07/07/2012

Une indignation légitime pour la défense de la langue française

gorguiWadeNDOYE.jpgLe Forum des indignés de la langue française ouvert le 2 juillet 2012 par le Secrétaire général de la Francophonie a pris fin le 6 juillet 2012 à Québec, berceau de l'Amérique francophone. La tenue de ce premier forum de la langue française qui a réuni 1500 personnes de 104 pays a été voulue par les Chefs d'État de la Francophonie sur initiative du Président Abdou Diouf Secrétaire général de l'organisation internationale de la a Francophonie.

Une quinzaine de propositions sur la Table des Chefs d'État de la Francophonie. Des jeunes ont porté haut le flambeau de cette francophonie plurielle, celle des peuples. La Francophonie comme expression d'un humanisme vivant qui souhaite apporter sa promesse dans la redéfinition des relations des hommes entre eux des peuples entre eux par le truchement de langue française. Cette langue est pour nous Africains un héritage, l'autre parle de butin de guerre, un autre d'outil de notre aliénation, encore un autre un moyen pour nous peuples de la polyphonie un outil singulier de nous adresser au reste du monde. La langue française du Sénégal certes le plus proche de celle de France n'est pas celle du Québec ni de la Suisse, ni celle de la Côte d'Ivoire...

Chaque peuple a su dompter par son tempérament cette langue pour la débarrasser de toutes scories dominatrices pour en faire sa langue. Une langue qui peut certainement être en conflit avec nos langues nationales si l'on fait une analyse rapide et superficielle de sa prégnance dans nos sociétés, mais c'est oublier le message subliminal de la diversité que véhicule non seulement cette langue mais la Francophonie telle que définie par Léopold Sedar Senghor qui demandait d'installer d'abord confortablement le nouveau né dans sa langue maternelle. Défendre cette langue n'est pas soutenir un colonialisme français moribond ni lutter contre cette belle et exaltante langue de Shakespeare que nos enfants ont tout intérêt à apprendre pour multiplier leurs relations avec le monde. Pour ma part je me réjouis de pouvoir parler français, de travailler en anglais, de prier en arabe, de rêver en Wolof, de sentir l'espagnol, d'entendre même le chinois en ouvrant mes oreilles et mon cœur à autrui.... N'est ce pas, vous aussi ?

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, Journalsite, Observateur de l'utilisation de la langue française aux Nations Unies et dans les organisations internationales.

 

Commentaires

"Pour ma part je me réjouis de pouvoir parler français, de travailler en anglais, de prier en arabe, de rêver en Wolof, de sentir l'espagnol, d'entendre même le chinois en ouvrant mes oreilles et mon cœur à autrui.... N'est ce pas, vous aussi ?"

Que tous les anglophones vous entendent...

Écrit par : Michel SOMMER | 07/07/2012

Les commentaires sont fermés.