23/04/2018

ContinentPremier.Com: Il y a 14 ans, déjà !

continentpremier, voix de l'afrique, Genève, ONU, presse africaineC'est le 23 avril 2004 qu'était lancé au Club suisse de la presse, à Genève, le canard panafricain! Il est devenu un jeune bel adolescent souriant et dynamique ! Ce jour là, je rentrai d'une formation à Courtrai en Belgique pour venir porter sur les fonds baptismaux ce mag avant de m'envoler le lendemain à Wiesbaden, en Allemagne donner une conférence sur " la citoyenneté d'entreprise" sur invitation de Novartis Allemagne.

Ce jour là, le Club suisse de la Presse sous la direction du journaliste Guy Mettan refusait du monde. Ce jour là, Mme Marie Heuzé, Directrice de l'information de l'ONU annonçait au briefing régulier avec la presse internationale qu'elle venait présider le baptême du journal en ligne qui devait être la vraie voix de l'Afrique en Suisse.

TRIBUNE CONTINENTPREMIER.jpgCe jour là, d'anciens camarades de l'Université Gaston Berger, deux de mes aînés Dr Alassane Diop Informaticien, Dr El Hadji Diouf (Abdourahmane) juriste, Mme Elise Jacqueson (alors journaliste à la Tribune de Genève qui a déplacé toute une équipe de reportage), Mme Cecile Quan (alors fonctionnaire internationale à l'IFCR), tenaient entre leur bras un fragile gamin qui pourtant s'est donné dès sa naissance la puissance de Soundjata Keita (vous rappelez-vous du fils de Sogolon Diatta la bossue!). L'enfant incurva le fer pour se tenir debout !!! Wallahi Wallahi ! Euskeuy, ma cha Allah! Ce jour là, des Ambassadeurs ont fait le déplacement dans un Club de la presse qui bondait à craquer pour saluer le nouveau né! Une méchante langue grommela sans se rendre compte qu'il était aux côtés d'un sociologue africain venu exprès de Lausanne et qui me rapporta ces dires: " Ah ils ne feront pas long feu!). Eh, bien, nous sommes encore là et ce monsieur est lui à la retraite et ne peut qu'admirer le petit enfant grandir malgré les heurts car modelé dans des valeurs universelles et impérissables qui lui confèrent l'éternité même le jour de son extinction !


Il fallait le faire. Nous l'avons fait. Il fallait le porter. Nous l'avons fait. Il faut le laisser s'enraciner dans ses valeurs africaines. Nous l'avons fait. Il faut le laisser grandir, découvrir et s'ouvrir aux souffles fécondants des mondes. Nous l'avons fait ! Et le voici "ContinentPremier.Com", à qui je souhaite " Joyeux Anniversaire", toujours plus digne et noble de son credo mystique:  "L'Afrique est son berceau. Le monde est son lit"

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE - Directeur des publications.

19:12 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

19/04/2018

MSF inquiète des nouvelles armes d'Israël contre les Palestiniens

 

 
Gaza : des blessures par balle inhabituelles et dévastatrices
 
Israel, Palestine, MSF, ARMES, ONU, #Israël utilise des #armes qui étonnent Doctors Without Borders/ Médecins Sans Frontières (MSF). Dans un communiqué reçu ce jour de MSF l'organisation s'inquiète de la nature " inhabituelle, dévastatrice" des balles qu'utilise récemment #Tsahal contre les palestiniens sous occupation israélienne.
 
Depuis le 1er avril, les équipes de Médecins Sans Frontières à Gaza ont accueilli en soins postopératoires près de 500 personnes blessées par balles lors de la « Marche du retour ». En trois semaines, l’association a traité plus de patients que lors de toute l’année 2014, qui avait pourtant connu l’offensive israélienne « Bordure protectrice ». Le personnel médical de MSF fait état "de blessures dévastatrices d’une sévérité inhabituelle, extrêmement complexes à soigner et qui laisseront de lourdes séquelles à la majorité des patients", précise le communiqué.
 
Reste à savoir si une enquête internationale indépendante sera ouverte pour déterminer la nature inouïe de ces balles inhabituelles? 
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye - ContinentPremier.Com

19:43 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

17/04/2018

Boris Diop sur Aimé Césaire: "Notre mémoire sera pour Césaire le Panthéon le plus sûr"

 

Aimé Césaire, Pantheon, Boris Diop, France, Martinique, NégritudePoète et écrivain engagé, Aimé Césaire, mort le 17 avril 2008, a créé par la magie de sa poésie une chaine fraternelle qui relie tous les peuples. Il a influencé une bonne partie de l'élite africaine parmi elle le sénégalais Boubacar Boris Diop, écrivain majeur, dont la lucidité, l'engagement et l'envergure rappellent à bien des égards la génération des chantres de la Négritude. Boris Diop revisite les relations entre Césaire, le monde noir, et son ami Senghor. Il s'oppose à la panthéonisation qui ne serait qu'une récupération sordide de la mémoire d'Aimé Césaire.

Continentpremier.Com : Boubacar Boris Diop, pouvez-vous nous dire l'apport d'Aimé Césaire au monde Noir ? 

Boubacar Boris Diop : « Césaire n'a jamais fait mystère de son projet prométhéen. Il est clairement dit dans Le cahier d'un retour au pays natal que la seule chose qui vaille, c'est de “recommencer la fin du monde”.

Cela n'a pas dû être facile et on imagine aisément les moqueries des cyniques invitant celui qui « chantait le poing dur » à un peu plus de retenue.Sans doute lui ont-ils lancé bien des fois, comme paraît-il à tel autre poète : Ne crie donc pas si fort, tu ne feras jamais tomber les étoiles du ciel sur la terre. Eh bien, Aimé Césaire a eu raison de ne pas les écouter. L'écrivain qui a littéralement engendré son pays natal s'est hissé à la hauteur d'un homme-peuple, ce que bien peu de leaders ont réussi à être à notre époque.

J'ai lu quelque part ces jours-ci que Mandela a découvert Césaire en prison. C'est une belle image : celle d'une évasion, forcément réussie, du détenu de Robben Island et de Pollsmoor grâce à la puissance du verbe césairien. Le poète a eu un impact très fort sur la diaspora nègre mais c'est naturellement avec l'Afrique qu'il a été le plus en fusion. C'est à ce point qu'on a tendance, dans les études littéraires, à le classer instinctivement parmi les auteurs négro-africains.

Il est vrai que lui-même se revendiquait, de manière métaphorique, des “ancêtres Bambara”. N'oublions pas non plus qu'il prit avec vigueur la défense de Cheikh Anta Diop quand celui-ci dut faire face dans les années cinquante à une cabale réactionnaire de la Sorbonne. Rien ne symbolise mieux sa relation à l'Afrique qu'Une saison au Congo où il décrit du dedans, comme s'il en avait été lui-même directement victime, la logique d'échec de ces « Indépendances » qui furent, pour ainsi dire, bien indépendantes de la volonté de nos peuples. Et ce texte, on peut en vérité le résumer en une seule phrase, mais terrible : Patrice Lumumba doit mourir. Comme plus tard Sankara, Cabral ou Samora Machel.

Pour Césaire, la tragédie congolaise est emblématique de celle de tout un continent, car l'assassin ne tarde pas à instaurer, en complicité avec de puissants intérêts étrangers, un régime de terreur et de prédation éhontée. La mise en évidence de cette collusion entre élites locales et forces extérieures est essentielle dans son analyse de la réalité politique africaine. De n'en avoir jamais eu une lecture raciale lui a permis de garder intacte la fierté de ses origines.

C'est pourquoi il n'a pas eu besoin de se forcer pour lancer son fameux “Nègre je suis, Nègre je resterai” aux nains qui lui mordillaient les mollets avec de grandes phrases creuses. On peut dire aujourd'hui qu'avec Fanon et Césaire, deux messages de solidarité très forts nous sont venus de La Martinique au vingtième siècle. Ces deux penseurs ont cherché à remettre en place les passerelles chahutées par l'Histoire et nous ferions mieux de nous en inspirer plus souvent, à l'instar du cinéaste haïtien Raoul Peck et de quelques créateurs africains-americains ou d'Amérique latine. »

Que retenez-vous personnellement de Césaire ? 

« En tant qu'écrivain je suis impressionné par la force exceptionnelle de sa langue poétique. Mais il faut savoir que derrière cette apparente fluidité de l'expression, il y a un travail de tous les instants sur chaque mot, une âpre bataille avec les mots pour leur faire rendre gorge. Senghor, qui a été le témoin privilégié de la gestation du Cahier d'un retour au pays natal... écrit que ce fut une “parturition dans la souffrance”. Césaire biffait sans arrêt, revenait sans cesse sur le texte, se fiant plus souvent à la fulgurance des images qu'à leur suggestion de sens immédiate. Et lorsque plus tard avec Moi, laminaire, sa voix s'apaise, ce travail d'épure ne sonne jamais faux, on ne sent à aucun moment le procédé. Le chant césairien n'a jamais rien de vain et si on n'est jamais sûr de la trajectoire du poème c'est parce que celui-ci irradie à l'infini et qu'en elle-même la musique des mots est signifiante. Il est ainsi arrivé à Césaire de forger du sens avec le grondement d'un volcan ou la rumeur des vagues. Ce n'est donc pas seulement beau, c'est aussi très profond. J'aime en particulier ce passage du Cahier d'un retour au pays natal :

Ecoutez le monde blanc horriblement las de son effort immense

ses articulations rebelles craquer sous les étoiles dures

ses raideurs d'acier transpercer la chair mystique

écoute ses victoires proditoires trompeter ses défaites

écoute aux alibis grandioses son piètre trébuchement

Pitié pour nos vainqueurs omniscients et naïfs !

Ces mots si pleins de maturité, si décisifs pour comprendre la relation Maitre-Esclave, le poète avait à peine vingt cinq ans quand il les a écrits ! Ce tout jeune homme comprend déjà qu'haïr le maître, c'est encore une façon de l'aimer – amour pervers sans doute mais amour quand même – et de se résigner à son pouvoir. Et ce qu'il nous dit de fondamental, c'est qu'à la fin des fins le véritable esclave n'est pas celui que l'on pense. En somme le mépris de la victime pour la force brute qui l'asservit, c'est le commencement de sa liberté. Je peux vous dire, à un niveau purement personnel, que je discute beaucoup, par e-mail ou de vive voix, avec des jeunes d'Afrique ou d'ailleurs. Ils me demandent des conseils et je leur donne toujours en viatique ces vers-là. Ils leur annonçaient il y a longtemps un monde où leur fierté retrouvée serait la sœur de l'action.

Que retenez-vous du couple Césaire et Senghor ?

« D'abord ce que l'on ne dit peut-être pas assez : une très belle amitié. Juste cela, qui a réellement du prix, cette grande affection mutuelle, au moins aussi forte que leur complicité littéraire et idéologique. S'ils avaient été des esprits mesquins, leur entente n'aurait pas survécu à la féroce rivalité qui amène souvent des écrivains d'une même génération à s'entre-déchirer. Césaire et Senghor auraient pu simplement se croiser sur les chemins de l'exil, en bord de Seine, sans jamais se rencontrer pour de vrai. Ils se sont très vite aperçus qu'ils étaient, au-delà des apparences et des accidents de l'Histoire, d'un seul et même univers, du même peuple noir au corps gravement fragmenté. Leur projet de le remembrer a donné naissance au mouvement de la Négritude. Quand on voit à quel point il est difficile aujourd'hui à des auteurs africains-americains, africains et antillais de se comprendre, ce dialogue paraît d'autant plus précieux et exemplaire. On en arrive parfois à avoir de la nostalgie pour une époque aussi heureuse et finalement bien plus intelligente que la nôtre où les seuls à ne pouvoir même pas se parler, ce sont les opprimés, ceux que le destin a largués sur les rives du néant.

Cela dit, il est souvent arrivé que l'on oppose les deux hommes, en suggérant avec Césaire une sorte de négritude moins portée au compromis, plus à gauche en quelque sorte. La Négritude senghorienne serait, selon cette grille de lecture, lénifiante et pour tout dire réactionnaire. Cette façon de présenter les choses est évidemment confortée par le passage de Césaire au Parti communiste, période de sa vie qui a beaucoup marqué l'écriture du Discours sur le colonialisme. Mais en dépit de tout ce qui semble pouvoir la fonder je ne crois pas, pour ma part, à une véritable opposition philosophique entre Césaire et Senghor. S'il y avait eu de si sérieuses divergences, ils les auraient formulées ouvertement et en toute honnêteté, car ils étaient deux très fortes personnalités. Il me semble que leurs différences de tempérament - et peut-être aussi de formation – ont pu infléchir la voix de l'un ou de l'autre ou lui imprimer un accent particulier, le fond restant le même. Je crois surtout que le Martiniquais et le Sénégalais avaient des expériences radicalement différentes de l'oppression raciale. Il était plus facile à Senghor de se montrer serein. Il faut dire aussi que le mouvement de la Négritude a atteint son apogée pendant la Guerre froide et que cela en a beaucoup brouillé la perception. L'époque rêvait de coupures idéologiques nettes et elle a accouché, paradoxalement, d'une grande confusion sur tous les sujets. »

Pensez-vous que le meilleur moyen de rendre hommage à Césaire est de l'envoyer au Panthéon ? 

« Tout d'abord, si vous le permettez, un mot sur le cas de Senghor : on se plaint souvent qu'il n'ait pas eu droit à des funérailles dignes de sa stature. C'est assez étrange parce que cela signifie que seule la France pouvait lui rendre hommage ! Et ses émouvantes obsèques nationales au Sénégal, c'était des sous-obsèques organisées par un semblant de nation, par un peuple comptant pour ainsi dire pour du beurre ? C'est ce qu'on veut vraiment nous faire croire ? Je trouve cela insupportable. Une autre bizarrerie, c'est que pour réparer cette soi-disant erreur, l'Etat français a juste réussi à se fourvoyer une deuxième fois : il n'a rien fait pour Senghor – très sensible aux honneurs officiels – et il en a trop fait, avec un zèle ridicule, pour Césaire qui méprisait tant ce vain décorum ! Le poète martiniquais avait heureusement pris ses dispositions pour éviter le piège de la récupération politique. Ses obsèques ont eu lieu selon sa volonté. On aurait pu en rester là mais il est à peu près certain que la question reviendra un jour ou l'autre sur le tapis. Tout cela est insensé mais justement la France a des rapports irrationnels avec son passé esclavagiste et colonial. C'est le seul pays d'Europe où une loi vante, dans une sorte de délire juridique abstrait, les bienfaits de la colonisation. Le seul aussi dont le président ne supporte pas d'entendre le mot “repentance”. On n'en a que plus de mal à comprendre tout ce mélodrame à propos du Panthéon. Au-delà des arrière-pensées électorales, a-t-on voulu montrer que Césaire, c'était un “aspect positif de l'action de la France outre-mer” ? Il est difficile de prendre au sérieux ces marques de respect, car rien n'a été négligé pendant plusieurs décennies pour détruire le chef du Parti Progressiste martiniquais. Jacques Foccart – chargé des basses œuvres du général de Gaulle et qui n'a jamais laissé personne tranquille – a monté sans succès des opérations pour le discréditer et le liquider politiquement ; Giscard d'Estaing en visite à la Martinique a jugé indigne de lui d'aller à la mairie serrer la main de Césaire. Il est vrai que le président français de l'époque avait d'autres fréquentations, en particulier un certain Jean-Bedel Bokassa ; François Bayrou, lui, avait rayé des programmes scolaires le Discours sur le colonialisme : cela ne l'a pas empêché d'être en bonne place dans le chœur des pleureuses de Fort-de-France ; de même l'écrivain a été ignoré sa vie durant et ce silence sur son œuvre – terrible, parce que presque normal dans un certain contexte racial – redeviendra très vite la règle. La fausseté des sentiments exhibés lors des funérailles de Césaire n'a échappé à personne. Elle aura presque réussi à nous faire rire en dépit de la gravité des circonstances. Qu'on en juge donc un peu par le trouble jeté dans l'esprit du citoyen français lambda... Ce dernier se réveille un 17 avril et entend des cris de douleur monter de tout l'Hexagone. Il tend l'oreille pour connaître le motif de cette lamentation universelle et on lui dit : « Vous ne saviez donc pas ? L'un des plus grands poètes français de tous les temps vient de mourir ! ». Mais non, il ne savait pas ! Personne ne lui avait jamais signalé l'existence de ce poète nommé Aimé Césaire.

En plus, quand il regarde la télé il voit un Noir pour qui on propose le Panthéon – rien que ça... – et dont les parents disent sobrement : “Non, merci”. Et puis Nicolas Sarkozy veut aller présider ses obsèques nationales et on lui fait savoir qu'il n'est pas vraiment le bienvenu. Il insiste et on lui signifie une claire interdiction de parole. Il y va quand même, toute honte bue. Tout cela pour un écrivain dont personne ne disait presque mot de son vivant ? Pour le coup, le citoyen lambda ne comprend rien au récit auquel on l'invite à adhérer ! Ce bricolage est dangereux, en ce sens qu'il va servir à refouler encore plus profond un examen de conscience devenu pourtant bien impératif. Le plus urgent est peut-être de se demander pourquoi, au-delà de Césaire et de sa famille, toute la Martinique rejette avec dédain les honneurs d'une République supposée une et indivisible. Après tout, le Panthéon, c'est ce que la France a de mieux à offrir à ses fils méritants. On a bien l'impression que certains d'entre eux se sentent aujourd'hui un peu moins ses fils que d'autres. Et il n'est pas étonnant que la déchirure ait été rendue plus visible par la mort de Césaire. Le poète confirme ainsi, même de l'au-delà, sa fonction de révélateur du réel caché.

Sa dépouille mortelle ne sera sans doute pas transférée à Paris et c'est bien ainsi. L'inscription de son nom sur la crypte du Panthéon est toutefois envisagée. Ce compromis serait lui aussi un acte de pure violence. De toute façon notre mémoire sera toujours pour Césaire le Panthéon le plus sûr et le plus digne de son combat pour une humanité plus juste et fraternelle. Et le pays de la loi du 25 février 2005 sur “les aspects positifs de la colonisation” ne sera jamais, à vrai dire, très reposant pour l'âme du défunt. Un des fils de Césaire a parfaitement résumé la situation quand il a demandé au Secrétaire d'Etat chargé de l'outre-mer : “Vous imaginez mon père enterré dans le Vème arrondissement ?” C'est en effet une idée incongrue et tout à fait choquante. »

Propos recueillis par El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur deS publications Magazine panafricain ContinentPremier.Com

(Entretien exclusif publié pour la 1ère fois dans ContinentPremier le 06 mai 2008))

19:36 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

16/04/2018

Agression sexuelle à l'ONU: Qui en veut à l'excellent Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA?

Michel Sidibe, Loures, ONU, ONUSIDATravailleur, discipliné, élégant et surtout pas agresseur, ni violeur, le Malien Michel Sidibé (photo 1), haut fonctionnaire de l'ONU vit une période difficile. 


Il est agressé par de violents lobbys qui veulent sa peau. Le Malien n'a agressé sexuellement personne ni n'a violé personne. Clair ! Ok, c'est son adjoint Monsieur le Brésilien Luiz Loures (photo 2) qui est concerné par cette affaire.

LOURES.pngM. Loures a été nommé à son poste par le Secretaire général de l'ONU. Sa culpabilité reconnue dans une enquête interne ( sous secret) a été transmise au journal le Guardian. Depuis, des journalistes, à l'ONU, à Genève aussi, montent sur leurs grands chevaux pour attaquer Monsieur Sidibé comme si le pauvre Malien était le garçon voyou. Pourtant Michel Sidibé a dès le début dit publiquement dans des communiqués que sous sa magistère le mot d'ordre est TOLERANCE ZERO contre les agressions sexuelles, c'est le credo même de l'ONU . Mais cela ne suffit pas il leur faut la tête de Sidibé !

Il y a cependant une leçon à tirer, ces Princes africains des Nations Unies doivent apprendre à mieux s'entourer et surtout de bien choisir leur équipe de communication ! Sidibé ne s'est montré nulle part ( à ma connaissance pour envoyer balader les conspirateurs qui veulent sa peau). Et pire voici que ce sont 3 ongs sud africaines (faut-il en rire !) qui écrivent au SG de l'ONU pour demander la démission de Michel Sidibé. On le sait pour tuer du Nègre, rien n'est mieux qu'un pauvre Nègre !

Triste pour Michel Sidibé qui a fait en matière de la lutte contre le SIDA ce qu'aucun haut fonctionnaire onusien n'a jamais pu faire ! 


El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain  ContinentPremier.Com

15:57 Publié dans Genève Internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

29/03/2018

PALESTINE, ISRAEL, SENEGAL ET LA VISITE DE KABA A AL AQSA.

11838618_10153478982030185_7459854257326354191_o.jpgLa visite du ministre des Affaires Etrangères du Sénégal, Maître Sidiki Kaba, du 27 au 29 mars, en Israël notamment à la Mosquée Al Aqsa, ne plait pas à la partie palestinienne. Une visite survenue, rappelons le, après celle du Président Léopold Sedar Senghor, il y a justement 47 ans !

Au Sénégal, au delà des régimes, il y a une CONSTANCE : le SOUTIEN indéfectible au peuple opprimé de Palestine qui vit sous une inadmissible et illégale occupation. Ce posé, disons nous les choses ! Le Sénégal, mon pays est un Etat souverain et ne doit recevoir d'injonction de PERSONNE. Nous ne pouvons pas nous battre pour la LIBERTE des autres et nous laisser traiter comme des enfants! Le Ministre de l'Information de Palestine demande au Sénégal de " s'excuser" pour avoir visité, par le canal de son Ministre, Al AQSA sans en informer l'autorité palestinienne et sous escorte israélienne. La Palestine dit, ce faisant, notre Sidiki n'a pas respecté les clauses de l'OCI. 


Personnellement, je ne sais pas si cette visite était dans la Feuille de route de Maître Sidiki Kaba ou est ce que c'est tout simplement spontanée relevant de sa propre personne (visite privée). Quoiqu'il en soit, l'autorité palestinienne ne devrait pas pour cela tancer le Sénégal comme si ce pays était sous sa botte sans tête ni coeur. Il faudrait que les autorités palestiniennes soient plus humbles et reconnaissantes envers le Sénégal.

Ce pays a osé la rupture avec Israël. Ce pays a osé signer une Résolution de l'ONU contre les colonies de peuplement au moment où des pays arabes dits musulmans se sont abstenus et où d'autres ont préféré se cacher. Je ne parle même pas de certains autres pays africains qui ont juste voté contre! 

En riposte, Israël a rappelé son Ambassadeur et bloqué un projet de coopération agricole. J'avais dit, à l’époque, nous ne dépendons pas de vous pour vivre vous ne pouvez pas nous soumettre !


Depuis 1975 le Sénégal dirige le Comité de l'ONU pour les droits inaliénables des Palestiniens. Au moment où certains pays se cachent derrière les USA et Israël pour éviter des sanctions économiques et ou des bouleversements intérieurs commandités! Il aurait été plus judicieux de gérer cette situation autrement que par des déclarations intempestives au niveau de la presse comme l'a fait le ministre de l'Information de Palestine. Il y a chez les Sénégalais quelque chose de FONDAMENTAL: " ON NE NOUS MENACE PAS !" 

La diplomatie sénégalaise, à l'image de l'Esprit sénégalais, n'est pas assise sur la vassalité ni sur la haine mais sur le respect non négociable de l'EGALITE entre tous les HUMAINS, entre tous les PEUPLES!

Le Sénégal ne perdra rien ni avec Israël ni avec la Palestine. Il faudrait que certains aillent étudier l'Histoire de ce peuple. 


Récemment quand les migrants africains sont mal traités par le régime raciste de Netanyahou qui est entrain de déporter près de 40.000 migrants de son sol, aucun pays arabe n'a témoigné de sa solidarité ! Au niveau de la presse internationale accréditée auprès de l'ONU, je suis le SEUL à m'insurger CLAIREMENT contre cela !

Nous exigeons du RESPECT de tous nos Frères et de tous nos Amis. Parler du Sénégal comme un pays "sympathique" dans un communiqué pour le tancer est un manque notoire de LUCIDITE de la part de l'autorité palestinienne. 


Le Sénégal a tout DONNE à la PALESTINE depuis Senghor le catholique. Peut être que certains dirigeants en Palestine ont une mémoire très courte ! Yasser Arafat qui vivait aussi à Dakar en savait quelque chose ! 
Enfin, il est nécessaire que le Gouvernement du Sénégal parle au peuple sénégalais.

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE- Journaliste accrédité auprès de l'ONU- GENEVE

Directeur du Magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

G.NDOYE@CONTINENTPREMIER.COM

17:47 Publié dans Nations Unies | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

26/03/2018

20.000 Israéliens dans la Rue en Solidarité avec les Migrants Africains !

Israel, Juifs, Migrants, Afrique, OIM, ONU, HUMANITE, DROITS HUMAINS#Israël: Des #Juifs marchent pour les #Migrants #Africains. 20.000 personnes étaient dans la rue hier ! Merci à vous. Face à la politique raciste de Netanyahou que feint d'ignorer un pauvre porte paroles de l'organisation mondiale pour les migrations (#OIM), des Israéliens debout disent l'HUMAIN D'ABORD. Pour ma part, seul à l'ONU dans la presse à m'inquiéter de cette situation, je continuerai à dénoncer l'INADMISSIBLE, les méchants, les jaloux, les grincheux, les comploteurs de minuit, ayez un peu de COURAGE SVP ! Je dirai demain au porte paroles de l'OIM au briefing régulier des Nations Unies qu'il doit démissionner car oui quand on ne croit pas à son mandat on passe à autre chose ! L'ONU doit réitérer pour sa part sa condamnation sans faille de cet exode massif 40.000 migrants à expulser d'Israël avant le 1er avril 2018 ! Et certains, se croient intéressants à regarder ou à fermer les yeux complices doux d'un racisme étatique ! En bas Neta et vive Israël qui bat avec le coeur de tous ces migrants abandonnés à leur sort ! Merci à vous qui êtes sortis pour dire l'HUMAIN. Il n y a que cela de vrai nous sommes différents mais une SEULE HUMANITE ! 


El Hadji Gorgui Wade NDOYE- ContinentPremier.Com

16:09 Publié dans Droits humains | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

23/03/2018

Léman Express: Luc Barthassat donne des assurances pour fin 2019.

 
Luc Barthassat, Leman express, Geneve, train, transportComme prévu! Et rassure le Conseiller d’Etat  en charge du Département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA), interpellé, à ce sujet: "Aucune facture astronomique ! Les budgets sont tenus. Sur la marge de risque de 200 millions , nous sommes à moins de 60", souligne Luc Barthassat et de marteler: "Désolé pour ceux qui nous annonçaient des centaines de millions de dépassements", Enfin le Conseiller poursuit. "Et nous sommes dans les temps pour assurer le fonctionnement du Léman Express pour fin 2019". " On se rassemble, on bosse et on avance", conclut-il.
 
Le futur Léman Express (23 Flirt du fabricant suisse Stadler et de 17 Régiolis du constructeur français Alstom, une flotte de 40 rames de trains) reliera 45 gares sur 230 km de lignes afin de desservir plus d’un million d’habitants, de part et d’autre de la frontière franco-suisse, à travers les cantons de Vaud et Genève ainsi que les départements de l’Ain et de Haute-Savoie. 50’000 voyageurs sont alors attendus, chaque jour, dans la quarantaine de trains nécessaires à la desserte de l’ensemble du Léman Express.
 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye - Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.Com

12:45 Publié dans Environnement, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

15/03/2018

Un 08 Mars historique aux Nations-Unies: L'Ombre de Nelson Mandela !

PANEL DU 8 MARS PHOTO.jpgLe panel inédit « Egalité Homme Femme sous le regard de militantes » organisé par l’association ContinentPremier éditrice du magazine éponyme, à la Salle 11 des Nations-Unies, le jeudi 08 mars l'ONU, fut un éminent succès. Un succès par rapport à la qualité des différentes interventions. Succès par rapport à l’affluence du public. Le discours historique de Ndaba Mandela, le petit fils de Madiba. On pourrait y ajouter l’excellent buffet sénégalais offert au public par le Restaurant les 5 Sens.

LM5A6024.JPGUne belle salle des Nations Unies qui refusait du monde en ce beau Jour des Droits humains des Femmes. Mme la Pre Penda Mbow, Ministre conseillère du Président Macky Sall du Sénégal, Dre Caroline Dayer, chercheuse, experte de l'Etat de Genève en prévention des violences et des discriminations ont été sublimes. Mme Mbow, Doctor Honoris Causa, a fait l'exégèse du mouvement afroféministe du début jusqu'à nos jours en expliquant par ailleurs son histoire personnelle dans son engagement au profit des droits des femmes dans son Sénégal natal. Dre Dayer a fait le lien entre ce mouvement et tous les mouvements féministes et a interrogé la nouvelle dynamique de ses consoeurs relativement au mouvement Metoo, etc. Elle a également donné des outils pratiques aux femmes et aux hommes pour lutter contre le sexisme qui est le vrai problème. Le panel a retenu que " le féminisme n'est pas contre les hommes mais contre le sexisme".

 

17:00 Publié dans 8 MARS | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

12/03/2018

LIVRE : LES SUISSES AUX JO !

 

328 médailles : c'est le bilan de la Suisse en cent ans d'histoire olympique. Les chiffres bruts en sauraient masquer les histoires d'athlètes qui sont montés sur un podium, depuis 1896, et que nous voulons précisément relater dans cet ouvrage. Il s'agit, au vrai, d'un hommage rendu, logiquement et pour la première fois, à toutes celles et tous ceux qui ont défendu nos couleurs. Tous n'ont pas la même notoriété et certains sont même tombés dans l'oubli, ne laissant pratiquement aucune trace. Pour autant, leurs exploits sont rappelés et détaillés, lorsque cela est possible, c'est-à-dire le plus souvent.

Nous avons choisi de traiter cette histoire par ordre chronologique. Chaque édition fait d'abord l'objet d'un bref rappel du contexte politique et sportif de l'époque. Ensuite, très brièvement aussi, nous avons décidé, de manière arbitraire, de parler de quelques faits marquants ou anecdotes. Mais c'est bien aux Suisses qu'est accordée la place prépondérante. 

Jurassien né à Delémont en 1953, Alain Meury a consacré l'essentiel de sa carrière au journalisme sportif. Ce qu'il considère comme un privilège car le sport a toujours été sa passion. Il est passé, entre autres, par la Semaine sportive et La Suisse, avant d'entrer à la RTS comme journaliste, commentateur puis producteur. Désormais à la retraite, il continue de s'intéresser à son domaine de prédilection et, plus particulièrement, à son histoire.

Nous espérons que ce bel ouvrage en hommage aux sportifs suisses saura retenir votre attention. Nous nous tenons à votre disposition pour toute demande de service de presse ou tout complément d'information.

Les Suisses aux Jeux Olympiques

1896-2016. Légendes et histoires

22x32 cm, 432 pages illustrées, relié

ISBN 978-2-8321-08376

CHF 59.-

SOURCE: CONTINENTPREMIER.COM

16:08 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

07/03/2018

NELSON MANDELA: Son petit fils, demain, à l'ONU pour soutenir les Femmes et ContinentPremier.Com

MANDELA.jpgMandela, Panel sur les femmes, ONU, ContinentPremier, Le monde entier l'a vu lire l'annonce mortuaire de son grand père, Ndaba Mandela, sur les traces de son grand père Nelson, vient, à Genève, ce 08 mars, exceptionnellement, pour soutenir le panel qu'organise votre magazine panafricain ContinentPremier.Com qui célèbre la Journée internationale des droits des femmes à travers un panel inédit sur l'"Egalité Homme Femme à travers le regard de militantes". 

Célébration de la Journée internationale des droits des Femmes. 

La rencontre aura lieu de 12 Heures à 14 Heures à la Salle XI ( 3ème étage) du Palais des Nations-Unies... Madame la Pre Penda Mbow, Représentante personnelle du Président Macky Sall du Sénégal pour la Francophonie ainsi que Ndaba Mandela, le petit fils du Président Nelson Mandela feront un déplacement exceptionnel à Genève à cette occasion.

Un buffet sénégalais est offert par le Restau " Les 5 Sens".

L'organisation de la rencontre est soutenue par les Ambassadeurs du Sénégal, du Tchad et de la Francophonie, auprès des Nations-Unies à Genève

Conférence publique, s'inscrire ici: info@continentpremier.com ou envoyer un sms à: 076 446 86 04

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Directeur du magazine panafricain www.ContinentPremier.com

14:23 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/03/2018

NATIONS UNIES: 8 mars, conférence publique et buffet offert, pour célébrer les Femmes !

8 mars, droits des femmes, ONU, PANEL8 mars, Salle 11, de 12Hs à 14 Hs, entrée libre et sur inscription pour les non porteurs de badge ONU! il s'agit d'un panel inédit sur l'Egalité Homme Femme  avec des dames dont le parcours force le respect et participe à améliorer le statut des femmes dans leur pays et dans le monde. Une initiative de l'association ContinentPremier éditrice du magazine panafricain éponyme avec la parfaite collaboration des missions diplomatiques du Tchad et du Sénégal auprès des Nations-Unies. 

PANEL INEDIT AUX NATIONS-UNIES : "ÉGALITÉ HOMME-FEMME SOUS LE REGARD DE MILITANTES".

GENEVE- SUISSE - Le 8 mars 2018, la diplomatie africaine, auprès des Nations Unies, à Genève, et l’association  panafricaine ContinentPremier éditrice du magazine éponyme  collaborent pour célébrer les Femmes à travers des actrices de terrain dont les activités ont eu un impact positif dans l’évolution des droits humains des femmes dans leur pays et au delà.

Célébration de la Journée mondiale des Femmes.  

Il s'agira à travers des témoignages de Femmes de terrain reconnues de voir comment leurs actions ont eu un impact sur l'évolution du statut des femmes dans leur pays. La sincérité des convictions et la permanence dans la lutte de ces personnalités pour l'Egalité Homme-Femme et pour le respect des diversités ont marqué positivement les esprits au moment où de plus en plus la question féminine demeure plus que jamais d’actualité.

Cette année, la Journée internationale des femmes s’inscrit dans le fil d’un mouvement mondial sans précédent en faveur des droits des femmes, de l’égalité et de la justice. Le harcèlement sexuel, la violence et la discrimination à l’encontre des femmes ont fait la une des médias et ont fortement suscité un débat public stimulé par une détermination affirmée à instaurer un changement. Le panel est en droite ligne de la thématique générale proposée par les Nations Unies «  L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ».

Dans le monde entier, des personnes se mobilisent pour un avenir plus équitable. Cette mobilisation a pris la forme de marches et de campagnes mondiales, dont la campagne #MeToo aux États-Unis d’Amérique et les actions équivalentes menées dans d’autres pays, protestant contre le harcèlement sexuel et la violence, souligne ONU-Femmes pour qui  « La Journée internationale des femmes 2018 est l’occasion de transformer cette dynamique en action, de favoriser l’autonomisation des femmes dans tous les contextes – ruraux et urbains – et de célébrer les activistes qui travaillent sans relâche à revendiquer les droits des femmes et à réaliser leur plein potentiel ».

Les conférencières ayant confirmé :

-       Mme la Professeure Penda MBOW- (Sénégal). Historienne, militante de la société civile. Ancienne Ministre de la Culture de la République du Sénégal et actuelle Ministre Conseillère du Président de la République pour la Francophonie.

- Dre. Caroline DAYER (Suisse)- Chercheuse et formatrice. Experte en prévention des violences et des discriminations pour la République et Canton de Genève.

 

15:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

22/02/2018

Diaspora africaine: Cette confiance qui manque souvent pour investir dans les pays d'origine: Etat et Famille les grands obstacles.

Une Dame a crié au guichet western de voir tout son argent envoyé investi dans des futilités. Elle m'a fait sourire ! D'autres se font voler leurs biens par de proches parents qui croient presque que le migrant est un envoyé spécial en occident et ailleurs pour être au service exclusif d'une famille qui peut souvent se permettre tout et même de lui dire le montant à envoyer. Eh bien, cette Dame du guichet si elle avait fait une enquête auprès de ses camarades migrants, elle crierait moins. Le plus cocasse un pote m'expliquait qu'un de ses amis qui a pris une deuxième femme lui demande des sous pour le mariage, quelques mois après l'argent pour le baptême; et lui même vit en Europe en célibataire doit se lever comme tout le monde tôt le matin affronter la bise, les regards, les amours et les haines, pour gagner quelque argent !
Une autre dans une confidence dira, ma propre famille me prend tout et ce depuis des années. Finalement j'ai décidé de passer par d'autres personnes pour faire mes investissements car le jour où je rentre sans argent, ils seront les premiers à se moquer de moi. Tu étais parti qu'as tu réalisé?
Il faudrait, à mon avis, que les migrants qui se sentent concernés quand ils rentrent chez eux qu'ils aient le courage d'affronter certaines personnes pour leur dire quatre vérités!
Il est aussi vrai que le plus souvent quand on rentre au pays, on se rend compte que certaines valeurs de dignité, d'amour sincère du prochain, de l'humilité et de la sincérité cèdent la place à des calculs, à des postures opportunistes et même la foi devient dans certains cas un objet, un vulgaire prétexte pour essayer d'expliquer des forfaits ! 
Concernant certains Etats africains, le manque de structures pouvant accueillir de vrais projets des migrants pour les accompagner. S'y ajoutent des tracasseries bien calculées pour soutirer autant que possible quelques billets au pauvre migrant qui devient même chez lui un étranger et parfois mieux traité dans son pays d'accueil où il doit faire face à toutes formes d'aléas pour exister.
Il faudra donc sauver le soldat migrant africain !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:00 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Diaspora africaine: Cette confiance qui manque souvent pour investir dans les pays d'origine: Etat et Famille les grands obstacles.

Une Dame a crié au guichet western de voir tout son argent envoyé investi dans des futilités. Elle m'a fait sourire ! D'autres se font voler leurs biens par de proches parents qui croient presque que le migrant est un envoyé spécial en occident et ailleurs pour être au service exclusif d'une famille qui peut souvent se permettre tout et même de lui dire le montant à envoyer. Eh bien, cette Dame du guichet si elle avait fait une enquête auprès de ses camarades migrants, elle crierait moins. Le plus cocasse un pote m'expliquait qu'un de ses amis qui a pris une deuxième femme lui demande des sous pour le mariage, quelques mois après l'argent pour le baptême; et lui même vit en Europe en célibataire doit se lever comme tout le monde tôt le matin affronter la bise, les regards, les amours et les haines, pour gagner quelque argent !
Une autre dans une confidence dira, ma propre famille me prend tout et ce depuis des années. Finalement j'ai décidé de passer par d'autres personnes pour faire mes investissements car le jour où je rentre sans argent, ils seront les premiers à se moquer de moi. Tu étais parti qu'as tu réalisé?
Il faudrait, à mon avis, que les migrants qui se sentent concernés quand ils rentrent chez eux qu'ils aient le courage d'affronter certaines personnes pour leur dire quatre vérités!
Il est aussi vrai que le plus souvent quand on rentre au pays, on se rend compte que certaines valeurs de dignité, d'amour sincère du prochain, de l'humilité et de la sincérité cèdent la place à des calculs, à des postures opportunistes et même la foi devient dans certains cas un objet, un vulgaire prétexte pour essayer d'expliquer des forfaits ! 
Concernant certains Etats africains, le manque de structures pouvant accueillir de vrais projets des migrants pour les accompagner. S'y ajoutent des tracasseries bien calculées pour soutirer autant que possible quelques billets au pauvre migrant qui devient même chez lui un étranger et parfois mieux traité dans son pays d'accueil où il doit faire face à toutes formes d'aléas pour exister.
Il faudra donc sauver le soldat migrant africain !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:00 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Diaspora africaine: Cette confiance qui manque souvent pour investir dans les pays d'origine: Etat et Famille les grands obstacles.

Une Dame a crié au guichet western de voir tout son argent envoyé investi dans des futilités. Elle m'a fait sourire ! D'autres se font voler leurs biens par de proches parents qui croient presque que le migrant est un envoyé spécial en occident et ailleurs pour être au service exclusif d'une famille qui peut souvent se permettre tout et même de lui dire le montant à envoyer. Eh bien, cette Dame du guichet si elle avait fait une enquête auprès de ses camarades migrants, elle crierait moins. Le plus cocasse un pote m'expliquait qu'un de ses amis qui a pris une deuxième femme lui demande des sous pour le mariage, quelques mois après l'argent pour le baptême; et lui même vit en Europe en célibataire doit se lever comme tout le monde tôt le matin affronter la bise, les regards, les amours et les haines, pour gagner quelque argent !
Une autre dans une confidence dira, ma propre famille me prend tout et ce depuis des années. Finalement j'ai décidé de passer par d'autres personnes pour faire mes investissements car le jour où je rentre sans argent, ils seront les premiers à se moquer de moi. Tu étais parti qu'as tu réalisé?
Il faudrait, à mon avis, que les migrants qui se sentent concernés quand ils rentrent chez eux qu'ils aient le courage d'affronter certaines personnes pour leur dire quatre vérités!
Il est aussi vrai que le plus souvent quand on rentre au pays, on se rend compte que certaines valeurs de dignité, d'amour sincère du prochain, de l'humilité et de la sincérité cèdent la place à des calculs, à des postures opportunistes et même la foi devient dans certains cas un objet, un vulgaire prétexte pour essayer d'expliquer des forfaits ! 
Concernant certains Etats africains, le manque de structures pouvant accueillir de vrais projets des migrants pour les accompagner. S'y ajoutent des tracasseries bien calculées pour soutirer autant que possible quelques billets au pauvre migrant qui devient même chez lui un étranger et parfois mieux traité dans son pays d'accueil où il doit faire face à toutes formes d'aléas pour exister.
Il faudra donc sauver le soldat migrant africain !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:00 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Diaspora africaine: Cette confiance qui manque souvent pour investir dans les pays d'origine: Etat et Famille les grands obstacles.

Une Dame a crié au guichet western de voir tout son argent envoyé investi dans des futilités. Elle m'a fait sourire ! D'autres se font voler leurs biens par de proches parents qui croient presque que le migrant est un envoyé spécial en occident et ailleurs pour être au service exclusif d'une famille qui peut souvent se permettre tout et même de lui dire le montant à envoyer. Eh bien, cette Dame du guichet si elle avait fait une enquête auprès de ses camarades migrants, elle crierait moins. Le plus cocasse un pote m'expliquait qu'un de ses amis qui a pris une deuxième femme lui demande des sous pour le mariage, quelques mois après l'argent pour le baptême; et lui même vit en Europe en célibataire doit se lever comme tout le monde tôt le matin affronter la bise, les regards, les amours et les haines, pour gagner quelque argent !
Une autre dans une confidence dira, ma propre famille me prend tout et ce depuis des années. Finalement j'ai décidé de passer par d'autres personnes pour faire mes investissements car le jour où je rentre sans argent, ils seront les premiers à se moquer de moi. Tu étais parti qu'as tu réalisé?
Il faudrait, à mon avis, que les migrants qui se sentent concernés quand ils rentrent chez eux qu'ils aient le courage d'affronter certaines personnes pour leur dire quatre vérités!
Il est aussi vrai que le plus souvent quand on rentre au pays, on se rend compte que certaines valeurs de dignité, d'amour sincère du prochain, de l'humilité et de la sincérité cèdent la place à des calculs, à des postures opportunistes et même la foi devient dans certains cas un objet, un vulgaire prétexte pour essayer d'expliquer des forfaits ! 
Concernant certains Etats africains, le manque de structures pouvant accueillir de vrais projets des migrants pour les accompagner. S'y ajoutent des tracasseries bien calculées pour soutirer autant que possible quelques billets au pauvre migrant qui devient même chez lui un étranger et parfois mieux traité dans son pays d'accueil où il doit faire face à toutes formes d'aléas pour exister.
Il faudra donc sauver le soldat migrant africain !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:00 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

Diaspora africaine: Cette confiance qui manque souvent pour investir dans les pays d'origine: Etat et Famille les grands obstacles.

Une Dame a crié au guichet western de voir tout son argent envoyé investi dans des futilités. Elle m'a fait sourire ! D'autres se font voler leurs biens par de proches parents qui croient presque que le migrant est un envoyé spécial en occident et ailleurs pour être au service exclusif d'une famille qui peut souvent se permettre tout et même de lui dire le montant à envoyer. Eh bien, cette Dame du guichet si elle avait fait une enquête auprès de ses camarades migrants, elle crierait moins. Le plus cocasse un pote m'expliquait qu'un de ses amis qui a pris une deuxième femme lui demande des sous pour le mariage, quelques mois après l'argent pour le baptême; et lui même vit en Europe en célibataire doit se lever comme tout le monde tôt le matin affronter la bise, les regards, les amours et les haines, pour gagner quelque argent !
Une autre dans une confidence dira, ma propre famille me prend tout et ce depuis des années. Finalement j'ai décidé de passer par d'autres personnes pour faire mes investissements car le jour où je rentre sans argent, ils seront les premiers à se moquer de moi. Tu étais parti qu'as tu réalisé?
Il faudrait, à mon avis, que les migrants qui se sentent concernés quand ils rentrent chez eux qu'ils aient le courage d'affronter certaines personnes pour leur dire quatre vérités!
Il est aussi vrai que le plus souvent quand on rentre au pays, on se rend compte que certaines valeurs de dignité, d'amour sincère du prochain, de l'humilité et de la sincérité cèdent la place à des calculs, à des postures opportunistes et même la foi devient dans certains cas un objet, un vulgaire prétexte pour essayer d'expliquer des forfaits ! 
Concernant certains Etats africains, le manque de structures pouvant accueillir de vrais projets des migrants pour les accompagner. S'y ajoutent des tracasseries bien calculées pour soutirer autant que possible quelques billets au pauvre migrant qui devient même chez lui un étranger et parfois mieux traité dans son pays d'accueil où il doit faire face à toutes formes d'aléas pour exister.
Il faudra donc sauver le soldat migrant africain !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

15:00 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

06/02/2018

Clinique Beaulieu, Genève: Ce soir, 19 Heures, conférence ouverte à tous sur les fistules suivie d'un cocktail dinatoire !

ROCHAT,TEBEU,CAMPANA, FISTULES, OBSTETRIQUE, GFMERCe soir, des médecins nous parlent de leurs expériences, en toute simplicité, pour aborder une question grave: les fistules obstétricales à l'occasion de cette Journée mondiale de Tolérance Zero contre les mutilations génitales féminines ou excision. 

A l’occasion de la journée mondiale contre les mutilations génitales féminines (MGF) et du passage à Genève du Professeur Pierre-Marie Tebeu, la Fondation Genevoise pour la Formation et la Recherche Médicales (#GFMER) organise une conférence-débat sur la collaboration Nord-Sud. Quelles clés pour quel succès?

La discussion portera sur l’évolution du projet de prise en charge globale de la fistule obstétricale développé par la GFMER. La #fistule #obstétricale est une maladie stigmatisante qui survient à la suite d’accouchements dramatiques, le plus souvent dans des zones rurales non médicalisées dont les survivantes vivent un calvaire au quotidien. Ce

Tebeu1.jpgfléau représente une défaillance du système de santé dont les causes et les solutions feront l’objet d’un débat animé.
Intervenants :

Dr. Charles-Henry Rochat

Urologue, Professeur associé à Faculté des Sciences de la Santé de Cotonou (Benin) et au Collège Albert Einstein de Médecine (New-York)

Dr. Pierre-Marie Tebeu

Gynécologue, Professeur agrégé à Yaoundé et Directeur du Centre Inter Etats d’enseignement supérieur en santé publique d’Afrique centrale (Ciespac)

Dr. Aldo Campana

Gynécologue, Professseur et Directeur du Comité exécutif de la Fondation Genevoise pour la Formation et la Recherche Médicales (GFMER)

Modérateur :

Campana1.jpgM. El Hadji Gorgui Wade Ndoye

Journaliste accrédité auprès de l'ONU et Directeur du magazine panafricain ContinentPremier.Com

 

15:25 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

29/01/2018

Federer fait vibrer la planète: De la Malaisie, on me demande de le félicicter!

Roger Federer, Tennis, Melbourne, Suisse, Grand Chelem, Malaisie, SénégalLe 20ème Grand Chelem du Roi du Tennis mondial, le Suisse Roger Federer est sur toutes les livres sur toute les latitudes. Félicitations donc à celui dont le nom place la Suisse aux cimes des plus beaux monts de la technicité, de l'endurance, du fair play et des victoires méritées. Depuis la Malaisie un cher ami me demande via facebook de vous transmettre ses respects. Je me joins encore une fois à lui pour vous dire: Bravo ! 

Voici ce qu'écrit Monsieur Harouna Sow, Sénégalais vivant en Malaisie: 

"Mon frere Gorgui Wade Ndoye, transmettez mes felicitations à l'un des rares personnalités que j'apprécie énormément: ROGER FEDERER!" ( Sow Harouna 7 h · Kuala Lumpur, Malaisie)· 
 
J'espère que Rodge parmi les milliers et milliers de messages qu'il reçoit lira celui-ci.
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Journaliste sénégalais accrédité auprès des Nations-Unies, Genève.
Directeur du magazine panafricaine en ligne www.ContinentPremier.Com  
 
 
 

09:01 Publié dans SPORT | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

26/01/2018

" Les États-Unis respectent infiniment les Africains", Donald Trump se réveille !

Donald Trump.jpgEnfin, comme pour clore ses propos hideux sur les Aînés de la Terre sans qui la Terre ne serait pas Terre (Aimé Césaire), Le Donald J. Trump a rencontré son homologue Rwandais Paul Kagame, futur Président de l'Union Africaine. Mieux, dans une Lettre aux Africains (en attaché), il "souligne que les États-Unis respectent infiniment les Africains". Il poursuit, dit-il, "son engagement pour des relations solides et respectueuses avec les États africains en tant que nations souveraines est ferme".

C'est bien de remettre les choses au point et de repartir sur de nouvelles bases. Comme je ne cesse de le répéter, l'Afrique ne peut pas et ne va plus tolérer aucun écart de la part de qui que ce soit. 
En réalité, les Vrais Africains savent qui ils sont, d'où ils viennent et ce qu'ils ont apporté au Monde et continuent à donner aux humains, malgré tous ses défis! 

Le temps des courbettes, de l'esclavage, de la colonisation etc est bien fini. Il est clair que certains se croient si importants et si spéciaux qu'ils pouvaient regarder un Noir avec dédain, juste parce qu'ils ont une peau blanche ou autre ou parce qu' ils sont nés dans des pays dit riches ! 

Au moins, et je le dis, Trump a eu le courage de savoir se limiter face à cette Afrique debout qui lui a dit Non. S'attaquer à l'Afrique, aux Noirs, est une belle FOLIE! Il y a des choses dont le vulgaire ne se doute guère ! Nous ne sommes pas les ancêtres de l'Humanité et son Berceau pour rien ! 

Merci Macky SALL du Sénégal, Merci Seretse Ian Khama du Botswana, ces chefs d'Etat qui avaient appelé les Ambassadeurs américains pour protester portant haut la Dignité de leur pays ! Merci à l'Union africaine, au Haut Commissaire des Droits de l'Homme de l'ONU et à vous toutes et tous qui avaient dit Non face à l'indicible. 
Celles et ceux qui, en Afrique, ont préféré supporter ces propos haineux, ont choisi le camp de la soumission. C'est leur choix ! Mais ils devraient aujourd'hui avoir HONTE. Comme ceux qui ont préféré, ailleurs, se taire en buvant avec le sourire cette saleté. 

Nous disons Non face à la fétide insolence et l'arrogance sans courage! 
Il y a un grand mensonge historique sur l'Afrique, sur les Africains et notamment les Noirs et ceci est entrain de s'envoler comme un chateau construit sur du beurre, le soleil au zénith! 
Que Vive la Vérité qui unit tous les humains autour de la Justice, de la vraie Fraternité, de l'Egalité et d'une belle Solidarité agissante et de Dignité ! 
Demain, est un autre jour. 
Vive l'Afrique debout ! Vive les Etats-Unis d'Amérique !

El Hadji Gorgui Wade NDOYE - Journaliste sénégalais accrédité auprès de l'ONU. Directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com.

 

Donald Trump, Paul Kagame, Afrique, Berceau de l'Humanité, Dignité humaine

19:14 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye

25/01/2018

A Genève, les Ambassadeurs d'Afrique à l'ONU répondent aux propos "outrageants" de Donald Trump.

Donald Trump, Afrique, Suisse, Ambassadeurs, Groupe Afrique, Nations Unies, Diplomatie Alors que le président américain Donald Trump séjourne en Suisse pour une activité privée, la sortie des Ambassadeurs du Groupe africain des Nations Unies contre ses propos sonne comme un désaveu à l'allure d'une manifestation populaire de haut niveau diplomatique ! Il avait qualifié certains pays de " merde", les représentants de ces pays réunis au sein du Groupe africain de l'ONU lui disent: " C'est outrageant" et « abstenez-vous de tels propos à l’avenir ».  

GENEVE-(Suisse)- Dans un communiqué, le Groupe des Ambassadeurs africains, à Genève, condamne les propos offensants du Président des États-Unis d'Amérique, Donald Trump. Ces hauts représentants diplomatiques se disent "profondément préoccupés par les propos outrageants, offensants, racistes et xénophobes attribués au Président américain Donald TRUMP, le 11 janvier 2018, contre les pays africains, Haïti et El Salvador". Le Groupe "condamne fermement ces propos, les rejette et appelle le Président Trump à s'abstenir de faire de telles remarques".  Le Groupe "lance un appel à l’Administration Trump à respecter pleinement les obligations et valeurs consacrées par la Déclaration universelle des droits de l'homme, la Convention internationale sur l'élimination de la discrimination raciale (CIERD) et la Déclaration et le Programme d'action de Durban". Le Groupe "réitère l'importance, dans le monde entier, du respect de la dignité humaine, de l'égalité de tous et de l’élimination du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et l'intolérance qui y est associée". Enfin, les Ambassadeurs africains soutiennent "pleinement les réactions du Président de la Commission de l'Union africaine, du Groupe des Ambassadeurs africains à New York et Washington, des pays africains et soutiennent les déclarations du Bureau du Haut Commissaire aux droits de l'Homme, des personnalités publiques de plusieurs pays et régions du monde, y compris aux États- Unis, à la suite des propos offensants tenus par le Président des Etats-Unis d’Amérique. 

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE- Journaliste accrédité auprès des Nations-Unies. Directeur du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.Com

15:45 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Gorgui Ndoye