24/11/2014

ContinentPremier.Com: 10 ans bien remplis au coeur de Genève !

DSC_5255.JPGJ'ai créé avec des amis un site panafricain à partir des Nations Unies, il y a 10 ans. Je lui avais donné le nom : « continent premier » (www.continentpremier.com), en référence à l'Afrique, berceau de l'Humanité, terre nourricière, demeure des fils aînés de la Terre, avec aussi un regard sur l'avenir pour que ce continent longtemps relégué derrière prenne toute sa place au 21ème siècle.

Ce magazine a été officiellement lancé, au club de la presse, le vendredi 23 avril, au cours d’une conférence de presse présidée par la directrice de l’information et de la communication du bureau genevois des Nations Unies de l’époque, Mme Marie Heuzé.


"Nous voulons parler de l’Afrique mais nous n’avons pas des oeillères", disais-je, au journal UN Spécial. Pour nous, la solidarité des peuples n’est pas un vain mot. Toute l’humanité a le même destin, malgré nos différences. Si par exemple une dégradation de l’environnement ou une crise politique se produit quelque part, le monde entier en souffrira.

Depuis sa fondation, ici à genève, sur les terres d'Henri Dunant, le magazine non subventionné, gratuit, fournit librement des informations à beaucoup de journaux africains et s'est fait un nom en Suisse, en Europe, aux Etats-Unis etc. Des universitaires citent le canard panafricain. Des livres font référence à ce magazine.

Depuis 10 ans, ContinentPremier avec son aile associative du même nom a organisé des conférences de hautes factures avec de grandes personnalités internationales. Son directeur est invité à donner aussi des conférences à travers le monde, de même le magazine a eu l'avantage en étant basé à Genève d'interviewer des personnalités de premier plan au niveau international.

La grande réussite de la conférence de ce jour, lundi 24 novembre 2014, avec le Pr Jean Ziegler est la suite logique d'un travail de longue haleine basé sur la confiance à l'humain. (voir vidéo de la rencontre réalisée par le Club de la presse plus bas).

ContinentPremier a accueilli des stagiaires suisses, africains qui ont bénéficié de son expertise.

ContinentPremier a servi de référence et a introduit d'anciens collaborateurs auprès d'employeurs notamment onusiens et tout ce personnel donne entière satisfaction.

Parmi les activités culturelles qui sont à l'origine de ContinentPremier.Com l'organisation d'un concert chaque année à la grande salle du Palais des Nations Unies ( un rendez-vous désormais incontournable de la Genève internationale) à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la Francophonie.

C'est l'occasion de remercier tous nos amis qui ont cru en nous, compris le sens de notre engagement: un travail fait de dignité, de courage et de fierté!

Merci à toutes et à tous.

NB: Celles et ceux qui veulent nous soutenir peuvent nous écrire à info@continentpremier.Com ou nous appeler au 022 917 37 89.

L'Afrique, Genève et le monde ont besoin de ce magazine libre et responsable.

ContinentPremier.Com: l'Afrique est son berceau le monde son lit ! Telle est notre credo. 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

17:32 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Suivre ici en direct la conférence de Jean Ziegler: Ordre cannibale du monde: révolution ou soumission-où est l'espoir?

DSC_5324.JPGIci et en direct grâce aux moyens techniques du Club suisse de la Presse, al conférence du professeur suisse, le sociologue Jean Ziegler:

Suivre la conférence de Jean Ziegler : l’ordre cannibale du monde: révolution ou soumission: où est l’espoir ?

 

http://new.livestream.com/GvaPressClub/JeanZiegler2014

 

Au Club de la Presse, du très beau monde !

 

Merci à tous nos amis

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur de ContinentPremier.Com

 

 

13:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

22/11/2014

Tiken Jah Fakoly en concert le 25 novembre à Thônex!

tiken jah fakoly, thônex, opus one, Sundyata, reggae, sortir à genèveTiken Jah Fakoly lance son Dernier Appel, le mardi 25 novembre 2014 à la Salle des Fêtes de Thônex, entre les frontières française et suisse.Un concert pour l'élévation des consciences qui s'annonce à la hauteur de l'engagement de l'artiste ivoirien !

On rappelle sur la pochette de « Dernier Appel », son dernier album, " il s’empare d’un porte-voix et continue son juste combat en faveur du continent africain, dont il harangue sans relâche les peuples afin qu’ils lâchent les armes et s’unissent".

Toujours accompagné de son groupe, les indestructibles Djelys, Tiken Jah Fakoly est à Thônex Live. Un tonnerre rythmique porté par une voix forte, à ne pas manquer !

Mardi 25.11.2014 Première partie : SUNDYATA Portes 19h30 - Spectacle 20h30 Thonex Live - PRIX UNIQUE : 50.- CHF

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur www.Continentpremier.com

20:52 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/11/2014

L’image honteuse de la fistuleuse s’améliore !

Tanguiéta - Bénin- « En marge de la société, ayant perdu toute dignité, honteuse, elle vit en paria, se regroupe, en attente d’une mission chirurgicale spécialisée. Elle peut attendre des mois, des années, faire 100-200 Km pour arriver à Tanguieta en patientant au campement à côté de l’hôpital. - Par contre une intervention réussie, une femme « humide » rendue « sèche » retrouve sa dignité et sa place dans la famille et dans la société. Il faut voir le visage et le sourire d’une femme guérie pour comprendre son bonheur ! »

Ce témoignage est du Dr Français Jean-Charles Lescut qui a effectué, en 2003, une mission opératoire de fistules génito-urinaires dans le cadre de l’action mise en place par l’hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta afin de permettre aux femmes porteuses de séquelles d’accouchement prolongé de retrouver leur dignité et leur place dans la famille et dans la société.

Avec un engagement personnel, le soutien de certaines collectivités locales genevoises et aujourd’hui de la Ville de Genève, le Dr Rochat a avec la Fondation GFMER (Fondation genevoise pour l’éducation et la recherche médicale) développé une belle excellente stratégie pour soigner les femmes atteintes de fistules, sensibiliser les populations avec l’appui de deux ONGs Essor et Sentinelles.

Les hommes qui délaissaient souvent leur femme pensant qu’elles étaient possédées par de mauvais esprits reprennent confiance, accompagnent leur épouse aux consultations. Estelle Siraud de Sentinelles qui travaille depuis 3 ans sur le terrain au Burkina Faso salue l’engagement et la générosité du Dr Rochat qui fait des missions fréquentes au Bénin pour opérer les femmes que les ONGS sont allées chercher dans leur village.

Notons par ailleurs que le volet formation des médecins africains développé par GFMER porte ses fruits car ce sont aujourd’hui des médecins du Continent premier qui traitent quotidiennement des cas de fistules. Les docteurs Dieudonné Zaongo du Burkina Faso et son  compatriote Moussa Guiro sont devenus de grands experts respectés dans ce domaine. Pour Charles Henri Rochat, cet objectif de transfert des savoirs est important car dit-il «  nous pouvons venir pour des cas très complexes mais au final c’est aux Africains qu’ils incombent de poursuivre le travail ».

S’il reconnaît les efforts des autorités béninoises qui ont rendu la césarienne gratuite, Dr Rochat souhaiterait également que cet acquis soit élargi au traitement des fistules obstétricales.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

03:21 Publié dans Mission Tanguiéta avec le Dr Rochat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fistules, obstétricales, jean-charles lescut, tanguiéta, dr rochat | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

18/11/2014

LA PETITE FILLE AU SAC ROSE !

tanguiéta,rein,opération,miracle,dr rochat,genève,suisse,béninTanguiéta- (Bénin)- Dimanche de prières ! De la maison des coopérants où loge l’équipe du Dr Rochat arrive comme un son de réveil la belle voix des Sœurs qui chantent la gloire du Christ. Une bonne nouvelle allait arriver ! De très bonnes nouvelles grâce au savoir faire des médecins qui sous la supervision de leur Professeur allaient officier dans le ventre d’une jeune fille !

Dimanche jour de congé, les médecins de Tanguiéta sont pourtant là, autour du Dr suisse Charles Henri Rochat pour opérer une jeune fille victime d’une malformation reinale. Elle n’est pas toute seule. A la salle d’opération, un jeune homme qui devait être opéré en Suisse est couché sur son lit d’opération. Dehors, d’autres patients attendent ! Le vieux père Rochat est là. De paillotes en paillottes, l’information s’ébruite, la route Bénin Burkina fera le reste. Les autres pays environnants savent que le Dr suisse est arrivé qui soigne avec professionnalisme et gracieusement ! Quatre opérations difficiles toutes réussies. Grâce à Dieu ! Les Frères de Saint Jean peuvent continuer à croire au miracle de Tanguiéta

Une européenne qui voulait faire évacuer ce jeune homme victime d’un accident qui a causé des dommages dans ses parties intimes s’est résolue à faire confiance à l’équipe du Dr Rochat. Informé, le chirurgien genevois leur dira « nous avons le même matériel ici à Tanguiéta qu’en Suisse. C’est nous avec d’autres amis des Frères de Saint Jean de Dieu qui équipons les salles d’opération ». La messe était dite au delà des hésitations de la femme qui a pu profiter de la présence du Dr Rochat au Bénin pour faire opérer son protégé.

Pour la première fois de ma vie

Moi qui n’aime pas l’odeur des hôpitaux, j’ai décidé d’assister à ce moment. Je suis allé prier sur le front de la fille au moment où l’anesthésiste béninois effectuait des gestes précieux et précis. Toute l’équipe était là, le Dr italien Florent coordinateur médical de l’hôpital, son autre compatriote Dr Filippo Magri, le Dr Guiro du Burkina Faso, de jeunes médecins béninois, les infirmières. Blouses bien mises, ciseaux et autres bistouris bien préparés. L’enfant dormait. Maintenant ! Elle avait bien crié avant de rejoindre cette salle mystérieuse.

D’un geste magistral, Charles Henri Rochat mit la lame sur le bon endroit ! Le ventre de cette si douce fille, la petite môme si fragile était son champ d’action ! il en était le maître !

... Et le Dr Rochat, sous cette chaleur d'Afrique, ouvrit le ventre de la fille (3 ans), remis à l'endroit son rein défectueux.

Il referma ce ventre juvénile qui attendait depuis 6 mois, sur place à l'hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta, qu'on daigna l'opérer, la soulager !

A cause d'Ebola, des missions européennes qui devaient s'occuper de la fille ont déclaré forfait.

Elle marchait avec son sac celui qui porte ses urines, sa mère l'avait aidé à mettre tout son matériel dans un petit sac rose..!

Demain, Melle Espérencia, oui, c'est son nom, pourra avec l'aide de Dieu sourire, marcher, aller à l'école, avoir une vie. Normalement !

Notre mission est accomplie!

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

10:34 Publié dans Mission Tanguiéta avec le Dr Rochat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tanguiéta, rein, opération, miracle, dr rochat, genève, suisse, bénin | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Dr Charles Henri Rochat, Officier de l’Ordre National : Le Bénin reçoit dans ses Ordres un grand ami de l’Afrique qui y sauve des vies.

Dr Charles Henri Rochat, Tanguiéta, Clinique Beaulieu, Bénin, Natitingou, Imorou Garbo, Dr Florent, Isabel Rochat, Genève, SuisseLe Dr Charles Henri Rochat a reçu « la reconnaissance du peuple béninois dans son ensemble et de son Président de la République et Grand Maître de l’Ordre National, Dr Boni Yayi ». Cette cérémonie, marque « la satisfaction résultant de votre mission et surtout des efforts que vous avez déployés pour le bien être des populations du Bénin » selon Roger Imorou Garbo, le Vice-Grand Chancelier qui s’adressait au Dr genevois et à quatre autres récipiendaires.

Natitingou (Bénin) : Le Chirurgien genevois de renommée internationale, Dr Charles Henri Rochat, qui effectue depuis la semaine dernière un séjour humanitaire à l’Hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta au nord du Bénin, a été élevé, jeudi, au rang d’Officier et de Chevalier de l’Ordre National du Bénin pour son engagement humanitaire bénévole au service des populations béninoises.

Roger Imorou Garbo obéissant aux règles qu’exige la réception dans l’Ordre a présenté à l’assistance la vie et le parcours brillant au niveau académique, scientifique, professionnel et associatif du chirurgien suisse Dr Charles Henri Rochat qui avait à ses côtés son épouse Isabel, ancienne Conseillère d’Etat de la République de Genève.

Venu de Cotonou pour l’occasion, le représentant du Ministre de la Santé dira : «Vous êtes honorés aujourd’hui pour le travail que vous avez consacré à la population du Bénin c’est donc la population du Bénin qui vous dit «  Merci ». Il soulignera que d’autres Africains de la sous-région notamment des Nigériens, des Maliens et des Béninois viennent aussi se soigner à l’Hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta qui offre un accueil particulier aux plus pauvres. La venue de médecins étrangers très réputés renforce également la notoriété de l’Hôpital dont fait référence le Guide du routard. En effet, la réputation extraordinaire de l’hôpital fait qu’il draine à 200-300 Km à la ronde, y compris au Nigeria anglophone.

ROCHAT LA DECORATION SEULE.jpgDr Rochat a consacré presqu’une trentaine d’années à l’action humanitaire. En Afrique, il opère des femmes atteintes de fistules obstétricales à qui il rend leur dignité et l’envie de vivre. C’est son ami le Dr Priuli dit Frère Florent, cet Italien de l’Ordre de Saint Jean de Dieu qui a donné au Dr Rochat alors que ce dernier lui enseignait la chirurgie le goût de la pratique médicale dans le Continent premier. Les fistules, ce n’est pas une maladie en Occident. Les femmes y ont accès à la césarienne, les accouchements sont assistés alors qu’en Afrique dans beaucoup de pays encore, des femmes accouchent dans des conditions difficiles. Au Bénin, on compte 1 médecin pour 12.000 habitants !

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

08:36 Publié dans Mission Tanguiéta avec le Dr Rochat | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/11/2014

Décès du Dr Guy Basile Aouanou : une grosse perte pour l’hôpital Saint Jean de Dieu et pour le Bénin.

Entre Cotonou et Tanguiéta, la mauvaise nouvelle nous est arrivée. C’est à Natitingou que le téléphone du Dr Florent donne l’annonce funèbre. Dr Guy Basile Aouanou, directeur médical de l’hôpital Saint Jean de Dieu qui est très malade et devait être transféré en Afrique du Sud pour une opération du foie est mort !

guy basile aouanou,bénin,pédiatrie,tanguiéta,dr rochat,dr florent priuliFrère Florent cet homme de Dieu reste stoïque mais cache mal son désarroi. Son témoignage sur ce digne fils du Bénin révèle son attachement à cet homme resté jusqu’à la mort fidèle à l’Hôpital Saint Jean de Dieu : une alliance parfaite jusqu’à la tombe.

« Nous venons de perdre le Dr Guy Basile Aouanou qui était le Chef de la pédiatrie de l’hôpital qui constitue plus de la moitié de l’Hôpital. On dépasse souvent 200 enfants hospitalisés sur 113 lits.  Quand j’ai pris la direction de l’hôpital de Tanguiéta je l’avais nommé directeur médical, cela fait déjà 5 ans.

Je dois dire que j’avais bien choisi car il a fait énormément mieux que moi dans la gestion des différents problèmes. Il a été efficace dans l’exécution de projets que j’avais et que j’ai pu réaliser avec lui.  Nous avons, ensemble, mené des études qui ont permis de hisser plus haut le nom de l’hôpital de Tanguiéta.

Il a eu gérer au delà de la pédiatrie le centre nutritionnel (60 lits)! Deux jours avant sa mort, à Porto Novo, le Pr Koumakpayi une grand spécialiste de la nutrition dans le pays le cherchait. Pour lui annoncer que le nouveau protocole qu’ils avaient mis ensemble était finalisé. Malheureusement le protocole que nous cherchions depuis deux ans arrive au moment où lui il nous quitte.

C’est vrai que nous avons actuellement 4 autres pédiatres dont le Dr Hubert mais la pédiatrie demande une montagne de travail et le Dr Guy Aouanou jouait un rôle fondamental pour nous et pour le pays. Il était souvent sollicité pour former du personnel dans d’autres services pédiatriques au Bénin et même dans d’autres pays africains. Pour nous sa perte est très dure. On dit souvent que personne n’est indispensable mais je voudrais vous dire qu’il sera difficile de remplacer le Dr Guy Basile Aouanou.  Il y a un vide qui sera difficile à combler et les enfants en souffriront.

Notre souffrance aujourd’hui est grande car nous nous sentons amputés de quelqu’un pour qui notre affection était grande, quelqu’un d’incontournable. Il prenait beaucoup d’initiatives.

Le Dr Guy Basile Aouanou était un jeune de Savalou qui a fait ses études à l’Université de Cotonou. Dès l’obtention de son diplôme il avait souhaité venir travailler ici à Tanguiéta à l’hôpital Saint Jean de Dieu. Je l’avais accueilli vers les années 88-89 avec un autre collègue le Dr Sani Sama qui nous aussi quitté il y a quelques années de façon prématurée.

L’Hôpital l’a envoyé en spécialisation en pédiatrie couronnée par un plein succès et à la fin de spécialisation il a tenu sa promesse et il a réintégré définitivement l’hôpital en assumant la direction du service de la pédiatrie de Tanguiéta.

En Italie, il a été formé par le Pr Filippo Magri en endoscopie qu’il a exercé à l’hôpital jusqu’à ce jour devenant formateur d’autres médecins béninois.

Notre collègue nous quitte après avoir grandement amélioré le service pédiatrique et formé du personnel ».

 Dr Zaongo se souvient du Dr Aouanou le Médiateur

Médecin à Saint Jean de Dieu, Dr Zaongo se souvient d’un homme d’une grande humanité, d’une grande humilité qui servait de pont entre le personnel médical laïc et l’administration religieuse de l’hôpital.

guy basile aouanou,bénin,pédiatrie,tanguiéta,dr rochat,dr florent priuli« J’ai connu le Dr Guy Aouanou en 1999, il y a exactement 15 ans. Il était un des premiers médecins béninois à l’hôpital de Tanguiéta et il y resté, toujours donc fidèle à cet hôpital. Dr Aounou était un grand travailleur. Il était au départ l’unique pédiatre. Il a encadré son assistant et ils ont pur les deux prendre en charge les enfants de la pédiatrie qui sont très nombreux. Il a eu à travailler dans des conditions difficiles et malgré il est resté à la pédiatrie. Il a assumé tout le long de sa vie son rôle de pédiatre malgré ses fonctions de directeur médical de l’hôpital !

Il était un homme très simple et très serviable et un travailleur d’une grande sagesse. Il a été notre médiateur à chaque fois que le corps médical laïc avait des problèmes avec l’encadrement constitué de religieux.  Il était un homme modéré qui savait faire le lien entre les religieux et le personnel médical.

Son décès est brutal pour nous parce qu’il n’a pas été très longtemps malade. Il était bien portant et nous avions travaillé avec lui ces derniers jours. Sa mort nous affecte énormément ! »

A l’hôpital, médecins, infirmiers, malades sont reconnaissants envers le Dr Guy Basile Aounou et sont convaincus à l’image du Frère Florent que : « 

Le grain qui vient de tomber dans la terre par la grâce de Dieu portera de bons fruits ».

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

23:33 Publié dans Mission Tanguiéta avec le Dr Rochat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guy basile aouanou, bénin, pédiatrie, tanguiéta, dr rochat, dr florent priuli | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

11/11/2014

"L'éthique en politique suisse" : Film et Débat ce soir, 18H45, au Pitöeff!

Maudet, Mayencourt, Cuénod, Bernasconi, Muhieddine, Tribune de Genève, tous Ecrans,A ne pas manquer !!!! Une projection d'un film (surprise) suivie d'un débat sur "l'éthique en politique suisse." C'est ce soir à la veille de la clôture du Festival Tous Ecrans.

La projection aura lieu ce mardi 11 novembre de 18h45 à 20h15, dans la salle Pitoëff, à Plainpalais (entrée payante). Le débat juste après et au même endroit, de 20h15 à 21h15 ( entrée libre).

Des intervenants de qualité:

M. Pierre Maudet, Conseiller d'Etat en charge du Département de l'Economie et de la Sécurité, PLR

Mme Maria Bernasconi, Conseillère nationale, PS
M. Jean-Noël Cuénod, rédacteur en chef du journal La Cité, ancien correspondant politique des quotidiens La Tribune de Genève et 24h à Paris
M. Fabian Muhieddine, journaliste politique, Le Matin Dimanche
Le débat sera modéré par la journaliste Judith Mayencourt, de la Tribune de Genève.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

12:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/11/2014

La langue française se porte bien: 274 millions de locuteurs en 2014 !

Abdou Diouf, Ridha Bouabid, Francophonie, français, ONU, GenèveGENEVE- Plus de 50 millions de plus de locuteurs entre 2010 et 2014 ! 220 millions en 2010, la Francophonie enregistre aujourd’hui 274 millions de locuteurs. 715 millions de locuteurs en 2050 dont 85 % d’Africains, la langue de Molière continue à séduire malgré les attaques et autres infidélités au profit de la langue de Shakespeare.

Le  rapport « La langue française dans le monde – 2014 », publié aux éditions Nathan et présenté, le 5 novembre, simultanément, à Paris, à Genève et dans les grands sièges de la Francophonie apporte  dans une bonne nouvelle avant le prochain Sommet de la Francophonie qui aura lieu, à la fin de ce mois, au Sénégal, au pays du chantre du Dialogue des Civilisations, de l'Académicien, Léopold Sédar Senghor.
 
Un atout pour ceux qui la maîtrisent
 
La langue française, 4e langue d’Internet, 3e langue des affaires, 2e langue d’information internationale dans les médias, 2e langue de travail de la plupart des organisations internationales et 2e langue la plus apprise dans le monde.
 
Pour le Président Abdou Diouf, Secrétaire général de la francophonie, cette langue est une chance pour ceux qui la connaissent.  Dans la préface du Rapport 2014 sur la situation de la langue française dans le monde, le gardien du Temple francophone s'est réjoui : " Certains, ceux qui « naissent et vivent aussi en français », l’ont acquise dès l’enfance, en famille et à l’école et l’utilisent quotidiennement (environ 212 millions de personnes) alors que d’autres se la sont appropriée au fil d’un apprentissage scolaire ou universitaire, et parfois en autodidactes, faisant d’eux des utilisateurs souvent moins réguliers du français"
 
Notons que cette situation d'embellie du français est due notamment à la croissance démographique en Afrique. D'un autre côté, la langue décline ou stagne en Europe. Au niveau des organisations internationales, considérée comme langue de travail ou langue officielle pour la plupart des organisations mondiales, le français s'y maintient mais la vigilance est de mise face à la quasi imposition de l'anglais dans ces organisations. L'Ambassadeur de la Francophonie, à Genève, le Tunisien Ridha Bouabid ( notre photo lors du lancement du Rapport), veille sur les grains et ne manque pas d'inviter des chefs d'agence onusienne à des rencontres de travail avec le groupe des Ambassadeurs francophones (GAF) près de 70 membres !
 
Par ailleurs en 2050, le français aura plus de 700 millions de locuteurs, ce qui en fait une langue d'influence et notamment des échanges économiques. A ce titre, le rapport signale que l'utilisation de la langue commune est à l'origine d'une augmentation de 22% des échanges entre les pays.
 
Mais il n'y pas que la politique ou l'économie, le génie de l'espace francophone, c'est son caractère inclusif. En sortant de son chapeau le concept de diversité culturelle, la Francophonie se veut humaniste et compte à ce titre donner un visage humain à la mondialisation.
 
"La langue française demeure l’un des plus sûrs ferments de la diversité culturelle et linguistique dont la reconnaissance et la promotion sont les gages d’un dialogue inclusif entre les femmes et les hommes, entre toutes les traditions et les cultures ainsi qu’entre les différentes formes d’organisation des sociétés humaines".
 
Paraphrasant le Dr Schweitzer, le Secrétaire général de la Francophonie psalmodie : " l’amour est la seule chose qui se double en se partageant, on pourrait dire, qu’en se partageant, la langue française renforce sa dimension humaniste et donne sa chance à une fraternité incarnée.", conclut Abdou Diouf qui quitte ses fonctions de Secrétaire générale de la Francophonie lors du prochain Sommet des Chefs d'Etat de la Francophonie qui aura lieu à Dakar du 29 au 30 novembre 2014.  

El hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

00:32 | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

01/11/2014

1er Novembre: le jour où l'Algérie déclenche la libération de l'Afrique française!

Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique française, Camerun, Indépendance, 1954Il y a eu Diên Biên Phu, à 11.000 kilomètres de la métropole , la France perdait une guerre. Les échos du Vietnam étaient parvenus jusque dans les montagnes algériennes. La France qui annonçait urbi et orbi Liberté Egalité Fraternité avait passé outre ce triptyque mystique et elle se perdra dans son arrogance et son entêtement. Elle sera obligée à défaut d'écouter la voix des indigènes de leur donner l'indépendance par la force. De l'autre côté le Cameroun vivra une belle sale guerre, ses combattants matés dans le napalm par la France.

Le 1er Novembre ? Le jour où les fellaghas d'Algérie empruntèrent le chemin inéluctable pour la libération de l'Afrique coloniale française !Oui, oui, oui ! N'en doutez pas ! 1954, on était, certes, à quelques années, du Discours historique de de Gaulle à Brazzaville annonçant l'autodétermination, des massacres indicibles perpétrés par l'armée française à Sétif et à Guelma! Mais c'est effectivement ce jour du 1er novembre 1954 que de jeunes Algériens ont déclenché ce qui sera appelé plus tard la guerre d'Algérie qui prit fin avec les Accords d'Evian et l'indépendance du pays en 1962.

Que vient faire l'Afrique noire là dans, et le Maroc et la Tunisie, eh bien, pour notre gouverne, la France décide pour mieux s'occuper de son Algérie française de se débarrasser des deux ailes le Maroc et la Tunisie qui eurent leur indépendance (1956), de signer la Loi Cadre ou Loi Deferre le 23 juin 1956 qui accorde l'autonomie aux colonies et ouvre la voie à leur indépendance entre 1958 et 1960.

De même l'Algérie doit aussi son indépendance au delà du sang versé à l'exemplaire solidarité des pays nouvellement libres qui ont défendu ses intérêts à l' Organisation des Nations Unies (ONU) dans ce qui sera appelé la "Question algérienne". Vous voyez que nous sommes obligés de nous entendre mais faudrait-il nous connaître assez et nous aimer et nous débarrasser des complexes d'infériorité et de supériorité !

 

Bon week end. Il y a le Soleil. Vive l'Afrique !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Journaliste accrédité aux Nations-Unies, Genève. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

21:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye