09/09/2014

Filles détenues par Boko Haram: Contre l'oubli, Miss Sénégal à l'ONU.

14 septembre prochain, les jeunes filles du lycée de Chibok, dans l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, auront passé 6 mois jour pour jour dans les mains de leurs ravisseurs. Agées de 12 à 17 ans, près de 276 filles ont été kidnappées par Boko Haram qui promettait de les réduire en «  esclaves », de les « vendre » ou de les «  marier de force ». 57 parmi elles ont réussi à s’échapper mais la majorité est encore entre les mains des criminels qui disent vouloir instaurer un Etat islamique.

kathy chimère diaw, chibok, borno, nigeria, boko haram, kidnapping, onuGENEVE-(SUISSE)- Elle ne veut pas qu’on oublie ses sœurs du Nigeria. En visite privée à Genève, Kathy Chimère Diaw, a rencontré une série de personnalités sénégalaise et internationale pour attirer leur attention sur la situation des filles kidnappées depuis le 14 mai dernier par Boko-Haram. Elle venait pourtant de se marier le 1er mai avec un ingénieur informaticien sénégalais, Babacar Charles Ndoye qui vit et travaille en Suisse.

En 2009, elle a 18 ans, quand elle est élue plus belle femme du Sénégal. Pourtant à cet âge, la jeune Kathy Chimère Diaw avait déjà un caractère bien trempé : « je n’aime pas me faire draguer par les hommes mariés », disait-elle, et de renchérir si « mon homme cherche une autre femme, je boude ». Rien d’étonnant, qu’elle vienne à l’ONU, témoigner de sa solidarité avec ses sœurs du Nigeria.

Ce jour-là,  autant les gardes de la sécurité que les habitués du Palais des Nations-Unies et ses visiteurs ont tourné leur regard pour admirer la belle femme sénégalaise. Du haut de son 1m-77, foulard bien noué, Kathy Chimère Diaw avait dans son joli sac à main rouge un message bien clair : « Bringbackourgirls » (Ramener nos filles).

Alors que les yeux du monde sont rivés sur l’Irak avec son Etat dit islamique qui détruit la riche culture mésopotamienne décapite des journalistes étrangers et sur l’épidémie d’Ebola qui a tué des milliers d’Africains en installant une psychose désastreuse en Afrique de l’Ouest, l’ancienne Miss Sénégal nous rappelle aussi qu’en Afrique où les femmes furent des reines et aujourd’hui Présidente de la République ou Premier Ministre, un groupuscule veut en faire des objets sexuels, des esclaves ou des pièces de rechange pour leurs membres prisonniers. 

Suite ici: 

http://www.continentpremier.com/?magazine=76&article=...

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste accrédité aux Nations-Unies, Directeur des publications du Magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

02:15 | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Commentaires

Vous avez raison de le souligner : le monde oublie ces jeunes filles enlevées au printemps dernier et les dirigeants des plus grands (?) pays ne s'occupent que de l'Irak et ses otages, ce que l'on peut comprendre étant donné la tournure des récents événements sur lesquels je ne reviendrais pas.

Il ne faudrait pas non plus oublier les garçons enlevés il y a quelques semaines.

Sait-on où Boko Haram détient ces jeunes gens ?

Merci de rappeler ces faits tragiques qui touchent des êtres innocents.

Écrit par : Marie | 08/09/2014

Les commentaires sont fermés.