20/11/2011

Dépasser la haine, construire la paix : Une contribution utile pour la reconstruction aux Grands Lacs.

Grands_Lacs.jpgCoédité par les Editions d'en bas, Editions Couleur Livres, Editions Charles Leopold Mayer, le livre Dépasser la haine, construire la paix présenté récemment à la presse nationale et internationale en Suisse, est destiné à faire connaître des témoignages de paix de la région des Grands Lacs africains. Tustsis comme Hutus y prennent la parole comme pour dessiner une mosaïque balsamique représentant dans sa diversité un havre d'unicité et de paix. « Courageux et nécessaire », ce livre porte l'empreinte de Justin Kahamaile, trop tôt disparu en 2009.

GENEVE- « Au-delà d'une éprouvante traversée de l'horreur, ce livre donne à voir et à entendre l'œuvre de sentinelles qui, sur le terrain, ne laissent jamais la haine avoir le dernier mot. Au quotidien, ils osent affronter l'adversité pour construire un avenir où la dignité de toute personne, quelle que soit son origine, puisse enfin être reconnue», lit-on en quatrième de couverture.

Au cœur des drames de cette région d'Afrique, Justin Kahamaile, Tutsi du Congo, de parents rwandais, rappellent les éditeurs, a fondé l'Initiative de Genève pour la paix dans les Grands Lacs en rassemblant des artisans de la paix de tous bords et en les invitant à raconter leur action en faveur du vivre ensemble.

Dépasser la haine, construire la paix a été donc son rêve. Mais c'est à travers les mains périssables de la dramaturge suisse Sandra Korol, du photographe Serge Boulaz, que ce livre prendra corps pour s'inscrire dans l'éternité des bonnes œuvres humaines. Les deux suisses ont pu transmettre, par écrit, en toute fidélité, les témoignages des personnes rencontrées et par l'image des instantanés saisissants de  différentes rencontres avec leurs interlocuteurs engagés à redonner un nouveau souffle d'humanité à cette belle région des Grands lacs meurtrie mais plus que jamais debout.

La main invisible de fidèles architectes

Mais il a fallu que ce projet fût porté par des amis et collègues du défunt Justin pour qu'il soit enfin entre vos mains. Et c'est cela aussi toute la sincérité primordiale et le mystère qui entoure ce livre. Parmi ces femmes et hommes de l'ombre, citons, notamment, Sophie de Rivaz Kahamaile, le physicien, et ami fidèle de l'Afrique, Jérôme Strobel d'Eirene Suisse et  Martyna Olivet de la COTMEC.

Ce livre est courageux car il appelle à enjamber l'ethnie, disons plutôt son instrumentalisation politicienne désastreuse pour aller vers l'autre. Sophie de Rivaz Kahamaile écrit d'ailleurs: « Justin savait que tisser des ponts avec l'autre, quand cet autre symbolise par son appartenance à un groupe celui qui a décimé vos proches, n'est de loin pas aisé ». Enfin, Dépasser la haine, construire la paix est nécessaire pour que des pays d'une richesse  minière insolente comme le Congo puissent enfin retrouver la paix des cœurs afin que la raison leur permette de vivre mieux et ensemble. Voici le message fort de ce livre qui constitue un projet de paix unificateur en cette veille de Noel comme un beau cadeau!

 

El hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité aux Nations Unies, directeur de publication du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

 

Dépasser la haine, construire la paix / Témoignages de paix de la région des Grands Lacs, sous la direction de Justin Kahamaile, Sophie de Rivaz Kahamaile, Martyna Olivet, Jérôme Strobel. Préface de Dominique Froidevaux. Postface de Jean-Eudes Beuret.  Avec la collaboration de  Eirene Suisse et de la COTMEC.  176 pages, 20 X 24 cm, 35 frs, avec un CD audio de Sandra Korol et Christine Gonzalez.

Les commentaires sont fermés.