07/12/2018

CRISE CARDIAQUE: UN AUTRE JOURNALISTE MEURT A 61 ANS !

Sidy Lamine Niass, Florent Dessus, Lyon, FRance, Senegalcrise cardiaque .jpgAlors qu'au Sénégal, on a enterré, finalement, ce jour, 7 décembre, Sidy Lamine Niass (67 ans) patron de presse , la France annonce la mort brutale, de Florent Dessus ( 61 ans). Et quelques similitudes entre les deux hommes de médias. Sidy était impliqué politiquement sans appartenir à un parti, son collègue français était lui un homme politique. Sidy était patron de presse le groupe Walfadjri, Florent l'était aussi jusqu'à ce matin pour Vox Rhône-Alpes ! Tous les deux ont eu plusieurs vies donc et oui . " c’est désormais dans l’au-delà qu’ils vont les poursuivre".

Personne ne sait quand et où sera le dernier jour ! Vivons dans la dignité, l'humilité, la générosité et dans la foi de nos convictions les plus nobles pour une meilleure Humanité ! 
Qu'ils reposent en paix
#Lyon #Presse#Senegal#Niass#Dessus


- EL HADJI GORGUI WADE NDOYE  - ContinentPremier.Com

21:47 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/12/2018

A FANON: Le mythe fécond de nos espérances généreuses, chaleureuses et fraternelles.

 

De sa tombe, au-delà de sa mort, FANON nous dit : « inventons la peau neuve, la pensée neuve l’homme neuf que l’Europe impérialiste a été incapable de faire triompher ». Sa voix clame forte et drue : « gardons-nous de l’attitude stérile du spectateur, éclairons-nous du faisceau quasi-grandiose de l’histoire mais attention, ayons confiance aux masses, aux peuples, comptons sur nos propres forces car la seule vie qui vaille la peine d’être vécue c’est celle-là même qui consiste à participer cérébralement et musculairement à la libération de nos peuples ! » 

DAKAR – ( Sénégal) - Le 6 décembre 1961 disparaissait Frantz Fanon à l’hôpital Bethesda de Washington. FRANTZ FANON qui est-ce pour nous, jeunes du Tiers Monde, qui avions entre 7 et 10 ans lorsqu’il disparaissait tragiquement le 6 décembre 1961 à Washington ?
Il fut tout d’abord le mythe fécond de nos espérances généreuses, chaleureuses et fraternelles. Ces nouvelles espérances adossées aux aubes à peine nées et encore chancelantes des peuples du Tiers Monde qui disent non à la nuit néocoloniale et « progressent fermement contre l’ombre ». 

Je témoigne que le Dr FRANTZ FANON a eu une très forte influence, a exercé un grand attrait sur les jeunes de ma génération dans les années immédiatement consécutives à la grande tempête révolutionnaire de MAI 68. Pour beaucoup d’entre-nous, sa découverte a constitué le chemin de l’engagement. Je me souviens de nos enthousiasmes, des lectures collectives des « DAMNES DE LA TERRE » ; des innombrables citations qui ornaient nos vétustes chambres d’élèves ; des nuits de 6 décembre passées dans le recueillement à évoquer sa mémoire. Nous étions fascinés par son style violent, passionné et incendiaire.

Nous avions l’impression que, par delà la mort et les années, il s’adressait directement à nous. Nous avons connu FANON avant Marx et Mao Tsé Toung. Plus tard, quand beaucoup sont devenus des communistes il n’est venu à l’idée de personne de le renier. FANON est ainsi. On l’aime ou on le hait. NOUS L’AIMIONS. Nous aimions sa véhémence, surtout sa véhémence ; son intransigeance. Dans la fièvre encore infantile de notre engagement d’alors, chacune de ces phrases nous apparaissait comme des mots d’ordre. C’est que FANON est un symbole toujours vivant : celui de la générosité révolutionnaire, de l’humanisme concret, de l’engagement sans fard, de l’internationalisme effectif et de la soif absolue d’indépendance. Chaque génération, disait-il, doit dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. Nous sommes redevables à FANON de nous avoir aidé à découvrir et à remplir notre mission. Et comme chacun le sait cette dette est énorme ! Sartre, l’autre illustre disparu, préfacier génial des « DAMNES DE LA TERRE », compagnon de lutte tenace de nos premiers balbutiements et de nos premières décisives hésitations, disait qu’ « être mort c’est être en proie aux vivants ».

FANON oublié. FANON disséqué, autopsié, catalogué, trahi, tronqué. FANON haï, adulé, en proie aux herméneutiques de la dernière saison sèche, drapés dans leur lugubre manteau psychanalytique. Le psychiatre qu’il était se serait moqué de tout ce vacarme et aurait diagnostiqué : syndrome aigu consécutif à la peur obsessionnelle de la révolution. DAVID MANSSENI DIOP, le petit frère prodige, aurait ri de « ces monstres cyniques en cigares qui véhiculent l’égalité dans une cage en fer ! » FANON ! Qui est-ce donc pour nous ? Il s’agit ici de restituer le message de sa vie, pur de toute souillure. FANON l’Antillais ! FANONl’ancien combattant ! FANON l’Algérien ! Que n’a-t-on pas perçu plutôt derrière ses multiples visages l’irréductibilité de son identité révolutionnaire triplement rebelle !
On a dit du fanonisme qu’il était de la violence presque gratuite, donc excessive. La violence est en effet l’aspect de la théorie de FANON qui fascine le plus et qui explique le grand retentissement de sa pensée dans le mouvement noir américain des années 60. Mais on a vu qu’il y a chez lui une vision plurielle ; que la violence n’est pas un concept univoque qui renverrait pareillement à une même réalité. La violence chez FANON a des fonctions multiples et des significations diverses. La société coloniale, née dans le feu et dans le sang, est une société de violence : violence politique, sociale, économique, militaire et idéologique. C’est une société qui impose à celui qui veut s’en défaire –et il faut s’en défaire- la violence. Pétrifié, chosifié, le colonisé ne peut sortir de cette réification que par une remise en cause radicale, profonde, donc violente de la société coloniale. La violence qui caractérise la décolonisation, et elle est toujours un phénomène violent, est dialectique. Elle découle de la situation coloniale qui l’exige.

Pour FANON, « la vie du colonisé ne peut surgir que du cadavre en décomposition du colonisateur ». Elle signifie « à la fois mort du colonisé et mort du colon ». Il se rapproche ici de Hegel, philosophe allemand, qu’il a beaucoup fréquenté, quand ce dernier affirme parlant de la vie du concept : « Je ne parle pas de cette vie qui reculerait d’horreur devant la mort et se préserverait pur de toute destruction mais de cette vie qui contient en elle-même la mort ». Avant que d’avoir une signification et une fonction politico-stratégique, la violence a d’abord une fonction psycho-sociologique. Une fonction cathartique. Dans les conditions de la société coloniale, elle a toujours un caractère émancipateur. La violence du colonisé, dans son intention profonde, tend à abolir les rapports de domination fondés sur elle. La violence est « l’intuition qu’ont les masses que leur libération ne peut se faire que par la force. » Elle n’est pas toujours pour autant consciente ; elle est souvent spontanée, se faisant sous forme d’explosions soudaines, de jacqueries, de révolte. FANON voit bien les limites de la spontanéité en dépit de ses grandeurs certaines, car l’explosion de la violence, si elle est nécessaire à la préparation psychologique des colonisés, risque de dégénérer en révoltes sporadiques et éparses vite matées si l’on ne passe pas à une seconde phase : celle de la violence révolutionnaire : « Seule la violence exercée par le peuple, violence organisée et éclairée par la direction permet aux masses de déchiffrer la réalité sociale, leur en donne la clé. »
Pour FANON, la violence est toujours à rattacher à son contexte historique et économique. Dans la situation coloniale, elle est une réalité dérivée et médiatisée par les processus d’exploitation du colonialisme. A ce niveau, le mot d’ordre de FANON est le suivant : FOURBISSONS NOS ARMES ET à LA VIOLENCE REACTIONNAIRE OPPOSONS LA VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE ! Il ne nous est pas malheureusement possible d’exposer dans le cadre de ce témoignage toute la richesse et la fécondité de la pensée Fanoniennne. Qu’il nous suffise seulement d’indiquer quelques unes de ses thèses-forces.

Homme de culture, nous lui devons l’une des plus brillantes analyses sur la négritude à laquelle il reproche violemment son apologie frénétique de l’irrationalité et son exaltation anhistorique du passé anté-colonial comparé à l’Eden. Pour lui, la négritude est à l’évidence, pour reprendre l’expression sartrienne, le temps faible d’une progression dialectique, un racisme anti-raciste ; « je concède, dit-il, qu’il ait existé une brillante civilisation amazone mais cela ne change en rien la condition du paysan béninois actuel ». L’essentiel de la critique fanonienne de la négritude tient dans ce passage, extrait des « DAMNES DE LA TERRE » : « La culture négro-africaine c’est autour de la lutte des peuples qu’elle se densifie et non autour des poèmes, des chants ou du folklore… L’adhésion à la culture négro-africaine, à l’unité culturelle de l’Afrique passe d’abord par un soutien inconditionnel à la lutte des peuples. On ne peut pas vouloir le rayonnement de la culture africaine si l’on ne contribue pas concrètement à l’existence des conditions de cette culture ». La négritude c’est du folklore parce qu’elle parle d’un personnage qui est mort : le nègre. « C’est le blanc qui crée le nègre » dit FANON, « mais c’est le nègre qui crée la négritude ». En vérité, la conception fanonienne de la culture nationale est induite de sa critique de la négritude. La culture est l’expression, au plan idéologique, des conditions politico-historiques et de la structure économique d’une société à un moment donné de son histoire. La culture n’existe qu’en rapport avec des conditions concrètes d’existence. Elle est toujours liée à l’actualité ; elle est toujours actuelle. Si elle intègre le passé c’est toujours à cause du présent pour le futur en fonction du présent. Par conséquent, dans la société coloniale la culture ne saurait être autre chose qu’une culture coloniale dont le fondement idéologique essentiel est le racisme. Cependant l’existence d’une culture coloniale dominante n’exclut pas la résistance culturelle à l’oppression mais l’implique profondément, même si souvent cette résistance est une résistance clandestine, étriquée parce que s’accrochant aux valeurs anté-coloniales comme à une bouée de sauvetage. Il y a durant la période coloniale une substantification des attitudes qui tient lieu de culture. Pour que surgisse et se développe une culture nationale, il faut qu’émerge tout d’abord la nation. La lutte de libération est la condition fondamentale de la culture nationale. La culture nationale doit rendre compte du processus de libération ; elle est, dit FANON : « L’ensemble des efforts fournis par un peuple, au plan de la pensée pour chanter, décrire le processus à travers lequel la nation s’est libérée. »
Il ne peut donc être question de nation et de culture que dans une société nouvelle, démocratique, indépendante et administrée sur la base des intérêts populaires. La culture nationale n’est pas de la culture traditionnelle, elle n’est pas passéiste. Dynamique, elle participe à l’information des consciences, à la mobilisation des énergies pour la libération effective des peuples africains.

« Se battre pour la culture nationale, c’est d’abord se battre pour la libération de la nation, matrice matérielle à partir de laquelle la culture devient possible. Il n’y a pas de combat culturel qui se développerait latéralement au combat populaire. » La pensée de FANON si variée, si profonde comporte cependant des ambiguïtés voire des erreurs d’analyse. Nous ne voudrions pas faire plaisir aux ennemis en les escamotant. Certes sa pensée est très psychologique, sa démarche très phénoménologique. Certes, il n’a pas chez lui une analyse très rigoureuse du dispositif des forces sociales réelles en Afrique, ni une justification théorique de la violence comme politique. Il ne parle pas de classes réactionnaires mais de l’existence des traîtres comme un phénomène nouveau. Or, la traîtrise qui est vraie, est une catégorie de la subjectivité. Certes, FANON ne divise pas la bourgeoisie, il attribue un rôle excessif à la paysannerie force physique principale des révolutions dont nos peuples sont gros ; il ne perçoit pas non plus le rôle décisif du prolétariat. Certes, il y a chez lui une vision extrêmement indivise de l’Europe et du Tiers Monde qu’il considère comme des entités massives, antithétiques et opposées.

MAIS NOUS AIMONS le Dr FRANTZ FANON, au-delà de ses ambiguïtés fécondes et de ses faiblesses théoriques généreuses car nous sommes ses héritiers. Nous devons fructifier et approfondir sa pensée à la lumière des réalités actuelles et à l’expérience accumulée des peuples. Nous devons nous inspirer de sa vie et de son œuvre, non pas dans leur littéralité, mais dans leur signification. Car les héritiers sont aussi des INVENTEURS.

De sa tombe, au-delà de sa mort, FANON nous dit : « inventons la peau neuve, la pensée neuve l’homme neuf que l’Europe impérialiste a été incapable de faire triompher ». Sa voix clame forte et drue : « gardons-nous de l’attitude stérile du spectateur, éclairons-nous du faisceau quasi-grandiose de l’histoire mais attention, ayons confiance aux masses, aux peuples, comptons sur nos propres forces car la seule vie qui vaille la peine d’être vécue c’est celle-là même qui consiste à participer cérébralement et musculairement à la libération de nos peuples ! » 


Méditons FANON, ruminons-le car : « Nous ne sommes rien sur cette terre si nous ne sommes pas d’abord l’esclave d’une cause, celle des peuples, celle de la justice et celle de la liberté.

 Par Hamidou Dia, philosophe-écrivain ( Texte publié par ContinentPremier, le 28 décembre 2006) - L'auteur qui nous avait confié ce texte est aujourd'hui décédé. Qu'il repose en paix.  

Source:  http://www.continentpremier.com/?magazine=34&article=...

21:56 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

25/11/2018

BRAVO AUX SUISSES: Suite Lettre de Dakar !

Referendum, Constitution, Autodeterminations, Juges etrangers, Suisse, Nations UniesYES, la Suisse a rejeté aujourd'hui une initiative dite de l'autodétermination inutile d'un parti classé extrême droite visant à rejeter le Droit international. Il n' y a pas de juge étranger ce qu'il y a c'est le Droit, c'est l'Etat de Droit ! Quand un pays est démocratique sa Constitution est humaniste. L'important c'est d'avoir des juges nationaux impartiaux, justes déterminés à dire partout et en tout lieu le Droit avec Courage et surtout Intelligence ! C'est ce que le peuple suisse en majorité a compris pour rejeter cette initiative. J'avais modestement écrit une note intitulée Lettre de Dakar aux Suisses pour dire Non à l'initiative. Je suis heureux de constater que c'est un raz de marée du Non ! Ma belle ville, Genève l'inspirante est allée plus loin avec 75% de Non qui serait au niveau national à 67% !

Merci Genève. Merci la Suisse. Il y a des valeurs partagées que l'Humanité devrait pouvoir garder. L'autarcie n'est pas une SOLUTION face à la FOLIE actuelle.


El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

15:00 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

16/11/2018

Sous mes yeux ... le Dr Rochat, ouvrit le ventre de la jeune Esperança: Allelua, il lui redonna une nouvelle vie !

Dr Rochat, Tanguieta, Benin, Humanitaire, Solidarité, ContinentpremierSous cette chaleur d'Afrique, à Tanguiéta, au #Bénin, le docteur suisse mon ami Charles Henri Rochat, époux d'Isabel Rochat, Ministre de la justice, à #Genèv, ouvrit le ventre de la fille (3 ans), remis à l'endroit son rein défectueux. Ma première expérience de genre dans un hôpital !
 
Charles referma ce ventre juvénile qui attendait depuis 6 mois, sur place à l'hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta, qu'on daigna l'opérer, la soulager ! A cause d'Ebola, des missions européennes qui devaient s'occuper de la fille avaientdéclaré forfait. Le plateau technique local malgré des efforts était trop faible !
 
Esperança marchait avec son sac, celui qui porte ses urines. Sa mère l'avait aidée à mettre tout son matériel dans un petit sac rose..! J'écris un article à l'époque intitulé La Fille au Sac Rose !
 
Demain, c'est déjà aujourd'hui, Melle Espérencia, oui, c'est son nom, avec l'aide de Dieu, la main magique de Dr Rochat a le sourire, elle marche avec plus de dignité, elle va à l'école, a juste une vie normale de petite môme du 21ème siècle ! Normalement !
Notre mission est accomplie!
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations Unies, à Genève. Directeur des publications du magazine panafricain ContinentPremier.Com

17:26 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

11/11/2018

11 novembre: La France ne peut pas oublier l'Afrique !

Tirailleurs, Guerre mondiale, Rufisque, Senegal, France, Liberte, Humanite11 novembre 2018:Macron et les "grands" de ce monde devant l'Arc de Triomphe, France: A Rufisque, Sénégal, je salue la mémoire de mon grand père Daouda Wane, l'élégant Tirailleur à la noblesse d'âme !
 
Il y a 100 ans ! Le 11 novembre 1918 , l'armistice est signé à 5h15. Cette date marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918). Cet accord entre les forces alliées et l'Allemagne à Rethondes (Oise), marque al défaite de l'Allemagne, le retour à la Paix et le jour où l'empereur d'Autriche Charles Ier renonce au trône... mettant fin à plus de 600 ans de règne des Habsbourg sur l'Autriche. Notons que par la loi du 24 octobre 1922, ce jour est déclaré fête nationale à la demande des anciens combattants. Il s’agit de l’une des neuf journées nationales françaises
 
Je regarde encore le visage de mon grand père maternel, le digne héritier des Almamy de Mboumba. Voici Mame Daouda Wane, père de ma mère Mame Arame Wane. Petit fils de l'Almamy Birane Wane, il s'était porté volontaire pour aller faire la guerre en #France. De nationalité française né dans la commune de plein exercice Rufisque, la mythique, le colon français était venu le chercher pour libérer sa patrie la France et participer à la Libération du monde du terrorisme, du fascisme et du nazisme. Voici, le Musulman, le guide, je jeune au sang royal El Hadji Daouda Wane, l'un des rares Rufisquois qui avait le droit de port d'arme à son époque! Erudit fils d'érudit, il était le papa de 8 filles et de 2 garçons avec son magnifique épouse Mame Racky Fall.
 
Nous savons qui nous sommes et d'où nous venons. Mais nous sommes ce que nous entreprenons d'être avec les souffles vivificateurs des énergies que nous découvrons pour que la Lumière éclaire notre chemin ici; hic et nunc, demain... éternellement! Amen! La France ne peut pas oublier l'Afrique ! Elle n'en a pas le droit ! Cette histoire là, comme tant d'autres ne peuvent pas ne pas laisser des traces. L'important c'est ce que l'on en fait. Oublier cependant serait bien une entreprise criminelle. Ce que nos parents ont versé ce n'est que leur SANG mais aussi le Continent a contribué massivement à l'effort des deux grandes guerres par son économie. Les femmes africaines avaient remplacé les hommes dans les champs pour nourrir les troupes! L'Afrique n'a pas que sauvé la France, elle a sauvé encore une fois l'Humanité ! Alger sera même un moment la Capitale de la France Libre !
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com
Courriel: g.ndoye@continentpremier.com

21:01 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

01/11/2018

Pensées aux morts en cette Toussaint ! Elle fut rouge, en 1954 pour le grand peuple d'Algérie !

Algérie, France, Toussaint 1954, Indépendance, colonie, colonialisme, liberté, Setif, Guelma, de Gaulle 1954, l'Algérie vivait une Toussaint rouge qui allait mettre fin à 132 ans de présence coloniale française dans cette terre considérée alors comme un Département français !!!

Le 1er Novembre? Le jour où les fellaghas d'Algérie, comme je le rappelais, empruntèrent le chemin inéluctable pour la libération de l'Afrique coloniale française ! Oui, oui, oui ! N'en doutez pas ! 1954, on était, certes, à quelques années du Discours historique de de Gaulle à Brazzaville annonçant l'autodétermination, des massacres indicibles perpétrés par l'armée française à Sétif et à Guelma!

Mais c'est effectivement ce jour du 1er novembre 1954 que des jeunes Algériens ont déclenché ce qui sera appelé plus tard la guerre d'Algérie qui prit fin avec les Accords d'Evian et l'indépendance du pays en 1962. Que vient faire l'Afrique noire là dedans, et le Maroc et la Tunisie?

Eh bien, pour notre gouverne, la France décide pour mieux s'occuper de son Algérie française de se débarrasser des deux ailes : le Maroc et la Tunisie à qui elle donna sur un plateau d'argent l'indépendance et pour les pays du Sahel francophone, la France retarde l'échéance et propose la Loi Cadre ou Deferre qui accorde l'autonomie aux colonies et ouvre la voie à leur indépendance entre 1958 et 1960.

De même l'Algérie doit aussi cette indépendance acquise dans le sang à l'exemplaire solidarité des pays d'Afrique nouvellement libres qui ont défendu ses intérêts aux Nations Unies dans ce qui sera appelé la "Question algérienne".

Vous voyez que nous sommes obligés de nous entendre mais faudrait-il nous connaître assez à défaut de nous aimer de nous respecter les uns les autres en nous débarrassant des complexes d'infériorité et de supériorité !

Vive l'Algérie ! Vive l'Afrique !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité à l'ONU - Directeur du Magazine panafricain ContinentPremier.Com 

18:54 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

" Aucun être humain n'est illégal"

As Sy, IFCR, MIGRANTS, HONDURAS, USA, WOLD DISASTERS, UNCe sont les propos pleins d'humanisme et de justesse prononcés par Monsieur El Hadji As Sy, Secretaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la croix Rouge et du Croissant-Rouge répondant à la presse internationale s'il fallait aussi aider les migrants de Honduras qui quittent leur pays pour les Etats-Unis d'Amérique. Il s'exprimait à l'occasion du lancement du nouveau Rapport sur les catastrophes dans le monde qui a eu lieu avant hier aux Nations-Unies. Ce Rapport explique que le fait que des millions de personnes soient laissées de côté n'est pas uniquement attribuable au manque d'argent aux fins de l'action humanitaire. Notons à ce propos que " Seulement 2,9% de l'assistance humanitaire internationale ont été remis directement aux intervenants locaux et internationaux en 2017" !
Avec une voix sereine mais préoccupée, l'esprit tourné vers ses soeurs et frères humains en détresse, le Sénégalais dira aux journalistes: " Les principes humanitaires sont au delà des frontières".

El Hadji Gorgui Wade Ndoye- Journaliste accrédité au Plais des Nations Unies, Directeur du magazine panafricain  ContinentPremier.Com

16:33 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

21/10/2018

Il y a 7 ans, Kadhafi était assassiné ! Toute la meute qui jubilait d'avoir participé à sa mort se cache aujourd'hui !

Kadhafi, Sarkozy, France, Libye, ONU, Afrique, Comme un certain Nicolas Sarkozy qui préfère aujourd'hui se cacher et s'en laver les mains! Des mains bien sales en effet ! L'Histoire est têtue !

Pauvre Libye, un pays devenu ingouvernable, ses biens volés, ses migrants transformés en esclaves. Au nom nous avait on dit de la démocratie. Je savais qu'ils allaient l'assassiner. Je me rappelle avoir averti mon oncle au Sénégal qui connaissait bien Kadhafi. Je lui ai dit tonton " Dis lui qu'ils vont l'assassiner". Il a soupiré, "tu sais je suis rentré de Libye il y a 3 jours?". On a échangé, je lui ai dit appelle le et dis lui ! 

Personnellement j'avais beaucoup de respect pour Kadhafi quand j'étais étudiant au Sénégal. La Mission Libyenne à Dakar de mon ami Mbacke Moubarackdodj nous donnait des livres d'arabe pour nos cours. Cela s'arrêtait là mais nous y étions toujours bien accueillis. L'Arabie saoudite, l'Iran n'ont jamais donné un seul livre pour soutenir les clubs d'arabe dans l'enseignement de cette langue dans nos lycées ou à l'université. J'étais Président au Lycée comme à l'Université et j'organisais beaucoup d'activités culturelles ! Cependant Kadhafi que nous aimions pour avoir dit aussi Non à Reagan m'a déplu quand il a commencé à monnayer notamment la vie des Noirs, des migrants africains auprès de l'Union européenne. J'ai dénoncé cela dans mes articles. A voir sur google etc... Quand il a fait kidnapper deux Suisses, nous étions très peu même pas 10 personnes sous la chaise cassée à manifester contre sa folie ! 
Pour moi il devait répondre devant la CPI en tout cas devant une juridiction internationale. Bref, revenons à son assassinat !

Quand j'ai posé la question à la Haut commissaire des droits de l'Homme à l'ONU: " A T ON LE DROIT D'ASSASSINER KADHAFI?". Elle a dit: " Non. Tout le monde a droit à la vie. Il faut emmener les coupables devant la justice". Cela a été l'alerte de l'Agence France Presse ! Trois (3) jours après, ils l'ont liquidé comme un rat ! L'Union africaine avait pourtant une feuille de route impeccable, Nicolas Sarkozy et Hilary Clinton ont marché dessus. L'imbroglio a été créé, un agent secret l'a buté. Telle est la triste vérité ! les Misratis ont été utilisés pour masquer un forfait en plein jour en plein 21ème siècle. Il nous faut nous battre pour qu'on arrête d'assassiner nos semblables sur toutes les latitudes. C'est de la faiblesse et de la lâcheté ! Je le dis aucune guerre n'apportera aucune once de paix dans ce monde. Ceux qui vendent les armes ont besoin de sang pour leur business pas nous qui voulons utiliser nos têtes et notre Coeur ! Plus jamais de boucherie à ciel ouvert ! Le seul vrai combat est celui du Respect de la Dignité humaine de toute vie... de toutes les vies !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.Com

 

18:24 Publié dans Afrique : Souveraineté et Démocratie. | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/10/2018

Jamal Khashoggi: l'horrible crime qui s'ajoute aux meurtres quotidiens des Yéménites par les Saoud !

journaliste,Saoud,Saoud,Yemen,Macron,Trump,Iran,Israël, Jamal KhashogiJAMALKHASHOGI: L'horrible assassinat d'un journaliste !

Ignoble acte qui serait commandité par les Saoud ! Crime odieux s'ajoutant aux crimes quotidiens que commet la famille Saoud au Yemen. J'ai demandé lors de notre briefing aux Nations-Unies aux collaborateurs du Secrétaire général de lui demander de la part d'un pauvre journaliste sénégalais de mettre fin à cette sale guerre que mènent les Saoud au Yemen en dehors de toute légalité! Oui, 18 millions de Yéménites vivent dans la famine. Chaque jour des enfants meurent à cause de cette famille ! Celle là même qui demande à Macron et à Trump de bombarder l'Iran ! On comprend dès lors bien que le gouvernement d'Israël soutienne cette famille criminelle au moment où le monde entier s'émeut ! 
Repose en Paix Jamal Khashogi et que toute la lumière soit faite !


El Hadji Gorgui Wade Ndoye - ContinentPremier.Com

16:46 Publié dans Arabie saoudite | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/10/2018

Louise Mushikiwabo: Une amie de ContinentPremier à la tête de la Francophonie !

Louise Mushikiwabo, Rwanda, Afrique, Suisse, Francophonie, Plainpalais, Carouge, continentpremierVoici celle que les Chefs d'Etat de la Francophonie ont élue, ce vendredi 12 octobre 2018, à Erevan en Arménie pour remplacer la très talentueuse Michaëlle Jean du Canada. Voici la candidate de l'Afrique, la Ministre des Affaires Etrangères du Rwanda qui m'avait fait l'honneur de venir assister à Genève, à Carouge, à la 1ère Edition de la Journée Mondiale de l'Afrique que j'ai organisée en 2016.

AFRICA CELLE QUI SERA ELUE.jpgContinentPremier l'a soutenue et elle a été élue... par consensus! Comme aussi en 1ères loges, cette année là, le Dr Tedros Adhanom qui voulait le poste de DG de  l'OMS que nous avons soutenu et qui a été élu malgré parfois la méchanceté d'une partie de la presse occidentale qui ne voulait pas d'un Africain à ce poste et malgré certaines traîtrises au sein même des fonctionnaires de l'organisation qui ont pourtant le devoir de neutralité ! 


AFRIKA.jpgJe n'ai jamais rien monnayé et je n'ai jamais rien non plus attendu de personne. Seulement je ris parfois quand je vois de petits opportunistes qui ne croient pas à l'Afrique ni à ses femmes ni à ses hommes courir vers ces personnes pour quémander des postes ou quelque avantage ! 


Je vais écrire un jour sur beaucoup de choses dont la naissance à l'ONU de la célébration de la Journée mondiale de la Francophonie dont le moment historique date de 2013 ! 
Je n'aime pas les voleurs de projets et les faiseurs de malins. Je ne dis rien car je n'ai pas faim mais je n'aime pas les tricheurs ! Certains te regardent faire et ensuite ils récupèrent et veulent réécrire l'Histoire. C'est quand même fou tout cela ! Big LOL ! 

Photos: Nicole Matschoss.
Tableau: Un don du grand artiste Momar Seck offert à Continentpremier qui l'offrira à la Présidente de la Commission de l'Union Africaine Dre Zumma. 


discours TORRACINTA.jpgNB: Nous avions réuni dans cette salle comble, autour de l'artiste international Ismael Lô, entre autres 6 ministres de pays différents sans compter le SG adjoint de l'ONU Adama Dieng, la Secrétaire générale adjointe de la Fifa Mme Samoura qui effectuait ainsi sa première sortie publique, de nombreux Ambassadeurs européens et africains ! L'association qui porte le même nom que le journal que je dirige ici est une initiative africaine unique en Suisse portée avec le coeur et la tête. La mission suisse à Genève sait tout des efforts que je mène pour réussir mes projets. Malgré les grands succès engrangés depuis des années, rien est réellement facile mais j'y crois. Heureusement avec aussi certaines autorités suisses et de fidèles amis et collègues dans la presse genevoise (Ils se reconnaîtront) 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité à l'ONU.

Directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

13:39 Publié dans Francophonie | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

27/09/2018

Voyages solidaires genevois: Venez rencontrer à St Gervais et au Faubourg les associations !

Voyages solidaires, Genève, Sandrine Salerno, Ville de Geneve, Saint Gervais, Théâtre du FaubourgDemain vendredi 28 septembre, dès 16 heures, et samedi 29 septembre des associations genevoises en collaboration avec la ville de Genève nous dévoileront leurs expériences dans le cadre des voyages solidaires qu'elles effectuent dans des pays qui en ont besoin. Il s'agira d'ouvrir un dialogue et un échange entre les différents partenaires et le public afin de pouvoir identifier un certain nombre de bonnes pratiques en la matière.  

" A Genève, chaque année, des centaines de jeunes s’engagent dans des projets de solidarité internationale. Pour beaucoup, cet engagement prend la forme d’un voyage solidaire; ils partent dans des pays défavorisés pour mettre en œuvre des projets de coopération au développement", souligne la Conseillère administrative Sandrine Salerno. Si ces voyages sont généralement bien perçus, ils questionnent parfois également sur leurs motivations, leurs objectifs et leurs résultats, précise -t-elle. "C’est donc d’abord pour établir les forces et les faiblesses de ces voyages que la Délégation Genève Ville Solidaire a souhaité organiser cet événement, en collaboration avec de nombreux partenaires associatifs et institutionnels", poursuit Mme Salerno. 

Rencontres des voyages solidaires genevois  ( 28-29 septembre 2018)

Lieux: Théâtre Saint-Gervais et Salle du Faubourg

Heure: Vendredi dès 16 Hs 

Plus ici: http://www.ville-geneve.ch/fileadmin/public/Departement_1...

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Directeur Continentpremier.com

15:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

21/09/2018

Bruno DIATTA: Le Roi de la Diplomatie Sénégalaise est mort !

BRUNO DIATTA, SENEGAL, TERANGAVa en Paix Monsieur Mystérieux !

Le Sénégal tout entier est en larmes à l'annonce de la mort du Chef du protocole de la Présidence de la République. Bruno, tout le monde l'appelait ainsi! Il était presque un immortel pour nous ! Il a enjambé les pouvoirs de Senghor, de Diouf, de Wade et a servi jusqu'à ses derniers souffles son pays en accompagnant le Président Macky SALL. Grand Bruno a quelque chose de rare: SAVOIR TOUS LES SECRETS DE L'ETAT ET ETRE DISCRET ! Dans un pays de grands haut parleurs et de "m'as tu vu", lui qui en savait presque plus que tout le monde, qui avait le pouvoir, savait magnifiquement se tenir. Bruno, c'est le PROFESSIONNALISME ET L' HUMILITE. Humilité ai je dit pas à trois sous cependant! Il connaissait les Sénégalais notamment ceux qui tournent autour de nos différents Chefs d'Etat et dont certains ne sont que des profiteurs qui n'apportent rien ni à leur pays ni à celui qui a bien voulu les mettre à ses côtés. Il savait sèchement les mettre à leur place ! 
Homme de poigne aussi, oui, oh que oui, demandez à la diplomatie américaine quand on a voulu désarmer les Garde du corps de notre président Abdoulaye Wade alors que Bush est en visite au pays de la Teranga. Bruno les avait renvoyés dans la brousse. 
Il était un SERVITEUR de la NATION ! il était un VRAI serviteur du Sénégal ! Certains parmi nous qui ont accompagné le Chef de l'Etat peuvent témoigner de la grandeur de cet homme. Oui, personne n'est éternellement indispensable et il nous faut passer à la relève mais ce qui est sûr cher Bruno c'est que tu AURAS MARQUE D'UNE TACHE INDELEBILE l'Histoire politique et diplomatique de ton cher pays. 
Va en Paix Monsieur Mystérieux ! Peut être au Seigneur tu lui raconteras tout ce que tu aurais pu dire, tout ce que tu as su garder jusqu'aujourd'hui dans ton tombeau. Repose en Paix Diatta Ndiaye. Je voudrais présenter l'expression attristée de mes sincères condoléances à ta famille, à ton épouse, au Président de la République, au Gouvernement, à l'ensemble du Corps diplomatique et à toutes les citoyennes et aux citoyens Sénégalais. 
Ta silhouette, ton regard doux et puissant nous manqueront. J'espère que ton pays, le nôtre méditera sur ton modèle. Ce pays qui en a tant besoin aujourd'hui plus que jamais !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE
Directeur de www.ContinentPremier.Com

Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies-Genève

21:28 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

20/09/2018

EGALITE !

" Est ce possible qu'à Genève, un journaliste puisse dire Gorgui ton nom est une insulte à la Suisse?" 

Face au renégat de Zemmour et sa petite bande, j'aimerais dire aux Noirs de France et d'ailleurs: s'il y a quelqu'un qui doit avoir Honte ce n'est pas vous ! De grâce, organisez vous et surtout enseignez à vos enfants l'Histoire car ils ne doivent pas marcher en ayant les yeux baissés devant des salauds comme cet hypocondriaque qui n'ont aucun respect pour la dignité humaine.

"Il faut désormais appeler un chat un chat et Zemmour un raciste. Quant à ceux qui l’invitent en rangs serrés pour promouvoir son livre à coups d’insanités, ils sont renvoyés à leurs responsabilités", écrit avec calrté et dignité Laurent Joffrin de Libération -
Merci à lui ! Merci à l'artiste Anne Roumanoff pour leur prise de position. En pleine guerre d'Algérie, je me rappelle, des Français soucieux de l'Esprit de la Liberté et de l'Egalité ont donné de leur vie, de leur argent pour que ce pays soit libre. Celles et ceux qui sont à nos côtés aujourd'hui alors que toutes les identités noires et l'humanité tout court ont été insultées par Eric Zemmour me rappellent ces femmes et ces hommes Blancs de France qui avaient refusé la perpétuation de l'entreprise criminelle de la colonisation. Oui, les principes ne doivent pas être à géométrie variable et M. Joffrin a bien compris le jeu dangereux qui a eu lieu sur les plateaux de " Salut les Terriens": " On remarquera aussi que Zemmour établit une soigneuse hiérarchie entre ses contradicteurs : Natacha ou Gilles-William, dit-il, passe encore. Mais Hapsatou, «insulte la France». Les Russes ou les Américains, on peut admettre. Mais les Africains…."
Ces gens là de la peste brune sont incapables d'écrie le mot EGALITE. Quand ThierryAridsson face au sale terrorisme de son sale invité parle d' "émotions" vis à vis de HapsatouSy, c'est qu'il se fout pas mal de la gueule des Noirs, des Musulmans et de l'Histoire même de la France. 
Ces gens là sont arrogants et font semblant de ne pas faire pipi quand tu vois leur gueule ! Notre sagesse africaine a ses limites face à ces terroristes. 
Ces gens là, nous devons leur faire face pour l'Histoire et pour nos Enfants !Ceux-ci ne comprendraient pas pourquoi l'on peut INSULTER une femme, une noire, une musulmane et s'en sortir blanc comme neige comme si rien était. 
La Déclaration universelle des droits humains aura 70 ans le 10 décembre 2018 mais à qui elle s'est adressée? J'ose écrire à toute l'HUMANITE alors Honorons l'HUMANITE et mettons au pilori solidairement celles et ceux qui veulent encore créer des races à l'intérieur de la seule RACE HUMAINE. 
Je me disais hier après une discussion à ce sujet avec un ami français travaillant à la mission américaine. " Est ce possible qu'à Genève, un journaliste puisse dire Gorgui ton nom est une insulte à la Suisse?" 


EL HADJI GORGUI WADE NDOYE- NEGRE ET FIER DE L'ETRE !

15:31 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/09/2018

MIGRATION CLANDESTINE: Alternatiba Léman à l'écoute d'une solution venant de l'Afrique !

Mansor NDOYE, Migration, ONU, Suisse, Afrique, Senegal, Continentpremier, Alternatiba LemanDiplômé de l'Ecole d'Architecture et d'Urbanisme de Dakar, de l'ENEA ( Ecole nationale d'Economie appliquée), de l'Université GastonBerger de Saint Louis, ancien haut cadre de l'Administration sénégalaise, le DG de Sen World Services, l'ingénieur-urbaniste M. NDOYE El Hadj Mansour est invité dans le cadre du Festival Alternatiba le samedi 22 septembre 2018 à l'Université de Genève , UniBastions Salle 108 à donner une conférence autour de la lancinante question de la Migration. 

M. Ndoye (par ailleurs mon frère aîné) présentera au public suisse et international son modèle dit Tefess ( ndlr la plage en wolof, ici en référence au départ par la mer de nombreux jeunes qui veulent migrer en Europe avec les conséquences néfastes que l'on connait) qui sera ouvert aux débats. Il s'agit de voir comment atténuer la migration clandestine de jeunes africains vers l'Europe avec une approche innovante pour garder leur dignité en leur offrant sur place des activités génératrices de revenues. 
A Samedi pour une belle et riche rencontre.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye -ContinentPremier.Com

 

21:01 Publié dans ALTERNATIBA 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/08/2018

Pars en Paix grand Annan !

Annan, GENEVE, ONU, ContinentPremier, Ghana, Afrique, journalismeSur cette photo, accompagné de son épouse, avec le grand Ķofii Annan, décédé samedi à 80 ans !
Je garde de bons et grands souvenirs de cet ancien Secretaire général des Nations Unies qui avait pour moi un respect et de l'affection. Il n'ignorait pas que je me battais à mon humble niveau pour que l'Afrique existe à l'ONU dans la presse et que ses véritables préoccupations soient posées avec dignité. Une fois lors d'une conférence de presse on a voulu m ignorer pour éviter mes questions que certains considèrent comme gênantes. A la fin, j'ai insisté il a dit à la Directrice "mais lui là il avait lavé d'abord la main il faut lui donner la parole !"


Quand il me voyait dans n'importe quelle cérémonie il s'avançait toujours vers moi pour me saluer. Mes derniers échanges avec lui étaient empreints d'affection et de considération et ont débuté avec son regard magistral du sage, de l'aîné pour prendre de mes nouvelles.


MERCI POUR LE SERVICE RENDU A L' HUMANITE GRAND KOFI ANNAN.


El Hadji Gorgui Wade Ndoye - ContinentPremier.Com

16:48 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

31/07/2018

INDE : 4 millions de personnes risquent d’être apatrides !

Dans l’État d’Assam, au Nord Est de l’Inde, quatre millions de personnes pourraient perdre leur nationalité indienne. Le projet a été présenté, le lundi 30 juillet 2018, dans le cadre de ce que le gouvernement actuel appelle la lutte contre une immigration illégale depuis le Inde, Apatride, ONU, UNHCR, Assam, racisme, discrimnationBangladesh.

GENEVE - (Suisse)- L’Assam est une région très proche du Bangladesh. Un projet de recensement dans le Registre National des Citoyens (RNC) y verra le jour. Cependant, le parti au pouvoir est accusé de ne cibler qu’une majorité musulmane de la région. Les conditions sont les suivantes : prouver une présence dans la région qui date d’avant l’année 1971, année coïncidant avec l’année de la guerre de l’indépendance pendant laquelle des millions de personnes y ont trouvé refuge.

Le chef d’État civil indien, Shailesh a déclaré lors d’une conférence à Guwahati que « plus de 30 millions de personnes avaient demandé à figurer sur la liste » suite à quoi, près de 4 millions d’entre elles n’ont pas été retenues. Un recours selon une « procédure dûment établie », leur est proposé à partir du 30 août. La liste sera close en décembre prochain.  Le directeur général d’Avaaz est très dubitatif par rapport au sérieux de cette démarche. En effet, Ricken Patel, a déclaré dans un communiqué que « ce ne sont que les musulmans qui vont devoir se lancer dans un recours compliqué et injuste, sans droit à un conseil, avec aucun espoir de rester s’ils perdent. »

Au vu de la situation, des organisations de défense de droits de l’homme se sont fait entendre, rappelant ainsi le scénario discriminant avec les Rohingyas de la Birmanie. L’Organisation des Nations Unies (ONU) avait dénoncé un « nettoyage éthique » après une répression de l’armée birmane entrainant la fuite de 700 000 Rohingyas vers le Bangladesh.

C’est le même sort que redoutent les organisations humanitaires pour ces quatre millions d’Indiens qui ne sont que les victimes d’un système politique visant les musulmans. Reste à savoir quel sort sera réservé aux personnes à qui le gouvernement indien retirerait la nationalité? 

Melissa Guèye sous la direction de Gorgui Wade NDOYE (ContinentPremier.Com) 


17:10 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

30/07/2018

Températures extrêmes, territoires en feu : Le réchauffement climatique menace toute la planète

Réchauffement, Climat, OMM, ONU, pays nordiques, Grèce, feuLes pays Nordiques ne sont pas épargnés.

Connus pour leur climat doux, ces pays font face à une situation caniculaire sans précédent. L’organisation mondiale de la météorologie tire la sonnette d’alarme.

Si on ne s’en tenait qu’à la modélisation, nous aurions constaté un réchauffement climatique beaucoup plus significatif dans les pays du Sud, ce qui n’est pas le cas. En Europe du Nord, selon des opérations mises en service par les allemands, les prévisions seraient entre 3 et 4°C supérieures sur les périodes allant du 9 Juillet au 6 août 2018 par rapport à la précédente année. En réalité, les températures sont entre 6 et 10°C supérieures. Cette situation est d’autant plus problématique car avec des données erronées, il serait beaucoup plus difficile d’anticiper des actions de prévention adéquate.

Cette situation critique se prolonge également dans les pays tels que l’Irlande, le Royaume Uni avec une température allant jusqu’à 36°C cette semaine : l’été n’y a jamais été aussi chaud depuis 50 ans. On constate le même phénomène en Suède, Lettonie, Pologne, Allemagne, mais aussi dans des pays d’autres continents comme les états unis ou le Japon.

Cependant, cela ne reste pas sans conséquence. Tous ces pays sont en proie aux feux de forêts nourris par la forte sécheresse. Nous sommes en pleine phase d’un réchauffement climatique global.

En Amérique, les fortes chaleurs se concentrent en Californie où on atteint les 52°C en Juillet. Cette vague de chaleur aux États Unis est dû à la présence d’une dorsale anticyclonique sur le sud-ouest en plus d’une masse d’air calorifique.

 Des températures extrêmes : les chiffres continuent de grimper 

Clare Nullis, porte-parole de l’organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré à la presse que les températures toujours très élevées. C’est l’un des défis majeurs auxquels notre époque est confrontée. Les évolutions climatiques ont des effets sur plusieurs facteurs tels que la production agricole et alimentaire, l’élévation du niveau des mers : augmentant les risques d’inondations. 

Ce mois de juillet a été confronté à des conditions de chaleur extrême. Jeudi 26 juillet 2018, en Californie, des températures atteignant 42.8°C ont été enregistrées. Cela ne reste pas sans conséquence sur l’évaluation du bilan de la santé humaine.

Les températures ont atteint un niveau record en Asie, plus précisément au Japon avec 41.1°C. Cela a eu de lourdes conséquences sur le bilan humain. On compte 23 morts et des milliers de personnes ont dû être acheminé à l’hôpital. Les endroits les plus touchés restent Kumagaya, Saitama et Kochi. Cette vague de chaleur intense qui frappe la population a obligé la ville de Kyoto, à annuler les plus grands événements touristiques annuels.

Un nouveau danger a vu le jour : « le typhon Jongdari ». Ce dernier, équivalant de catégorie 2 dans les océans atlantique et pacifique oriental, se trouve pour le moment au Sud du Japon, elle devrait se diriger vers le nord-est dans les prochains jours. Cela ne reste pas sans conséquence, au niveau humain et matériel : dangers pour les baigneurs, pannes de courant avec des dommages dans les maisons et les entreprises.

La Grèce en feu 

Les pays d’Europe ne sont pas épargnés de cette vague de chaleur. En effet, des feux de forêt sévissent le sud de la Grèce avec un bilan de plus de 50 morts et plus de 200 personnes blessées. Cette catastrophe menaçait des habitations à l’ouest d’Athènes. Selon l’agence de presse grecque : « le pays faire face à l’un des pires scénarios qu’il pouvait redouter ». Toujours dans cette zone, les activités touristiques sont interdites : l’accès à des endroits tels que l’Acropole et le fleuron d’Athènes.

Par Meissa Guèye sous la direction de Gorgui Wade NDOYE - (ContinentPremier.Com)

17:48 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

27/07/2018

GUERRE COMMERCIALE: « Le monde entier en pâtira notamment les pays d’Afrique », avertit le DG de l’OMC.

 

Roberto Azevêdo, directeur général de l’organisation mondiale du commerce (OMC) a longuement martelé, que le système commercial multilatéral traverse une situation très sérieuse. Il engage ainsi tous les pays, au plus haut niveau, à s’impliquer pour freiner les tensions actuelles qui déboucheraient sur une guerre commerciale qui aura des conséquences fâcheuses pour l’économie mondiale. 

Photo: @Peter Kenny  

GENEVE- (Suisse)- Les premiers à payer un lourd tribut d’une guerre commerciale seront les pays dont l’économie n’est pas très solide notamment ceux d’Afrique. Le directeur général de l’OMC, s’est longuement entretenu, hier, avec la presse internationale à l’invitation de l’association des correspondants auprès de l’ONU (ACANU). Il a saisi l’occasion pour dévoiler que jamais dans son histoire, l’OMC n’a eu à recevoir autant de sujets à arbitrer avec son système de règlement des différends. S’y ajoute, une situation de quasi guerre commerciale et de pressions pour réformer le système multilatéral. Le Brésilien, connu pour sa franchise reconnaît que « les critiques sont bonnes à prendre » pour améliorer les négociations internationales mais il renvoie également la responsabilité aux Etats-membres. « La situation actuelle est purement politique, a t il analysé, et d’inviter les hauts responsables politiques à trouver un terrain d’entente pour sauvegarder le multilatéralisme ». Rappelons que ces derniers temps, le président américain Donald Trump s’est fait le champion du protectionnisme menaçant ouvertement l’OMC et des pays comme la Chine ouvrant ainsi une voie incertaine dans le dialogue international. Les Européens ne sont pas en reste, l’Allemagne et la France notamment sont montées au créneau pour défendre les intérêts de l’espace européen. Le continent africain s’est montré très discret dans ces joutes aux conséquences pourtant dangereuses pour son économie qui depuis plus d’une dizaine d’années se porte bien et tire même la croissance mondiale vers le haut !  

M. Azevedo croit que « le système commercial actuel est assez robuste pour faire face à des crises », cependant, tient-il à alerter aucun pays ne s’en sortira indemne dans une guerre commerciale prolongée du fait même de l’interdépendance des économies. Au delà des chefs d’Etats, il en appelle aux parlements, à la société civile, au secteur privé et à tous les acteurs liés au commerce mondial. 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE   

 

17:44 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

18/07/2018

Paleo: Ana Moura, celle qu'il faut aller voir !

ANA MOURA, Paleo, Musique, Concert, FADO, NYON, PORTUGAL19h45 au #Dôme, pour celles et ceux qui vont au Paléo Festival Nyon, ne ratez pas Ana Moura du Portugal. Elle vous transportera au gré de sa voix puissante dans les profondeurs du FADO. 


Si le fado a connu ses grandes heures avec Amália Rodrigues, Ana Moura en incarne aujourd'hui le renouveau flamboyant. C'est toujours un plaisir de rencontrer ou d'écouter la nouvelle icône de la saudade !

El Hadji Gorgui Wade NdoyeContinentPremier.Com

17:37 Publié dans PALEO 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/07/2018

Le T-shirt de l'An 1 du Paléo Festival Nyon qui fête ses 43 ans !

Jacques Monnier, Paleo Festival,  Nyon, Bamboulé, Musique, concert, suisseContinentPremier vous fait découvrir le 1er T-shirt du plus grand #Festival en été d'#Europe ! Sur cette photo un des pères fondateurs de ce village musical qui regroupe aujourd'hui en moins d'une semaine plus de 50.000 personnes par jour ! C'est donc le village éphémère le plus peuplé d'Europe avec un respect fondamental de l'environnement, de la vie, des différences pour que règnent la joie dans une ambiance bon enfant. Eh eh eh, 43 ans quand même ! Le Paleo est d'abord une histoire entre des amis qui avaient décidé d'unir leur force et qui ont gardé depuis le feu sacré de la fraternité. En face de cette grande dame ( je vous laisse me dire c'est qui?), le regard de l'architecte musical du Paleo, le très juste et effacé Jacques Monnier, directeur de la programmation artistique ! Le Paleo 2018 démarre ce jour, à la veille de la célébration du centenaire de la naissance de Nelson Mandela. Bamboulé !
 
Photo: Nicole Matschoss
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Directeur de ContinentPremier.Com

16:24 Publié dans PALEO 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye