19/01/2012

Les 54 Etats du continent africain méritent-ils un siège au Conseil de Sécurité ?

ibaderthiam.jpgL'Afrique peine, encore, à peser, véritablement, sur le cours des évènements mondiaux. D'éminents intellectuels africains et européens réunis le vendredi 13 janvier 2012 à la Salle 12 des Nations Unies à l'occasion du 7ème anniversaire du magazine panafricain ContinentPremier.Com édité à Genève ont abordé la thématique de « l'Afrique dans la nouvelle géopolitique mondiale : souveraineté et démocratie. ». Extrait de la communication du Pr Iba Der Thiam, agrégé d'Histoire, Médaille d'Or de l'UNESCO, Commandeur de l'Ordre de la Pléiade de l'Organisation Internationale de la Francophonie.

(.... )L'Afrique a été découpée en morceaux, à Berlin, en 1885. On l'a colonisée. On lui a imposé le travail forcé, les réquisitions et les corvées, les brimades et les humiliations, l'Apartheid, le néocolonialisme, des accords de partenariat économique injustes, fondés sur l'échange inégal, des élites dirigeantes beaucoup plus soumises aux maîtres occidentaux, qui les ont choisis, qu'aux Etats, dont ils sont originaires (...)

Certaines puissances, alliées aux pays colonisateurs, en ont profité pour continuer de considérer que les 54 Etats Africains ne méritent pas de jouer un rôle significatif dans la gouvernance mondiale, si bien que l'Afrique est absente du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Elle est mal représentée au sein du FMI et de la Banque Mondiale, ainsi que du G8 et du G20, où elle n'occupe qu'un rôle de figurant.

Les règles de l'OMC foulent au pied ses intérêts et privilégient ceux des pays riches.

La Cour Pénale Internationale semble n'avoir été créée, que pour les seuls africains, alors que les tenants de l'Apartheid vivent, voyagent et dorment en paix, comme bien d'autres, dans le reste du monde. Avec un attrait de presse, on a fait de l'Afrique, le continent de la corruption, des élections frauduleuses, de l'incompétence des élites, la patrie du tribalisme, de la dictature, incapable de prendre, seule, en main, son destin..

A la première crise, on fait appel à l'étranger, au nom d'un droit d'ingérence à géométrie variable.

suite de l'article ici:http://www.afrik.com/article24557.html

(Afrik.Com)

Par le Professeur Iba Der Thiam dont vous verrez la totalité du discours sur :

http://www.continentpremier.com/?magazine=62&article=...

Commentaires

Bonsoir, si seulement l'Afrique chrétienne pouvait virer les islamistes et prendre les places occupées illégalement, ce serait très positif.

L'ONU est devenu le repaire d'états criminels et menteurs il faut dé-construire le machin...

Courage!

Écrit par : Pierre NOËL | 20/01/2012

Les commentaires sont fermés.