne des Conventions dites de Genève mais l'Histoire de ce canton, comme celle de la Suisse doit beaucoup à un certain humanisme incarné par la première armée humanitaire du monde: la Croix rouge et la Fédération internationale des sociétés de la croix rouge et du croissant rouge.

Mieux, les réfugiés ont des droits humains, j'ai bien dit droit que s'enterrent dans leur arrogance celles et ceux qui n'ont fait que naître dans un pays devenu riche après tant d'années d'incertitudes et parfois de crasse pauvreté : des dames de moins de 56 ans Helvètes jusqu'aux cheveux m'ont raconté qu'elles pouvaient rester 6 jours sans se baigner, sans eau, sans électricité et mangeaient de manière simple. Pour beaucoup, cela ne s'est jamais passé. Ils ont recueilli les raisins de l'opulence sans jamais se poser des questions !

J'ai dit droit car on l'oublie souvent aucune de ses structures humanitaires internationales n'a été créée au départ pour venir en aide ni aux Africains, ni aux Arabes, ni aux Latino américains, mais bien pour aider les Occidentaux notamment les Européens fuyant les affres de la guerre hitlérienne. Que l'on me contredise !

La Tribune a pris une position courageuse sur les migrants et sur les réfugiés à travers ces hauts responsables Pierre Ruetschi et Denis Etienne, bravo à toute l'équipe. Vous avez raison car en plus de ce qui est cité plus haut, aucun des Etats européens qui aujourd'hui parle de droits humains et se met même prêt à envoyer des armes pour tuer afin d'installer la démocratie, leur démocratie, n'est signataire de la Convention internationale pour la protection des migrants et de leur famille. Et nous le savons, votre excellent confrère correspondant au Palais des Nations-Unies, Alain Jourdan, ne me démentira pas : la moitié des migrants morts en Méditerranée ont des familles en Europe.

Si le regroupement familial était facilité, si l'obtention des visas même de courte durée était facilitée, si les droits humains des immigrés étaient respectés, l'océan aurait englouti moins de migrants. Demandez à l'organisation mondiale pour les migrations, demandez au Haut commissariat pour les réfugiés, demandez au Haut commissariat pour les droits de l'Homme.

J'aurais pu y ajouter l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme.  Ce qui est le plus triste c'est de voir qu'en Europe, où est né et a sévi un certain Adolphe Hitler, un continent qui se glorifie aussi de ses Lumières qu'on refuse d'accueillir des personnes pour leur religion, pour la couleur de leur peau !

Le cas de la Hongrie est très symptomatique. Voici un pays qui, il n y a pas longtemps- certains parmi vous s'en rappellent certainement- en 1956, donnait à l'Europe près de 200.000 réfugiés qui ont été accueillis les mains ouvertes par vos populations, la Suisse, y incluse et qui aujourd'hui ferme ses portes aux réfugiés, notamment aux Musulmans et en déclarant en plein jour qu'elle est " chrétienne et qu'elle n'accepterait que des chrétiens"!

Et vous avez raison car ce que vous dites est ce que dit la Suisse responsable celle qui parle au reste du monde, osons "civilisé". Et voici ce que la Confédération Helvétique a défendu devant le Conseil des droits de l'Homme en juin dernier: "La Suisse a jugé inacceptable et urgente la situation des migrants en Méditerranée.  Au-delà de la nécessité immédiate de sauver des vies, la Suisse relève la nécessité de lutter contre la perception négative dont sont victimes les migrants au niveau national et aimerait savoir ce qui peut être fait en ce domaine.  D'autre part, la Suisse a demandé comment on pouvait impliquer concrètement le secteur privé sur la question des migrations".  

Lumière, où es tu ? 

El hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

05:13 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.