28/08/2012

Al-Haj Adam Youssef, Vice-Président du Soudan: «Nous voulons régler le problème avec le Sud Soudan à travers le dialogue.»

adamyoussef-soudan_thumb_medium380_0.jpgLe Soudan va adopter une nouvelle Constitution basée sur la Loi islamique communément appelée charia. Après la division du pays par un référendum le 9 juillet 2011, des problèmes ont surgi du côté de la frontière avec le nouvel État du Sud qui a bloqué le passage de son pétrole par le Nord. Un récent Accord obtenu grâce à l'Union Africaine et à Hilary Clinton devrait permettre le redémarrage des raffineries qui se trouvent au Nord. Le Sud Soudan est né dans la douleur.Khartoum vit également une situation de tensions permanentes avec Juba. Le décryptage du Vice-Président soudanais Adam lors de notre visite au Soudan.

 

 De la séparation du Soudan

Les USA ont travaillé pour la séparation entre le Nord et le Sud... pour le pétrole! L’Amérique a également boycotté la réunion des bailleurs sur le Soudan. Du soutien a été annoncé pour le Soudan afin de faire face à la nouvelle situation consécutive à la séparation d'avec le Sud ( une perte de 75 à 80% de son investissement pétrolier etc...). La conférence programmée pour aider le Soudan a été annulée à cause des pressions exercées par les États-Unis et de nombreux pays occidentaux.

Crise du Darfour

La crise est créée par le manque de développement qui est la première source des conflits au Soudan. Nous avons besoin d'éducation, de routes, d'électricité ... L'Accord de Doha a mis fin à la guerre mais nous devons développer la région. C'est pour cela que le soutien de la Communauté internationale est importante. Toute l'assistance qui nous a été promise n'est pas arrivée. Le soutien financier n'est pas arrivé parce que la stratégie américaine était de séparer le Soudan. Les Américains veulent punir tout État qui veut soutenir le Soudan.

La situation est bien sous contrôle au Darfour. En tout cas, elle est meilleure qu'auparavant. Les réfugiés sont entrain de retourner chez eux.

Aujourd'hui, les pays qui soutiennent le Soudan du Nord sont la Chine, la Malaisie, les pays arabes et la la Russie.

Blocage du pétrole du Sud

Ils ont arrêté de faire passer leur pétrole dans le pipeline qui passait sous notre terre mais en déviant leur pétrole, Dieu nous a pourvu en or et partout les gens ramassent de l'or.

Le Sud Soudan mal parti?

Nous sommes prêts à avoir de bonnes relations avec le Sud Soudan mais il ne faudrait pas qu'ils nous créent des problèmes notamment dans nos frontières. Les deux pays doivent regarder ensemble vers le futur.

Au lieu d'essayer de se développer et d'aller de l'avant, les Sud Soudanais ressassent ce que le Nord leur a fait en mal etc... Ils ne font que parler du Nord. Cela ne les aidera pas. Quoiqu'il en soit ils ont besoin d'avoir de bonnes relations avec le Nord. «Ils ont pensé que nous les avions délaissé alors que sans la paix rien ne peut se bâtir. La guerre a effectivement plombé le développement du Sud» reconnaît le Vice-Président.

Les responsables actuels au Soudan du Sud ont été ministres, membres du Parlement au Soudan Nord etc... «Nous leur demandons de ne plus soutenir les rebelles et de ne plus interférer dans les affaires de notre pays.». Nous le leur demandons d'autant plus que le Soudan du Nord n'abrite aucun rebelle du Sud qui serait tenté à déstabiliser leur pays. Mais ils veulent un changement de régime au Nord. Ils considèrent que nous sommes un régime arabo-musulman et qu'eux n'étaient pas arabes c'est pourquoi ils ont demandé leur indépendance. «Seulement nous tenons à dire au monde entier que nous tenons à notre souveraineté et à notre vision.». La rébellion est concentrée sur ces différentes régions ( Nuba (montagnes), le Nil Bleu, mais les soldats pensent qu'ils ont un droit sur ces localités. Les anciens rebelles soutiennent que le SPLA les a laissé tomber depuis qu'ils ont eu leur État. «Ils se sentent utilisés et rejetés ensuite». Le SPLA vise la déstabilisation du Soudan. Le Vice-Président a annoncé d'ailleurs qu'ayant perdu son pétrole du fait de la séparation avec le Sud, l'or est partout et les populations ramassent ce métal précieux.

Quid du SPLA

Le SPLA veut déstabiliser le SoudanVingt (20) ans de lutte, ils n'ont rien obtenu alors ils veulent aussi un État comme le Sud. Le SPLA a l'ambition de mettre sur place un État séculaire, anti Islam et anti-Arabes. Depuis 30 ans, c'est cela leur mandat. Les rebelles sont soutenus par le Sud Soudan, lui même, soutenu par les États-Unis, Israël, et à une moindre mesure la France.

Démocratie

Quinze partis (15) politiques sont représentés au sein du gouvernement soudanais. Cette présence des partis dans la gestion des affaires politiques est une des résultantes des négociations entre les dirigeants d'horizons divers. Les négociations ont duré deux ans.

Les rebelles sont des factions soutenues notamment par les États-Unis d'Amérique. Notre gouvernement ne se laissera pas faire car nous sommes responsables.

Le gouvernement soudanais a un seul plan, c'est d'avoir une stabilité et un développement harmonieux. Nous voulons une nation unie.

Liberté religieuse

La valeur de la personne dépend de la manière dont elle traite les autres, explique le vice-président Adam qui poursuit que je ne peux condamner quelqu'un parce qu'il est noir ou blanc. La couleur de la personne est innée. Beaucoup de gens condamnent la charia sans vraiment la connaître.

 
Attentes

Les Soudanais attendent de leurs pays amis et de la Communauté internationale un appui sur les domaines de l'éducation, du commerce et la signature de nouveaux accords bilatéraux et multilatéraux.

Propos recueillis, à Khartoum, par El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur des publications Magazine panafricain  Www.ContinentPremier.Com

12:35 Publié dans SOUDAN | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | Gorgui Ndoye

Les commentaires sont fermés.