30/09/2014

L’état de la biodiversité mondiale apparaît pire que jamais ! Avertit le WWF.

WWF, Marco Lambertini, Living Planète, Biodiversité, L’Indice Planète Vivante, qui exprime la tendance suivie par plus de 10 000 populations d’espèces sauvages, a enregistré un déclin de 52 % entre 1970 et 2010. En d’autres termes, l’effectif des populations de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de poissons a diminué en moyenne de moitié environ en 40 ans, ce qui représente un recul beaucoup plus marqué que celui précédemment estimé. Cet écart s’explique pour l’essentiel par l’amélioration de la méthodologie appliquée, désormais plus représentative de la distribution géographique de la biodiversité planétaire, lit-on, dans le Rapport de WWF remis à la presse, ce matin. 

Le Rapport Planète Vivante 2014 est la dixième édition de la publication bisannuelle phare du WWF. Intitulé "Des hommes, des espèces, des espaces, et des écosystèmes", il dresse l’état des lieux des systèmes naturels de la Terre en mesurant l’effectif des populations d’espèces sauvages et en calculant l’empreinte de l’humanité.

La principale conclusion du Rapport Planète Vivante 2014 est la suivante : les populations d’espèces sauvages critiques déclinent tandis que l’Empreinte écologique ne cesse de s’agrandir dans le même temps. Résultat, la demande de ressources naturelles augmente, portée par la croissance démographique, alors même que ces ressources se raréfient. Cela dit, si la santé naturelle de la Terre se dégrade, les opportunités existent pour inverser les tendances à l’œuvre à travers l’action des gouvernements, des entreprises, des individus et de la société civile. De fait, le réel défi exposé dans le rapport consiste à découpler le niveau de développement humain d’une demande strictement insoutenable pour le globe.

 

Si les populations d’espèces sauvages régressent dans toutes les régions de la Terre, les pertes les plus lourdes sont observées sous les tropiques, l’Amérique latine enregistrant le déclin le plus dramatique (83 %). C’est la combinaison de la disparition et de la dégradation des habitats qui constitue la menace la plus grave pour les populations sauvages. L’exploitation par la chasse et la pêche (intentionnelle, à des fins alimentaires ou sportives, ou accidentelle comme les prises accessoires) représente aussi un facteur global notable. Mais la prochaine grande menace commune est sans aucun doute le changement climatique, qui devrait être ressenti de plus en plus fortement par les populations à l’avenir. Les espèces d’eau douce sont les plus durement touchées et voient leur effectif chuter de 76 % entre 1970 et 2010, tandis que celui des espèces marines et des espèces terrestres fondait dans le même temps de 39 %.

Lire plus plus ici: http://continentpremier.com/?article=1970&magazine=78

 

Synthèse- El hadji Gorgui Wade Ndoye, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

 

 

 

 

15:47 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : wwf, marco lambertini, living planète, biodiversité | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Commentaires

Le WWF classe Israël 1er pays au monde des cleantech

Sources de l'article : http://siliconwadi.fr/15389/le-wwf-classe-israel-1er-pays-au-monde-des-cleantech
Rapport complet en anglais : http://awsassets.panda.org/downloads/wwf_report___global_cleantech_innovation_index_2014__final_.pdf

WWF Israel
Le rapport annuel Global Cleantech Innovation Index 2014, publié par le WWF (World Wildlife Fundation), première organisation mondiale de protection de la nature, et le Clean Tech Group a classé Israël au premier rang parmi les 40 pays au plus fort potentiel dans les Technologies propres “cleantech”.
Les 40 pays ont été évalués sur la base d’une quinzaine d’indicateurs, se concentrant notamment sur le niveau d’innovation, de subventions étatiques à la recherche et à l’innovation, la qualité des infrastructures et le nombre d’entreprises développant des technologies propres dans les domaines des énergies renouvelables ou alternatives, hydrauliques etc…
Les raisons données par le rapport pour la première place d’Israël sont : le nombre imbattable de start-ups par habitant, le fait que “le pays génère la culture, l’éducation et la ‘chutspah’ (l’audace, ndlr) nécessaires à faire émerger l’innovation, le fait que le pays soit doté de “l’instinct de survie indispensable à la gestion d’une géographie aux ressources limitées.”” La Finlande est classée à la deuxième place, les Etats-Unis à la troisième.
Le rapport montre qu’Israël, dépasse les autres en ce qui concerne le facteur de potentiel d’émergence d’innovation dans le domaine des technologies propres mais rencontre plus de difficultés dans la commercialisation de ces innovations. Confirmant la tendance que même les « pays les plus inspirants » peuvent encore se perfectionner.
Le rapport explique également qu’Israël a la plus grande densité de start-ups développant des technologies propres de premier plan, ainsi qu’un haut niveau de sophistication entrepreneuriale, d’importantes opportunités de financement par des sociétés de capital-risque, et de nombreux brevets dans le domaine environnemental. Dans les dernières années, le pays a connu une multiplication de mesures gouvernementales favorisant le développement de fonds orientés vers les technologies propres ainsi qu’une activité de fusions acquisitions de plus en plus importante.

Écrit par : Corto | 30/09/2014

c'est incroyable les nombreux mythes entretenus par le WWF comme éliminer la surpopulaion humaine .Quitte à interdire l'utilisation de l'eau dans certaines contrées
Décidément au pays de sa Gracieuse Majesté on a de la peine a poser les pieds sur terre ce d'autant quand de nouveaux petits pieds sont annoncés
Au fait ce futur nouveau né ne contrarie t'il pas ces projets d'éliminations humaines ?
Ce qui montre bien l'état du raisonnement intellectuel et humain chez certains

Écrit par : lovsmeralda | 01/10/2014

Les commentaires sont fermés.