30/09/2012

Coppé et le racisme anti Blanc : l'oubli et le déni du sang des Arabes et des Noirs versés pour la liberté de la France!

Coppé qui veut diriger l'UMP de son maître Sarko réchauffe le "Racisme anti Blanc" sans le nommer laissant aux journalistes le soin d'étaler sa nouvelle trouvaille. 

 
Juste dire qu'il n'en est pas l'auteur ni l'inspirateur ni l'instigateur. Il reprend des idées de son Papa Le Pen dont la fille vient de demander d'exclure le kippa sur les lieux publics français, ne se limitant pas au sport favori des anti musulmans qui veulent raser l'Islam de l'espace public et mieux privé de tout habitant de l'Hexagone ! 
 
Au moins le Papa Le Pen a le courage hideux de ses funestes idées! 
 
Jean François Coppé est un des éléments de l'arrière garde français c
omme le philosophe populiste Alain Finkielkraut et j'en passe. Tous les deux sont devenus français comme leur idole le petit Sarko soit parce que leur papa a été réfugié ou migrant et naturalisé ou né après cette naturalisation de leur géniteur! Ils fuyaient les persécutions contre les Juifs et autres au moment où les Noirs et les Arabes que certains veulent continuer à mettre à la péréphérie étaient déjà Français et beaucoup ont payé de leur sang de leur vie pour Libérer la France.
 
Honte à la misère de l'Oubli à l'Arrogance devenue maîtresse de certains intellos dont ni les discours ni les messages ne sont des contributions à la quête de plus de justesse de paix et de solidarité normale et agissant enetre les différentes communautés vivant dans cette vieille Europe !
 
Ces Noirs et autres Arabes qui sont visés et qui se distinguent par un mutisme meurtrier et un manque d'organisation lamentable sont eux les fils pour la plupart des anciens combattants venus libérer la France du petit Hitler à la moustache qui faisait tant peur !!!! 
 
Bref, et la vie continue!
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journaliste accrédité aux Nations Unies à Genève, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

03:42 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : françois coppé, racisme anti blanc, france | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

28/09/2012

LOI 1905 EU EGARD A LA LAICITE, LIBERTE D'EXPRESSION, ATTEINTE DU SACRE !

loi 1905,olivier roy,respect mag,laicite,religion,islam,musulmans,chrÉtiens,juifs,atheesOn est actuellement dans une laïcité, de plus en plus crispée, qui se définit comme antireligieuse. Ce n’est pas du tout l’esprit de la loi 1905 qui organise l’exercice du culte dans l’espace public. « Il faut repenser le rapport entre laïcité et religion, comme un rapport d’inclusion et pas d’exclusion», Olivier Roy*, politologue français, éclaire le débat sur la fameuse Loi de 1905!

«La question qui se pose est celle de la cohabitation. On est actuellement dans une laïcité, de plus en plus crispée, qui se définit comme antireligieuse. Ce n’est pas du tout l’esprit de la loi 1905 qui organise l’exercice du culte dans l’espace public. Elle ne rejette pas le culte dans le privé, il s’agit d’une loi de compromis. Aujourd’hui, la définition de la laïcité exclut la religion. On le voit, par exemple, quand Vincent Peillon propose des cours de morale laïque. Dans les années 50, les élèves recevaient un cours de morale. Personne ne pensait qu’il y avait une morale laïque différente de la morale religieuse.

 On est maintenant sur deux registres totalement différents: la laïcité se présente comme une alternative à la religion et pas du tout comme un système de vivre ensemble. Les communautés de foi, devenues minoritaires, se sentent assiégées et importunées par une société totalement sécularisée. Notre sécularisme apparaît comme une sorte d’idéologie antireligieuse. Musulmans, catholiques, juifs, évangélistes américains se plaignent de la même chose. Bien sûr, les réponses sont différentes mais le sentiment d'une attaque délibérée contre le sacré est répandu dans les trois grands courants monothéistes. Il faut repenser le rapport entre laïcité et religion, comme un rapport d’inclusion et pas d’exclusion».

Peut-être que cet éclairage permettra d'élever le débat sur la place de la religion dans nos sociétés dites modernes !

* Propos recueillis par Maral Amiri et Aurélia Blanc pour Respect Mag !

Profil Olivier Roy: 

 

Agrégé de philosophie en 1972, et d'abord professeur dans le secondaire en 1973, Olivier Roy est recruté au CNRS comme chercheur en 1985. Il devient docteur de l'Institut d'études politiques de Paris en sciences politiques en 1996, directeur de recherche au CNRS et directeur d'études à l'EHESS dans l'équipe « Domaine turc ». Il est également chercheur associé au Centre d'études et de recherches internationales (CERI).

Il a notamment analysé, dès 2005, les causes prévisibles du Printemps arabe de 2011, avertissant notamment le ministère français des Affaires étrangères des erreurs d'analyse faites par les gouvernements occidentaux dans leur soutien aux régimes autocratiques arabes, par crainte de dérives islamistes et de l'antiaméricanisme .

Depuis septembre 2009, il est professeur à l'Institut universitaire européen de Florence (Italie), où il dirige le Programme méditerranéen. Olivier Roy mène une réflexion sur les rapports entre le politique et le religieux qui s'attache principalement à l'Islam.

En 2011, Olivier Roy participe à la rencontre Bilderberg, qui regroupe "l'élite auto-proclamée" médiatico-politico-financière de la planète.

Source : Wikipedia

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

03:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : loi 1905, olivier roy, respect mag, laicite, religion, islam, musulmans, chrÉtiens, juifs, athees | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

25/09/2012

L'OMS ANNONCE UNE NOUVELLE MALADIE: LE VIRUS A DÉJÀ TUE 2 PERSONNES!

oms,coronavirus,sras,arabie saoudite,qatar,pelerinageElle est pour l'heure, sans nom ! Tout ce que l'on sait c'est qu'elle tue ! Deux personnes un Saoudien et un Qatari sont morts du coronavirus dont on a vite assimilé à la famille du SRAS.

 

Oh la la ! Encore une nouvelle maladie ! comme sait l'annoncer presque chaque année depuis au moins 2006 l'OMS, organisation mondiale de la santé. Je ne suis pas dubitatif car elle tue cette nouvelle venue. Au moins deux cas entre juin, le premier et septembre, le deuxième cas signalé... et dans la même région: Arabie Saoudite et Qatar.

 

Pas de restriction de voyage cependant pour le Pèlerinage à la Mecque. Ouf! Mais, il est souhaitable, dis je, que chaque pèlerine et pèlerin en soit informé (e)!

 

e qui me choque cependant c'est la communication de l'OMS, le porte parole vient sans notes écrites ni anglais ni en français parlant d'un "virus sévère" et démentant ce qu'avait écrit hier une partie de la presse qui parlait d'une maladie proche du SRAS.

 

A signaler que ce coronavirus a attaqué une troisième personne, 49 ans, elle souffre d'insuffisance respiratoire et rénale. On signale que le virus ne se transmet pas d'homme à homme !

 

A l'ONU, la presse est tellement gentille que certains ont juste suivi le Monsieur à la recherche certainement d'un improbable scoop sur une maladie annoncée et dont l'OMS n'a pas pu nous dire clairement de quoi il s'agissait!

 

Eh bien, l'OMS devrait travailler vite et bien et nous dire de quoi il s'agit.

 

Et la vie continue en Syrie, au Mali, en RDC et à New York c'est l'assemblée générale de l'ONU à Addis, les deux Présidents des deux Soudan se réunissent.

 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur des publications du magazine panafricaine ne ligne www.ContinentPremier.Com

 

13:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oms, coronavirus, sras, arabie saoudite, qatar, pelerinage | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

18/09/2012

VERONIQUE GENEST: L'INSOUTENABLE AMALGAME D'UNE RACISTE AUTOPROCLAMEE!

La seconde mort de Mouss Diouf !

mouss diouf, julie lescault, véronique genest, racisme en France, algérie, armée française, sénégal, tirailleursGENEVE - Une actrice française, Véronique Genest, l'interprète de Julie Lescault, revendique tout haut, lors d'une émission télévisuelle, ce que, selon elle, beaucoup de Français cachent : l'islamophobie ! Et comme elle a du serpent dans le ventre, elle ne s'arrête pas en bon chemin, elle a peur de l'Islam car son fils a aussi peur des Noirs !!!! Ja ja ja!

Un ami d'enfance me fait remarquer sur ma page facebook : " Gorgui, à entendre ces propos de "Julie Lescault", je ne peux m’empêcher d'avoir une pensée à la fois triste et plein d'amertume sur cette hypocrisie qui anime cette personne... Je l'appelle Julie Lescault car j'essaie d'imaginer comment était la cohabitation entre son fils et l'acteur Mouss Diouf... Cachait elle son enfant pour lui éviter de voir son partenaire noir? ou mieux, le petit ne regardait jamais la serie, avec sa mere en commissaire de police..

Pauvres de nous qui concentrons en nous potentiellement ce que ces gens, ces tarés et racistes machiavéliques ont dans la cervelle depuis des temps immémoriaux : être Africain, Noir et Musulman !

Je ne savais pas que le Prophète Muhammad (PSL) était Noir !

Ce que je sais par contre c'est que le sang noir est bien présent dans la famille de Moïse, le Juif!

Je sais aussi que les Lumières dont on se targue si fièrement en Occident ont bien des racines pour ne pas dire ont adopté certaines pratiques de ma chère Afrique !

Peut être que tout le monde n'est pas initié! Je sais aussi qu'aucune civilisation n'est en soi pure !!!

Je sais aussi que l’État Français a menti aux Algériennes pour les emmener à se rebeller contre le FLN et soutenir son armée dont la sauvagerie de l'époque ne constitue plus un sujet de discussion !!!

Oui je sais aussi que l’État français, car les peuples sont plus intelligents que ces bouffons de politiciens ou autres pseudo intellectuels dont nous connaissons le Combat- je disais que la France a favorisé au Sénégal et ailleurs la pratique de la polygamie, un moyen soigneusement malhonnête pour faire accepter aux Tirailleurs musulmans leur ralliement pour la Défense de leur pays : la France.

Je pourrai écrire un Livre sur tout cela mais je prie tous les JEUNES Africaines et Africains de tout horizon de ne pas oublier ces quelques faits qu'aucun intellectuel ne peut récuser!

Le reste notre Dignité sera dans la quête de notre Indépendance sur tous les domaines.

Honte à Véronique Genest et aux responsables politiques français qui mentent qui falsifient l'Histoire mais nous sommes vigilants. C'est Fini les mensonges !!!!

La jeunesse africaine n'est plus celle que vous aviez colonisée assujettie réduite en une fausse amitié drainée en chaînes éparpillée dans la neige pour vous défendre.


Ils avaient 20 ans ! Ils sont morts pour vous libérer d'un homme, un seul : Hitler!


Aux quelques vivants, vous n'avez même pas payé les indemnités!


Eh bien au nom de quelle civilisation parle -t-on? : A Thiaroye, les compagnons de mon grand père Daouda Wane seront fusillés par l'armée blanche de France .

Vous devez maintenant la boucler ! Merde !

Oui l’égalité JUSQU'AUX DENTS !


 El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité aux Nations Unies, Directeur du Magazine Panafricaine en ligne www.ContinentPremier.Com



17:31 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : mouss diouf, racisme en france, cinéma français, noir en france, tirailleurs, armée française | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

16/09/2012

GENÈVE: Le Palais des Nations Unies s'offre aux peuples du monde!

2012 Nations Unies Genève, portes ouvertes onu, charte onuVisite des Nations Unies à l'occasion de la Journée Portes Ouvertes de ce jour, une queue belle et impressionnante attend impatiemment pour pénétrer au coeur du siège européen des Nations qu'abrite Genève le Canton-monde. 

 
Une foule colorée décidée à lever le voile sur ce grand bâtiment qui s'offre à elle allègrement ! Grands pères, Grands mères, Mères, Pères de Famille, Jeunes adultes hommes et f
emmes, enfants de diverses nationalités de diverses couleurs dans la même unité de race, dans le même élan de la construction de l'indivise Humanité ensemble pas à pas pour reconquérir l 'idéal onusien de l'édification durable de la Paix. 
 
Oui le Peuple des Nations Unies est là celui même qui ouvre la Charte du 6 juin 1945 avec ces mots : "We the peoples of the United Nations...!"
 
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du Magazine panafricain 

17:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 2012 nations unies genève, portes ouvertes onu, charte onu | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

15/09/2012

Dialogue-islamo-chrétien: Je félicite le Pape !

2012 Pape, Benoit XVI; dialogue religieux, terrorisme, benghazi, assassinat de diplomates, islam, christianisme, judaïsmeJe voudrais féliciter le Pape pour l’intelligente responsabilité de son discours sur le Dialogue islamo-chrétien. Suis également en pensées avec le peuple américain meurtri pour la mort de ses diplomates à Benghazi!

Je voudrais soutenir, en outre, et fondamentalement, l'urgente nécessité de se battre pour la dignité de tous les croyants.

Le terrorisme mental et psychologique exercé sur les croyants n'a aucun avenir !

Un Musulman comme un Chrétien, comme un Juif, etc vous dira «ma religion habite mon avenir», ce n'est donc pas en insultant les religions qu'on rendra ce monde meilleur ! Il faudrait plutôt investir dans l'éducation, l'enseignement de l'Histoire des Religions qui n'est pas la théologie, la tolérance et sur le développement pour combattre toute forme d'obscurantisme ou de terrorisme intellectuel visant à faire renoncer à la foi en Dieu. Par ailleurs, constatons que depuis Salman Rushdie et ses Versets sataniques, il y a déjà, 30 ans, le nombre de Musulmans dans le monde ne cessent d'augmenter !

Nous avons, aujourd'hui, créé le monde à notre image en ayant cru avoir «tué le Père» ! Alors les échecs de notre société sont inhérents à nos propres échecs, à nos égoïsmes, à nos suffisances, à nos trop de certitudes, à nos haines etc...

Un jardin est beau par la diversité et l'harmonie des fleurs qui le composent. Soyons les vrais jardiniers ou architectes de cet inclusif responsable et respectueux!

Rappelons que Benoît XVI avait, en 2005, dans son premier message Urbi et Orbi, appelé l'Humanité «à un éveil spirituel et à s'unir contre le terrorisme, la pauvreté et les atteintes à l'environnement»

En Bas toutes les haines !

En bas les manipulations !

En bas le terrorisme de quelque côté qu'il puisse venir !

Oui, "plutôt la vie" car l'homme est bien le remède de l'homme...

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

 

04:01 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : 2012 pape, benoit xvi; dialogue religieux, terrorisme, benghazi, assassinat de diplomates, islam, christianisme, judaïsme | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/09/2012

Coucou des Cordes Sur Ciel

DSCN0082.JPGJ'ai quitté ce matin les Cordes sur Ciel, à Genève l'on m'envoie des nouvelles du ciel: il pleut les cordes ! 10 heures, ma visite guidée de la Ville Rose commence, il a fait tout le temps grand beau en Midi Pyrénées, les quelques gouttelettes d'eau du matin, rinçaient les yeux du Ciel pour que la grande étoile puisse faire son grand défilé de mode. La place du Capitole est bondé de monde ! Hier, 

11 septembre, pour rendre hommage, à toutes les victimes de tous les terrorismes et autres accidents industriels, je me suis rendu, à l'ancien emplacement de l'Usine AZF de Toulouse. Aucun mouvement perceptible sur un grand pourtour, la pollution ? Pourtant quelques caravanes de Gitans font signe de vie, de jeunes filles sautent et dansent. Au moins ici, on ne viendra pas les chercher, qui sait ? Alors que le bus avançait, le train traversait à vive allure .... Ma camera s'est enfouie dans ces poussières de vie et d'existence... Demain, Genève, ma ville, je suis à toi, je t'embrasserai sans crainte, ton eau est source de vie, d'ensemencement....!
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du magazine panafricain 

16:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toulouse, pyrénées, tarn, capitole toulouse, 11 septembre, terrorisme, azf toulouse, gitans | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

10/09/2012

LES SPECTACLES ONESIENS: 25 ANS AU SERVICE DE LA CULTURE!

25 ans de divertissement intelligent, d’émerveillements, de spectacles de qualité pour tous les publics. L'aile culturelle de la Ville d'Onex peut se réjouir de son dynamisme et fêter avec dignité ses 25 ans d'existence en février 2013. La saison 2012-2013 est ouverte dans quelques jours «avec un feu d’artifices de spectacles qui ont fait le succès de la scène onésienne, plus quelques nouveaux coups de cœur» a annoncé Cyrille Schnyder-Masmejan, responsable du Service culturel. 

 

 La programmation éclectique fait part à un savoureux mélange de spectacles variés et surprenants venus des quatre coins du Monde, entre humour et musique. Les dix musiciens du Grupo Compay Segundo offriront un show que tous les aficionados du « son » cubain attendent avec impatience.

Le fameux festival les Créatives aura 8 ans, la jeune princesse a déjà convié sur scène deux artistes Nadéah et Brigitte en attendant de compléter sa liste d'invitées le 19 septembre prochain.

Restant fidèle au dialogue nécessaire entre les générations, les Spectacles Onésiens débutent la saison avec Duel «OPUS 2», un spectacle international et tout public dès 8 ans les 20 et 21 septembre à la salle communale d’Onex à 20h30

Nb: Plus d'information sur la programmation cliquez sur ce lien:

ONEX.jpg

12:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Présence d'Ansar Dine au nord du Mali : Me Kassoum Issa Tapo accuse le Conseil de sécurité et la France de laxisme!

PhotoTAPO.jpgArrêté deux fois, il était avec le président Soumaila Cissé quand il a été sauvagement agressé, le député est amer et s'interroge : «Pourquoi la passivité de la communauté internationale face à un problème qui dépasse largement le Mali ?». Venu rencontrer la presse onusienne à Genève, le Président du Comité des droits de l'homme de l'Union interparlementaire ne demande rien d'autre qu'une intervention armée de la communauté internationale pour déloger les terroristes d'Ansar Dine qui occupent le Nord Mali. Concernant la destruction des mausolées à Tombouctou, Me Kassoum Tapo craint qu'il ne reste plus de mausolée dans cette partie du territoire malien.

 

Me Kassoum Tapo ne comprend pas l'attitude de la France et des Nations unies face aux terroristes du groupuscule islamiste, Ansar Dine, qui règne en terreur au Nord du Mali n'hésitant pas à proférer des menaces ouvertes sur le reste des pays de la sous-région. Président du Comité des droits de l'homme de l'Union interparlementaire (Uip), le député malien, compte mobiliser cette organisation créée en 1889 et siégeant à Genève pour sensibiliser les parlementaires du monde entier. Député malien, Président de la Commission des droits de l'homme de l'Union interparlementaire, Me Tapo demande l'intervention militaire de l'Onu au Mali. Il indexe également la France qui devrait être, selon lui, le premier pays sur le terrain. «Au Mali, nous sommes en train de vivre un cauchemar. La nature du problème malien a carrément changé. Nous sommes en face d'une occupation terroriste avec des gens armés de ressources illimitées», souligne-t-il, mentionnant que «l'armée malienne est en parfaite déliquescence».

 

Selon lui, le Mali n'a pas les moyens militaires de libérer le Nord. «Sans cette libération, comment organiser des élections avec 2/3 du pays ? », s'interroge-t-il. Il signale, par ailleurs, que l'actuel gouvernement n'a posé aucun acte concret pour libérer le Nord et aucun dialogue n'a été engagé. La balle est donc dans le camp du Conseil de sécurité, «mais il n'est pas suffisamment engagé ou déterminé». Au niveau interne, il y a une bonne volonté de la classe politique mais la situation la dépasse. La transition a été fixée à un an. C'est à craindre qu'on en arrive à la même situation que la Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo, alerte Me Tapo.

 

Intervention militaire

 

Interrogé sur l'envoi de soldats au Mali pour déloger les terroristes, Me Tapo se veut plus que clair : «Nous ne demandons que cela. La classe politique, qui s'est opposée au Coup d’Etat militaire dès le début, ne demande qu'une intervention militaire. Cette intervention ne devrait pas être menée uniquement par la Cedeao, elle nécessite un appui logistique de la France et des Etats-unis».

 

Les choses traînent

 

Le Conseil de sécurité n'a pas encore donné le mandat nécessaire à la Cedeao et la France dit qu'elle n'agira pas sans un mandat des Nations unies. Le Conseil de sécurité, dénonce le député malien, est beaucoup plus préoccupé par la Syrie que par le Mali. En Syrie, la France s'y démène comme un diable pour obtenir une intervention onusienne. Au Mali, les mausolées sont détruits un par un ; les mains de supposés voleurs sont coupées jusqu'à ce que mort s'en suive ; un couple accusé d'adultère est frappé et humilié en public. Le porte-parole de Ansar Dine continue allègrement à coups d'interviews dans la presse occidentale et récemment sénégalaise à narguer la communauté internationale avec l'assurance qu'elle ne réagira pas. «Le représentant du Mla avait les faveurs et le soutien de la France», glisse Me Kassoum Tapo.

 

«Chassés par les islamistes, des responsables du Mla sont venus vers nous pour négocier. Le deuxième vice-Président de l'Assemblée malienne est un Touareg. Aujourd'hui, nous ne sommes plus en face d'une question de minorité touareg mais face à un problème de jihadistes, de terroristes et de trafiquants de drogues», martèle l'avocat. Qui enfonce d'autres pays qu'il ne cite pas : «Ces gens sont revenus de la Libye avec le financement de certains pays arabes et des grands trafiquants de drogues». La France n'est pas active ni préoccupée par la situation au Mali, entonne le député pour qui «rien que l'image de la destruction des mosquées à Tombouctou devrait leur suffire pour intervenir». «Les intérêts au sein du Conseil de sécurité déterminent les réactions», croit-il savoir.

Crédit Photo: ContinentPremier.Com/ Me Kassoum Tapo (costume) lors de sa conférence de Presse avec Mme Pandya Jemini, Porte paroles de l'IUP

 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com 

02:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

07/09/2012

"La lugubre élucubration de M. Millet": Le Clézio dénonce une corruption de la pensée contemporaine.

Jean Marie Gustave Le Clézio, Prix Nobel de la Littérature, multiculturalisme, racisme, xénophobie, Anders Breivik, Norvège, france,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une tribune exclusive, publiée par le Nouvel Observateur, J.M.G. Le Clézio, Prix Nobel de littérature (2008) réagit, à la publication du livre de Richard Millet, «Eloge littéraire d'Anders Breivik».

Le Clézio s'étonne de la banalisation du racisme, du rejet du multiculturalisme, de la propension actuelle de certains intellectuels, notamment en France, à légitimer des actes de xénophobie et de folie comme celui de Breivik sous le couvert de la liberté d'expression. Après avoir avoir présenté le cas Breivik, l'éloge qui a été consacré à ce tueur froid par un auteur-éditeur français Millet, Le Clézio annonce avec force:

«La question du multiculturalisme, qui semble obséder si fort certains de nos politiques et quelques-uns de nos prétendus philosophes, est une question déjà caduque. Nous vivons dans un monde de rencontres, de mélanges et de remises en cause. Les mélanges et les flux migratoires existent depuis toujours, ils sont même à l'origine de la race humaine (la seule race). Le multiculturel tel qu'on le nomme en ce moment n'est plus suffisant. Il fabrique des ghettos, isole les cultures et favorise le durcissement de leurs radicalismes.». Le Prix Nobel de la Littérature se pose alors cette question fondamentale: «Si Céline est un génie et un provocateur, est-il suffisant d'être provocateur pour avoir du génie?».

Lire ici l'excellent texte de Le Clézio publié par le Nouvel Observateur:

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20120905.OBS1344...


Photo: Merci Olsson -Copyright © Nobel Media AB 2008 

Par El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications du magazine panafricain 

www.ContinentPremier.Com

02/09/2012

Henri Lopès, Écrivain, Homme politique : "La littérature africaine est une nouvelle fleur dans le jardin de la création littéraire."

henri lopes, ambassadeur congo paris, brazzaville, kinshassa, une enfant de poto poto, gallimard, indépendance en afrique,pygmalion, sénégal, senghor, francophonie, credo francophone, états-unis, france, langue africaine,

Genève/Québec- Entre le Salon international du Livre et de la Presse à Genève en Suisse où il était invité par les organisateurs pour notamment promouvoir son dernier ouvrage Une enfant de Poto-Poto et le premier Forum mondial de la langue française, à Québec, où il a présenté un grand texte intitulé «Mon credo francophone», l'ambassadeur Henri Lopès a levé un coin du voile sur sa vie d'homme politique et de culture. Sa littérature est elle inspirée des expériences politiques en Afrique, son métissage, la Francophonie, regard sur la littérature africaine d'expression française 50 ans après les indépendances, son viatique à la jeunesse? Henri Lopès s'exprime en toute liberté et avec sagesse. ( Entretiens). 

  Pouvez-vous nous présenter votre dernier livre Une enfant de Poto-Poto, publié cette année chez Gallimard ?

C’est une histoire d’un trio ou la narratrice est une femme et elle a une grande amie Pélagie et elles font connaissance le jour de l’Indépendance du Congo, c’est-à-dire le 15 août 1960 et ces deux personnages nourrissent des relations d’amitiés très fortes et, en même temps, une rivalité autour d’un troisième personnage, qui est peut être un autre personnage central, Franceschini, leur professeur, qui, petit à petit, va devenir aussi leur Pygmalion. Chacune est amoureuse de lui. L’une d’entre elle va l’épouser et toute l’histoire se passe successivement au Congo, en France, aux États-Unis, où l’une d’entre elle va s’installer, et devenir elle-même écrivain.

D'où vient le titre Une enfant de Poto-Poto ?

Parce que Poto-Poto est un quartier particulier de Brazzaville, connu d’une part pour son ambiance joyeuse, festive. C’est là où l’on trouvait, dans les années 50, 60, 70, les bars les plus à la mode où l’on jouait les nouvelles rumbas. Poto-Poto c’est aussi une culture parce que parmi les quartiers qu’on appelait, à l’époque coloniale, «indigène», c’était le plus cosmopolitique. Alors que le quartier Bakongo, au sud de Brazzaville, était, lui, ethniquement plus homogène. Poto-Poto est le quartier où on trouve toutes les tribus du Congo et où vivent également les autres Africains, en provenance notamment du Sénégal, du Mali, de la Mauritanie et qui sont devenus des Congolais. Quand quelqu’un dit je suis un enfant de Poto-Poto, il veut dire qu’il a côtoyé des gens d’origines diverses et qu’il n’est pas marqué par des préjugés tribaux; qu’il a une vision beaucoup plus cosmopolitique.

Vous êtes vous-même un métis culturel, mais qui êtes vous réellement Henri Lopès?

Moi-même je ne sais pas qui je suis réellement. J’écris pour le savoir. Le saurai-je vraiment un jour? Êtes-vous sûr, vous-même, de qui vous êtes? Si Socrate a déclaré «Connais-toi toi-même» c’est que c’est la chose la plus difficile. C’est une discipline, une méthode, une attitude intellectuelle que de parvenir à sa propre connaissance.

Mais pour ne pas être très trouble je dirai que moi-même je suis fils de métis. Je suis un métis issu de deux métissages. Mon père est fils d’un Belge et d’une Congolaise de Kinshasa et ma mère était une métisse d’un Français et d’une Congolaise de l’ethnie des Bagangoulous. Ma grand-mère était un personnage d’une forte personnalité. Lorsque je m’entretenais, en lingala, avec elle, une analphabète, j’avais l’impression d’avoir en face de moi Socrate et moi de devenir un analphabète.

Et Le Pleurer rire (Présence africaine, 1982), qui vous a fait le plus connaître, est-ce une réalité vécue ou le fruit de l’imagination créatrice de l’écrivain que vous êtes ?

C’est la question que l’on pose souvent à l’écrivain. Je pourrai me réfugier derrière la fameuse formule de Flaubert: « Mme Bovary c’est moi ». Un créateur part de la réalité. Mais s’il n’en reste qu’à la réalité, il ne crée pas un roman. Il fait un reportage. L’écrivain se réserve une dose de liberté et fait jouer son imaginaire, sa fantaisie. L’essentiel n’est pas de savoir s’il copie bien la réalité mais d’apprécier sa recréation, sa transfiguration de la réalité. Tout est permis à l’écrivain pourvu que son œuvre soit bâtie autour d’une logique interne.

Quel est votre regard sur la présence de la Littérature africaine dans le monde?

La littérature africaine est à tout fait récente. Je me suis amusé à faire un chronogramme: on pourrait poser par exemple que le 1er janvier du roman c’est la Princesse de Clèves et qu’aujourd’hui nous serions le 31 décembre. Un tel chronogramme nous montrerait que la littérature africaine commence dans la deuxième quinzaine de décembre.

C’est dire que nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour évaluer sainement la littérature africaine. En effet à l’exception des écrivains du Maghreb et du Machrek, qui appartiennent à une civilisation écrite, nous sommes nous de traditions orales. Nos langues ont été, tout au plus, transcrites. Il faut donc se garder de porter des jugements hâtifs sur la littérature africaine. La littérature africaine intéresse le monde entier parce qu’elle est neuve. Riche de mille potentialités. La littérature africaine se révèle aujourd’hui originale par ses thèmes, son environnement, ses cultures, longtemps ignorés, ou méconnus. En même temps c’est une littérature qui nous parle d’hommes et de femmes qui ont un cœur, des sentiments, une âme et des esprits communs à l’espèce humaine. La littérature africaine est une nouvelle fleur dans le jardin de la création littéraire. Or, les fleurs ont des couleurs, des odeurs, des parfums différents. Par ailleurs toutes les fleurs ne poussent pas à la même époque, à la même saison. On peut dire donc que la littérature africaine est dans un moment de grand bouillonnement. Lorsque j’étais étudiant, j’ai découvert moi-même la littérature africaine à traversl’Anthologie de la Poésie Nègre et Malgache de Senghor. Je me donnais alors la discipline de lire toute la production littérature africaine qui paraissait. J’avais peu de grains à moudre. Aujourd’hui il est impossible de lire tout ce qui se produit en Afrique. La littérature africaine est vaste, de qualité variable, comme toutes les littératures, mais elle a le mérite d’exister. On sent qu’il y a quelque chose.

Vous êtes ici à Québec invité de l'OIF, êtes - vous candidat pour le poste de Secrétaire général de la Francophonie?

Non. Il faut être réaliste. Cette année, je vais avoir 75 ans. J’atteins un âge vénérable. Or, être Secrétaire général de la Francophonie, c’est être capable d’un grand dynamisme car il y a beaucoup de travail, on voyage beaucoup, on doit animer, dynamiser des structures… Je peux contribuer d’une autre manière à la réflexion sur la francophonie et à sa vie.

Quel pourrait être votre message à la jeunesse africaine au vu de votre longue carrière politique et d’auteur ?

Je n’ai pas fait de carrière politique, j’ai fait un parcours politique. Je n’ai jamais voulu être un animal politique. J’ai été conduit à la politique parce que j’appartenais à la génération qui est arrivée à la majorité civique en même temps que l’Indépendance de nos pays. J’ai tout naturellement pensé qu’il était de mon devoir de contribuer, de participer à la construction nationale de mon pays. Ce faisant, j’ai sans doute fait des choses intéressantes mais j’ai également commis des erreurs. Ce dont je suis sûr c’est d’avoir toujours été honnête, même quand je me trompais. C’est surtout mon travail littéraire que je voudrais qu’on retienne.

Article publié dans ContinentPremier.Com et Walfadjri-Sénégal

Lien: http://continentpremier.com/?magazine=65&article=1846

Propos recueillis par El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur des publications du magazine panafricain en ligne   Www.ContinentPremier.Com

12:31 | Lien permanent | Commentaires (17) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye