13/10/2017

Pacte mondial pour des migrations sûres : Genève au cœur d’une négociation inédite.

Pour la première fois dans l’histoire des Nations Unies, le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (pacte mondial sur les migrations) doit créer un cadre de référence intégrant des principes, des directives et des valeurs cibles mondialement reconnus pour faire face aux mouvements migratoires.

GENEVE- Suisse- Les cent quatre vingt treize Etats-membres des Nations-Unies sont en conclave, depuis hier, à Genève, pour sceller un pacte mondial sur les migrations. Ce, dans l’esprit de la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, adoptée à l’occasion du sommet que les Nations Unies leur ont dédié le 19 septembre 2016 et qui consacre la volonté des États membres de l’ONU d’élaborer un cadre de référence international (pacte mondial) pour les réfugiés et un autre pour les migrations. Cette déclaration repose sur le constat selon lequel la communauté internationale n’est pas suffisamment préparée à aborder les grands mouvements de réfugiés et de migrants.  

 Un pacte pour quoi faire ?

Interrogés sur la pertinence d’un tel pact alors que les pays développés n’ont pas signé la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille de 1990 et entrée en vigueur en 2003,  les Ambassadeurs Jürg Lauber, Représentant Permanent de la Suisse auprès de l’ONU à New York, son homologue Juan José Gomez Camacho, Représentant Permanent du Mexique à Genève et Mme Louise Arbour, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les migrations internationales et Secrétaire générale de la Conférence intergouvernementale sur les migrations internationales, ont tenu à rassurer au Club de la Presse : « Il est important d’avoir un pacte dans lequel tous les Etats se retrouvent en prenant des engagements ». Notons que cette Convention sur les migrants est juridiquement contraignante. Par ailleurs la nécessité de trouver un accord mondial sur les migrations répond du fait qu’aujourd’hui la notion de pays de départ et d’arrivée n’a presque plus de sens. Tous les pays produisent et reçoivent des migrants, s’y ajoute que dans les pays développés la chute de la démographie appelle à un recours à la main d’œuvre étrangère pour maintenir l’économie et payer les retraites.
 
Dans les pays traditionnellement pourvoyeurs de migrants, l’aide publique au développement a été largement dépassée par les envois financiers de leur diaspora. « L'interdépendance claire entre les Etats lorsqu'il s'agit de questions de migration, les invite à examiner les réalités démographiques sur leur marché du travail. Les barrières sur les voies de la migration régulière qui ne tiennent pas compte de ces réalités ont comme résultats inévitables l'émergence et la croissance de migration illégale», analyse Mme Arbour.
 
Le président de l’Assemblée générale de l’ONU, le Slovaque Miroslav Lajčák, aussi en déplacement, à Genève martèle, à juste titre : «  Nous avons besoin d’une solution globale face à une question globale »  et d’insister : « Pas seulement d'un accord sur le papier, mais conclu sur la base d'un programme politique ». Et de renchérir : « Quelle que soit la nature de nos passeports, les citoyens du monde ont les mêmes droits».

El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com.

12:37 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/10/2017

Après l'UNESCO, Trump veut il faire peur à l'OMC?

L'Oncle Sam ne voit pas d'un bon oeil le système du Règlement des Différents, une sorte de tribunal du commerce international au sein de l'OMC qui connait des litiges liés au Droit et à la liberté du commerce mondial. L'Amérique bloquerait la nomination de nouveaux juges, renseigne un article du Monde. Pendant ce temps, Donald J. Trump a sorti son pays de l'UNESCO. Décision prenant effet le 31 décembre 2017. L'Amérique reproche à l'UNESCO d'être anti israélienne. Elle souhaite une réforme de l'organisation. Cependant, le pays de Trump manifeste son souhait d'y garder son nez en étant un Membre Observateur et en collaborant sur des problématiques comme la sauvegarde de l'héritage culturel universel, le droit à la liberté d'expression etc.... 

Deux commentaires:

UNESCO: Je note simplement que ce n'est pas nouveau, l'#Amérique avait déjà claqué la porte avant de revenir. Celle qui va sourire sous cape c'est naturellement la Chine qui va devoir montrer qu'elle est un grand pays et qui va combler les trous des Etats Unis. La #Chine protectrice de la #Culture et de l'#Education universelles, voici le schema qui se dessine ! 
OMC: Je signale cependant qu'à l'OMC, il n'y a pas de voix prépondérante ! Certes les pays dits grands y jouent comme des maîtres mais que les pays dits petits peuvent les emmerder et savent comment faire leur tacle. Les uns et les autres se neutralisent. Parfois bien parfois pas mais il est clair que l'Amérique ni l'Europe ne peuvent dicter leur loi sans le consentement des autres parties. 
Tonton Trump va -t- il là aussi demander une réforme pour obtenir le droit de veto? Son argument ne sera pas la Palestine chouchoutée par les Etats ! Que nous sortira t il? Je fais LOL !  
Ce qui est sûr la marche du monde ne sera plus comme elle fut ces deux siècles derniers marqués par la domination sans concession de l'Occident sur le reste du monde! C'est dire que nous avons besoin de multilatéralisme! 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, Journaliste sénégalais accrédité auprès des Nations-Unies, Genève.

Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com 

17:46 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

04/10/2017

Aucun sang, aucun, ne doit être versé, nulle part!

C'est dans l'acceptation d'autrui dans sa différence que l'on construit notre.jardin d'Eden d'humains ! Personne ne mérite d'être bafoué, dénié; renié. Nous devons exiger le respect de la Dignité de chaque être! Le matraquage facile et débile sur l'Islam, les Musulmans est une balafre sur le visage de tous les humains comme toutes ces stigmatisations à zero franc qui n"apportent rien à la compréhension du monde, de son interdépendance et de sa complexité.

Nous demandons plus d'objectivité à défaut d'honnêteté notamment aux journalistes français et à leurs experts cathodiques sur les questions de la société française. Valables sur certaines interrogations sur d'autres pays. Un peu d'humilité, un tout petit peu ! 

Ce n'est pas parce que sa TV ou son journal appartient à un vendeur d'armes, ou que l'on est contre les religions etc, que l'on doive semer le désordre dans l'esprit des gens surtout en racontant des bêtises.

En tant que Musulman en tant qu'être humain tout court je dénonce tous les terrorismes, toutes les tueries lâches faites au nom d'une appartenance comme je dénonce les mensonges éhontés d'une cohorte de l'arrière garde et des officines productrices de peurs et de haine entre les populations. Nous n'avons aucun choix que de nous respecter les uns les autres dans nos différences.

Aucun sang ne mérite d'être versé, ni un peuple d'être brimé pour l'intérêt d'un autre groupe. La terre est belle généreuse et vaste préservons la et aidons la à accueillir tous ses enfants. C'est à notre portée si nous le voulons. En bas la haine et l'arrogance fétide que vive l' Amour le Respect et la Compréhension mutuelle entre les peuples.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste, directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com.

18:08 | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

03/10/2017

Migrants Africains: N'allez plus au Yémen !

 

Des migrants arrivant au Yémen de la Corne de l'#Afrique sont souvent enlevés et torturés par des "gangs de criminels" qui cherchent à obtenir le versement de rançons, a affirmé, hier, l'Organisation internationale pour les migrations (#OIM). "Une technique courante consiste à appeler la famille du migrant, tout en laissant le plastique brûlant d'une bouteille d'eau vide couler sur la peau du migrant, causant des brûlures et des douleurs atroces", a déclaré, à l'#AFP, William Lacy Swing, directeur général de l'OIM. "En général, les familles payent rapidement et les migrants continuent souvent leur voyage pour être extorqués à plusieurs reprises par différents gangs avant d'atteindre leur destination", signale la même source.


El Hadji Gorgui Wade Ndoye- Journaliste accrédité auprès de l'ONU. Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

09:55 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

26/09/2017

Portugal: La jeunesse a confiance !

 

Sofia Santos, Porto, Portugal, Erasmus, Genève, Paris, Union Européenne,Née en Mars 1989, Dr Sofia Santos fait partie de la génération Y (les « millennials » en anglais). N’ayant pas connu la Deuxième guerre mondiale ni même la guerre froide. Etant suffisamment jeune lors de l'introduction massive du « digital » au grand-public, elle se réjouit d’être née dans une Union européenne sans frontières et d’y avoir beaucoup d’amis! Dans le cadre d’Erasmus, elle a fait quelques cours de son Master en Bio-ingénierie de l’Université de Porto avec des étudiants  d’autres pays européens. Par ailleurs Docteure Sofia Santos a fait son doctorat en Biologie Cellulaire et Moléculaire à l’Université Pierre et Marie Curie de Paris, « une ville très multiculturelle au cœur de l’Europe ! » dont l’intensité de la vie politique lui a permis d’ouvrir les yeux sur la vie politique portugaise et sur l’avenir de l’Europe. (Entretiens à Genève et à Porto). 

Comment expliquez-vous votre  intérêt pour la politique portugaise?

« Mon intérêt pour la politique est né à Paris où je suis allée faire mon doctorat en Biologie Cellulaire et Moléculaire et là j’ai découvert que les débats politiques sont beaucoup plus intéressants. Il y a beaucoup plus de raisonnement. En France, on explique plus les « pourquoi » et « comment ». On donne les sources d’informations et le processus par lequel l’on prend une telle ou autre position face par exemple aux questions posées par les journalistes. Ce qui n’est pas le cas au Portugal. Le fait donc d’aller vivre à Paris en 2011, m’a permis de mieux appréhender l’irrationnel qu’il y avait très souvent dans les positions des politiciens portugais. Il y a chez eux, des avis infondés et des critiques négatives juste parce qu’il fallait être contre le parti ou la personne d’en face. Bien sûr que j’exagère mais c’était beaucoup plus souvent en France dans les débats télévisés que je rencontrais des explications qui soutenaient la prise de position des uns et des autres. Maintenant que je suis de retour au Portugal, je suis la politique de mon pays avec beaucoup plus d’intérêt, son évolution et ses améliorations. Je continue également à suivre la politique française et internationale (Exemple la déception de l’élection de M. Donald Trump aux Etats-Unis d’Amérique etc…). Je peux dire aujourd’hui que je suis très fier de l’évolution de la politique au Portugal et du gouvernement actuel ». 

Pourquoi les jeunes de votre génération voient-ils autrement la politique?

« Ma génération n’a pas vécu de guerres civiles ou mondiales (bon, si on considère que la guerre en Syrie n’est pas la nôtre, mais ça c’est une autre discussion). Je n’ai pas non plus vécu en dictature (même si parfois on se demande si la presse a bien sa liberté d’expression !) ou d’autres systèmes politiques extrêmes… Nous sommes nés en démocratie, une démocratie de plus en plus internationale avec la création de l’Union européenne. Une démocratie qui même si elle n’est pas encore parfaite, elle marche suffisamment bien pour que nos pays fonctionnent correctement. 

Je voudrais souligner qu’on nous demande de voter à 18 ans mais jusque là on ne nous a jamais appris à nous intéresser réellement à la politique. Parfois on ne sait même pas que la politique est une science… Tout ce qu’on a entendu, c’est que les politiques mentent. On voit aussi quelques scandales liés à la corruption,  les lobbies des grandes entreprises etc !!! Et ça, que ce soit à droite ou à gauche (concepts politiques d’ailleurs qui commencent à nous être familiers mais qu’au fond, on sait juste vaguement ce qu’ils veulent dire) !

Toutes ces raisons font que ma génération regarde la politique autrement ! Plus que les partis en soi, on regarde les personnes qui les représentent. On s’intéresse à leurs propositions même si on se demande comment ils vont les mettre en oeuvre et si elles vont vraiment marcher. On regarde donc de plus en plus la cohérence du parti, la sincérité de la personne qui dirige le parti, sa détermination et sa volonté de faire le mieux pour le pays, pour nous tous ».

 

Quel est votre regard sur l’Europe de manière générale ?

         « Je suis fière d’être une citoyenne européenne. Pour moi, c’est la diversité des cultures qui nous rends plus riches. Chaque pays, avec son histoire, a beaucoup à enseigner aux autres et beaucoup à apprendre avec les autres aussi. En ce qui concerne la politique européenne, j’essaie de suivre tous les pays avec plus d’attention notamment la France, l’Espagne, le Royaume Uni et l’Allemagne. Je comprends que les pays méditerranéens qui ont été les plus impactés par la crise économique mais aussi par les politiques d’austérité, se tournent maintenant vers les partis de gauche, comme le Syriza en Grèce et le Podemos en Espagne. Exception pour le Portugal dans cette tendance qui a élu de nouveau le centre droite mais qui est obligé de travailler avec la gauche elle même contrainte de se rassembler ». 

Comment avez-vous vécu le Brexit ? 

         « Concernant le Royaume Uni, j’étais déçu du résultat du referendum sur le Brexit, comme la plupart des personnes de ma génération, inclus au Royaume Uni. Je n’ai pas suivi de très près les mois précédents le referendum mais c’est évident pour moi que c’est beaucoup plus facile de croire aux arguments des pro-Brexit vu qu’ils se sont basés uniquement sur des suppositions, que de croire aux arguments de ceux qui sont contre le Brexit, donc contre un changement, alors que la situation du pays n’allait pas bien. Je pense que les citoyens anglais ont utilisé le referendum pour démontrer leur mécontentement par rapport à la situation économique et politique du pays sans mesurer les conséquences d’un tel résultat. Néanmoins, même avec ce résultat, encore une fois, l’Europe, en tant que continent, donne des gages de son attachement à la démocratie. Les négociations pour le Brexit se passent de façon à respecter les intérêts des deux parties, Le Royaume Uni et l’Union Européenne.

         Le côté positif du résultat du referendum sur le Brexit, est qu’il a pu donner une grande leçon au reste de l’Europe. On apprend avec les erreurs et quand beaucoup de gens avaient peur que le reste de l’Europe suive l’exemple du Royaume Uni en sortant de l’Union Européenne, je pense qu’au contraire, la peur d’utiliser un vote aussi important dans le but de manifester son mécontentement a pu influencer les Français lors des dernières  élections présidentielles, qui ont quand même amené Le Front National au second tour mais qui à la fin ont fini par faire confiance aux partis politiques moins radicaux. Je suis très fière de l’élection présidentielle en France. Elle démontre, en quelque sorte, qu’en Europe, nos valeurs sont bien enracinées, en contraste par exemple avec ce que les résultats des élections aux Etats-Unis ont montré. 

         J’espère que l’Allemagne, confrontée également aux problèmes de  radicalisation et de terrorisme, suive l’exemple de la France et ne donne pas de majorité aux partis d’extrême droite lors des élections fédérales de cette année, même si je comprends que ces partis peuvent avoir plus de voix liées au contexte de terrorisme mais aussi de la question des migrants".

Propros recueillis par El Hadji Gorgui Wade NDOYE.

(Voir l'entretien en entier sur www.ContinentPremier.Com. Lien suivant:

http://www.continentpremier.com/?magazine=101&article...

 

16:33 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/09/2017

DONALD: Dear President don't do that !

Destruction totale de la Corée: Trump fait peur au monde !

(NEW YORK) -Nations Unies- Pourtant Donald Trump avait bien commencé son discours mais égale à lui même le PR US a surpris son monde et ou confirmé ce que l'on attendait de lui. Son discours n'entrera pas donc par la grande porte dans l'Histoire des Nations-Unies.

Jamais un Etat avait ici à New York au siège des Nations Unies déclarait qu'il allait éliminer un autre totalement de l'espace terrestre... Jamais!

Une menace inappropriée et qui ne répond pas à la thématique générale posée par l'Assemblée générale mondiale.

D'ailleurs la Présidente suisse Mme Doris Leuthard et son homologue français Emmanuel Macron ont exprimé clairement leur réserve devant la presse par rapport à cette sortie spectaculaire du Président américain.

Oui la Corée du Nord constitue une menace sérieuse pour la paix mais est ce une raison de raser ce pays. Et les vies humaines cher Donald?

El Hadji Gorgui Wade Ndoye. ContinentPremier.Com.

22:08 Publié dans Nations Unies | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

01/09/2017

EID AL KABIR: AMOUR ET PARDON


FETE DU MOUTON, ISLAM, PARDON, SOLIDARITE, GENEVEIslam signifie Paix et soumission à Allah dans ce qu'il nous Recommande d'être le plus humain avec nos semblables. 

Eid al Kabiiir, Fête du Mouton, Tabaski etc: Recevez mes voeux les meilleurs, vous soeurs et frères en #Islam. Ce matin, 7H30, ai eu le bonheur de prier avec des milliers de Genevois à #Palexpo. Il a été rappelé le sacrifice d'Abraham, ce qui est attendu d'un bon musulman notamment d'éviter de faire du mal à toute personne en utilisant sa main, sa langue etc... Voici notre religion faite de liberté de responsabilité d'amour et surtout d'humilité. 


Celles et ceux qui veulent nous terroriser se trompent de combat celles et ceux qui tuent fallacieusement au nom d'Allah, le font au nom de leur propre turpitude et répondent des stratégies démoniaques de leurs commanditaires. 


Islam signifie Paix et soumission à Allah dans ce qu'il nous Recommande d'être le plus humain avec nos semblables. 


Je pardonne à tout le monde encore une fois et demande pardon à tout un chacun. Nous sommes définitivement au delà de nos différences une même Famille HUMAINE !


El Hadji Gorgui Wade NDOYE - E G W N- ContinentPremier.

10:21 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

28/08/2017

Conseil des droits de l’homme : Bangui plaide pour le renouvellement du mandat de l’Experte indépendante sur la RCA


Le Conseil des droits de l’homme a tenu, ce lundi à Genève, une réunion organisationnelle relative aux travaux de la 36e session du Conseil des droits de l’homme prévue du 11 au 29 septembre prochain au Palais des Nations. Des Etats membres ont ainsi recommandé à cet organe onusien basé à Genève de rester saisie de la question de la situation des droits humains en République centrafricaine. Des délégations se sont en effet préoccupées des attaques perpétrées ces dernières semaines par les groupes armés. 

De son côté, Bangui insiste sur le fait que les violations graves des droits de l’Homme continuent d’être commises à l’encontre des populations civiles, notamment du fait de la présence persistante des groupes armés. Le Représentant de la RCA fait ainsi référence aux dernières violences qui ont éclaté dans plusieurs localités de l’intérieur du pays et qui doivent inciter à la plus grande vigilance. Et en raison de la détérioration de la situation sécuritaire sur le terrain, les autorités centrafricaines plaident ainsi pour le renouvellement du mandat de Mme Thérèse Keïta Bocoum, l’Experte indépendante sur la situation des droits humains en RCA. « Les exactions et autres abus de droit continuent en République Centrafricaine, fait remarquer Serge Hervé Saboro, Conseiller juridique de la Mission permanente de la Centrafrique auprès de l’ONU à Genève. Le mandat de l’Experte indépendante arrivant à terme et au vu du travail qu’elle a fourni, nous introduirons dans les prochains jours un projet de résolution sollicitant la reconduction de son mandat pour une année ». 


Cet appel au renouvellement du mandat de Mme Thérèse Keïta Bocoum intervient après la mise en ligne du rapport de l’Experte indépendante sur le site du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme. Un document que le Conseil des droits de l’homme examinera le mercredi 27 septembre. Dans ce rapport, l’experte onusienne s’inquiète notamment de la « détérioration de la situation sécuritaire, avec une progression des groupes armés qui contrôlent à ce jour 12 des 16 provinces du pays dans le centre et le sud ». 


« L’Experte indépendante constate que, dans ces zones, les groupes armés tuent, pillent, brûlent les maisons et s’arrogent des pouvoirs régaliens, dont l’administration de la justice et le prélèvement de taxes, sous le regard quasi impuissant de l’État et de la MINUSCA », lit-on dans ce rapport publié sur le site du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme. Une façon pour Mme Thérèse Keïta Bocoum d’alerter aussi sur « les lenteurs dans la restauration effective de l’autorité de l’État en dehors de Bangui ». La situation sécuritaire n’encourage pas les fonctionnaires à se déployer dans certaines régions sous la coupe des groupes armés, empêchant ainsi toute possibilité de progrès vers un État de droit. 


Cependant elle constate que, sans cessation des hostilités et sans désarmement des groupes armés, « il serait utopique de penser que les autres mesures urgentes en faveur de l’état de droit, de la justice et de la relance économique peuvent avoir un impact réel ». 


Dans ces conditions, le document de l’Experte indépendante insiste sur l’importance de la « lutte contre l’impunité » considérée comme « un chemin essentiel dans la résolution de la crise en République centrafricaine ». « Il est désormais urgent d’aller au-delà de l’acquis de nomination du Procureur spécial de la Cour pénale spéciale pour rendre cette Cour opérationnelle et de rompre définitivement avec les pratiques passées qui tendaient à fermer les yeux sur les agissements des criminels de guerre et à récompenser la violence ». 


L’Experte indépendante recommande à nouveau au Gouvernement centrafricain, avec l’appui de la communauté internationale, de réitérer son engagement « à ne pas appliquer d’amnisties aux auteurs de crimes graves en droit international, tels que les crimes de guerre, actes de génocide et crimes contre l’humanité ou atteintes graves aux droits de l’homme ».

Source: Nations-Unies / (Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève ; avec un extrait sonore de Serge Hervé Saboro, Conseiller juridique de la Mission permanente de la Centrafrique auprès de l’ONU à Genève.)

16:33 Publié dans Nations Unies | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

25/07/2017

MORTELLE ET IMMORALE INDIFFÉRENCE !

Jamel DUNN, FLORIDE, INDIFFERENCE, RACISME, JUSTICE, MORALE, USA, SOLIDARITEJamel #Dunn: Il meurt par noyade, à Floride, sous le regard d'adolescents américains qui le filment et l'insultent. Atrocité d'une mort, âme et coeur brisés, au delà de l'immoralité il semblerait que ces gamins qui ont posté leur butin dans les réseaux sociaux pourraient ne jamais être inquiétés par la justice pour non assistance à personne en danger ! Est ce bien ce monde que nous avons arraché aux dieux ? Est ce monde qui crie liberté, fraternité, égalité que nous voulons ? J'en suis meurtri par tant d'indifférences, de postures maladives et barbares qui sont malheureusement maquillées par une fausse liberté !

Le corps de Jamel sera retrouvé 3 jours après, pour organiser les funérailles sa famille a pu compter sur la générosité de beaucoup d'Américains qui ont versé pas moins de 35.000 Dollars. Atroce mort, mesquine et barbare attitude d'enfants pourris par des idéologies immondes et pourtant nous devons continuer à croire à la beauté de la vie et à la solidarité humaine. Face à l'ombre, d'autres Américains ont apporté une lumière solidaire qu'il faut magnifier ... même si c'est après la mort !


Humain, je suis, humain, je resterai et j'aimerai tout l'Homme quelles que soient ses convictions, sa religion, sa couleur etc, car tout cela est bien de la volonté du Seigneur qui aurait pu s'Il le voulait faire de nous toutes et tous des Noirs, Blancs, Athées, Catholiques, Boudhhistes, Juifs, Musulmans, grands ou nains et tous nés d'un même continent. Le Musulman pratiquant que je suis et libre de sa pensée car sachant lire directement les livres et leur sens sait parfaitement que la Différence est une Bénédiction divine et un Appel à mieux nous connaître les Uns les Autres.


Que la terre te soit légère cher frère Jamel Dunn.

Introspection, dis-je, sur toutes les latitudes!

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE- Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

15:19 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

20/07/2017

Le Paleo Festival: une affaire de générations !

PALEO, Daniel Rossellat, FestivalLe festival le plus original d’Europe a 42 ans et n’est pas à « vendre » me dira son patron Daniel Rossellat qui s’inquiète que de grands producteurs américains achètent les festivals et signent des contrats faramineux avec certains artistes qui rejoignent leur giron rendant difficile leur déplacement dans des festivals hors de leur circuit. Mais à 42 ans, le Paleo sait comment se maintenir, garder son esprit Rock and Roll, rester plus proche des festivaliers, s’engager dans le respect de l’environnement, s’ouvrir aux vraies organisations humanitaires, rester naturellement simple, efficace et professionnel.

Le Paleo est à l’image de ce cheval beau généreux combattant et infatigable pour le bonheur des familles et des mélomanes !

Photo: Nicole Matschoss.

Reportage: El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.Com

16:15 Publié dans PALEO 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

18/07/2017

PALEO 2017: C'EST PARTI ET C'EST CHAUD !

20:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Montreux Jazz Festival : Les larmes de Youssou Ndour à la soirée de clôture

L’artiste international Youssou Ndour, venu samedi 15 juillet clôturer la dernière soirée de la 51ème édition du Montreux Jazz, était ému sur scène, devant une salle comble, en interprétant « New Africa » qui célèbre une Afrique nouvelle émergente et loin des clichés. Il a dédié cette chanson à la Fondation Ibrahima Diop basée à Thiès, au Sénégal.  

Malgré ses lunettes et le public endiablé qui suivait dans une extrême joie la prestation magistrale de Youssou Ndour et du Super Etoile de Dakar à l’auditorium Stravinski, l’émotion de la star mondiale ne pouvait échapper à la vigilance de certains mélomanes lors de l’exécution de « New Africa », une belle chanson dense, riche en promesses et libératrice d’énergies créatrices.  Chez le « Roi du Mbalax », le combat pour une Afrique debout et la dignité de l’Homme noir est constant. Après avoir proposé certains de ses meilleurs sons avec sa voix éternellement belle, l’artiste sénégalais a tenu un discours très applaudi dans lequel il interpelle les consciences sur les images inappropriées que véhiculent certains médias occidentaux pour parler de l’Afrique.

«  Ce continent, n’est pas une terre du sida, des maladies, l’Afrique est debout, riche et multiple », dit-il, avant de psalmodier comme une prière sa chanson. Pour donner l’exemple des migrants qui œuvrent aussi pour une nouvelle Afrique, You a dédié ce morceau à Alioune Diop dit Badou, initiateur de la Fondation Ibrahima Diop située à Thiès et qui vient en aide à plus de 100 femmes en facilitant leur autonomie financière.

La Fondation Ibrahima DIOP

Constituée le 28 janvier 2015, à Montreux, la Fondation Ibrahima Diop compte parmi ses réalisations l’achat d’une parcelle à Dakhar Mbaye, près de Thiès, par Alioune Diop dit Badou, l’initiateur du projet.

Le Suisse Thierry Waelli, président de la Fondation souligne l’existence d’un réseau d’eau sur toute la parcelle avec 50 robinets d’accès et distribution goutte-à-goutte dans les cultures depuis 2016, d’un poulailler couvert avec un local de stockage pour la nourriture de 2.000 pondeuses depuis cette année. Toumani Diabaté et son fils Sidiki, parrains de la Fondation, avec Mathieu Chedid pour la soirée africaine du Montreux, ont tenu à exprimer leur soutien à Alioune Diop et voudraient en faire un modèle pour la diaspora africaine.

 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations Unies. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

19:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

13/07/2017

L'Afrique ne se suicidera pas !

Emmanuel Macron: je précise pour celles et ceux qui n'ont pas l'habitude me lire ou pour les faiseurs de malins qui croient que tout est permis quand il s'agit d'Afrique et parmi cette meute des Africains, ce que je reproche à Macron est moins le fait de mettre le doigt sur la fertilité des femmes africaines que sur les MENSONGES éhontés qu'il a débités concernant le financement du "développement" de l'Afrique, sa malhonnêteté intellectuelle et sa carence historique voulue ou pas quand il parle de " "problème civilisationnel" en parlant de l'Afrique.


Nous devons être très vigilants, l'arrière garde honteuse en Occident s'évertuera toujours à traiter les Africains d'animaux inconscients. La bêtise de Jules Ferry, de Victor Hugo, de Voltaire pour ne citer que ceux là par rapport à leur vision de l'Homme Africain, est bien ancrée dans une propagande jouissive pour décréter l'Africain comme un être inférieur incapable de se prendre en charge, incapable de réfléchir et dont le seul muscle puissant et intelligent est son sexe, par conséquent il faut le maîtriser, le canaliser, lui tenir la main pour qu'il grandisse. Oui, pour ceux qui l'ignorent, voici la thèse fétide qui n'a cessé de circuler dans les cerveaux putréfiés de ces maîtres à penser qui n'ont que dédain pour le Noir et qui ne s'intéressent qu'à ses richesses.


Vouloir nous faire taire est une entreprise extraordinairement vaine car la JEUNESSE africaine est à 98 % debout et ne veut plus se laisser faire. La médiocrité de certains leaders africains ne peut être un gage facile pour continuer à insulter notre intelligence tout en perdant tout vergogne quand il s'agit de venir exploiter et voler ce beau Continent qui malgré des siècles de barbarie que lui a imposée l'Europe avec ses massacres, ses viols, ses coups d'Etat montés de toute pièce avec de petits nègres de service est encore DEBOUT.


Je vous l'avais dit, l'Afrique qu'on insultait avec zéro euro est bien révolue. Ses enfants ont grandi, se sont frottés avec le reste du monde et savent comment ce monde a fonctionné et continue de fonctionner.


Pour le reste personne ne dit que les choses sont bien en Afrique, rien à signaler, nous sommes les premiers à critiquer nos dirigeants à interroger certaines facettes de nos cultures au regard de notre monde d'aujourd'hui mais que personne ne vienne nous dire que nous devons être comme lui, nous n'en avons pas besoin.
On ne peut voter des lois, pousser à l'existence de résolutions dites progressistes et humanistes et s'asseoir dessus quand il s'agit de parler avec autrui.

L'Afrique sera encore là, aujourd'hui plus que jamais, dynamique et vivante !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité aux Nations Unies. Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

16:25 Publié dans Perspectives | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

11/07/2017

Notre ami Emmanuel Macron devrait revoir ses fréquentations.

MACRON, AFRIQUE, CIVILISATION, FRANCE, CENTRE AFRIQUE, COLONIALISME, TRAITE, NEOCOLONIALISME 

Après un " Diner secret" avec le très ignorant Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa il s'est essayé à l'imiter en disant des bêtises énormes sur l'Afrique. Non Monsieur le Président, tu es trop jeune pour manger à ce plat là. Et je te le dis de suite si tu manques de respect à l'Afrique tu n'auras pas un 2ème mandat ! Nous nous organiserons et te battrons comme nous avons fait partir ce petit nain qui se croyait Napoléon!

 

Le paternalisme occidental notamment d'une certaine élite de la France est abjecte insolente fausse et indigne au 21ème siècle. nous vous connaissons trop bien pour vous laisser continuer à dire des conneries à la puissance zéro sur nous. Et réveillez-vous, il y a une autre Afrique debout digne qui se bat qui vous écoute et n'accepte plus les camisoles que vous voulez lui imposer. Nous avons une Histoire commune partagée avec ses hauts et ses bas et personnellement je l'assume au nom des trajectoires humaines car oui il ne sert à rien de brûler la France, c'est aussi une belle bêtise, mais nous ne pouvons plus accepter vos mensonges technocratiques et politico politiciens.

Soyons adultes, enfin ! De Gaulle reçoit son dernier hôte avant sa démission, un certain Bokassa, général " sanguinaire" accueilli avec les ors de la République, on le vante et l'honore avec son épouse. En 1974, Giscard prend le pouvoir et son 1er voyage il le consacre à qui? A Bokassa de la Centre Afrique devenue aujourd'hui une poudrière !  

Des années successivement, la France et mon pays d'adoption la Suisse exploitent sans honte l'Uranium de Centre Afrique des tonnes quittent ce pays pauvre et ni la France et ni la Suisse ne payent aucun kopeck, ils se sont servis à l'oeil ! Et les exemples font légion, là vous voyez je ne parle même pas de colonisation ni de traite négrière. Ajoutons à cette farce notre monnaie de singe le FCFA !

Monsieur Macron, la Jeunesse africaine vous en voudra si vous continuez ce discours hypocondriaque !

Non, le problème africain n'est pas civilisationnel il est un problème de LIBERTE, il est un problème de survie face à des élites occidentales et africaines qui n'ont pas foi en l'Homme qui font de l'humain un marché, une sorte de boudin pour s'engraisser le ventre. Nous savons où se situe le problème et là encore rien n’aurait été aisé sans vos menaces jusqu'à sacrifier des vies humaines. Combien de chefs d'Etat et de leaders africains libres, la France politique a-t- elle assassiné, dear President? Rien n’aurait été simple sans aussi la belle et honteuse trahison d'une part des élites africaines plus enclines à sauver leur costard que les « thiayas » de nos braves paysans, dear President?

Le problème, c'est l'asymétrie de nos relations ! Le problème, c'est la survivance dans les actes, dans les paroles d'un éternel retour d'un discours puisé dans les bas fonds des ombres du 15ème siècle moulés aux lumières sans boussole du 18ème et du 19ème siècle et tamponné au sceau d'une coopération d'après indépendance sans nom qui n'était rien d'autre que la perpétuation dans un voile immense de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Non, Monsieur le Président Macron, vous êtes jeune et nous osons croire que le dynamisme, l'intelligence et la créativité qui vont avec, vous donneront et nous aussi, le courage face aux défis auxquels nos différents peuples sont confrontés, de rompre les chaînes fétides rouillées de l'esclavage, de la colonisation, de l'aliénation culturelle, pour enfin jeter les bases d'une complicité incrustée dans le marbre éternel de la la Liberté, de la Fraternité, de l'Egalité et surtout de la Justice et du Respect !

Ce n'est qu'une prière, vous savez!

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste. Directeur des publications du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

15:35 Publié dans Présidentielle France | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/05/2017

Journée de l'Afrique: Sona Jobarteh, à Genève, pour un concert exceptionnel

Sona jobarteh, Gambie, Pitoeff, Carouge, Fête Afrique, musique, sortirLe vendredi 19 mai, à 20 Heures, à la salle communale de Plainpalais, théâtre Pitoeff, l'Afrique plurielle rencontre la Genève internationale multiculturelle. En hommage à la Gambie, aux pays de la CEDEAO, de l’Union africaine et à l’Organisation des Nations Unies qui ont réussi paisiblement à rétablir l’ordre constitutionnel en Gambie, l’association ContinentPremier éditrice du magazine panafricain éponyme organise pour son treizième anniversaire et dans le cadre de la deuxième édition célébrant la Journée de l’Afrique un grand concert à Genève, ville de cultures et des droits humains. Ce sera également un hommage aux femmes, à la jeunesse, à l’égalité et à la diversité. Une Dame, une grande artiste gambienne Sona Jobarteh qui a réussi à s’imposer dans le milieu fermé de la Kora en devenant une des pionnières et maîtresses de cet instrument magique qu’on retrouve en Afrique de l’Ouest, entre les mains expertes des grandes familles de griots mandingues, nous fait l’honneur de ce concert exceptionnel en Suisse.

Compositrice, chanteuse et instrumentiste, Sona Jobarteh est une femme engagée. Elle construit en Gambie une école dédiée à l’étude de la musique, les instruments traditionnels, l’histoire. La majorité des élèves sont des orphelins!
 
SONA JOBARTEH: UNE VIRTUOSE DE LA KORA
 
Issue d’une très grande famille de griots dépositaires de l’art de jouer avec la Kora dont l’héritage se trouve en Afrique de l’Ouest notamment en Gambie, au Sénégal, au Mali, en Guinée Conakry et en Guinée-Bissau, Sona Jobarteh perpétue cette grande tradition en y apportant une touche singulière et personnelle. Avec sa belle voix, son charisme, l’artiste a su s’imposer dans un milieu exclusivement masculin devenant ainsi la première femme Gambienne et l’une des rares artistes professionnelles à maîtriser la Kora.Professionnelle talentueuse malgré son jeune âge, Sona Jobarteh a constitué son groupe à Londres et fait des tournées au niveau international: Malaisie, Mexique, Pologne, Côte d’Ivoire, Amsterdam, Gambie etc. En Grande Bretagne, elle a joué au Glastonbury Festival, à Africa Oye à Liverpool, au London Jazz Festival ainsi qu’au WOMAD.
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.Com

09:13 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

15/05/2017

OLIVIER GUENIAT EST MORT : UNE GRANDE TRISTESSE !

OLIVIER GUENIAT, NEUCHATEL, SUISSE, JOURNALISME, DROGUE, Voici un brillant policier suisse. Voici, un homme qui était d'une très grande loyauté à son travail. Voici un homme qui était juste avec les Africains, les Noirs. J'avais du plaisir à l'interroger. Il était un intellectuel d'abord avant tout rapport et avait une vision claire notamment sur l'entreprise de la Drogue en Suisse. Je disais souvent lors de mes interventions à l'Ecole de journalisme de Lausanne à mes collègues suisses stagiaires si vous voulez les vérités sur la drogue en Suisse allez voir le Commissaire Gueniat. Il aurait mis fin à ses jours, cet après midi selon un communiqué de la police neuchâteloise qui regrette sa disparition, " une énorme perte". A sa famille, à la police suisse, je présente l'expression de mes condoléances attristées.

Pars en paix cher Olivier ! 

photo: keystone.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - ContinentPremier.

 

LE COMMISSAIRE DE NEUCHATEL, OLIVIER GUENIAT, SUR LES TRACES DES DEALERS

Par Egwn

Vaste débat, il y a encore énormément de choses à dire sur le sujet hypercomplexe de la drogue et de la criminalité des étrangers. Le marché de la drogue est caractérisé par son dynamisme, sa souplesse et sa capacité à s’adapter à des contraintes changeantes. Le dernier rapport mondial sur la drogue informe que près de 185 millions de personnes, soit près de 3% de la population mondiale, ou 4.7% de la population entre 15 à 64 ans sont consommatrices de drogues.  

Le cannabis est en tête de la consommation mondiale avec près de 150 millions de clients, suivi par les ATS (près de 30 millions pour les amphétamines, notamment la méthamphétamine et amphétamine et 8 millions pour l'ecstasy). Approximativement près de 13 millions de personnes consomment la cocaïne, et 15 millions pour la famille des drogues type héroïne, morphine, opium, les drogues synthétiques (dont 9 millions pour l'héroïne). L'argent de la drogue bénéficie spécialement aux Etats - Unis et l'Europe. En ce qui concerne les profits réalisés par les trafics, la "revue dépendances" nous renseigne que, le Groupe d’action financière internationale (GAFI), créé et composé par les membres du G7, estime à 35 milliards de dollars le produit de la vente de cocaïne (contre 75 milliards pour le cannabis et 12 milliards pour l’héroïne). Sur ces 35 milliards, seuls 1.5 milliards iraient au Pérou et 750 millions à 1 milliard seraient changés en monnaie locale ; 1.5 milliards iraient en Bolivie, dont 500 à 700 millions seraient injectés dans l’économie locale, et 5 milliards iraient aux barons de la cocaïne colombienne qui utiliseraient environ 1.5 milliards dans l’économie nationale. Ainsi réparti, le revenu total des pays producteurs avoisinerait les 8 milliards de dollars, alors que 27 milliards correspondraient aux bénéfices réalisés dans les pays consommateurs, essentiellement aux Etats-Unis et en Europe. 
Comment faire face au problème de la drogue? Peut - on rassurer les populations suisses en ce domaine? Le commissaire de la police de Neuchâtel, Olivier Guéniat, docteur d'Etat, spécialiste doublement avisé, répond en toute honnêteté à nos questions. 

Qui sont les dealers?

Cela dépend du type de drogue. Pour l'héroïne, il s'agit en majorité de la communauté albanophone et turcophone (de manière marginale arabophone). Pour la cocaïne, il s'agit en majorité de la communauté d'Afrique de l'Ouest (surtout du Nigeria pour le trafic européen) et de manière traditionnelle de la communauté d'Amérique du Sud ou hispanophone, mais aussi arabophone (Liban, Maghreb). Pour le haschisch, il s'agit en majorité des communautés du Maghreb, d'Espagne et du Portugal, mais aussi de Hollande. Pour la marijuana, il s'agit en majorité de la communauté suisse. Pour les drogues entactogènes (ecstasy), il s'agit en majorité des communautés anglophones, allemandes, hollandaises et belges, espagnoles et suisses. Pour les amphétamines et méthamphétamines, il s'agit en majorité des communautés thaïlandaises, vietnamiennes, suisses et des pays d'Europe du Nord (Hollande, Allemangne, etc) et de l'Est (Pologne, Lituanie, Estonie, Russie, etc).

Suite ici: 

http://www.continentpremier.com/index.php?magazine=9&...

 EL HADJI GORGUI WADE NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

 

17:41 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

09/05/2017

DECAPROD : 11 ans d'investissement dans le journalisme.

decaprod, Journalisme, Pascal Decaillet, suisse, romand, presseL'entreprise de presse du Pape du journalisme romand a 11 ans: Bonne continuation Pascal Décaillet.
PaD est un journaliste suisse présent dans la presse écrite, orale et télévisuelle. EN 2006, il a fondé son entreprise de presse DECAPROD. Il est en même temps formateur, polyglotte, historien, ancien professeur d’allemand, il use de sa grande culture pour mettre en perspective l’actualité, de son carnet d’adresses long comme un chapelet, pour diversifier son offre journalistique et enrichir ses émissions en ouvrant la ligne éditoriale. Le grand manitou du « Genève à Chaud » sur Léman Bleu, marque de manière indélébile l’actualité genevoise et suisse. Il ne se donne qu’une limite la déontologie, tout le monde passe dans ses critiques, même ses collègues ce qui ne plait pas toujours. La « Revue », représentation satirique de la vie socio-politique genevoise lui donnait un pouvoir exorbitant. Monsieur Décaillet serait à l’origine, selon cette représentation satirique, de l’apogée du Mouvement Citoyen Genevois (MCG), jeune parti politique qui justement a bousculé la vie politique du Canton ces dix dernières années. Coincidence?
 
Mais celui que j’ai appelé, alors que ma langue avait fourché, le « Pape » du journalisme romand, au détour d’une émission télévisée sur le profil du futur Pape avant le choix de l’Argentin François, ne laisse en réalité personne indifférent ! On l’aime ou pas, Pascal Décaillet compte et reste un exemple pertinent d’un journalisme ouvert parfois provocateur. Pour ma part, j'ai la chance de pouvoir lui dire les yeux dans les yeux ce que je pense de ses positions. Au fond de lui, c'est un homme bienveillant, toujours aux côtés de celles et ceux que l'on veut pas voir ni entendre, des laissés pour compte. Il demeure profondément républicain et croit à la force des peuples plus que la puissance des rois!
 
Continenpremier.Com lui souhaite une bonne santé et encore d’autres années d’impertinence à célébrer. En attendant le « Dakar à Chaud » !
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Journaliste sénégalais accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com (EGWN)

11:26 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

28/04/2017

L'Afrique à la direction générale de l'OMS: « Nous avons un défi à relever », soutient Jean Marie Ehouzou, Ambassadeur de l’Union africaine à l'ONU.

Union Africaine, onu, oms, Dr Tedros, Jean Marie Ehouzou, Groupe Afrique, Pakistan, Grande Bretagne, France, Italie, Hongrie, Nos chefs d’Etat actuels sont entrain d’écrire l’une des plus belles pages du panafricanisme. L’Afrique devient ainsi techniquement un seul pays. Du jamais vu à l’OMS fondée en 1941 ! L’Afrique unie présente un seul candidat qui caracole en tête depuis que le processus a été lancé en septembre 2016. Le 23 mai 2017 si le pari des présidents d’Afrique réussit, les pères fondateurs de l’Union africaine auront gagné une belle manche dans la marche de l’unité du Continent.  

GENEVE- (Suisse)- Le 23 mai prochain, lors de sa Soixante-Dixième Assemblée mondiale de la Santé, les 194 États Membres de l’OMS éliront un nouveau Directeur général, qui prendra ses fonctions le 1er juillet 2017. La candidature de l’ancien Ministre éthiopien des Affaires Etrangères, et ancien ministre de la santé, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, présenté par son pays, au poste de Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, a été approuvée par les Chefs d’Etat de l’Union africaine.  Les Africains sont allés regroupés pour décrocher ce poste que l’Afrique n’a jamais eu depuis la création de l’OMS. Lorsque l'instruction des Chefs d’Etat est tombée le groupe africain s'est saisi du dossier et la stratégie de campagne a été commune. « Tous les états représentés ici à Genève apportent leur contribution. Tous les ambassadeurs sans exception ont constitué un grand groupe. Tout le monde a voulu participer. Tout Le monde est derrière le candidat éthiopien qui est le candidat de l'Afrique. Nous sommes allés à la première partie de cette élection au comité exécutif en janvier dernier. C'était une mobilisation générale autour de la campagne », révèle l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Bénin et actuel Représentant permanent de l’Union africain auprès des Nations-Unies.

D’autres valeureux et potentiels candidats pouvaient faire l’affaire. Il s’agit notamment de Mme la Pr. Awa Marie Coll Seck, ministre de la santé du Sénégal, du Malien Michel Sidibé actuel patron de l’ONUSIDA ! Tirant, cependant les leçons des échecs passés avec la présentation de plusieurs  candidats, les présidents africains ont eu le bonheur de recevoir l’excellente compréhension des candidats qui se sont retirés au profit de l’Afrique. Au nom de l’Afrique, le gouvernement éthiopien a ainsi été autorisé à présenter la candidature du Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus qui faisait face à l’italienne Dr Flavia Bustreo, du français Pr. Philippe Douste-Blazy, du hongrois Dr Miklós Szócska qui ont été recalés par le Conseil exécutif. En effet, le Conseil exécutif composée de 34 personnes techniquement compétentes a établi d’abord une liste restreinte au maximum de cinq candidats. Après les avoir interrogés, ce Conseil en a désigné trois dont la candidature sera examinée par l’Assemblée mondiale (ensemble des 194 Etats membres) de la Santé qui suivant ce processus novateur de transparence élira démocratiquement le nouveau patron de l’OMS, en mai 2017. Ce sera donc la mère des où le candidat africain fera face aux autres nominés le britannique Dr David Nabarro et la pakistanaise Dr Sania Nishtar.

 
L'Union africaine comme jamais!
 
La détermination des diplomates africains a été démontrée récemment à l’occasion du départ de Genève de quatre ambassadeurs, dont celui du Mali Mme Aya Thiam, très impliqués dans la campagne pour l’élection du Dr Tedros. La campagne a été lancée par Dr. Nkosazana Dlamini- Zuma, Présidente de la Commission de l'Union africaine (UA)  le 25 mai 2016, à Genève, lors une grande manifestation, assistée de plusieurs ministres des affaires étrangères dont celui de l’Algérie. L'ancien Président de l'UA, Idriss Deby du Tchad comme l'actuel Alpha Condé de la Guinée ont donné tout leur soutien à la Commission dont le nouveau chef est le Tchadien Moussa Faki Mahamat attendu d'ailleurs à Genève le 21 mai prochain pour renforcer les ambassadeurs africains dans leur campagne sans précédent. 
 
« Lorsque que nous faisons preuve de solidarité agissante et permanente, de cohésion, d'unité cela apporte ses fruits », se réjouit l’Ambassadeur Ehouzou qui souligne : « Ils sont 34 au Comité exécutif et au premier tour des élections le candidat africain a eu 34 sur 34. Au deuxième tour des élections, le candidat africain qui était déjà en tête a eu 30 sur 34. Aujourd'hui le candidat africain est en pleine campagne. Nous sommes sûrs qu'il sera encore premier à l'Assemblée générale de l’OMS ». Tout le monde sait que c'est l'heure de l'Afrique. L'Afrique s'était un peu mal organisée. « Ça fait 70 ans que cette organisation existe ». Les ambassadeurs africains ont créé différents groupes avec un coordinateur pour chaque entité pour avoir un bon maillage du monde. Le candidat n’a pas toujours besoin de se présenter dans tel pays ou dans tel autre. A Genève, on peut retrouver un Béninois, un Guinéen, un Tchadien, ce sont les ambassadeurs qui vont ensemble plaider la cause de leur candidat et quand on leur demande il est où le candidat, ils répondent en chœur «  nous sommes le candidat de l’Afrique ». Ce qui a beaucoup séduit les autres représentations des autres continents. « Nous nous sommes répartis les rôles dans la campagne et chacun joue sa partition. Le candidat lui-même est en train de partir un peu partout dans le monde entier. Quand on nous demande pourquoi vous faites cela nous disons c'est pour l'Afrique. Aujourd'hui nous vous autorisons à dire c'est un seul pays. C'est le continent africain qui est en train de combattre et de lutter pour que cette position importante au niveau de la santé lui revienne », rétorque M. Ehouzou qui a voulu saluer la sagesse des Chefs d’Etat d’Afrique : « Au nom de tous les ambassadeurs je voudrais humblement saluer et remercier les chefs d'État qui nous ont instruits pour nous donner l'orientation pour la meilleure voie du succès dans cette campagne-là. Et ensuite remercier tous mes collègues ambassadeurs qui se sont mis à la tâche. Chacun joue spontanément son rôle. Si on fait tout cela la garantie du succès est là. Nous faisons tout pour que le 23 mai prochain le poste de directeur général de l’OMS revienne à l'Afrique ». Très fier de la démarche unitaire africaine autour de sa candidature Dr Tedros qui a fait un parcours sans faute rappelle les quatre raisons de sa candidature : « J’ai la passion, j’ai l’expérience de chef de file au niveau national et international, j’ai l’expérience technique, politique et diplomatique dont l’OMS a besoin, enfin je proviens d’une communauté où la charge de la santé est très importante et j’ai eu à relever des défis dans ce domaine au niveau de ma communauté ».   
 
Rappelons que le Directeur général est le plus haut fonctionnaire technique et administratif de l’OMS et il dirige la politique d’action sanitaire internationale de celle-ci. La titulaire actuelle du poste, le Dr Margaret Chan, a été élue en 2006 et terminera son second mandat le 30 juin de l’année prochaine. Le nouveau Directeur général qui sera élu le 23 mai prochain prendra ses fonctions le 1er juillet 2017.
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies- Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

13:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

26/04/2017

Guerre au Yemen : Face au chaos humanitaire, les bailleurs promettent 1.1 milliard de dollars d'aide d'urgence.

Yemen, Guterres, Suisse, Suede, Humanitaire, chaos, ONU, ARABIE SAOUDITEC’est au Yémen que sévit la plus grande crise humanitaire dans le monde, avec près de 19 millions de personnes - deux tiers de la population - ayant besoin de protection et d’assistance humanitaire. Pour aider ce pays d’ici à la fin de l’année, l’ONU a fait un appel de 2,1 milliard de dollars. Hier, les promesses de dons s’élevaient à la moitié de l’enveloppe nécessaire.
 
Genève – (Suisse)- En présence du Secrétaire général des Nations-Unies, António Guterres qui a fait le déplacement à Genève pour coprésider avec la Suède et la Suisse une réunion de haut niveau des bailleurs de fonds , ces derniers ont annoncé  des promesses de contribution à hauteur de plus de  $1.1 milliard afin de renforcer l’aide vitale à des millions de personnes au Yémen. La somme globale demandée par l’ONU et ses partenaires est de 2,1 milliards de dollars.
 
« Au moment même où le Yémen fait face à une tragédie sans précédent et où les besoins  de protection n’ont jamais été aussi grands,  la générosité exprimée aujourd’hui lors de cet évènement nous aide à réaffirmer notre humanité commune »,  a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à l’issue de l’évènement de haut niveau auquel ont assisté plus de 70  pays et un grand nombre d’organisations régionales, d’agences humanitaires des Nations Unies et d’organisations humanitaires non gouvernementales, y compris du Yémen.  48 donateurs, la Commission européenne, le Fonds central d’intervention d’urgence et quatre organisations humanitaires/ONGs ont annoncé des promesses de contribution pour l’action humanitaire au Yémen en 2017. « Maintenant, nous devons voir ces promesses de contribution se traduire par une action à plus grande échelle dont les Yéménites ont non seulement besoin, mais surtout qu’ils méritent », a martelé le Secrétaire général devant la presse internationale. Il dira également que la solution à cette crise n’est pas humanitaire mais bien politique et qu’il faudrait trouver aujourd’hui plus que jamais une issue pacifique à la désastreuse situation humanitaire.
 
Le patron de l’ONU demande par ailleurs trois choses : «  Accès, accès, accès » aux populations vulnérables.  En effet, la situation d’urgence complexe au Yémen est due à l’homme et s’est considérablement détériorée depuis que les hostilités se sont intensifiées en mars 2015. Plus de 10 millions de Yéménites extrêmement vulnérables ont besoin d’assistance immédiate pour survivre et la famine demeure un risque crédible pour 6,8 millions de personnes si elles ne reçoivent pas d’aide d’urgence. En février dernier, l’OMS criait haut et fort : « C’est un fait: aujourd’hui, le système de santé du Yémen est à genoux et fortement tributaire de l’aide internationale ».  Rien n’avait bougé. Les bombes continuaient à pleuvoir sur les populations ! A cette période, 14,8 millions de personnes n’ont pas accès aux soins de santé essentiels. Moins de 45% des établissements de santé fonctionnaient encore; 17% d’entre eux n’étaient plus du tout opérationnels. Au moins 274 ont été endommagés ou détruits pendant le conflit. Les agents de santé ne reçoivent plus leur salaire régulièrement. Dans cette guerre, ce sont encore les enfants qui payent le lourd tribut.
 
L’UNICEF a averti par la voix de son porte paroles Christophe Boulierac : « Deux ans après l’escalade de la violence au Yemen, les familles se tournent vers des mesures de survie extrêmes.  Le Yemen, pays le plus pauvre du Moyen orient est maintenant la plus grande urgence alimentaire dans le monde» (Voir l’entretien) 
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE- Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com
 

15:52 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

(ENTRETIEN EXCLUSIF)- Yemen: L’UNICEF dénonce l'enrôlement des enfants, le mariage précoce des filles.

UNICEF, YEMEN, Christophe Boulierec, protection de l'enfance, mariages, ONUL'UNICEF qui protège les enfants est désemparée face à l'ampleur du désastre humanitaire. Dans cet entretien, Christophe  Boulierac, porte parole de l’organisation onusienne décrit une situation apocalyptique pour les enfants yéménites privés de tout et du plus important: leur innocence !

Quelle est la situation actuelle au Yemen du point de vue de l'UNICEF?
 
 Deux ans après l’escalade de la violence au Yemen, les familles se tournant vers des mesures de survie extrêmes.  Le Yemen, pays le plus pauvre du Moyen orient est maintenant la plus grande urgence alimentaire dans le monde. Le nombre de personnes extrêmement pauvres et vulnérables a grimpé en flèche. 80% des familles sont endettées, la moitié de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Il y a un moment, lorsque la violence dure trop longtemps,  où les mécanismes d’adaptation des familles, qui sont laissées sans ressources ne fonctionnent plus. 
 
Comment cela se traduit ?
 
Premièrement : Les familles mangent moins, elles sautent des repas, elles optent pour des aliments moins nutritifs.Deuxièmement : La Malnutrition. Près d'un demi-million d'enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère : c’est une  augmentation de 200% depuis 2014 ( 160 000 en 2014, 462000 maintenant). Il y a aujourd’hui des risques de famine au Yemen Un enfant de moins de 5 ans sur 2 souffre de retard de croissance. Il y a 2.2 millions d’enfants malnourris (dont 462 000 de malnutrition aigue sévère).La moitié des enfants sévèrement malnourris se trouvent à Hodeidah, Sa’ada, Taizz,Hajjah et Lahj). UNICEF estime qu’un enfant toutes les 10 minutes de causes évitables telles que la malnutrition, les diarrhees, les infections respiratoires. Troisièmement : De plus en plus d'enfants sont recrutés par des belligérants et sont poussés à se marier tôt.
En 2016, Plus des deux tiers des filles sont mariées avant d'avoir atteint 18 ans, contre 50% avant l'escalade du conflit. Les enfants sont recrutés en plus grand nombre  alors que les combats s'intensifient. Il y a pratiquement deux fois plus d’enfants recrutés pour le conflit que l’an dernier au même moment.
 
 … La violence continue…
 
Le nombre d'enfants tués dans le conflit du Yémen a augmenté de 70 pour cent par rapport à l’an dernier. Près de deux fois plus d'enfants ont été blessés dans les combats depuis mars 2016 par rapport à la même période l'année dernière
 
Le système de santé du Yémen est sur le point de s'effondrer, laissant près de 15 millions d'hommes, de femmes et d'enfants ( sur une population de 27 millions) privés d'accès aux soins de santé (coupés d’aide médicale) – DONT ENVIRON 7 millions d’enfants
Une épidémie de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë en octobre 2016 continue de se propager, avec plus de 22 500 cas suspects et 106 décès.
L’éducation : Jusqu'à 1.600 écoles ne peuvent plus être utilisées parce qu'elles sont détruites, endommagées, utilisées pour accueillir des familles déplacées ou occupées par des parties au conflit. Quelque 350 000 enfants sont incapables de poursuivre leurs études, ce qui porte à 2 millions le nombre total d'enfants non scolarisés. 
Les attaques sur les écoles ont plus que quadruplé, de 50 à 212.
 
Quels sont vos besoins pour faire face, défendre et protéger les enfants?
 
L'UNICEF continue de fournir une assistance vitale et urgente aux enfants les plus vulnérables, y compris les vaccinations, les aliments thérapeutiques et le traitement de la malnutrition sévère, le soutien à l'éducation, le conseil psychosocial et l'aide en espèces. 
Pour lutter par exemple contre la malnutrition, nous avons distribué des micronutriments à plus de 4 millions d’enfants et traité plus de 400 000 enfants de moins de 5 ans au Yemen contre la malnutrition aigüe sévère. En 2017, nous prévoyons d’en traiter 323 000 et de toucher plus de 4.5 millions d’enfants avec des micronutriments.  
Nous avons besoin de financements pour maintenir ces programmes vitaux, notamment avec des équipes mobiles. Pour 2017, 50% de l’approvisionnement en produits nutritionnels est financé.  Si nous n’avons pas de financement additionnel, nous n’aurons plus d’approvisionnement nutritionnel à partir de Juin 2017.
Plus d’argent est également nécessaire pour soutenir les mécanismes d’adaptation des familles, pour prévenir l’effondrements des services de santé et d’éducation et pour éviter les pratiques négatives de mariage précoce, du travail des enfants et de recrutement des enfants dans les groupes armés.
 
Votre appel d'urgence est il assez financé et par quels partenaires ?
 
Notre appel pour 2017 s’élève à 236.5 millions USD.  Nous avons reçu jusqu’à présent 85 millions USD.  Il manque 151.5 millions USD (soit un manque de financement de 64%)
Les principaux donateurs de notre appel pour 2017 sont:  The United Kingdom, OFDA, Germany, Japan, Humanitarian Pool Fund.   
 
 
Propos recueillis, à Genève, par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:47 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye