24/10/2012

Recrutement à l'ONU et dans les O.I: Les Anglophones en Maîtres du Monde!

NICOLASVAREILLES.jpgDans son deuxième Rapport, Nicolas Vareilles, représentant de l’Assemblée des Fonctionnaires Francophones dans les Organisations Internationales (AFFOI) en Suisse, déplore malgré quelques améliorations la discrimination institutionnelle des francophones dans le recrutement à divers postes aux Nations Unies par rapport aux anglophones que tout semble favoriser. Démonstration!

Une discrimination perpétuelle

Afin de réaliser cette étude Nicolas Vareilles (notre photo) a fait une extraction complète de l’ensemble des postes disponibles à la date du 01 septembre 2012 sur le site internet de l’ONU. Le but de sa démarche est de faire un suivi de la première analyse détaillée de l’emploi et du recrutement à l’ONU faite en février 2012.

Tout d’abord, «nous pouvons dire que depuis notre première étude réalisée en février 2012, le site de recrutement de l’ONU n’a pas subi d’évolutions majeures, il reste particulièrement bien conçu, convivial et riche en informations. On peut néanmoins regretter que le manuel d’instruction pour le candidat ne soit toujours pas traduit en français (pour mémoire, ce document permet d’appréhender et de comprendre de façon très détaillée l’ensemble du processus de recrutement)» analyse M. Vareilles qui constate que: «Le système onusien de recrutement a désormais presque totalement migré sous le nouveau système Inspira (98% en septembre 2012 contre 90% en février 2012). En revanche, on constate que 36% des intitulés de poste et 28% des fiches descriptives sont encore en anglais contre respectivement 59% et 29% en février 2012».

Parlez-vous anglais?

Concernant les connaissances linguistiques, dans 68% des cas l’anglais est l’unique langue obligatoire et elle est au moins une langue obligatoire dans 89% (respectivement 75% et 84% en février 2012). A contrario, dans seulement 1.6% des cas, le français est l’unique langue obligatoire et dans 18% des cas au moins une langue obligatoire (respectivement 1.5% et 7% en février 2012).

«On note bien ici encore la supériorité de la maîtrise de l’anglais par rapport au français comme critère de sélection même s’il faut toute fois reconnaître une amélioration tangible de la part du français comme au moins une langue obligatoire. Ceci étant, quand le français est une langue obligatoire il s’agit de poste concernant la traduction dans 9% des cas (22% en février 2012).

Pour ce qui est de la langue souhaitable, bonne connaissance mais non obligatoire, on note que dans 56% des cas rien n’est précisé et que dans 37% le français est indiqué (respectivement 61% et 22% en février 2012)» martèle l'expert de l'AFFOI qui souligne en conclusion de son Rapport de 21 pages: « Bien que l’anglais et le français soient les deux langues de travail du Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, il parait évident au regard de cette étude qu’il existe encore un problème d’équité entre les candidats anglophones et francophones. Cependant nous notons une amélioration de 11% portant ainsi la part du français comme au moins une langue obligatoire a 18% ce qui reste encore loin des 50% que nous devrions constater.».

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Observateur de l'utilisation de la langue française au sein des Nations et des Organisations internationales, Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com


12:08 | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | Gorgui Ndoye

Commentaires

SCANDALEUX! L'appartenance à la langue reste un instrument de pouvoir, bête et méchant, à dénoncer.

Sans parler des monstres pistons, totalement fous, pour obtenir un poste à l'ONU ...

Du très n'importe quoi!

Écrit par : salut | 23/10/2012

Alors il suffirait d'apprendre l'anglais pour faire parti des "maitres du monde" (?) pas trop difficile il me semble...

Écrit par : Eastwood | 24/10/2012

Les commentaires sont fermés.