10/07/2015

Le Soudan du Sud menacé par la famine, prévient le CICR

           Soudan du Sud, CICR, FAMINE, ONUNé un 11 juillet à la suite d'un référendum d'autodétermination le séparant de Khartoum, le pays fait déjà face à de grands défis. 4 ans et une instabilité politique d'une rare violence aux conséquences humaines désastreuses. Se nourrir devient une urgence. La guerre qui s’est installée fait craindre le pire. A Genève, la Croix Rouge tire sur la sonnette d’alarme. La communauté internationale est interpellée.

           La situation catastrophique au Soudan du Sud pourrait encore empirer si rien n’est fait, alerte le CICR qui lance un appel d’urgence pour aider les populations. Avec 20% de sa population ayant été déplacée (soit plus de 2 millions de personnes), le Soudan du Sud connait une des crises humanitaires les plus graves de ces dernières années.

                  Les conflits dans le pays ont des conséquences désastreuses pour l’agriculture et l’économie déjà précaire. En particulier l’agriculture avec la saison des semences qui se voit extrêmement perturbée à la suite de nouveaux déplacements de population.

                  Alors que la protection des populations civiles est difficilement assurée et que les blessés, les malades et le personnel de soin sont pris pour cible, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) met en garde contre un problème encore plus grave : la famine. Ainsi, malgré les actions entreprises par l’organisation humanitaire de distribuer 1,1 millions de rations mensuelles de nourriture dans les régions particulièrement affectées (distribution de graines, d’outils et de kit pour la pêche à près de 400000 personnes), la situation reste critique.

                 Les actions du CICR ont cependant permis de faire baisser le taux de malnutrition de moitié dans certaines zones, c’est le cas à Leer et à Waat. Les affrontements, l’insécurité, la sécheresse et les inondations, ont pour conséquences  l’abandon de 40% à 60% des surfaces cultivables. Cette baisse drastique dans la production risque d’entrainer des pénuries dans la récolte étant donné que la majorité des graines sont aujourd’hui destinées à la consommation directe des fermiers.

                  La Croix Rouge estime sur la base d’une étude qu’elle a effectuée sur un échantillon de plus de 1000 fermiers, qu’avec plus de ressources, une intervention bien planifiée et une bonne compréhension des besoins de chaque communauté, la situation pourrait s’améliorer plus rapidement.

                  Le CICR fait un appel de fond à hauteur de 22 millions de francs pour permettre de venir en aide à près de 340.000 personnes, de fournir des rations alimentaires, des outils de production agricoles à près de 300.000 personnes –soit trois fois plus qu’initialement prévu- et permettre la vaccination de 500.000 à 800.000 têtes de bétail.

 

Clément Conti sous la direction de Gorgui W. Ndoye www.ContinentPremier.Com

 

12:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.