26/04/2012

BENABAR A L'ARENA DE GENEVE: LA FETE SERA BELLE!

benabar.jpgJeudi prochain, le 26 avril 2012, à 20 heures, Bénabar est à Genève.  Le concert de Bénabar, luron mélan-comique, nous dit-on, est présenté à l'Arena de Genève par Opus One et Caramba Spectacles.

Bruno Nicolini de son vrai nom, sait se donner sur scène avec une générosité qui en dit long sur son professionnalisme l'amour de la musique et le respect au public.

L'auteur de « Ta main à nos enfants » joue avec une habileté désarmante de la proximité entre drame et drôlerie, le chanteur éprouve son public en le faisant basculer continuellement d'une émotion à l'autre. Les mélomanes et autres festivaliers qui l'ont découvert au Paleo Festival de Nyon reprendront bien un concert de l'interprète de « Reprise des négociations » et « Infréquentable », deux albums disques de Platine.

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité aux Nations Unies, directeur du magazine www.ContinentPremier.Com

Infos:

BENABAR
Nouveau Spectacle 2012

Arena, Genève
Jeudi 26 avril 2012

Concert à 20h00
Portes à 18h30

Places debout : CHF 55.-
Places assises, non numérotées : CHF 65.-

02:02 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : benabar, musique francaise, 2012 paleo, arena genève, opus one, caramba | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

25/04/2012

HENRI LOPES AU SALON AFRICAIN DU LIVRE: SUIVRE NOTRE DEBAT.

Premiers jours des indépendances africaines, la question tribale et identitaire en Afrique, la question de la tension de l'hybridation ( ici chez les métis), la quête de soi, les problèmes socio économico politiques (transhumance, corruption, prostitution), la littéraire africaine etc, je soulèverai cet après-midi de 17 heures à 18 heures 15 toutes ces questions avec l'écrivain Henri Lopès, ancien premier ministre du Congo actuel ambassadeur en France et le jeune Gabonais Janis Otsiemi qui taquine avec originalité le polar. Rendez-vous en ce jour officiel de l'ouverture du Salon international du livre et de la presse sous le baobab au Salon Africain qui tient sa 9ème édition.

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité à l’ONU, directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

16:24 Publié dans SALON DU LIVRE 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brazzaville, genève, littérature africaine | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/04/2012

Ahmed Ben Bella : Un homme qui refusa toute sa vie d’être raciste envers ses oppresseurs français !

 

Ahmedbenbella.jpgAu Peuple d'Algérie Frère et à tous les Africains, mais aussi à ses amis français, je présente mes condoléances pour le rappel à Dieu d'Ahmed Ben Bella, le premier Président de l'Algérie libre. Je voudrais respectueusement m'incliner devant sa mémoire pour la lutte mémorable qu'il a menée avec les autres Algériens pour la libération de leur pays sous joug colonial.

Je ne vous dirai pas que s'il n'y avait pas cette guerre que les différents gouvernants français nommaient honteusement la crise d'Algérie, l'Afrique Noire ne serait jamais libre, en tout cas, et clairement dans les années 60.

La Loi cadre ou Defferre a été précipitée en 1956 pour mieux s'occuper de l'Algérie dite française. Le Maroc de même que la Tunisie ont été libérés pour mieux s'occuper de l'Algérie! Mais ces deux nouveaux Etats ont fait jouer les liens de sang, la fraternité religieuse pour soutenir le FLN et éviter l'encerclement des Fellaghas!

Des Sénégalais ont été envoyés pour casser de l'Algérien, ils étaient Musulmans pour certains mais ils luttaient pour l'intégrité territoriale de leur patrie: la France qui allait de Dunkerque à Mostaganem!

Aux Nations Unies les Africains s'étaient divisés en pro Français et pro Algériens. Les nouveaux Etats africains indépendants ont eu des postures différentes quant à la question algérienne. Entre Africains on s'est même traités de traitres selon qu’on est pour ou contre la cause algérienne! C'est dire la centralité de la question algérienne à l’époque dans les relations internationales!

Et contrairement à ce que certains ont soutenu, Léopold Sédar Senghor, l’ancien président du Sénégal et futur membre de l’Académie française celui-là même qui a corrigé la Constitution française de 1946 était bien pour l'Algérie indépendante. Sur ce dossier il était sur la même ligne que son ancien premier ministre et rival Mamadou Dia.

 

L'autre secret c'est qu'effectivement l'une des raisons fondamentales de la séparation du Mali ( ancien Soudan français) et du Sénégal est liée à la crise algérienne. Le Général de Gaulle avait d'autres chats à fouetter que de s'occuper de la Fédération du Mali.

Ben Bella un homme du pardon

Je retiens de Ahmed Bella que j’ai rencontré deux ou trois fois à Genève et qui m’a fait le plaisir de me recevoir longuement en tête dans son bureau à la Fondation Nord Sud Développement, cet homme qui a refusé jusqu’à la fin de sa vie de détester ceux qui avaient opprimé son peuple, ceux contre qui il s’est battu. Lors de la préparation de Conférence de Durban à Genève, il me confiera : « Je ne peux être raciste.». Je lui ai fixé un regard profond pour lui dire sans ouvrir ma bouche et pourquoi et comment ? Le sage africain, me dira alors : « Vous savez quand nous luttions pour notre indépendance des Français étaient aussi avec nous. Et quand j’ai failli être tu Saumure, ce sont des Français comme Jean Paul Sartre qui m’ont sauvé la vie. »

Il s’appelait Ahmed Ben Bella. Musulman, résistant face au colonialisme c’est-à-dire la domination de l’homme par l’homme. Il avait 95 ans. Il est Algérien. Il est né Français. Il meurt chez lui en Algérie algérienne auprès de sa famille.

Repose en paix Doyen

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste sénégalais accrédité aux Nations-Unies, directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

 

04/04/2012

La République du Sénégal fête ce jour son 52ème anniversaire

 

Tirailleurs_Senegalais.jpg52 ans d'indépendance ! Le Jeune État sénégalais a célébré ce jour son anniversaire. En ce jour retour du premier jour de la liberté (officielle), je pense profondément à toutes les générations de Noirs Africains morts pour la Liberté des peuples du monde. Des anciens esclaves qui se sont organisés pour démanteler le commerce le plus honteux de l'Histoire Humaine, aux révolutionnaires qui ont tenté, le plus souvent, en vain de construire un Vrai État Africain, à nos pères et grands pères tirailleurs sénégalais, à l'armée du Sénégal l'une des plus disciplinées et des mieux formées de l'Afrique, je rends un vibrant hommage et m'incline pieusement devant les pertes en vies humaines. Mais votre pays est debout aujourd'hui plus que jamais. Ni votre sang versé ni vos énergies déployées n'ont été vains. Notre liberté nous essayons tous les jours de l'ancrer. L'Espoir est plus que permis... Et nous serons présents les mains pleines de promesses au Rendez-vous du Donner et du Recevoir::: hier, aujourd'hui comme demain....

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur de publication du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

Photo: Tirailleurs sénégalais en France pendant la 1ère Guerre.